Le président Idriss Deby: « Nous avons vaincu notre pandémie, on a tué 1000 miliciens de Boko Haram »

Alors que la pandémie de coronavirus accentue le danger du terrorisme en Afrique en ralentissant les gouvernements locaux et leur personnel militaire, l’armée tchadienne a lancé une vaste offensive contre le groupe Boko Haram en représailles à une attaque qui avait tué une centaine de soldats.


«Aujourd’hui, nous avons vaincu notre pandémie qui,  dans ces  années, a causé des milliers de déplacés et la mort de nombreux civils et militaires – a déclaré à la télévision nationale le président tchadien Idriss Déby Itno (Ibi) – nous avons achevé nos opérations militaires et nous avons tué plus de 1000 miliciens  de Boko Haram à l’intérieur de nos frontières».

L’armée tchadienne a commencé ses opérations le 31 mars dernier et  a terminé  le samedi 11 avril. Une opération militaire dirigée par le président lui-même, vivement souhaitée dans le but de venger la centaine de soldats tués lors d’une attaque de Boko Haram, la pire défaite subie par l’armée tchadienne, le 21 mars sur la péninsule de Bohoma.

L’autre objectif de Ibi était de vouloir défendre la réputation des forces armées tchadiennes, considérées parmi les meilleures de toute la zone sahélienne, avec le président qui a déclaré avoir annulé complètement la présence djihadiste du Tchad, déclarant qu’«il n’y a plus de djihadiste ni de bases», en  référence à la constellation d’îlots éparpillés sur le lac Tchad, utilisés comme bases d’appui par le groupe terroriste.

Le porte-parole de l’armée, le colonel Azem Agouna, a déclaré que lors de l’opération «52 soldats tchadiens ont été tués et plus de 200 blessés, tandis que du côté djihadiste, environ un millier de miliciens Boko Haram ont été tués avec  60 navires à vapeur et bateaux détruits».

L’opération militaire tchadienne a également limité la poursuite des djihadistes au Niger et au Nigeria – comme sur l’île de Duguri – dans des zones où les différentes armées n’avaient pas pu entrer depuis plus de 3 ans.

Depuis plusieurs mois, le groupe Boko Haram a intensifié ses attaques contre les quatre pays entourant le lac: le Tchad, le Nigéria, le Niger et le Cameroun faisant plus de 2 millions de déplacés et au moins 36 000 victimes civiles. Attaques qui ont conduit à la réponse militaire du Tchad et à une réaction dure du président qui a critiqué les différentes opérations militaires sur le terrain  pour contrer le phénomène djihadiste dans toute la région du Sahel.

« Nos militaires n’agiront qu’à l’intérieur de nos frontières », a déclaré le président, « et ne participeront plus aux missions internationales qui ont conduit à de mauvais résultats et à des dépenses inutiles de ressources de notre part ». La controverse concerne, en fait, la mission de la Force multinationale mixte (avec le Niger, le Nigeria et le Cameroun) considérée par le président « inutile », pour la mission de l’ONU Minusma contre les groupes djihadistes au Mali et la participation à la mission du G5 Sahel avec les contingents militaires de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Précisément dans les pays du Sahel et du bassin du lac Tchad l’ État islamique est présent avec deux groupes différents, l’État islamique du Grand Sahara (Eigs) et l’État islamique d’Afrique de l’Ouest (Iswap) avec des miliciens qui frappent quotidiennement les soldats des divers gouvernements africains. Un exemple de la recrudescence actuelle sont les attaques contre les militaires et les civils qui se produisent désormais de plus en plus  dans la région, étant donné que dans son bulletin d’information d’Al-Naba, Daesh vise à créer l’État islamique en tentant d’exploiter la pandémie de Covid-19.

La pandémie rend ces groupes encore plus dangereux, car elle ralentit et affaiblit davantage les gouvernements locaux et le personnel militaire. «Si la coopération entre les pays de la région est interrompue par des crises sanitaires locales. les conséquences pourraient être désastreuses et imprévisibles même pour l’Occident», indique l’International Crisis Group (ICS) dans un rapport sur la région.

 

Source: Investig’Action