« Antisémite », moi ?

J’ai évidemment été blessé par cette accusation fausse, gratuite et  insultante. Dans mon livre Israël, parlons-en!, j’ai pris fermement position contre tous les racismes.

D’abord, le racisme du  colonialisme israélien chassant de leurs terres les Palestiniens  considérés comme des êtres inférieurs (voir déclarations hyper-racistes  des dirigeants israéliens pages  309 – 311 de ce livre). Mais j’ai condamné tout aussi explicitement le racisme anti-juif qui accuse à tort tous les  juifs des crimes commis par Israël (pages 320 et 348, et chapitre 13)

Chaque fois que j’interviens en public sur Israël, j’explique soigneusement la  différence entre “Israélien” (citoyen de cet Etat), “juif” (adepte d’une  religion) et “sioniste” (partisan conscient du colonialisme et de  l’expansionnisme de l’Etat d’Israël). Je condamne seulement le sionisme, cette théorie politique raciste et agressive qui  justifie les crimes commis par l’Etat d’Israël.  Sur ce plan, je coopère étroitement avec des amis juifs, d’Israël ou d’ailleurs. Et je me suis opposé clairement à ceux qui, comme Alain Soral, attaquent « les juifs » en général de façon raciste et complotiste.

Je tiens à faire remarquer en effet qu’une partie des citoyens juifs  d’Israël critiquent aussi sa politique et sont solidaires des droits des  Palestiniens. De même, certains Palestiniens sont juifs et critiquent  aussi Israël. Enfin, de nombreux juifs vivant dans le monde ne se  reconnaissent pas dans la politique de l’Etat d’Israël, voire la  combattent activement. Plusieurs d’entre eux écrivent sur le site  Investig’Action et ont collaboré activement au livre Israël,  parlons-en! Est-ce que tous ces juifs sont eux aussi “antisémites” ?

Il est donc très important de ne pas tomber dans  le panneau d’une “guerre de religions” piège tendu par les sionistes. Comme ils n’ont pas d’argument, ils calomnient en  pratiquant l’amalgame pour discréditer ceux qui les critiquent. La réalité, c’est que le  colonialisme a provoqué un conflit politique, ce n’est pas un conflit  religieux.

La solution du conflit est donc : cesser de revendiquer un Etat  juif basé sur la religion ou sur un prétendu “don de cette terre aux juifs  par Dieu”, car un tel Etat est en fait le comble du racisme et de  l’exclusion. La seule solution démocratique possible : créer un Etat  sans discriminations religieuses ou autres, un Etat où tous les citoyens seront sur pied d’égalité : juifs, musulmans, chrétiens ou laïcs.  Ceci implique le retour des Palestiniens qui ont été chassés par la  violence et qui le désirent.

En passant, signalons que l’usage du mot  “antisémite” est impropre.  Si le terme “sémite” désigne un habitant  historique de la Palestine, il faut constater, notamment après les  recherches de l’historien juif israélien Shlomo Sand, que les juifs qui  ont colonisé la Palestine provenaient d’Europe de l’est, de l’ouest ou du  Maghreb, mais ne descendaient pas d’ancêtres ayant vécu en Palestine. Car le prétendu “exode juif” de l’an 70 après J-C n’a  jamais existé. Il en découle que les seuls “sémites” sont actuellement  les… Palestiniens dont les ancêtres y ont vécu historiquement. Le terme  “antisémite” s’applique donc à ce qu’Israël fait subir aux Palestiniens.

D’où vient alors cette rumeur qui me traitant d’ “antisémite” ? Elle a été lancée  systématiquement par le lobby pro-Israël à partir de 2010 après la sortie  du livre Israël, parlons-en ! Constatant qu’ils n’avaient aucun  argument à opposer à ce livre (après mon débat à Ce Soir ou jamais en 2008), les responsables d’Israël, du lobby  français CRIF et du lobby belge CCOJB ont soigneusement refusé d’en  débattre. Pour essayer de me discréditer, ils ont répandu cette rumeur.  Israël, très actif sur la Toile, a fait en sorte que cette association de  mots, absurde, soit très bien référencée sur Google. Il a aussi essayé de  manipuler la notice Wikipedia.

Il importe de ne pas se laisser abuser par les diaboliseurs qui essaient toujours de faire croire que leurs attaques concernent seulement Michel Collon ou un autre auteur. En réalité, toute personne activement solidaire des Palestiniens se retrouve pénalisée et diabolisée. Par ces diaboliseurs, par les médias dominants, par les idéologues à la Fourest, à la BHL, à la Finkielkraut. Et même, en France, par l’Etat. Les rumeurs calomnieuses ne sont pas que des rumeurs, elles préparent et justifient la répression d’Etat, judiciaire et policière, contre les militants solidaires.

On accuse d’ « antisémitisme » tous ceux qui critiquent la politique coloniale israélienne. La tactique la plus employée ? L’amalgame : empêcher un débat sérieux en stigmatisant toute personne qui expose la logique politique derrière les menées d’Israël. La tactique sioniste consiste à mettre un « égale » entre « juif » et « sioniste », et donc entre « antisionisme » et « antisémitisme ». En exploitant la culpabilité répandue suite aux crimes effroyables commis en particulier contre les juifs par les nazis et leurs collaborateurs à travers toute l’Europe, crimes qui n’ont pourtant rien à voir avec la Palestine et l’histoire du monde arabe.

Il arrive que des personnes de bonne foi soient  influencées par ces rumeurs. Que faire ? D’abord, il est important de les  faire réfléchir en leur posant des questions comme : “Sur quoi te bases-tu  pour lancer cette affirmation ?” “Peux-tu me montrer une citation raciste  de Collon ?” “Penses-tu que ceux qui dénoncent le colonialisme d’Israël  sont automatiquement des racistes ?”

Ensuite, comme les rumeurs et ragots  polluent Internet, il est important d’appeler à la vigilance:  quand des accusations sont proférées, cherchez les sources précises.  Fiables ou  intéressées ? Et comment savoir si la personne est honnête ou pas  ? Simple : proposez-lui un débat  contradictoire, vérifiez ensemble les accusations sur base des textes et  des livres d’Histoire.

Chacun de  vous a une responsabilité pour mettre fin au règne de la rumeur et de la calomnie. C’est pour y  aider qu’a été écrit le livre Israël, parlons-en ! Il contient tous  les faits historiques, les analyses stratégiques et le démontage des  mythes et médiamensonges nécessaires pour argumenter dans une telle  discussion.

Je suis toujours demandeur d’un débat  public contradictoire avec les sionistes partisans d’Israël. Afin que le  public se fasse lui-même son opinion en écoutant les deux parties. Mais ce  débat a été systématiquement refusé par les sionistes : Bernard-Henri  Lévy, Elisabeth Lévy, Bernard Kouchner, Alain Finkielkraut, Maurice  Sosnowski, Joël Kotek, Roger Cukierman, etc. Qui a peur du débat ?

Source: Investig’Action


 

Israël, parlons-en

israel-parlons-enTABLE DES MATIERES

Introduction : De quoi avons-nous besoin ?

Israël – Palestine : chronologie

20 entretiens

  1. Pourquoi Israël a été créé. Histoire du sionisme – Paul Delmotte
  2. L’exode du peuple juif : mythe ou réalité ? – Shlomo Sand
  3. La Palestine avant 48 : une terre sans peuple ? – Christina Zacharia
  4. La Nakba de 1948 : introuvable dans les médias – Benny Morris
  5. 1967 : comment Israël a triplé son territoire – Ilan Halévi
  6. Israël mène-t-il une colonisation sans limites ? – Alain Gresh
  7. Une société intoxiquée par la haine ? – Ilan Pappe
  8. Notre vie de Palestiniens – Ahmed, Hanan, Saleem, Mohamed
  9. Les Palestiniens, terroristes ou résistants ? – Mohamed Hassan
  10. Pas de partenaire pour la paix ? – Naseer Aruri
  11. Pourquoi les Etats-Unis protègent-ils Israël ? – Noam Chomsky
  12. Israël, flic du pétrole ? – Samir Amin
  13. L’Europe est-elle neutre ? – Jean Bricmont
  14. Israël et le droit international – Eric David
  15. « Pour eux, Gaza, ce ne sont pas des êtres humains » – Michel Warschawski
  16. Le lobby pro-israélien – Paul-Eric Blanrue
  17. Les médias sont-ils objectifs face à Israël ? – Denis Sieffert
  18. Critiquer l’Etat d’Israël, est-ce de l’antisémitisme ? – Tariq Ramadan
  19. Un conflit sans solution ? – Virginia Tilley
  20. Peut-on boycotter Israël ? – Samia Botmeh

Ce qu’ont dit les fondateurs et dirigeants d’Israël

Comment parler d’Israël ? – Michel Collon