Ultra-riches : La richesse absurde et grandissante des milliardaires sape la démocratie

La richesse obscène des milliardaires du monde entier ne signifie pas seulement qu’ils peuvent mener une vie de luxe. Elle signifie également qu’ils ont un contrôle presque total sur l’économie – un contrôle qui est fondamentalement antidémocratique et injuste.

Le dernier rapport d’Oxfam sur l’inégalité des richesses dans le monde dresse un tableau sombre des changements intervenus dans l’économie mondiale au cours de la pandémie.

Selon les recherches de l’organisation caritative, les dix hommes les plus riches du monde ont doublé leur richesse au cours de l’année écoulée, ce qui signifie qu’ils ont gagné l’équivalent de 1,3 milliard de dollars par jour.

Pour mettre ce chiffre en contexte, considérez ces exemples de la différence entre un million et un milliard. Si vous deviez compter les chiffres d’un million, il vous faudrait douze jours ; mais si vous deviez compter les chiffres d’un milliard, il vous faudrait trente-deux ans. Si vous deviez dépenser un million de dollars en un an, vous devriez dépenser environ 2 700 dollars par jour ; pour dépenser un milliard de dollars en un an, vous devriez dépenser environ 2,7 millions de dollars par jour.

Ces dix hommes sont désormais si riches que même s’ils perdaient 99,999 % de leur fortune, ils auraient toujours plus que 99 % des habitants de la planète.

Ces chiffres sont si importants qu’ils sont difficiles à comprendre, même avec des graphiques. Mais il est extrêmement important que nous essayions de comprendre l’ampleur des inégalités dans l’économie mondiale à l’heure actuelle. En effet, l’inégalité des richesses ne nous renseigne pas simplement sur les divergences de niveau de vie et de chances de vie des personnes se situant dans des tranches d’imposition différentes ; elle nous renseigne sur les différences de pouvoir entre les riches et tous les autres.

La richesse des milliardaires ne se trouve pas seulement sur des comptes bancaires qui rapportent des intérêts ; elle existe sous la forme d’actifs, comme des actions, des biens immobiliers et des obligations. Nombreux sont ceux qui, à droite, s’en réjouissent lorsqu’ils critiquent la méthode utilisée par Oxfam pour calculer l’inégalité des richesses, arguant que nous ne devrions pas considérer la richesse de Jeff Bezos comme équivalente à la valeur de ses actifs, car s’il devait vendre tous ses actifs en même temps, leur valeur chuterait brutalement.

Mais cette critique passe à côté de l’essentiel. Le problème de l’inégalité entre les milliardaires et tout le monde n’est pas seulement qu’ils peuvent se permettre d’acheter plus de choses que tout le monde ; c’est qu’ils contrôlent les ressources dont le reste d’entre nous dépend pour survivre.

Prenons l’exemple de Jeff Bezos, dont la richesse se présente essentiellement sous la forme d’actions Amazon. Lorsque l’on mesure l’ampleur de la richesse de Bezos, il ne s’agit pas seulement de sa richesse, mais aussi de son pouvoir. Le fait que Bezos contrôle personnellement environ 10 % de l’une des plus grandes et des plus riches entreprises du monde signifie qu’il a un contrôle considérable sur le fonctionnement de l’économie.

Il peut influencer les salaires fixés par Amazon, qui déterminent les revenus de millions de personnes dans le monde. Il peut influencer les décisions d’investissement de l’entreprise, qui déterminent non seulement le nombre d’emplois créés dans l’économie, mais aussi les types de biens, de services et de technologies susceptibles d’être développés dans les années à venir. Il participe à toute une série de décisions qui ont un impact considérable sur le reste de la société, qu’il s’agisse de l’empreinte écologique de l’entreprise ou du montant total de ses impôts.

On peut dire la même chose des autres milliardaires qui contrôlent la plupart des ressources du monde. Les magnats de l’immobilier fixent nos loyers et influencent les prix des terrains et des biens immobiliers dans le monde entier. Les financiers déterminent la répartition des investissements, ce qui façonne toutes sortes de tendances sociales, comme l’évolution technologique, l’intensité carbonique de la production et la géographie de la production. Enfin, les magnats des médias contribuent à façonner les informations que nous recevons pour comprendre ces tendances.

Les décisions prises par cette petite poignée d’hommes ont un impact énorme sur presque tous les domaines de notre vie – y compris nos salaires, nos loyers et la température de notre planète. Et pourtant, ils exercent cette quantité extraordinaire de pouvoir avec peu ou pas de responsabilité.

Aucune personne saine d’esprit ne soutiendrait qu’il s’agit d’une manière rationnelle d’organiser une économie. La plupart des économistes classiques soutiennent que des personnes comme Jeff Bezos n’ont pas vraiment autant de pouvoir que nous le pensons. Les décisions d’Amazon sont, selon eux, entièrement déterminées par les tendances générales du marché. Ce n’est pas Bezos qui prend les décisions, mais le marché.

Pourtant, dans un monde caractérisé par des niveaux extrêmes d’inégalité, des taux élevés de concentration du marché et la mainmise des entreprises sur l’État, ce point de vue devient beaucoup plus difficile à défendre. Lorsque dix hommes peuvent perdre presque tout ce qu’ils possèdent tout en étant plus riches que presque tout le monde sur la planète, il est absurde de prétendre qu’ils ne contrôlent pas la situation parce que le marché le fait.

Ces hommes sont le marché – littéralement, dans le cas de Jeff Bezos.

Si Bezos décide de perfectionner le vol spatial commercial, c’est ainsi que les ressources limitées de l’humanité seront utilisées dans un avenir prévisible ; tout comme si Amazon décide de réduire sa masse salariale, les revenus des plus démunis diminueront, tandis que les bénéfices des plus aisés augmenteront.

L’inégalité n’est pas seulement importante parce qu’elle est injuste ; l’inégalité est importante parce que la richesse de ceux qui sont au sommet dépend de la pauvreté de ceux qui sont au bas de l’échelle.

Oxfam insiste précisément sur ce point dans le rapport de cette année, en affirmant que « l’inégalité extrême est une forme de violence économique, où les politiques et les décisions politiques qui perpétuent la richesse et le pouvoir de quelques privilégiés ont pour conséquence de nuire directement à la grande majorité des gens ordinaires dans le monde et à la planète elle-même. »

Cela n’a jamais été aussi évident que dans les réponses de nos gouvernements et de nos banques centrales à la pandémie, qui ont déversé des milliards de dollars dans les poches des plus riches, tout en laissant les plus démunis se débrouiller seuls.

La prochaine fois que quelqu’un vous dira que Jeff Bezos a gagné son argent et qu’il devrait pouvoir le dépenser comme il l’entend, rappelez-lui qu’il ne l’a pas gagné : il l’a extorqué au gouvernement, à l’environnement et à ses travailleurs.

 

Source originale : Jacobin Mag, Grace Blakeley
Traduit de l’anglais par les lecteurs du site Les-Crises