Trump et la boîte de Pandore

D’accord, le mythe grec est assez sexiste, à première vue, mais il donne à réfléchir sur la condition humaine et sur les malédictions que les dieux infligent aux hommes. L’homme qui a inventé les dieux se prend de temps en temps pour un dieu et crée ainsi sa propre souffrance.

Ainsi, en ouvrant la boîte confectionnée par les dieux, la belle Pandore, celle qui fut créée par les dieux pour punir les hommes, libéra « la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, la Mort, le Vice, la Tromperie, la Passion, l’Orgueil ». Elle la referma sur l’Espérance qui nous permet de ne pas craindre de vivre et d’affronter ces maux.

L’actualité illustre douloureusement ce mythe, en témoignent les innombrables drames vécus par les réfugiés des guerres, des famines, des dictatures,  les victimes civiles des attentats perpétrés par des terroristes ou par des Etats eux-mêmes terroristes, les manipulations d’informations, les mensonges  et propagandes qui aveuglent l’esprit critique des citoyens.

Les réseaux sociaux sont submergés par l’émotion lorsque se produisent des attentats ou des événements tragiques. Ainsi, à propos du drame vécu par des antifascistes à Charlottesville aux Etats-Unis,  la planète médiatique a vibrionné autour des propos lancés par le président Donald Trump. Il fut traité de fou, d’insensé et autres qualificatifs du genre.  Et si Donald Trump n’était que lui-même, parfaitement cohérent avec lui-même et avec une partie de la population qui a voté pour lui ? C’est avec cette population qu’il communique afin de garder sa confiance et donc le seul soutien dont il dispose encore.

De même, il est cohérent avec une vision des rapports de force dans le monde actuel : la Chine est vue comme l’adversaire principal des Etats-Unis à cause de sa puissance économique et financière et de sa stratégie de conquête des marchés non seulement asiatiques mais aussi africains et latino-américains qui échappent à la domination étatsunienne. Donc, il était logique de s’allier avec la Russie afin de briser la belle entente eurasienne Chine-Russie qui risque de dominer le monde. Et cela, sans guerre, car Trump a toujours déclaré qu’elle n’était pas nécessaire sauf si les intérêts vitaux des USA étaient concernés.

C’était sans compter avec les intérêts du groupe militaro-industriel et les pétroliers qui, avec les deux présidents Bush, ont voulu remodeler le proche et le moyen orient au moyen de guerres (basées sur la diffusion de mensonges, de fausses informations) afin d’assurer la mainmise américaine sur les approvisionnements en pétrole et en gaz. Ces présidents ont ainsi ouvert une boîte de Pandore qui a provoqué des massacres inouïs parmi les populations civiles et apporté quantité d’arguments idéologiques à des radicaux islamistes  pour diffuser dans le monde entier des actes terroristes, redoutable arme de guerre des perdants sur le plan militaire.

Le livre de Michel Collon et Grégoire Lalieu, « Le Monde selon Trump » a le mérite d’apporter un autre éclairage sur cette actualité terrifiante, complexe où l’émotion l’emporte sur l’analyse critique.

On y comprend mieux la manière dont un milliardaire a pu conquérir un électorat de travailleurs, lui promettant le retour d’une économie dont ils pourraient vivre et la fin d’une mondialisation basée sur des traités de libre-échange qui ne servent que les intérêts des quelques multinationales, même US. On décrypte mieux pourquoi les tentatives de rapprochement avec la Russie ont été stoppées par la CIA et les lobbies guerriers. Trump a eu l’audace de dénigrer l’OTAN, arme de guerre absolue des Etats-Unis sur l’Europe  face à la Russie diabolisée. C’est pourquoi il s’attire les attaques les plus virulentes des tenants d’une nouvelle guerre froide.

Il ne s’agit pas, dans ce livre et dans cet article, de réhabiliter le président Trump. En aucune façon. Depuis des années, Michel Collon tente de décrypter les messages venus par le biais des médias, notamment américains et relayés par les médias européens  ainsi que les pratiques journalistiques des médias dominants qui diffusent trop souvent des fausses informations ou des informations biaisées (et cela souvent contre l’opinion de nombreux journalistes qui tentent de faire bien  leur métier, malgré les pressions de leurs propres patrons…).

Comme nous, il en appelle à l’esprit critique, au débat citoyen et politique, au sens noble du terme. C’est ainsi qu’il faut prendre ce livre, écrit dans un langage accessible à tous : un outil d’analyse à confronter aux autres informations, afin de libérer nos esprits et aussi, peut-être, cette « espérance » (elpis en grec, « l’attente de quelque chose »)  restée dans la boîte de Pandore, et qui nous permet d’espérer quand même un monde meilleur.

– Sur Pandore: https://fr.wikipedia.org/wiki/Pandore

 

Source: Entre les lignes

 

Retrouvez notre nouveau livre, Le monde selon Trump

Monstre ou héros ? Beaucoup s’inquiètent : un démagogue raciste, misogyne et homophobe à la Maison-Blanche ! D’autres saluent au contraire une rupture : Trump s’oppose aux délocalisations et aux traités de libre-échange ; il a dit vouloir dialoguer avec Poutine pour éviter une escalade militaire… Puis, il a bombardé en Syrie !

 « Imprévisible » ? Oui, si on se limite aux petites phrases-chocs et aux clichés médiatiques. Mais ce livre répond au défi et apporte les clés. Où Trump mène-t-il les Etats-Unis et quelle est sa vision du monde ? Son élection reflète une crise profonde : des Etats-Unis, d’un modèle économique et des relations internationales.