“Sauvez notre village des bulldozers israéliens !” : une lettre ouverte de Susiya

Alors que j’écris cette lettre, notre village, Susiya, situé dans les collines du sud d’Hébron, en Cisjordanie occupée, est menacé de démolition imminente. Le seul moyen de l’empêcher est la pression internationale.

Le 22 novembre 2017, le bureau du procureur général de l’Etat israélien a annoncé que dans les 15 jours, il prévoyait de démolir 20 bâtiments, ce qui représente un cinquième de notre village. Ceci violera les droits humains fondamentaux d’environ 100 villageois, dont la moitié sont des enfants.

Les 20 structures sont nos maisons et abritent également nos animaux. Le moment de la démolition – en plein hiver – ne pouvait être plus dévastateur. Cela nous rendra vulnérables et exposés à la pluie glaçante et aux vents violents.

Notre clinique de santé, qui fournit des services et des soins à environ 500 personnes de notre communauté et des communautés avoisinantes, fait partie des bâtiments que les autorités israéliennes prévoient de démolir. Elles veulent aussi démolir notre Conseil de Village, qui fournit des services à 350 résidents locaux.

Photo
Susiya : Une communauté à risque imminent de déplacement forcé
(Graphique : OCHA)

En 2012, nous avons commandé un plan directeur pour notre village, qui a été rejeté à plusieurs reprises par les autorités israéliennes. Ce refus nous empêche de construire des maisons avec l’infrastructure nécessaire telle que l’eau courante, l’électricité et des routes goudronnées pour donner à notre village une existence durable.

Il ne nous reste pas d’autre choix que de rester sur nos terres sous des tentes, dans des conditions très difficiles, avec l’interdiction de construire ou de réparer quoi que ce soit, pour protéger nos terres de la menace d’annexion par les colonies environnantes.

Dans la réponse récente du gouvernement israélien, il a été convenu d’examiner le principe juridique de la question de la planification. Pourtant, malgré la possibilité d’élaborer un plan directeur pour le village, le gouvernement déclare qu’il va démolir les 20 bâtiments immédiatement. Et comme nous le savons de l’expérience passée, s’ils commencent à démolir, rien ne les empêchera de revenir pour essayer de démolir le reste de notre village.

Le projet de destruction de Susiya fait partie d’une campagne extensive de démolitions en Cisjordanie et à Jérusalem Est. L’année dernière a vu le plus grand nombre de démolitions en plus d’une décennie.

Cette réalité n’a rien à voir avec la démocratie ou la primauté du droit. Au lieu de cela, le gouvernement israélien a systématiquement violé ses obligations envers nous en tant que personnes protégées vivant sous occupation.

Conformément au droit international, Israël a l’obligation de subvenir aux besoins de la population protégée locale, une obligation à laquelle il se dérobe ouvertement. De plus, s’il déplace de force notre village, le gouvernement israélien commettra un crime de guerre.

Nous exigeons donc :

– l’annulation de la démolition de notre village, Susiya
– le droit à l’autodétermination sur le développement naturel de notre village
– l’acceptation de notre plan directeur et, partant, la planification et la construction de maisons en béton et de l’infrastructure nécessaire.

Le Conseil de Village de Susiya appelle la communauté internationale à se tenir à nos côtés de toutes les manières possibles face à l’expulsion forcée par l’Etat israélien.

Nasser Nawajaa, Porte-parole du Conseil de Village de Susiya

Source : Mondoweiss

Photo : Photo: Allison Deger 
Traduction : MR pour ISM

—————–

Merci de signer la pétition mise en ligne par les villageois de Susiya :
STOP A LA DEMOLITION DE SUSIYA