Pourquoi 200 millions de travailleurs se sont-ils mis en grève en Inde ?

La grève lancée par dix centrales syndicales s’oppose à une proposition de limiter la constitution et les pouvoirs des syndicats et en faveur d’un salaire minimum de 18 000 roupies ainsi que pour protéger le secteur public.  

 

Les 8 et 9 janvier, les travailleurs de toute l’Inde participent à une grève nationale. L’appel à la grève a été lancé par dix des plus grands syndicats du pays. La grève nationale d’un jour appelée par les mêmes syndicats en 2016 avait rassemblé plus de 180 millions de participants et a été la plus grande mobilisation de travailleurs, à l’époque.

La grève a lieu à quelques mois des élections législatives où le gouvernement du parti Bharatiya Janata, de droite, et du Premier ministre Narendra Modi se présente pour un second mandat.

 

Qui organise la grève ?

 

La grève est organisée par 10 centrales syndicales (CTUO), à savoir le Congrès national des syndicats indiens (INTUC), All India Trade Union Congress (AITUC), le Centre for Indian Trade Unions (CITU), Hind Mazdoor Sabha (HMS), Trade Unions Coordination Centre (TUCC), Self Employed Women’s Association (SEWA), All India Central Council of Trade Unions (AICCTU), Labour Progressive Federation (LPF), United Trade Union Congress (UTUC), et All India United Trade Union Centre (AIUTUC).

Ce sont les fédérations syndicales nationales qui mobilisent le plus de travailleurs en Inde et qui représentent la plus grande partie des syndiqués du pays. Beaucoup d’entre elles sont affiliées à différents partis politiques, le plus souvent dans l’opposition, avec des degrés d’autonomie divers. Dans la grève actuelle, seul une centrale syndicale, la Bharatiya Mazdoor Sangh (BMS), une organisation sœur du BJP au pouvoir, reste à l’écart.

 

Quelles sont les revendications de la grève ?

 

Le déclencheur immédiat de la grève était le projet de loi de 2018 sur l’amendement syndical, proposée par le gouvernement Modi en août de l’an dernier. Le projet de loi prévoit d’accorder une reconnaissance statutaire aux syndicats de l’État et du gouvernement central ainsi que de donner des pouvoirs discrétionnaires étendus aux gouvernements respectifs pour prendre cette décision.

Le projet de loi ne donne pas non plus de critères pour cette reconnaissance ni ne se réfère aux normes existantes comme celles qui étaient en vigueur pour reconnaître une centrale syndicale. Cela va à l’encontre des pratiques établies qui ont fait l’objet de consultations tripartites (employeurs, employés et gouvernement) par le passé. Cela menace aussi la très faible portée des organisations de travailleurs en Inde. La proposition de loi a incité les 10 syndicats à déclarer la grève générale nationale le 28 septembre 2018.

Mais à plus grande échelle, les syndicats ont présenté au gouvernement, comme élément de leur grève, une charte revendicative en 12 points. Les revendications vont de l’augmentation du salaire mensuel minimum à 18 000 roupies et de la sécurisation et de la protection du secteur public à l’augmentation des prix et à la sécurité alimentaire. La charte inclut spécifiquement l’interdiction de la participation étrangère ou privée dans certaines entreprises publiques importantes du pays, l’armement, les chemins de fer et les autres transports publics ainsi que la banque et la finance. Elles visent également les propositions du gouvernement visant à amender ou à modifier les lois et la codification des droits des travailleurs et des syndicats. 

Nombre de ces propositions visent à « faciliter » les conditions offertes aux entreprises. Les syndicats ont également appelé à la protection des droits de l’immense masse de travailleurs informels et au traitement immédiat de la crise agraire qui sévit dans le pays.

 

Quelles sont les conditions de la main-d’œuvre et du travail en Inde ?

 

L’Inde compte plus de 520 millions de travailleurs, dont 6% à 7% seulement sont employés dans des entreprises du secteur formel et dont à peine 2% sont syndiqués. La plus grande partie de la syndicalisation se limite aux employés du secteur public, et très peu de syndicats officiels sont actifs dans les secteurs privé ou informel.

La dernière enquête sur l’emploi et le chômage réalisée par le gouvernement en 2012 estimait que plus de 62% des personnes employées étaient des travailleurs payés à la journée, ce qui rend leur source de revenus saisonnière et très vulnérable aux fluctuations du marché.

Il n’y a pas grand-chose qui indique que les choses aient beaucoup changé ces sept dernières années. Si quelque chose a changé, c’est la nature même du travail non organisé. Ceux qui ont été dépossédés par la crise agraire qui frappe l’Inde rurale depuis la moitié des années 1990 se sont mis à migrer vers les centres urbains à la recherche de moyens de subsistance.

Selon le dernier recensement, de 2011, plus de 450 millions d’Indiens ont émigré vers d’autres régions, généralement vers des centres urbains, ce qui représentent 37% de la population. Une majorité d’entre eux, sinon tous, ont migré vers un autre endroit pour gagner leur vie. La plupart d’entre eux ne migrent que pour travailler seulement de brèves périodes, ce qui non seulement rend la syndicalisation de ce groupe extrêmement difficile mais aussi très vulnérable à l’exploitation.

L’Inde a un des salaires moyens les plus bas au monde. En 2018, on estimait que le salaire mensuel moyen s’élevait à 7 000 roupies (100 dollars US) environ. Pour les travailleurs du secteur informel, le montant est d’environ 4 500 roupies (64 dollars US).  En outre, la création d’emplois sous l’actuel gouvernement BJP a été extrêmement faible.

Dans un pays où plus de 13 millions de gens entrent chaque année sur le marché du travail, le gouvernement, selon ses propres estimations, n’a pu créer que quelque 400 000 emplois au cours des trois premières années de son mandat, entre 2014 et 2017.

Une nouvelle étude réalisée par un groupe de réflexion privé a estimé que l’Inde a perdu environ 11 millions d’emplois en 2018, ce qui en fait l’année la moins performante dans la création d’emplois pour l’Inde après des décennies.

 

Quelle est la position des syndicats à l’égard du gouvernement actuel ?

 

Dans une conférence de presse tenue le 7 janvier, les dirigeants des dix syndicats souligné l’attitude du gouvernement à l’égard des syndicats en général. La grève avait été annoncée en septembre, mais le gouvernement n’a pas approché les syndicats pour négocier.

En fait, la mise à l’écart des syndicats par le gouvernement est un vieux problème. Plus tôt, en juillet 2018, le Congrès national des syndicats indiens (INTUC), une centrale syndicale affiliée au plus grand parti d’opposition, le Parti du Congrès, s’était retiré des consultations tripartites en raison de différends internes à sa direction.

Depuis lors, tous les syndicats nationaux, à part le BMS, ont commencé à boycotter les consultations tripartites, qu’ils ont dénoncées comme « une simple formalité ». Les relations entre le gouvernement et les syndicats évoluent parallèlement à la relation aigre et de plus en plus conflictuelle que le gouvernement entretient actuellement avec l’opposition.

Bien que la grève soit à bien des égards une conséquence inévitable de l’acrimonie entre le gouvernement, l’opposition et les syndicats, elle va en réalité bien au-delà.

 

Quelles sont jusqu’à présent les réactions à la grève ?

 

La plupart de la presse nationale, en particulier les chaînes TV d’information, n’ont pas encore commencé à couvrir la grève et ont choisi de se centrer sur d’autres questions. Même le gouvernement s’est montré indifférent, mais la grève a visiblement ébranlé le pouvoir. Dans la capitale nationale et l’État voisin du Haryana, l’atroce loi sur le maintien des services d’urgence [Emergency Services Maintenance Act (ESMA)] a été imposée aux travailleurs des transports et à d’autres employés gouvernementaux, ce qui leur interdit de participer à la grève. Dans d’autres États comme le Bengale occidental et le Tamil Nadu, les gouvernements locaux ont refusé aux travailleurs l’autorisation de faire grève.

D’autre part, les paysans et les ouvriers agricoles dans toute l’Inde ont étendu leur soutien, avec des organisations comme les All India Kisan Sabha (AIKS) et le Syndicat des travailleurs agricoles de toute l’Inde (AIAWU), déclarant une « grève rurale » de soutien. Les syndicats et les organisations étudiantes de plusieurs grandes universités ont offert leur soutien et se sont portés volontaires pour sensibiliser la population sur la grève et les conditions de la classe ouvrière.

Dans l’ensemble, la grève est restée pacifique, mais des confrontations entre des fonctionnaires et des manifestants ont été rapportées à de nombreux endroits. On a également rapporté des arrestations et des détentions de dirigeants syndicaux. Néanmoins, dans plusieurs États, la grève a reçu un large soutien de la population. Tout cela uniquement au début de la journée. Reste à voir comment les classes dirigeantes vont réagir lorsque la grève s’installera.

 

Traduit par Diane Gilliard pour Investig’Action

Source : People Dispatch