Perpétuer le culte de Faidherbe est-il acceptable ?

Ils célèbrent un homme qui a lutté contre l’invasion allemande de la France… mais qui a participé à l’invasion française de l’Afrique ! Questions & réponses (à ceux qui veulent garder Faidherbe)

 

Vous voulez vraiment déboulonner les statues de Faidherbe et débaptiser les institutions qui portent son nom ?

 

Oui. En ce début de XXIe siècle, on ne peut plus, sous prétexte qu’il a remporté deux victoires mineures en 1870-1871, glorifier un homme qui a servi le colonialisme pendant toute sa vie (1818-1889).

 

Mais il n’a pas fait que des mauvaises choses : il a lutté contre l’invasion de la France par les Prussiens en 1870-1871 !

 

Comme Philippe Pétain en 1914-1918 ?

 

On peut bien faire la part des choses entre les aspects positifs et les aspects négatifs de sa carrière, non ?

 

C’est précisément ce que font les adorateurs de Faidherbe, qui « oublient » pudiquement de mentionner son « œuvre coloniale » et ce qu’elle a d’odieux.

Mais cela prouve l’hypocrisie de leur adoration : ils célèbrent un homme qui a lutté contre l’invasion allemande de la France… mais qui a participé à l’invasion française de l’Afrique !

 

Oui, mais vous jugez une histoire passée avec vos yeux d’aujourd’hui !

 

En effet. Et c’est justement l’objectif poursuivi par ceux qui érigent des statues, baptisent des rues et créent des « lieux de mémoire ». Dans le cas d’espèce, ils voulaient perpétuer le culte de Faidherbe. Or leurs idéaux, s’ils étaient peut-être acceptables hier, ne le sont plus aujourd’hui.

 

Mais il faut relativiser ! Comme vous le dites vous-mêmes, les idées de Faidherbe étaient banales à son époque.

 

Banales certes, mais pas généralisées. Dès cette époque, de nombreuses personnalités contestaient le colonialisme et ses fondements idéologiques. Sur le plan politique, on peut citer Clemenceau, qui était un opposant farouche à la colonisation. Sur le plan scientifique, on peut mentionner Joseph Anténor Firmin qui a publié en 1885 De l’égalité des races humaines, ouvrage beaucoup plus sérieux que les élucubrations racistes de Faidherbe.

 

De toute façon, votre haine anti-Faidherbe n’aboutira à rien. On ne débaptise pas les rues et on ne déboulonne pas les statues si facilement !

 

C’est vrai, mais c’est à cause du conservatisme ambiant. Et ce n’est pas impossible, comme le prouve le changement de nom de la rue de Paris à Lille, devenue fin 2017 « rue Pierre-Mauroy ». Quand on veut, on peut…

Notez également qu’une rue de Lille qui portrait le nom du maréchal Canrobert (1809-1895) a récemment été débaptisée parce que ce personnage, dont la carrière a quelque similitude avec celle de Faidherbe, avait « un passé colonial un peu douteux[1] ».

 

Et qui voulez-vous honorer alors ?

 

Nous ne sommes pas des adeptes des célébrations des soi-disant « grands hommes ». Mais s’il faut nommer les rues, les lycées, les hôpitaux ou les stations de métro – c’est assez commode, il est vrai –, nous connaissons des noms plus sympathiques que celui de Faidherbe. Il est temps de rendre hommage à celles et ceux qui se sont battu.e.s pour le peuple et pour la justice, et non à leurs ennemis.

 

Concernant les statues de Faidherbe, ne vaudrait-il pas mieux les laisser, pour expliquer ce qu’est le colonialisme, plutôt que les supprimer et effacer ainsi toute trace de ce passé ?

 

Si c’est pour raconter que le colonialisme a des aspects « positifs », comme le croient encore beaucoup de gens, pas sûr que cela soit la solution. S’il s’agit en revanche d’indiquer clairement, sur ces statues elles-mêmes, ce qu’est fondamentalement le colonialisme, à savoir un crime abominable dans son principe même, alors une telle solution pourrait se défendre.

 

On transformerait ainsi ces statues en monuments anticolonialistes…

 

Exactement. Et, avec un peu d’imagination, on pourrait même les transformer davantage, pour en inverser le sens et en faire des hommages aux victimes de la colonisation et/ou à ceux qui y ont résisté. C’est finalement ce que réclament tou.te.s celles et ceux qui veulent renverser les symboles colonialistes.

Reste qu’il est peu probable, dans cette hypothèse, que les autorités municipales souhaitent conserver longtemps des monuments qui mettraient ainsi en lumière un des pires crimes de l’histoire de France. Elles seraient sans doute les premières à vouloir déboulonner ces édifices…

 

Note:

[1] Voir « De l’extrême difficulté qu’il y a à changer le nom d’une rue », La Voix du Nord, 23 juin 2017.

 

Source : Faidherbe doit tomber