Ne fusillez pas la mémoire de Renée Lafont

Le corps de la journaliste française Renée Lafont, fusillee le 1er septembre 1936 par les franquistes, doit être exhumé et rapatrié en France, avec les hommages dus à son engagement antifasciste. Adresse au président Emmanuel Macron suivie d’une pétition.

 

Monsieur le Président,

 

La journaliste française Renée Lafont, intellectuelle de gauche, romancière (L’appel de la mer, Les forçats de la volupté…), polyglotte et traductrice (notamment du grand romancier espagnol Vicente Blasco Ibañez, auteur lui-même en 1925 de l’essai Ce que veut la République espagnole, et de Alphonse XIII démasqué, la terreur), était également l’une des meilleures hispanistes de son époque.

Fusillée par les franquistes au lieu-dit cordouan « Arroyo del moro » le premier septembre 1936, alors qu’elle avait 58 ans ; selon des témoignages convergents, elle gît dans une fosse commune de l’un des cimetières de Cordoue où sont ensevelis plusieurs centaines de républicains « disparus » (plus de 2 000), que leurs noms soient répertoriés ou pas, essentiellement des ouvriers agricoles, des prolétaires, assassinés par les franquistes dans le cadre de leur « croisade » d’extermination contre « l’anti-Espagne ».

Que fait le gouvernement français pour sortir de l’oubli et de sa fosse Renée Lafont ? Imaginons une seconde que le corps ne soit pas celui d’une « rouge », ou se trouve dans des pays « amis de la France », violeurs des droits de l’homme, et avec lesquels vous entretenez pourtant des relations fort amicales… Vous seriez déjà en campagne de « comm’ ».

Monsieur le Président,

 

L’exhumation du corps de Renée Lafont devient aujourd’hui un enjeu humain et politique incontournable pour la France tout comme pour l’Espagne. Vous ne pouvez cautionner plus longtemps l’oubli délibéré de ce symbole de valeurs humanistes universelles, ainsi que les plus de 115 000 républicains encore recouverts de terre et d’amnésie imposée…

S’agirait-il pour les gouvernements français et espagnol d’étouffer un cas « encombrant », parce qu’il rappelle les origines sanglantes du régime espagnol actuel ? Et, au passage, celles du Parti populaire, héritier du franquisme, et d’une monarchie illégitime, poutre maîtresse d’une « transition » sans rupture avec la dictature ? Renée Lafont dérangerait-elle les uns et les autres ?

Un collectif, des associations en France et en Espagne, à Bordeaux(animé par José Garcia), à Cordoue, et ailleurs, des militants des droits de l’homme, de la mémoire, entendent faire de l’exhumation de Renée Lafont un puissant symbole de féminisme, de liberté, d’exigence de justice, de vérité, de réparation, et au-delà, un symbole collectif d’engagement antifasciste. Ils multiplient les initiatives, les appels… Ils frappent aux portes de la France… mais sans être entendus. Les gouvernements français successifs semblent avoir d’autres « priorités ».

Monsieur le Président,

 

Renée Lafont est née à Amiens, le 04 novembre 1877. Son père, professeur, était originaire de Bayonne. Encartée à la SFIO (Paris), journaliste au « Populaire » de Léon Blum, elle se trouvait en reportage pour le compte du journal socialiste français. Elle est considérée comme la première femme journaliste assassinée lors d’une guerre.

Elle fut arrêtée le 29 août 1936 par les fascistes qui tendirent une embuscade à la voiture qui la conduisait. Elle couvrait alors les combats de Cordoue ; les franquistes la traduisent, blessée, devant un « tribunal » militaire qui la condamne à mort pour avoir fait seulement son travail, et manifesté, selon l’accusation, des « sympathies républicaines ».

On trouva sur elle des documents portant la faucille et le marteau. Elle était, selon certaines archives, en contact avec Marcel Martinet, qui fut dans les années 1920, l’un des responsables de l’Humanité. D’après des versions mensongères, « elle n’aurait pas survécu à ses blessures ». Or, on sait aujourd’hui qu’elle fut bel et bien fusillée.

Monsieur le Président,


Ne fusillez pas sa mémoire. Prenez sans délai les dispositions nécessaires pour que son corps soit exhumé du cimetière cordouan de « La Salud » et rapatrié en France avec les honneurs qui lui sont dus.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

Jean ORTIZ

 

Source : Chroniques Latines dans l’Humanité. Jeudi, 25 Janvier, 2018.


 

Une journaliste française dans une fosse commune en Espagne depuis 1936

 

À l’attention : de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française

 

Nous, amis de l’Espagne républicaine et antifasciste, demandons au gouvernement français de tout mettre en œuvre afin que les restes dela journaliste et romancière française Renée Lafont, fusillée le 1er septembre 1936 à Cordoue en Espagne par les franquistes, soient rapatriés en France et que cette dernière reçoive l’hommage qui lui est dû.

 Renée Lafont est probablement la première femme journaliste assassinée dans un conflit armé en exerçant tout simplement son métier.

 Son corps repose au cimetière de la Salud à Cordoue dans une fosse commune.

 Les textes et traités internationaux en matière de disparition forcée (crimes contre l’humanité, donc imprescriptibles), obligent les États à assumer leurs responsabilités dans l’exhumation et l’identification des « disparus » (entre 114 000 et 150 000 corps de républicains et antifascistes se trouvent encore dans les fosses communes en Espagne).

L’État espagnol ne remplit pas ses obligations et se met ainsi hors la loi.

 Le cas de Renée Lafont est éminemment symbolique. Mettre fin à cette situation intolérable serait également une avancée pour l’ensemble des « disparus ».

 Son père, né à Bayonne, est un humaniste, devenu professeur de rhétorique au lycée Louis-le-Grand à Paris. Renée Lafont est née à Amiens en 1877 ; elle est journaliste au « Populaire »  (SFIO), et romancière, une des rares femmes de Lettres diplômée de l’Université à l’époque, parlant plusieurs langues et maîtrisant parfaitement l’espagnol. C’est ainsi qu’elle traduit des œuvres de Vicente Blasco Ibañez.

 Si vous êtes d’accord avec cette démarche, quelles que soient vos convictions, indiquez votre nom, prénom et lieu de votre domicile.

 Le texte de cet appel et les signatures seront communiqués au Président Emmanuel Macron et au Premier ministre.

 

Lien vers la pétition