Moi, journaliste fantôme au service des lobbies…

Nous publions un article issu du journal Fakir qui révèle une pratique méconnue, du journalisme « fictif » ou plutôt commercial, des articles créés de toutes pièces pour servir comme instrument de lobby, pour Linky, un président africain ou pour critiquer un journaliste également député de gauche depuis 2017… Nous partageons expressément le début de l’article en renvoyant vers le site du journal Fakir afin que vous puissiez découvrir tant leur site que leur journal (IGA).

 

 

« On m’a commandé un article pour dézinguer Ruffin. Je l’aime bien, moi, Ruffin… Je réponds quoi ? »
Il y a quelques mois, on recevait un coup de fil de Julien, un copain journaliste qui fait des ménages dans la com’, pour payer les factures.
Articles bidon, médias complices, déstabilisations, grands groupes pleins aux as… Julien nous raconte le business secret des « agences fantômes ».

De  : Alice
Objet  : Commande semaine 16012017

Salut, j’ai un article à te commander pour la semaine prochaine, 60 euros, dis moi si c’est bon pour toi☺
1 article sur l’adhésion du Montenegro à l’OTAN qui suscite de plus en plus de polémiques. Il faut que l’article soit neutre et journalistique tout en développant que le Monténégro est trop corrompu et victime de trop de crime pour adhérer à l’OTAN. Ne pas parler de la Russie.
Voilà, merci encore !
Alice

Ce genre d’emails au ton professionnel et complice, j’en recevais plusieurs par semaine.

Au fil du temps, c’était même devenu une habitude. Je prenais connaissance du sujet, je me mettais dans la tête du client, m’efforçais de donner à l’argumentaire l’apparence d’un vrai article. Avec le temps, ça me demandait de moins en moins d’efforts. En deux ou trois heures, c’était plié. Parfois, je me surprenais à torcher un papier sans avoir besoin de me concentrer, en mode pilote automatique.
Un vrai robot.

Dès le lendemain, quand ce n’était pas quelques heures plus tard, je recevais une nouvelle commande de l’agence pour vanter le savoir faire d’EDF en matière d’énergie nucléaire, dénoncer la concurrence déloyale d’Airbnb face aux hôteliers ou encore souligner le laxisme de la France vis à vis d’un opposant au président kazakh. Peu importe le sujet  : ma plume était devenue aussi prolifique que tout terrain. En six années de collaboration avec « l’Agence », je leur ai pondu 595 articles. Cinq cent quatre vingt quinze. Près de deux par semaine, vacances comprises. Sur toutes les thématiques, certaines parfois dont je ne savais rien  : énergie, politique internationale, nouvelles technologies, santé, économie – et j’en passe. Ce n’était pas du journalisme, évidemment. Mais hormis un court syndrome de l’imposteur, pas de problème de conscience  : tant qu’on ne me demandait pas de nuire directement à quelqu’un, ou de faire l’apologie d’un criminel notoire… Il fallait bien gagner ma croûte. Et puis, si ce n’était pas moi, quelqu’un d’autre le ferait.

Comment j’en suis arrivé là, à 30 ans passés ? A écrire des articles bidon pour flatter l’égo ou servir les intérêts des riches et des puissants ? C’était clairement pas dans mes projets, en sortant de l’école de journalisme… Tout commence en 2015, quand je me mets à mon compte comme journaliste pigiste, après plusieurs années de salariat. On est un jeune couple qui vient de s’installer, des projets de bébé… Mais vivre uniquement de la presse, c’est compliqué. Tandis que dans la communication, l’argent coule à flots. Afin de compléter mes maigres piges, j’accepte donc quelques missions dans la com’  : bosser pour des entreprises, des institutions… Un beau jour, je reçois un message sur Jemepropose.com. Le genre de sites qu’on consulte plutôt pour trouver une femme de ménage, un prof d’anglais ou un jardinier. « Notre agence recherche un rédacteur indépendant capable d’écrire des articles journalistiques sur des sujets variés  : économie, politique, énergie, etc. Puis je vous appeler dans la journée ? » C’est signé d’un certain « Damien Escande, de Public Relations Agency ». Ben oui, tu penses  : j’ai besoin de bosser ! Au téléphone, il m’explique, pour le moins vaguement, ce qu’il attend de moi. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis sceptique.

Il me propose un test  : je reçois un petit topo par mail, et plusieurs liens vers des articles sur le même sujet. À partir de ces éléments, ma mission  : produire un texte qui ressemble à un vrai article, avec titre, chapô, accroche. Pour répondre à mes questions un peu insistantes, il m’indique que le papier sera probablement publié sur un « média généraliste tendance réac, mais pas trop ». Ah ouais ? Quand même… Mais bref, je ne suis pas bien avancé… Le sujet  : les errements de la junte thaïlandaise. Première nouvelle  : la Thaïlande est sous le contrôle des militaires ! Je débarque complètement, sur ce coup là… Au bout d’une journée de labeur, j’accouche d’une première version que j’envoie à mon correspondant. Il semble satisfait et me commande d’emblée un autre article sur l’électrification en Afrique. Quoi ? Les deux tiers du continent africain ne disposent pas d’électricité ? Vite, je me rencarde sur le sujet, bricole un truc qui tient à peu près la route. Je prends le pli…

Les jours suivants, je me demande, quand même, où vont atterrir mes articles. Je fouille, je veille.

Au bout d’une semaine, enfin ! Je repère celui sur la junte thaïlandaise, par la magie des mots clés sur Google. Il a été publié sur Contrepoints.org, « journal en ligne qui couvre l’actualité sous l’angle libéral ». Ah. Ce média est reconnu par le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL). Mais à part le titre modifié, et deux phrases ajoutées, mon article y est retranscrit mot pour mot. Même mon accroche d’un goût douteux est restée intacte  : « Au pays du sourire, seuls les professionnels de l’armement ont encore la banane. » Franchement, j’ai du mal à y croire. Je m’attends à ce que l’imposture soit rapidement démasquée, l’article retiré du site. Mais non. Et je ne suis pas au bout de mes surprises… Le papier – on parle bien de celui que j’ai écrit ! – est signé par un certain « Hugo Revon » (qui n’est pas moi, donc !), un « rédacteur web » qui « télétravaille depuis Bangkok, où il a posé ses bagages en 2014 ». Pour rendre crédible ce faux article, bricolé en quelques heures, on fait donc croire aux lecteurs que l’auteur vit dans le pays… Et on ne se gêne pas pour en rajouter une couche, histoire de lui donner des traits plus humains  : « Amoureux de l’Asie, il envisage d’emménager à Taïwan début 2016 », conclut la petite biographie qui accompagne la photo d’Hugo.

Je fais quelques recherches sur ce rédacteur qui signe mon texte. Qui est-il ? Existe-t-il seulement ? Étrangement, je ne trouve rien sur lui en dehors de ses contributions sur Contrepoints. Sur Google Images, sa photo renvoie aux mots clés « hair salon » (« salon de coiffure »). C’est sûrement celle d’un mec qui venait juste pour une coupe… Certains, quand même, contestent. « Pourquoi Contrepoints persiste à donner la parole à ce petit morveux qui déblatère sur un pays qui l’héberge sans comprendre quoi que ce soit sur sa culture et sur sa fierté ? », s’étouffe ainsi « P du 78 », qui semble avoir l’œil. Mais son commentaire est rapidement supprimé. L’article, lui, six ans après, est toujours en ligne.

Quelques semaines plus tard, Hugo Revon « signera » un autre de mes articles sur la junte thaïlandaise, toujours sur Contrepoints. Et comme visiblement je deviens un spécialiste international du sujet, Public Relations Agency me commande dans la foulée une tribune sur le même thème… Elle est publiée, elle, sur le blog du Huffington Post, soi disant par Andrei Sorescu, « employé d’ONG en Europe de l’Est ». Là aussi, avec photo à l’appui… Je ponds une nouvelle tribune, encore  : « Thaïlande  : le recul inquiétant de la démocratie. » Direction le site de L’Express… Et elle est signée, pour une fois, d’un personnage réel ! Jaran Ditapichai, l’avocat leader des Chemises rouges (mouvement ouvrier d’opposition thaïlandais), en exil à Paris depuis 2014. Je ne saurai jamais qui sont les commanditaires de cette série d’articles contre la junte militaire, mais je commence à mieux comprendre les méthodes employées par l’Agence  : j’ai mis le doigt, et même tout le bras, dans une agence de lobbying tous azimuts qui infiltre la presse…

C’est tellement énorme, tout ça, que j’ai du mal à y croire. Au point que ça me fait rigoler. Peut être par manque de morale, une sorte de cynisme froid, mais surtout par peur de manquer d’argent…

 

***

Cet article a été publié dans notre n°103, actuellement en kiosque. Il est mis à la disposition du public, en intégralité, et gratuitement, parce que des milliers de personnes nous achètent dans les kiosques, s’abonnent à notre journal et ainsi, nous financent. Rejoignez-les !

Source: Fakir