Médias : incendie d’un camion « d’aide humanitaire » par Maduro, une « fausse info » selon le New York Times

Après les événements du 23 février dernier à la frontière colombo-vénézuélienne, le secrétaire d’Etat US Mike Pompeo a déclaré que le « tyran de Caracas dansait pendant que ses sbires brûlaient de la nourriture et des médicaments ». Ce n’est que deux semaines plus tard que le New York Times a enfin reconnu, sur la base d’une investigation à partir des vidéos, que l’accusation faite aux autorités vénézuéliennes d’être responsables de l’incident à la frontière était infondée.

 

 

 
Le département d’État américain a également publié une vidéo indiquant que Maduro avait ordonné l’incendie des camions. L’opposition vénézuélienne a fait maintes fois référence aux images de l’aide en flammes, reproduites par les médias et la télévision dans toute l’Amérique latine, comme preuve de la « cruauté » de Maduro.
 
Or, les témoignages des journalistes sur le terrain – de TeleSUR en particulier- qui couvraient cet incident ont indiqué le contraire. Madelein Garcia a notamment rapporté l’attaque d’une caserne de l’armée comme une tentative de déstabiliser la frontière.
 
Deux jours après les événements, le journaliste Alex Anfruns a reconstruit la chronologie de cette tentative de coup d’État, en se basant sur ces témoignages, dans son article « Le Venezuela en pleine guerre médiatique : le prélude à une guerre tout court? ».
 
Ce n’est que deux semaines plus tard que le New York Times a enfin reconnu, sur la base d’une investigation à partir des vidéos, que l’accusation faite aux autorités vénézuéliennes d’être responsables de l’incident à la frontière était infondée.
 
 
 
Source : Journal Notre Amérique