Maxime Vivas: « Les États-Unis sont sur le déclin. Les bêtes blessées sont dangereuses »

Maxime Vivas a récemment accordé un entretien à l’AntiDiplomatico sur l’impérialisme des États-Unis, la Chine et quelques autres questions brûlantes. Ci-dessous la version en français de cet entretien.


L’assaut du Capitole est un événement qui peut marquer l’avenir des États-Unis ?

L’assaut du Capitole démontre une chose : le système électoral états-unien est mauvais, les Etats-unis ne sont pas la “plus grande démocratie du monde”. En effet, le comptage des voix est compliqué, il demande plusieurs jours, il offre des possibilités de fraude. En France, les résultats des élections sont connus quelques heures après la clôture du scrutin et ils sont officialisés le lendemain. De plus, aux États-Unis, un candidat peut être proclamé vainqueur en ayant moins de voix que son concurrent à cause du poids différent des Etats et du vote des sénateurs. Quoi qu’il en soit, et même si le dépouillement des élections était parfait, les anomalies sont antérieures. Toutes les pré-campagnes ne laissent en compétition que deux candidats soutenus par des milliardaires et souvent milliardaires eux-mêmes. L’un est de droite (le “Démocrate”) et l’autre d’extrême-droite” (le Républicain”). Quel que soit le vainqueur, il est un défenseur du capitalisme, un gestionnaire zélé des quelques 800 bases militaires des EU à travers le monde et un adversaire hystérique de tout ce qui ressemble, de près ou de loin, au communisme (Cuba, Venezuela, Chine, Russie…).

Donald Trump schématisait son programme en disant « America first ». Joe Biden, avant même d’être entré dans le bureau ovale de la Maison blanche, dit que les Etats-unis « sont prêts à diriger le monde ».

En tout cas, les EU vont avoir désormais plus de mal à contester les résultats des élections dans d’autres pays. Sur Internet, des moqueurs ironisent : « A cause des difficultés à se déplacer avec la Covid-19, les USA font les putschs chez eux, maintenant ». Les Vénézuéliens, en souvenir du temps où les USA proclamaient le putschiste Juan Guaido « président intérimaire du Venezuela » attribuent le titre de président provisoire des EU au manifestant tatoué vu dans le Capitole, vêtu de peaux de bêtes et coiffé d’un casque à cornes.

La Chine a vaincu Covid jusqu’à présent. Même des pays d’inspiration socialiste comme le Vietnam, Cuba, Venezuela avec leurs systèmes de santé publique ont bien fait face à cette urgence. L’Occident subit des coupes dans la santé publique depuis des années avec les conséquences que nous avons constatées. La pandémie a-t-elle montré que le socialisme peut encore être une possibilité ?

La pandémie a montré plusieurs choses en effet. Premièrement, que l’Union européenne n’a aucune compétence pour aider les peuples. Quand la Grèce a eu des difficultés budgétaires, rappelez-vous comment l’Union européenne l’a écrasée au lieu de l’aider. Quand l’Italie a été un temps submergée par la Covid, l’Union européenne n’a servi à rien. Ce sont des équipements chinois qui vous ont été fournis et des médecins cubains qui sont venus aider vos équipes de soignants. Voyez, actuellement, il n’y a toujours pas de politique européenne de lutte coordonnée contre le virus. Chaque pays fait ce qu’il veut. Par contre, là ou l’Union européenne a été efficace, c’est dans la multiplication des directives aux pays membres pour qu’ils réduisent le nombre de lits d’hôpitaux. Ces dernières décennies, il y a eu plus de 60 demandes répétées de l’Union européenne aux pays membres pour supprimer des lits. Chez nous, les présidents Sarkozy, Hollande, Macron ont obéi. On voit le dramatique résultat.

Sur l’efficacité des pays comme la Chine, le Vietnam, Cuba, le Venezuela, la propagande dans nos médias a une explication : “Dictatures !”. Que peuvent-ils dire d’autre pour justifer notre faillite ? La vérité est que dans ces pays, un choix a été fait immédiatement entre l’économie et les habitants. La Chine a confiné toute une région, réduisant à zéro toute activité économique. La France, qui manquait de masques et de lits de réanimations, a laissé circuler des métros bondés de travailleurs. A Cuba, pays que je connais et où j’ai des amis, le gouvernement a tout misé sur la préservation de la vie des habitants. Cuba a renoncé à sa principale ressource, le tourisme. Les Cubains ont immédiatement fabriqué des masques, souvent artisanaux et toujours gratuits. Le système de santé, connu pour être exemplaire, a été magnifique. Les médecins cubains (qui sont très nombreux) sont allé frapper à chaque porte de chaque maison, de chaque immeuble, pour expliquer comment se prémunir, pour prendre la température frontale des habitants, pour déceler les symptômes. La population a joué le jeu, non par crainte des autorités, mais par confiance en ses dirigeants et en ses médecins. Dans ce pays soumis à un blocus inhumain, les chercheurs ont mis au point un vaccin alors qu’on attend toujours le vaccin français.

Donc, pour répondre en trois mots à votre question : la gestion socialiste de la pandémie a fait ses preuves. La gestion capitaliste a fait les siennes qui sont : d’abord le PIB, les banques, l’économie.

Outre la Chine, l’ennemi de l’Occident, en particulier des États-Unis, est la Russie. Les relations entre Moscou et Pékin se renforcent, sommes-nous désormais en présence d’un monde multipolaire.

Les États-Unis sont sur le déclin. Les bêtes blessées sont dangereuses. Voyez comment avec leur loi Helms-Burton, ils prétendent décider qui peut commercer avec qui. Ceux qui désobéissent sont punis d’amendes. Des entreprises et banques françaises ont été sanctionnées et ont payé. Voyez comment les EU veulent que leur soit livré un journaliste (le plus grand journaliste vivant, le plus couvert de prix). Julian Assange est Australien. Il n’a jamais mis les pieds aux EU. Il n’a commis aucun délit aux EU (ni ailleurs). Mais les EU veulent son extradition pour qu’il accomplisse 175 ans de prison !

De plus, l’US Army est la plus puissante armée que le monde ait jamais connu. Elle absorbe autant d’argent que les armées de la moitié de tous les autres pays du monde. Elle est partout. Elle est près de la Chine et de la Russie. La Chine et la Russie ont donc intérêt à s’entendre.

La Chine, pacifiquement, développe son projet pharaonique de “Nouvelle route de la soie” qui tracera des voies de commerce entre la Chine, l’Asie, l’Afrique, l’Europe.

En 2020, ce sont 138 pays et 31 organisations internationales (soit plus des deux tiers des pays dans le monde) qui ont signé des accords bilatéraux avec la Chine dans le cadre de ce projet, y compris dix-neuf pays d’Amérique latine parmi lesquels on peut citer : Bolivie, Chili, Cuba, Équateur, Guyane, Jamaïque, Panama, Pérou, République dominicaine, Salvador, Suriname, Uruguay, Venezuela, Costa-Rica, Trinité-et-Tobago. Une semaine à peine après les élections présidentielles de novembre 2020 aux EU et la victoire de Joe Biden, la Chine a signé avec quatorze pays d’Asie et du Pacifique l’accord commercial le plus important du monde : le “ Partenariat régional économique global ” (RCEP). Cet accord qui représente 30% du PIB mondial, concerne plus de deux milliards d’habitants et vise à créer une gigantesque zone de libre-échange entre la Chine et les dix États de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est ) : Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, plus l’Australie, la Corée du Sud, le Japon et la Nouvelle-Zélande.
Les États-Unis se sentent seuls.

Chine contre les États-Unis sera le conflit des prochaines années. Comment Biden conduira-t-il ce conflit ? Continuera d’exploiter les Ouïghours, Hong Kong ?

Je ne vois pas comment les EU pourraient ne pas céder du terrain peu à peu. Il faudrait qu’ils détruisent militairement la Chine, mais l’aventure pourrait être un suicide. Sur le plan économique, les accords passés par la Chine avec la plupart des pays du monde réduisent la marge de manoeuvre des EU. Leur suprématie technologique est mise à mal. 40 % des brevets déposés dans le monde sont des brevets chinois. Il reste une arme formidable que les EU manient comme personne : la propagande pour gagner la sympathie des peuples et faire détester leurs concurrents par des campagnes de presse mondiales. Là, ils sont les plus forts (mais pas invincibles) et nos médias les aident. Sur le Tibet, ils ont perdu. Sur Hong Kong aussi, semble-t-il. Il reste le Xinjiang, région grande comme trois fois la France, un sixième du territoire chinois où vivent 12, 7 millions de Ouïghours, souvent musulmans. C’est le point de départ de la “Nouvelle route de la soie”. J’étudie cette question depuis 2016, je suis allé deux fois au Xinjiang, et je dis des choses dans mon livre Ouïghours, pour en finir avec les Fake news. J’espère qu’il sera traduit en italien.

10 ans depuis les printemps arabes. Le bilan est désastreux. La Libye divisée entre des bandes et détruites. Aujourd’hui encore, la Syrie résiste, c’est un exemple, malgré dix ans de guerre et de terribles sanctions. Dans quelle mesure la manipulation médiatique a-t-elle été décisive dans la guerre syrienne et, surtout, était-ce un autre échec de l’Occident puisque le président Assad est toujours là malgré la prédiction de sa chute ?

Partout où les Etats-unis et leurs alliés (dont la France) sont allés “apporter la démocratie” on a remplacé des dirigeants qui n’étaient pas des démocrates, par des pantins qui règnent sur des pays détruits, pillés et où les fanatiques islamistes font régner la terreur. Dans ces pays, la misère s’est installée, les femmes ont perdu leurs droits d’être humains. Recherchez des photos des années 60 prises dans les rues des villes (y compris Kaboul) de ces pays. Vous y verrez des femmes en jupes courtes, en shorts. C’est inimaginable aujourd’hui. Oui, la Syrie résiste, c’est le dernier Etat laïque. Je ne fais pas l’éloge de son système politique, mais moins encore de ceux qui veulent le remplacer par des marionnettes des EU. Savez-vous qu’il y a des milliers de soldats ouïghours qui se battent avec Daech en Syrie ?

Ces dernières années, les péronistes sont retournés en Argentine, le MAS l’emporte en Bolivie, le Grand Polo Patriotic a triomphé au Venezuela. Qu’est-ce qui va changer avec l’administration Biden envers ces pays dirigés par des partis progressistes ?

Cela ne va rien changer fondamentalement, même pas la volonté de fabriquer des coups Etat. On verra peut-être des rencontres et des accords de façade, mais Biden n’est que le jouet du complexe militaro-industriel étatsunien. Si j’avais un conseil à donner aux pays d’Amérique latine qui veulent prendre leur destin en main et ne pas laisser piller leurs ressources, je leur dirais de bien regarder ce qui est arrivé à Salvador Allende (Chili), à Manuel Zelaya (Honduras), à Evo Morales (Bolivie) et de s’inspirer de Cuba : un peuple solidaire, armé. Les EU savent qu’à Cuba, ils perdront des hommes dans chaque bâtiment, chaque village, chaque rue, chaque port, chaque plage, chaque chemin. Fidel Castro a dit un jour que les EU peuvent détruire Cuba, mais que c’est le dernier pays qu’ils auront envie de détruire. Car, dans l’armée des EU, on aime tuer, mais pas mourir. Et le peuple étatsunien veut que tous les boys entrent, intacts au pays.

Avec le livre Ouïghour pour en finir avec les fake news, vous avez refusé toute propagande occidentale contre la Chine (vous avez visité le Tibet, le Xinjiang). La propagande médiatique a toujours été confirmée comme un instrument pour préparer la guerre, pour imposer des sanctions, des troubles, sinon des guerres comme en Libye, en Syrie, les attaques contre la Russie, le Venezuela, l’Iran en sont un exemple. Assange premier héros puis traité comme un espion ou un simple hacker. Quelle voie pour des informations alternatives ?

J’ai peut-être déjà répondu un peu par anticipation. Je crois que c’est le Belge Michel Collon, qui administre le site Investig’action, qui a dit que la première victime d’une guerre est toujours la vérité. Je raconte dans mon livre comment la matrice des accusations contre le Tibet et celle contre le Xinjiang sont les mêmes. Dans les deux cas, on compte quatre thèmes identiques : génocide, religion opprimée, culture éradiquée, stérilisation des femmes. Quatre fake news.

Sur l’Iran, la question est de neutraliser une théocratie, non pas parce qu’elle est une théocratie, mais parce qu’elle pourrait contrebalancer la toute puissance d’Israël qui fait la loi dans la région.

Sur le Venezuela, j’ai écrit un roman historique pour démonter les fake news. Sur le Tibet, j’ai écrit un essai. Je parle de ces deux pays dans mon récent livre sur les Ouïghours. Je cite (et je prouve) des mensonges hallucinants qui deviennent vérités à force de répétitions. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ils mentent.

Que faire ? Ce que vous faites, ce que je fais. Mais dans le contexte politique de nos pays, nous ne faisons que maintenir la flamme pour des jours où le feu pourra prendre. Il faudra des changements politiques pour que les peuple se réapproprient les organes d’information. Et je n’oublie pas le rôle de la rue.

Maxime Vivas
9 janvier 2021

 

Source: Le Grand Soir