“Les sanctions sur l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Corée du Nord ou l’Iran, sont l’équivalent économique des bombes atomiques”

Le 13 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé une attaque contre la Syrie. La raison, soutenue par un média grand public enthousiaste, était la riposte à une attaque chimique présumée dans la Ghouta orientale. Nous avons interviewé Stephen Gowans pour discuter de cet incident, de la politique étrangère américaine en Syrie, des comparaisons avec la politique étrangère en Irak et de la récente désescalade dans la péninsule coréenne. Gowans est l’une des voix les plus importantes lorsqu’il s’agit de disséquer la propagande de guerre des médias grand public. Il est l’auteur de « Washington’s Long War on Syria » (2017) (La longue guerre contre la Syrie à Washington) et « Patriots, Traitors and Empire – the Story of Korea’s Struggle for Freedom » (2018) (Patriotes, Traitres et Empire – l’histoire de la lutte pour la liberté en Corée).

 


Malgré l’absence de preuves, les gouvernements américain, britannique et français ont tenté de légitimer la dernière attaque contre la Syrie en utilisant l’approche humanitaire. Quelle a été l’évolution sur le terrain ces derniers mois et comment pouvons-nous comprendre ces attaques?

 

Les attaques de missiles occidentaux ont été menées ostensiblement en réponse à une attaque présumée d’armes chimiques par l’armée arabe syrienne dans la Ghouta orientale, une zone que les forces syriennes étaient sur le point de libérer, et qu’elles ont ensuite libéré. Quelques jours avant l’attaque au gaz présumée, le président américain Donald Trump avait appelé à la sortie des troupes américaines du territoire syrien qu’ils occupent illégalement, soit près d’un tiers de la superficie du pays.

Les conditions sur le terrain – la victoire imminente dans la Ghouta orientale et la perspective d’un retrait américain de la Syrie – étaient très favorables au gouvernement syrien. Il est hautement improbable que Damas sabote ces développements favorables en franchissant la ligne rouge d’armes chimiques qui déclencherait une réaction américaine.

D’un autre côté, du point de vue des insurgés islamistes syriens et des hauts fonctionnaires des départements d’Etat et de la défense (qui considèrent les plans de retrait de Trump comme mal réfléchis), il y avait beaucoup à gagner dans la fabrication d’un incident, dans le but de faire échouer les plans de retrait des troupes de Trump. Cela ne veut pas dire que c’est ce qui s’est passé, mais c’est un scénario beaucoup plus plausible que celui qui décrit le gouvernement syrien comme agissant contre ses intérêts.

Basé sur les reportages de Robert Fisk de The Independent, un attentat à la bombe dans la Ghouta orientale avait soulevé de la poussière, qui remplissait les sous-sols et les abris souterrains dans lesquels les civils s’étaient réfugiés pour y échapper. En s’étouffant sur la poussière et souffrant d’hypoxie, beaucoup ont fui vers un hôpital voisin. Avec les caméras qui roulaient, quelqu’un a crié “gaz !” La scène, capturée sur vidéo, ressemblait à la suite d’une attaque au gaz.

En dehors de la question de savoir si une attaque au gaz s’est produite, il y a une autre question plus importante.

Imaginez, si vous voulez, qu’il y avait des preuves irréfutables que l’armée syrienne, ignorant ses propres intérêts, utilisait effectivement des armes chimiques. Cela justifierait-il la réponse américaine, britannique et française ? La réponse, je pense, est absolument pas. Par conséquent, la question de savoir si des armes chimiques ont été utilisées est sans rapport avec la question de savoir si l’attaque par missile était justifiée.

L’attaque par missile n’avait certainement aucune base légale. Aucun des pays qui ont attaqué la Syrie n’a agi en état de légitime défense. Ils n’avaient pas de mandat du Conseil de sécurité. Même du point de vue de la loi américaine, la contribution américaine à l’attaque était illégale, puisque le président américain n’a pas l’autorisation légale de faire la guerre à l’Etat syrien. Et bien qu’une cause humanitaire puisse être invoqué comme justification, il n’y a absolument aucune preuve que les pays impliqués dans l’attaque par missile aient été inspirés par des considérations humanitaires; au contraire, il y a beaucoup de preuves qu’ils ne l’étaient pas.

Les États-Unis et leurs alliés ont très probablement créé plus de souffrances en Syrie que ce qui a été créé par toutes les armes chimiques utilisées dans le pays. Ils l’ont fait à travers des décès collatéraux de civils liés à leur guerre aérienne contre Daech et le siège de Raqqa et à travers un programme dévastateur de sanctions qui a duré près de deux décennies. Sans parler de l’exacerbation délibérée de la longue guerre civile en Syrie (qui date de la fin des années 1940) et de son maintien en finançant l’insurrection islamiste, directement et par l’intermédiaire de ses alliés, l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, Israël et la Jordanie.

Si les États-Unis et leurs alliés étaient vraiment animés par des préoccupations humanitaires, ils ne tueraient pas les Syriens à travers leurs propres bombes, à travers la maladie et la malnutrition causées par les sanctions, et indirectement à travers les insurgés qu’ils soutiennent.

Enfin, considérons un parallèle. Au cours des manifestations de vendredi à Gaza qui ont précédé le 70e anniversaire de la Nakba, les soldats israéliens ont tué un grand nombre de Palestiniens et en ont blessé des centaines d’autres, qui ont au mieux représenté une menace insignifiante pour Israël. La Chine ou la Russie auraient-elles raison de faire pleuvoir un barrage de missiles sur Tel Aviv en réponse ?

 


Les médias traditionnels ont présenté le conflit syrien spécialement comme une guerre civile. Dans votre livre « Washington’s Long War on Syria » (La longue guerre contre la Syrie de Washington), vous réfutez l’idée en prétendant que les États-Unis ont commencé cette guerre avant 2011. Sur quoi repose cette affirmation?

 

La guerre civile entre l’islam politique et le nationalisme arabe laïque a tourmenté la Syrie depuis la fin des années 1940. L’intensité de la guerre a pris de l’ampleur et des formes diverses à différents moments : batailles de rue, grèves, manifestations, émeutes et révoltes armées, non seulement depuis 2011, mais aussi avec le soulèvement sanglant de Hama en 1982. La guerre civile a été une constante de la vie politique de la Syrie pendant plus d’un demi-siècle.

Les États-Unis ont profité de la guerre civile, en soutenant un camp, celui des islamistes, pour amener un objectif américain de longue date, en l’occurrence un changement de régime. En tant qu’État attaché aux objectifs nationalistes arabes, allié à l’Union soviétique, et plus tard à la Russie, et en guerre avec Israël, la Syrie a été depuis longtemps une cible de la politique étrangère des États-Unis.

Washington ne cherche pas à remplacer le gouvernement nationaliste arabe par des islamistes. Son état final préféré est un gouvernement d’hommes d’affaires sunnites plus intéressés à faire de l’argent qu’à la politique. Mais il exploite les islamistes comme un moyen de faire pression sur les nationalistes arabes pour qu’ils acceptent une transition tournée vers un gouvernement laïque, orienté vers la libre entreprise, plus proche de Washington et de Wall Street.

On oublie souvent qu’en 2002, Washington a ajouté la Syrie à l’infâme Axe du Mal, la liste des pays, incluant initialement l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord, mais élargie pour y inclure Cuba, la Libye et la Syrie, dans lesquels Washington voulait changer de régime. Le plan initial de l’administration Bush pour la Syrie était de l’annexer à l’invasion de l’Irak en un 2eme acte. Le Pentagone, cependant, a conclu qu’une invasion syrienne était trop ambitieuse. Les forces de résistance en Irak et en Afghanistan ont été plus fortes que prévu, et le Pentagone a été contraint de concentrer ses ressources sur ses deux cibles d’invasion initiales. Le changement de régime en Syrie devrait alors se faire par d’autres moyens.

Les autres moyens étaient les sanctions et l’intervention américaine dans la guerre civile syrienne. Les sanctions saboteraient l’économie syrienne, créeraient la misère et favoriseraient l’instabilité. Cela créerait la mèche qui pourrait s’enflammer au contact de l’étincelle. L’étincelle serait fournie par les Frères musulmans syriens. Les principales figures de l’organisation islamiste – le précurseur d’Al-Qaïda, de l’Etat islamique et d’Al Nusra – ont été emmenées à Washington pour rencontrer Bush à la Maison Blanche avec son équipe de sécurité nationale. Alors que les sanctions portaient leurs fruits en Syrie et aggravaient les fissures dans l’économie syrienne, les forces islamistes soutenues par les Etats-Unis ont relancé la guerre civile en lançant une confrontation armée avec les forces de sécurité syriennes dans la ville de Da’ara.

 


Dans votre essai, vous décrivez la stratégie de dé-Baathification en Irak, menée par le consul américain en Irak. Un plan similaire a-t-il été élaboré pour la Syrie?

 

“De-Ba’athification” fait référence à la purge des nationalistes arabes dans l’appareil d’Etat. Ce n’est pas un secret que les États-Unis ont conspiré contre les mouvements nationalistes pendant des décennies. En effet, l’histoire de la politique étrangère des États-Unis est en grande partie une tentative de réprimer ou de détruire les nationalistes radicaux, que ce soit en Amérique latine, en Corée, au Vietnam, en Indonésie, en Iran ou ailleurs.

L’Irak de Saddam était gouverné par des Baathistes, c’est-à-dire des nationalistes arabes. Il était prévisible que les États-Unis purgeraient les nationalistes arabes de l’État irakien et, en créant une constitution pour la néo-colonie post-Saddam, ils y intégreraient des dispositions empêchant la réapparition de l’influence nationaliste arabe. C’était prévisible puisque l’élimination du nationalisme arabe irakien était la raison d’être des guerres américaines contre l’État arabe riche en pétrole.

Comme je l’ai déjà mentionné, Washington a lié l’Irak et la Syrie en tant que membres d’un Axe du Mal à être «effacé», comme l’a fait remarquer un ancien général de l’armée américaine, Wesley Clark, et a initialement lié son agression contre l’Irak avec une contre la Syrie. Le lien entre la Syrie d’Assad et l’Irak de Saddam, selon Washington, était leur nationalisme arabe. Saddam appartenait au parti Baath. Assad aussi. Si les Etats-Unis avaient envahi la Syrie et renversé le président syrien, il ne fait aucun doute que la débaathification aurait également eu lieu à Damas, suivie d’une réécriture sous contrôle américain de la constitution syrienne avec des nationalistes arabes interdits de détenir des postes d’élus, comme en Irak.

 

Après avoir analysé l’exemple de l’Irak, dans votre livre, vous insistez sur le fait que certains militants de la paix adoptent les sanctions « comme une alternative, les considérant à tort, non comme une forme de guerre, mais comme une coercition pacifique ». Quelles sont les conséquences des sanctions américaines actuelles sur des pays comme la Syrie et le Yémen?

 

Les sanctions, imposées en 2003, comme une alternative aux plans, abandonnés, d’invasion de la Syrie, ont dévasté le pays. En octobre 2011, le New York Times a rapporté que l’économie syrienne « flambait sous la pression des sanctions occidentales ». Au printemps 2012, les hémorragies financières induites par les sanctions avaient contraint les autorités syriennes à cesser d’offrir des services d’éducation, de santé et autres services essentiels dans certaines parties du pays.

En 2016, les sanctions économiques des Etats-Unis et de l’UE contre la Syrie ont provoqué d’énormes souffrances parmi les Syriens ordinaires et empêché la livraison de l’aide humanitaire, selon un rapport interne des Nations Unies divulgué. Le rapport a révélé que les organismes d’aide étaient incapables d’obtenir des médicaments et de l’équipement pour les hôpitaux parce que les sanctions empêchaient les entreprises étrangères de faire du commerce avec la Syrie.

Les sanctions ressemblaient à la guerre économique que Washington avait menée contre l’Irak nationaliste arabe dans les années 1990 – une campagne qui a tué plus de 500 000 enfants irakiens en raison de la maladie et de la malnutrition, selon l’ONU. Le correspondant britannique à l’étranger Patrick Cockburn a comparé les sanctions contre la Syrie aux sanctions contre l’Irak. Les sanctions sur n’importe quel pays, que ce soit l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Corée du Nord ou l’Iran, sont l’équivalent économique des bombes atomiques. Ils ont des conséquences énormes, mais largement invisibles, sur la malnutrition, la faim, la maladie, la dégradation des systèmes de soins de santé et de traitement de l’eau, et la mort.

Deux politologues, John et Karl Mueller, écrivant dans Foreign Policy, la revue non officielle du Département d’Etat américain, ont montré que les sanctions du 20ème siècle avaient tué plus de personnes que toutes les armes de destruction massive de l’histoire, y compris les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki et toutes les armes chimiques utilisées pendant la Première Guerre mondiale. Ils ont conféré aux sanctions la désignation adéquate de « sanctions de destruction massive ». Si nous devons frémir devant les horreurs des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, nous devrions également frémir devant les horreurs des sanctions, qui ont été bien plus dévastatrices.

 


Après une période de tension sans cesse croissante entre Trump et Kim Jong-un, l’annonce d’un accord de paix en Corée a été un soulagement pour la communauté internationale et les militants pour la paix dans le monde. Quelle est votre opinion sur ce résultat inattendu ? Quelles seraient les prochaines étapes?

 

Les Nord-Coréens ont demandé à plusieurs reprises aux États-Unis de signer un traité de paix pour mettre fin à l’état de guerre qui existe entre les deux pays depuis 68 ans. Tout aussi souvent, les États-Unis ont rejeté les arguments de la Corée du Nord. Le désir nord-coréen de paix et l’absence d’intérêt de Washington s’expliquent par les objectifs américains vis-à-vis de la Corée du Nord et le fait que les Etats-Unis menacent la Corée du Nord alors que la Corée du Nord ne pose pas la moindre menace pour les Etats-Unis.

La politique des États-Unis en Corée du Nord est «la fin de la Corée du Nord», comme l’a un jour surnommé John Bolton. C’est la politique américaine depuis 1948, l’année de la fondation de la Corée du Nord. Mis à part la tentative de détruire le minuscule pays d’Asie de l’Est par une intervention militaire directe de 1950 à 1953, les États-Unis ont cherché à provoquer la chute de l’État communiste en ruinant son économie. Cet objectif est poursuivi de deux manières: premièrement, en imposant des sanctions économiques paralysantes et, de nos jours, presque totales; et deuxièmement, en maintenant une pression militaire ininterrompue sur la Corée du Nord, forçant Pyongyang à affamer son économie nationale, afin de financer sa défense nationale.

Un traité de paix, et la normalisation des relations, implique l’abandon de la politique américaine de «terminer la Corée du Nord». Cela explique pourquoi la Corée du Nord désire ardemment la paix (elle met fin à une menace existentielle) et pourquoi les Etats-Unis ne le font pas (elle n’offre rien à Washington et implique au contraire l’abandon d’un objectif de politique étrangère américaine de longue date).

La Corée du Nord, même pourvue de l’arme nucléaire, pose, au mieux, un danger insignifiant pour les États-Unis. Elle ne peut pas frapper les États-Unis militairement. Une attaque nucléaire serait suicidaire, et les responsables américains reconnaissent que le leadership du pays est très rationnel quant à sa survie. De plus, la CIA et le nouveau secrétaire d’État, Mike Pompeo, reconnaissent que Kim Jong-un est « froidement rationnel ».

Le point de vue au sein de la politique étrangère américaine est que les négociations entre Washington et Pyongyang ne peuvent avoir d’autre objectif que la capitulation de la Corée du Nord. C’est ce que la paix signifie pour Washington. Pyongyang doit abandonner ses armes nucléaires, accepter des inspections intrusives, accepter une présence permanente des troupes américaines dans la péninsule coréenne et accéder à l’intégration dans un ordre économique mondial dirigé par les États-Unis. Sinon, la politique de strangulation économique continuera.

Les membres de l’administration américaine craignent que Trump, cherchant à prouver qu’il est un négociateur de talent incomparable, et débordant de rêves de gagner un prix Nobel de la paix, pourrait faire trop de concessions dans la poursuite d’un accord. Si cela se produit, quelles que soient les concessions faites par Trump, elles seront révoquées à temps.

Nous ne devrions pas nous tromper en disant que les États-Unis vont soudainement abandonner une politique vieille de 70 ans visant à anéantir un pays militairement inconséquent et non menaçant, qui rejette la domination américaine. Comme l’a déjà observé Mao, les impérialistes ne déposeront jamais leurs couteaux de boucher et deviendront bouddhistes. Et il n’y a aucune preuve que Washington est sur le point de faire une conversion au pacifisme.

 

Traduit de l’anglais par le collectif Investig’Action

Source: Investig’Action