Les contributions de Cuba à la lutte contre le racisme et la suprématie blanche

Franklin Frederick analyse comment la suprématie blanche et le racisme ont été des mamelles idéologiques pour permettre au capitalisme de se développer. Il explique aussi en quoi la révolution cubaine a été un défi lancé avec une puissance remarquable contre l’idéologie raciste du capitalisme. (IGA)


 

« Le cannibale capitaliste blanc s’est toujours nourri des peuples noirs du monde. La société impérialiste capitaliste blanche est profondément et sans équivoque raciste. » – Walter Rodney

La suprématie blanche et le racisme ne peuvent être dissociés du capitalisme. C’est le racisme et la suprématie blanche qui ont fourni les justifications culturelles de l’esclavage et de la traite des esclaves qui en découle, de l’expansion coloniale européenne et de l’impérialisme, sans lesquels le capitalisme ne se serait pas développé. Le racisme et la suprématie blanche imprègnent également les différentes hiérarchies imposées par le système capitaliste et qui sont fondamentales pour son maintien. Ce lien intrinsèque entre capitalisme et racisme est rendu plus explicite dans le colonialisme. Walter Rodney, le célèbre historien et militant politique des Caraïbes a écrit dans son livre « How Europe Underdeveloped Africa » :

« C’est l’économie qui a décidé que l’Europe devait investir en Afrique et contrôler les matières premières et la main-d’œuvre du continent. C’est le racisme qui a confirmé la décision que la forme de contrôle devrait être un régime colonial direct. »

Ce qui organise et instrumentalise le racisme en tant que projet de pouvoir politique, c’est la suprématie blanche. Le seul pays au monde qui, depuis ses origines, a été conçu comme un projet de pouvoir suprémaciste blanc est les États-Unis d’Amérique.

L’historien afro-américain Gerald Horne soutient dans son livre « The Counter-Revolution of 1776 : Slave Resistance and the origins of the United States of America » que le mouvement pour l’indépendance des États-Unis est né, d’une part, de la peur que les classes riches de la colonie avaient du mouvement abolitionniste croissant dans la métropole, l’Angleterre, qui menaçait de détruire la base de leur richesse : les esclaves. D’autre part, l’Angleterre a également empêché les colons d’avancer vers l’ouest, qui devait rester un territoire indien. Pour Horne, la guerre pour l’indépendance des États-Unis était en partie une « contre-révolution » menée par les soi-disant « pères fondateurs » dans le but de préserver leur droit d’asservir d’autres peuples, en particulier les Africains, ainsi que de continuer à étendre la jeune nation vers l’ouest en volant aux peuples autochtones plus de terres dans lesquelles déployer plus de travail d’esclave.

Dans son autre livre, « The Apocalypse of Settler Colonialism: The Roots of Slavery, White Supremacy and Capitalism in 17th Century North America and the Caribbean », Horne résume ainsi ce processus:

« Puis, finalement, en 1776, ils ont donné le coup de grâce et ont entrepris leur nouvelle démonstration de patriotisme en expulsant complètement Londres des colonies continentales au sud du Canada, tout en convainquant les roulés et les naïfs (à ce jour) que cet accaparement nu des terres, des esclaves et des profits était, d’une certaine manière, une percée pour l’humanité. »

C’est dans ce contexte que les forces armées des États-Unis ont été créées et se sont développées. L’origine de l’armée américaine était la guerre d’indépendance contre les Britanniques, c’est-à-dire la défense de la suprématie blanche et de son projet d’esclavage et de conquête des terres. Ainsi, peu après l’indépendance, l’armée américaine nouvellement créée a entrepris sa nouvelle tâche : la guerre génocidaire contre les peuples autochtones pour assurer l’expansion territoriale de la nouvelle république.

Dans « The First Way of War : American War Making on the Frontier, 1607-1814 », un autre historien, John Grenier, soutient que l’armée américaine a été forgée dans des guerres génocidaires contre les peuples amérindiens, dans lesquelles pratiquement tous les moyens de destruction étaient autorisés, toute brutalité était possible et il n’y avait aucune distinction entre la population civile et la population combattante. L’une des méthodes utilisées par l’armée américaine contre les peuples autochtones était la destruction de leurs récoltes et de leurs réserves alimentaires, conduisant à la défaite par la famine, une méthode largement utilisée et perfectionnée des décennies plus tard lors de la guerre du Vietnam. Une ligne historique ininterrompue unit les guerres contre les peuples autochtones à la guerre du Vietnam et les embargos économiques les plus récents contre Cuba et le Venezuela, entre autres. Les embargos économiques ne sont rien d’autre qu’une variante de cette méthode, les objectifs restent les mêmes : provoquer la famine, punir les populations civiles pour les soumettre ou les éliminer. L’extermination des peuples autochtones, justifiée et motivée par la suprématie blanche, était si centrale dans la politique de l’époque qu’avoir participé à des campagnes militaires contre les peuples autochtones était pratiquement une exigence pour être candidat à la présidence de la Nouvelle République. Être propriétaire d’esclaves semble avoir été une autre exigence pour le rôle de dirigeant de la nation, puisque parmi les premiers présidents, huit étaient propriétaires d’esclaves.

Pour assurer un front uni parmi les colons blancs contre les peuples autochtones d’une part, et pour assurer la pratique de l’esclavage d’autre part, les Anglais avaient forgé une « alliance » illusoire entre les classes sociales des « Blancs ». L’objectif était de légitimer et de  permettre l’exploitation, le vol ou même l’extermination de tous les non-Blancs. Selon Gerald Horne, cette « politique identitaire militarisée » – la suprématie blanche – était à la base des occupations coloniales dès 1676, conduisant à la création d’un pays d’ «hommes blancs », un premier État d’apartheid, un exemple que l’Afrique du Sud suivrait. La violence contre les peuples autochtones et la violence inhérente à l’économie esclavagiste sont devenues des éléments courants et « normaux » dans la mentalité blanche des États-Unis à ce jour.

L’entrepreneuriat suprémaciste blanc ne se limitait pas à l’exploitation du travail des esclaves dans les plantations américaines. Le blocus naval et la pression de l’Angleterre contre la traite des esclaves ayant fait augmenter le prix des esclaves sur le marché, les esclaves devenaient aussi une attraction irrésistible pour les capitalistes américains blancs avides de profit. L’historien et activiste afro-américain W. E.B. Du Bois a écrit ce qui suit sur la traite des esclaves dans la première moitié du XIXe siècle :

En conséquence, la traite des esclaves en Amérique a été menée principalement avec des capitaux américains, sur des navires américains, avec des citoyens américains et sous pavillon américain. (1)

La voie cubaine

À une question d’Ignacio Ramonet sur le moment où la révolution cubaine a vraiment commencé, Fidel Castro a répondu :

« (…) la révolution cubaine a commencé avec la première guerre d’indépendance, qui a commencé dans l’est de Cuba le 10 octobre 1868 ».

Et puis Fidel mentionne l’épisode suivant de la vie de Simón Bolívar, le Libérateur :

« Après avoir entrepris une expédition en Haïti (Bolívar) est retourné au Venezuela et là, le 6 juillet 1816, il a publié le ‘ Manifeste d’Ocumare’, dont je cite :

‘ Nos frères qui ont gémi sous les misères de l’esclavage sont maintenant libres. La nature, la justice et la politique exigent l’émancipation des esclaves ; à partir de maintenant, il n’y aura plus qu’une seule classe d’hommes au Venezuela, les citoyens’.

« D’Isla Margarita, le Libérateur descendit l’Orénoque, débarquant à Angostura, où se trouve aujourd’hui Ciudad Bolívar, et c’est là qu’il rédigea les idées de la Constitution de 1819 et décréta l’abolition de l’esclavage. C’est alors que José Antonio Páez, patriote et nouveau chef des llaneros, décide de rejoindre Bolívar. À partir de ce moment, la victoire était assurée. J’ai pris la liberté de rappeler cet épisode pour montrer que, dans l’histoire de l’Amérique latine, l’abolition de l’esclavage et l’indépendance sont intimement liées. » (2)

Alors que l’indépendance des États-Unis est consolidée dans le but d’étendre et de renforcer la suprématie blanche héritée de l’Europe, à Cuba et en Amérique latine, des luttes pour l’indépendance se produisent contre la suprématie blanche européenne.

Cette distinction a été perçue par un observateur profond et influent de l’époque, Alexander von Humboldt.

Entre 1799 et 1804, Alexander von Humboldt, accompagné du botaniste français Aimé Bonpland, parcourt les colonies espagnoles de l’Amérique de l’époque, explorant des régions qui appartiennent aujourd’hui au Venezuela, à l’Équateur, à la Colombie, au Pérou et à Cuba. De retour en Europe, Humboldt a commencé à publier plusieurs livres qui ont révélé à un public européen curieux et fasciné les richesses naturelles et culturelles de l’Amérique du Sud. Tout en écrivant sur les merveilles de la nature tropicale de l’Amérique et la richesse culturelle de ses peuples autochtones, Humboldt a dénoncé, comme aucun autre auparavant, les horreurs de l’esclavage, l’oppression des peuples autochtones et l’injustice du système colonial.

Humboldt a présenté une vision des peuples autochtones sud-américains et des esclaves d’origine africaine complètement différente des conceptions dominantes de son temps, rejetant le racisme endémique et la prétendue « supériorité » de la « race blanche », le fondement de la suprématie blanche. Humboldt a déclaré que la culture des peuples autochtones était aussi créative et diversifiée que la culture européenne. Il a attaqué avec véhémence l’un des principaux partisans du « racisme scientifique » européen de l’époque, le comte de Buffon, exposant le ridicule de ses idées.

Au retour de sa tournée en Amérique espagnole en 1804, Humboldt passa un bref séjour aux États-Unis, où il rencontra Thomas Jefferson, alors  célèbre président de ce pays. Jefferson partageait les mêmes intérêts que Humboldt dans les sciences naturelles et les deux ont eu de longues conversations lorsque Humboldt était un invité de la Maison-Blanche. Mais il y avait une question fondamentale et inconciliable entre les deux : l’esclavage. Thomas Jefferson, l’un des « pères fondateurs » de la nouvelle république qui se présentait comme la patrie de la liberté et de l’égalité, non seulement possédait des esclaves, mais reconnaissait l’importance de l’esclavage pour le développement économique de l’Amérique. Humboldt dénonçait cette hypocrisie et l’horreur qui sous-tendait cette idée de « développement économique ». Jefferson était également d’accord avec les idées de Buffon sur « l’infériorité » de la « race noire », que Humboldt considérait comme absurdes.

Peu après son retour en Europe, à Paris, Humboldt est présenté à un jeune noble nouvellement arrivé des colonies espagnoles d’Amérique : Símon Bolívar, le futur Libérateur. Bolívar raconta plus tard comment sa rencontre avec Humboldt lui a ouvert les yeux sur les merveilles et le potentiel de son propre pays, le futur Venezuela. En fait, c’est Humboldt qui a fait connaître l’Amérique à Bolivar lui-même, comme il le mentionne dans sa célèbre « Lettre jamaïcaine ». Les deux hommes se sont rencontrés à nouveau des mois plus tard à Rome, et cette fois Bolívar parlait déjà de la nécessité de l’indépendance de l’Amérique espagnole. Les conseils et la sagesse de Humboldt ont été cruciaux pour la maturité politique du jeune Bolivar. Toujours à Rome, Bolivar a juré de libérer l’Amérique, puis est retourné dans son pays.

Des années plus tard, Humboldt écrivit ce qui suit sur les nouvelles républiques d’Amérique latine, fruit des luttes de Simón Bolívar :

« La législation des nouvelles républiques d’Amérique espagnole, qui depuis le début ont eu un grand souci de mettre fin à l’esclavage, ne peut pas être assez louée. En ce sens, cette vaste partie de la Terre a un immense avantage sur le sud des États-Unis (…) »

« En Amérique, les hommes blancs ont créé une république blanche avec les lois les plus honteuses de l’esclavage. » (3)

Bien qu’il y ait aussi eu des esclaves et du racisme à Cuba, la démarcation entre Noirs et Blancs n’a pas suivi la même logique que la suprématie blanche dominante aux États-Unis. L’Espagne a utilisé des bataillons noirs armés à Cuba, par exemple, ce qui, aux yeux des suprémacistes blancs, équivalait à un crime de guerre. La loi espagnole a également permis aux esclaves de disposer de ressources impensables en vertu de la législation en vigueur dans le sud des États-Unis. Une preuve de la différence de traitement entre les Noirs à Cuba et aux États-Unis : la fuite massive des Afro-Américains de la Floride à Cuba à partir de 1819, lorsqu’elle a été acquise de l’Espagne par la République. Les Afro-Américains vivant en Floride savaient très bien ce qui les attendait sous le nouveau gouvernement et la migration vers Cuba était la meilleure option. Ces Afro-Américains ont apporté avec eux un sentiment anti-Washington qui influencerait toute l’île.

C’est l’indépendance de Cuba et sa chute ultérieure sous la domination américaine qui ont définitivement marqué l’attitude de l’île contre la suprématie blanche, générant une révolte non seulement contre la domination étrangère, mais contre une domination profondément raciste qui a tenté d’imposer le même système « Jim Crow » à Cuba, essayant de transformer une société marquée par le racisme en une société raciste régie par le modèle de la suprématie blanche. Le sentiment anti-américain, anti-Jim Crow et anti-domination blanche était déjà présent sur l’île bien avant la révolution. Comme l’a écrit Gerald Horne :

« Les Noirs américains avaient commencé à considérer un Cuba indépendant comme un refuge plein d’opportunités et de soulagement contre le racisme. »

Et Horne cite en outre ce témoignage d’un Américain de l’époque :

« (…) Les Cubains de couleur voient Cuba comme leur pays dans un sens beaucoup plus complet que les Noirs américains ne voient les États-Unis comme leur pays. » (4)

La révolution cubaine comme défi à la suprématie blanche

La révolution cubaine a libéré Cuba de la dictature de Batista et de la domination américaine exercée à travers cette dictature. Aux yeux de l’Empire, la révolution était un défi au projet de domination de la suprématie blanche. Et ce défi s’est aggravé lorsque certaines des premières mesures du gouvernement révolutionnaire ont été de corriger les injustices héritées de la période d’esclavage de l’île dans un domaine clé : la santé.

Don Fitz, dans son excellent livre ‘Cuban Health Care’ a écrit :

« Dans le Cuba prérévolutionnaire, le racisme touchait tous les aspects de la médecine : il y avait moins d’hôpitaux dans les zones rurales et dans l’est de Cuba, où les Noirs prédominent ; les cliniques mutuelles avaient beaucoup moins d’immatriculation des Noirs et il était presque impossible pour les Noirs d’entrer à l’école de médecine. »

« Il est difficile d’exagérer l’importance de la révolution de 1959, qui a marqué les changements les plus importants dans la vie des Cubains noirs depuis l’abolition de l’esclavage. Les appels à servir dans les zones rurales et dans les provinces de l’Est équivalaient à la lutte contre le racisme structurel. »

Face à ces attitudes du gouvernement révolutionnaire de Cuba par rapport à l’attitude qui prévaut aux États-Unis à la même époque, Don Fitz fait le commentaire suivant :

« L’envoi d’équipes médicales dans les communautés urbaines pauvres, les zones rurales et la partie orientale de l’île, avec la coordination du gouvernement révolutionnaire, s’est produit au moment où des manifestants des droits civiques aux États-Unis ont été battus par la police et attaqués par des chiens pour avoir exigé le droit de s’asseoir à des comptoirs « réservés aux Blancs ». Ce contraste n’est pas passé inaperçu chez les Cubains ni par beaucoup d’autres aux États-Unis. »

Le gouvernement révolutionnaire cubain a également entrepris des campagnes d’alphabétisation pour les adultes et les enfants dans tout le pays, afin de corriger une autre distorsion héritée de l’époque de l’esclavage. En effet,  l’analphabétisme affectait principalement et de manière disproportionnée la population pauvre d’origine africaine.

Avec la santé et l’éducation, la révolution cubaine a fait un grand effort pour recouvrer la dignité de la population pauvre, en particulier des Afro-descendants. De telles mesures étaient intolérables pour la suprématie blanche aux États-Unis, puisque, comme l’historien Gerald Horne s’interrogeait :

« Les Africains aux États-Unis pourraient-ils être exploités de manière aussi flagrante si les Africains à Cuba étaient dynamisés ? » (5)

Compte tenu de cela, il n’est pas surprenant l’hostilité intense des États-Unis envers la révolution cubaine depuis sa création. Et cette hostilité n’a fait qu’augmenter lorsque Cuba a commencé à internationaliser sa lutte contre la suprématie blanche. Cette internationalisation s’est produite principalement de deux manières, par la médecine et, inévitablement, par un conflit armé.

L’internationalisation de la médecine cubaine

Peu de temps après la révolution, confrontée à d’énormes difficultés, Cuba a pu envoyer de l’aide médicale au Chili, qui avait subi un tremblement de terre en 1960. Des brigades médicales cubaines ont également été envoyées au Nicaragua en 1972 et au Honduras en 1974, lorsque ces pays ont également été touchés par des tremblements de terre. Mais c’est surtout en Afrique que l’aide médicale cubaine a été la plus intense. Avec le soutien de l’URSS à l’époque, Cuba a coordonné la première campagne de vaccination massive contre la poliomyélite en Afrique, au Congo, vaccinant plus de 61 000 enfants. Toujours selon Don Fitz :

« À la fin des années 80, l’aide cubaine avait atteint plus d’une douzaine de pays africains. Parmi eux, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap-Vert, le Ghana, la Guinée, la Libye, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, le Mozambique, le Nigeria, Sao Tomé-et-Principe, les Seychelles, la Tanzanie, l’Ouganda, le Sahara occidental, la Zambie et le Zimbabwe. »

De cette façon, Cuba a cherché à réparer les distorsions et les injustices causées en Afrique après des siècles d’exploitation coloniale par les suprémacistes blancs.

L’autre contribution fondamentale de Cuba dans le domaine de la santé se manifeste à travers son École latino-américaine de la santé, ELAM, où les étudiants pauvres du monde entier, principalement d’Amérique latine et d’Afrique, en particulier les Noirs, peuvent étudier la médecine, élargissant ainsi la contribution de Cuba au monde. Selon Don Fitz, en 2020, ELAM avait formé quelque 30 000 médecins de plus de 100 pays.

En guerre contre la suprématie blanche – Opération Carlota

« À Cuba, nous avons baptisé l’opération internationaliste sous le nom de ‘Carlota’, en hommage à une femme africaine exceptionnelle qui, sur le sol cubain, a mené, en tant qu’esclave, deux soulèvements contre l’oppression coloniale et qui, comme ils avaient l’intention de le faire avec l’Angola en 1975, a été démembrée par les bourreaux qui ont réussi à la capturer lors de sa deuxième tentative de rébellion. ‘

Raul Castro

L’opération Carlota est peut-être la lutte la plus décisive contre la suprématie blanche et sa violence dans l’histoire du XXe siècle.

Je cite ici une partie du texte de l’introduction d’un ouvrage sur ce conflit, le témoignage de l’un de ses participants les plus importants, le général de brigade cubain Harry Villegas « Pombo » :

« Entre 1975 et 1991, quelque 425 000 volontaires cubains, organisés par les dirigeants révolutionnaires cubains, ont effectué des missions en Angola. Ils s’y sont rendus en réponse à une demande d’aide du gouvernement angolais. En 1975, le peuple de ce pays africain venait de conquérir sa liberté du Portugal après près de cinq siècles d’exploitation brutale et de domination coloniale. Il était maintenant agressé par le régime suprémaciste blanc en Afrique du Sud et ses alliés africains et internationaux. »

« Le but de la mission cubaine, qui a duré 16 ans, était d’aider l’Angola à se défendre et à repousser de manière décisive cette agression militaire soutenue par Washington. La mission ne s’est terminée qu’après une défaite retentissante infligée aux forces armées du régime d’apartheid en mars 1988, à la bataille de Cuito Cuanavale dans le sud de l’Angola, en même temps qu’un formidable groupe de combattants cubains, angolais et namibiens se déplaçait vers les bases du régime sud-africain au sud dans sa colonie, Namibie. » (6)

Stalingrad a été la bataille qui a déclenché la chute de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, infligeant une défaite militaire spectaculaire et sapant les prétentions suprémacistes blanches des nazis qui voulaient exterminer les peuples slaves « sous-humains ». Cuito Cuanavale était le Stalingrad de la suprématie blanche en Afrique. Comme Nelson Mandela l’a déclaré lors de sa visite à Cuba en 1991, peu après sa libération de prison en Afrique du Sud :

« Les internationalistes cubains ont apporté une contribution sans précédent à l’indépendance, à la liberté et à la justice en Afrique, en raison des principes et du désintéressement qui les caractérisent. Depuis ses débuts, la Révolution cubaine a été une source d’inspiration pour tous les peuples épris de liberté… »

« Y a-t-il un pays à qui Cuba aurait refusé l’aide demandée ? Combien de pays menacés par l’impérialisme ou luttant pour leur libération nationale ont pu compter sur le soutien de Cuba ? »

« En Afrique, nous sommes habitués à être victimes de pays qui veulent arracher notre territoire ou subvertir notre souveraineté. Dans l’histoire de l’Afrique, il n’y a pas d’autre cas d’un peuple qui s’est soulevé pour défendre l’un d’entre nous. ‘ (7)

La victoire de Cuba sur les forces sud-africaines a été décisive pour la chute du régime d’apartheid en Afrique du Sud, ainsi que pour offrir l’indépendance à la Namibie, qui était une colonie sud-africaine.

En 1988, Fidel Castro a fait la déclaration suivante au sujet de l’implication de Cuba dans la guerre angolaise :

« On sait que les États-Unis ont pratiquement perdu le sommeil avec cette audace qu’un petit pays comme Cuba serait capable de remplir une mission internationaliste de cette nature (en Angola). Le fait qu’un petit pays des Caraïbes ait pu soutenir le peuple africain frère est quelque chose qui va au-delà de leurs conceptions. »

« Nous savons comment les Africains pensent, et c’est un autre problème qui pèse sur la politique américaine. Les peuples d’Afrique ont vu les États-Unis comme  un allié de l’apartheid, responsable de la survie de l’apartheid. »

« Cuba n’a aucun intérêt économique en Angola ou en Afrique. Cuba est en Angola parce qu’elle remplit son devoir d’aider les peuples. »

« Comme nous l’avons déjà dit, être internationaliste, c’est rembourser notre propre dette envers l’humanité. Celui qui n’est pas capable de se battre pour les autres ne pourra jamais se battre pour lui-même. » (8)

Néolibéralisme, néocolonialisme et suprématie blanche en Amérique latine

Le néolibéralisme a été conçu dès le départ comme un projet de reprise du pouvoir de la suprématie blanche et de restauration du capitalisme, une réponse à l’alternative posée par la révolution russe de 1917 et à l’énorme crise de crédibilité du capitalisme après la Première Guerre mondiale.

Lors de la récente percée néolibérale en Amérique latine, c’est la suprématie blanche qui a mobilisé et instrumentalisé le racisme le plus rétrograde encore présent sur ce continent pour attaquer les gouvernements progressistes de pays comme le Brésil, la Bolivie et le Venezuela, entre autres. Ce n’est pas un hasard si dans tous les pays où l’offensive néolibérale a triomphé, l’une des premières mesures a été l’expulsion des médecins cubains, comme cela s’est produit au Honduras lors du coup d’État contre le président Zelaya, au Brésil après le coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff ou en Bolivie lors du coup d’État dirigé contre le président Evo Morales. L’éphémère gouvernement de Jeanine Áñez en Bolivie a affiché tout son racisme en déclenchant une violence meurtrière sans précédent contre la population indigène, attaquant même l’un des symboles les plus importants des peuples autochtones des Andes, le drapeau Wiphala. Les putschistes boliviens entendirent reproduire dans ce pays les guerres génocidaires des États-Unis au XIXe siècle contre les populations indigènes, avec le plein soutien des suprémacistes blancs de Washington.

Toujours au Brésil, le soutien des suprémacistes blancs a été la clé de l’arrivée au pouvoir du président Jair Bolsonaro. Le racisme, le féminicide, l’homophobie, ainsi que les attaques contre les peuples autochtones et l’environnement, ont augmenté de façon exponentielle sous le président Bolsonaro. Ce qui n’est pas une surprise, compte tenu de l’alignement explicite de Bolsonaro sur les suprémacistes blancs de Washington et de sa servilité envers eux.

Le néolibéralisme en Amérique latine est avant tout un projet néocolonial. Le néolibéralisme et le néocolonialisme sont les deux expressions du même projet de pouvoir de la suprématie blanche basée à Washington. La brutale attaque néolibérale contre les lois du travail, l’éducation et la santé publiques, et contre l’environnement, a pour objectif explicite de réduire les nations souveraines au statut de colonies. Le but du néolibéralisme est d’établir des administrations néocoloniales. Jeanine Áñez en Bolivie, Mauricio Macri en Argentine, Jair Bolsonaro au Brésil, Guillermo Lasso en Équateur, entre autres, sont tous des exemples d’administrations néocoloniales dont la tâche est de superviser le transfert des ressources naturelles et des biens publics de ces pays vers la métropole, en empêchant par tous les moyens possibles, y compris la violence et la terreur, toute opposition à ce projet. Exactement ce que la suprématie blanche a toujours fait là où elle a réussi à s’imposer.

Cuba continue d’être soumise à d’intenses attaques de la part de l’Empire précisément parce qu’aucun autre pays au monde n’a autant contribué et de tant de façon à la lutte contre la suprématie blanche et ce qu’elle représente. Face à la menace croissante de la réorganisation de la suprématie blanche sous l’ordre néolibéral et son projet néocolonial, Cuba est un exemple à suivre.

 

 

Notes: 

(1) W.E.B. Du Bois – The Suppression of the African Slave-Trade

(2) Ignacio Ramonet – Fidel Castro : Biographie à deux voix

(3) Andrea Wulf – The Invention of Nature

(4) Gerald Horne – Race to Revolution

(5) Gerald Horne – Race to Revolution

(6) Harry Villegas ‘Pombo’ –  Cuba y Angola La Guerra por la libertad

(7) Harry Villegas ‘Pombo’ –  Cuba y Angola La Guerra por la libertad

(8) Harry Villegas ‘Pombo’ –  Cuba y Angola La Guerra por la libertad