La Suisse et le blocus de Cuba: Le Conseil national exige une Suisse plus combative

Enfin ! Contre l’avis du Conseil fédéral[1], de son ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis et des élus du PDC[2], de l’UDC[3] et des Verts libéraux, le Conseil national[4] a accepté mardi 9 mars 2021 par 98 voix contre 89 un postulat demandant que la Suisse s’engage fermement à mettre un terme au blocus économique des Etats-Unis contre Cuba.

Huit associations emmenées par Suisse-Cuba et mediCuba-Suisse, avaient déposé le 10 décembre 2019 une pétition adressée dans ce sens au Conseil fédéral.

La Commission de politique étrangère du Conseil national a accepté cette pétition et a transmis le postulat au parlement national pour acceptation ce 9 mars.

La pauvreté s’est aggravée sur l’île en raison de ce blocus imposé unilatéralement. Depuis bientôt 60 ans, les conséquences de cette loi extra-territoriale créent la pauvreté et empêchent le développement économique du pays.

Malgré cela, Cuba, Etat du Tiers Monde, continue d’apporter son aide à une cinquantaine de pays dans la lutte contre la Covid-19. En effet, l’île ne partage pas son surplus, elle partage ce qu’elle a, même minée par les injustices étasuniennes.

Grâce à l’acceptation de ce postulat, la Suisse est appelée à faire pression sur l’administration américaine.

Pour rappel, à 29 reprises, l’ONU a accepté des résolutions demandant aux Etats-Unis de lever leur embargo sur Cuba. Des scores éloquents : plus de 185 pays (dont la Suisse) sont favorables contre quelques-uns seulement qui se plient au diktat de Washington !

Mais il ne conviendra pas simplement de peser sur le bouton « OUI » lors du vote, il s’agira aussi de défendre ardemment la position voulue par le Parlement lors des autres relations Etats-Unis – Suisse.

Les échanges commerciaux avec La Havane et notre pays doivent pouvoir reprendre. Il en va bien sûr de même pour les transactions financières. A titre d’exemple, PostFinance et les banques suisses ont l’interdiction par les Etats-Unis de transférer des fonds de Suisse vers Cuba. Pire, certaines banques suisses qui ont pignon sur rue aux Etats-Unis ont reçu l’ordre d’interdire les transactions en Suisse-même. À ce propos, la Banque Cler, le Crédit Suisse et les banques cantonales refusent des paiements de cotisations de membres ou de donateurs habitant la Suisse vers le compte des associations telles Suisse-Cuba ou mediCuba… Il suffit donc que les « robots » de ces établissements captent le mot « Cuba » et la transaction est généralement refusée…

Notre ministre des Affaires étrangère sera-t-il à la hauteur de la tâche pour contrer cette loi extra-territoriale étasunienne ? Ça, c’est évidemment une autre question.

 

Lien vers le postulat : https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20204332

[1] Gouvernement suisse

[2] Parti démocrate-chrétien, récemment renommé « Le Centre »

[3] Union démocratique du centre, parti d’extrême-droite

[4] Chambre du parlement suisse représentant le peuple