La montée terrifiante du black-out total des médias de masse sur les informations dérangeantes

Nous vous rapportions la semaine dernière la volte-face d’un témoin clé dans l’affaire Assange. Une véritable bombe qui fait s’effondrer le dossier monté par les États-Unis contre le fondateur de Wikileaks. La nouvelle s’est largement répandue dans les réseaux de la presse alternative. Mais du côté des médias traditionnels, pas un mot… (IGA)


 

Deux organismes de surveillance des médias, Media Lens et Fairness & Accuracy In Reporting (FAIR), ont publié des articles sur le black-out total des grands médias sur la révélation [en français] par le journal islandais Stundin qu’un acte d’accusation américain dans l’affaire contre Julian Assange était basé sur le faux témoignage de Sigurdur Thordarson, sociopathe diagnostiqué et pédophile condamné.

Alan MacLeod, de FAIR, écrit qu’’à la date du vendredi 2 juillet, il n’y a eu littéralement aucune couverture de cette affaire dans les médias institutionnels ; pas un mot dans le New York Times, le Washington Post, CNN, NBC News, Fox News ou NPR’.

’Une recherche en ligne pour ’Assange’ ou ’Thordarson’ ne donnera lieu à aucun article pertinent de sources établies, que ce soit aux États-Unis ou ailleurs dans l’Anglosphère, même dans des plateformes axées sur la technologie comme The Verge, Wired ou Gizmodo’, ajoute MacLeod.

’Nous n’avons pas trouvé un seul rapport d’un diffuseur ou d’un journal britannique ’sérieux’’, indique le rapport de Media Lens. ’Mais dans un monde sain, les révélations de Stundin sur un témoin clé d’Assange – que Thordarson a menti en échange de l’immunité contre les poursuites – auraient fait la une partout, avec une couverture médiatique étendue sur BBC News at Six and Ten, ITV News, Channel 4 News, des articles en première page dans le Times, le Telegraph, le Guardian et plus encore.’

’Pour ceux qui croient encore que les médias fournissent des informations, veuillez lire ceci’, a tweeté le journaliste australien John Pilger au sujet du rapport de Media Lens. ’Après avoir mené la persécution de Julian Assange, la ’presse libre’ est uniformément silencieuse sur la nouvelle sensationnelle que le dossier contre Assange s’est effondré. Honte à mes collègues journalistes.’

Comme nous avons déjà parlé, ce black-out médiatique bizarre et effrayant a des parallèles avec un autre black-out total sur une autre nouvelle majeure qui impliquait également WikiLeaks. Fin 2019, le site de fuite créé par Assange publiait de multiples documents provenant de lanceurs d’alerte de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) révélant que la direction de l’organisation avait activement falsifié l’enquête sur une attaque présumée au gaz de chlore à Douma, en Syrie, en 2018, afin de soutenir le récit du gouvernement américain sur cette allégation, mais les médias de masse ne voulaient pas y toucher. Un journaliste de Newsweek a démissionné de son poste pendant ce scandaleux black-out et a publié les courriels de ses rédacteurs en chef lui interdisant de couvrir l’histoire au motif qu’aucun autre grand média n’en avait parlé.

Ne vous méprenez pas, il s’agit très certainement d’un phénomène nouveau. Si vous ne me croyez pas, comparez le black-out sur ces histoires avec la couverture médiatique des révélations de WikiLeaks quelques années auparavant. La presse s’est empressée de publier les courriels du parti démocrate en 2016 et a collaboré activement avec WikiLeaks lors de la publication des fuites concernant Chelsea Manning en 2010. Même les fuites plus récentes de Vault 7 publiées en 2017 ont bénéficié d’une large couverture médiatique.

Pourtant, aujourd’hui, chaque histoire liée à WikiLeaks qui dérange l’empire centralisé des États-Unis est soigneusement tenue à l’écart de l’attention du grand public, avec une uniformité et une cohérence dérangeantes que nous n’avons jamais connues auparavant. Si l’environnement médiatique d’aujourd’hui avait existé dix ou quinze ans plus tôt, il est possible que la plupart des gens ne sauraient même pas qui est Assange, et encore moins les informations importantes sur les puissants que WikiLeaks a mises en lumière.

Nous avons également perçu un fort parfum de cette nouvelle tendance dans le black-out quasi total sur la surprise d’octobre de Hunter Biden de l’année dernière, qui n’a fait parler d’elle que parce qu’elle profitait à l’une des deux grandes factions politiques américaines. Après la révélation de l’affaire par le New York Post, nous avons vu des personnalités des médias traditionnels s’expliquer publiquement les unes aux autres pourquoi il était bon de ne pas couvrir l’affaire, avec des raisonnements très divers, allant de ’c’est une perte de temps’ à ’c’est trop compliqué’, en passant par ’ce n’est pas notre travail de faire des recherches sur ces choses’, sans oublier le fameux ’Nous devons traiter les fuites de Hunter Biden comme s’il s’agissait d’une opération de renseignement étrangère, même si ce n’est probablement pas le cas’ du Washington Post.

Quiconque a osé rendre publiques les fuites n’importe où à proximité de la chambre d’écho libérale dominante a été réduit à la soumission par le troupeau, et sans aucune raison légitime, il a été traité comme une non-histoire complète au mieux et une sinistre opération russe au pire. Et puis, voilà qu’en avril de cette année, Hunter Biden a reconnu que les fuites pouvaient très bien provenir de son ordinateur portable, et non d’une opération psychologique du GRU.

Et je pense que toute cette épreuve nous donne quelques éléments de réponse sur cette nouvelle dynamique inquiétante de blackouts complets sur les grands sujets d’actualité. L’année dernière, Stephen L Miller, du Spectator, a décrit comment le consensus s’est formé parmi la presse grand public depuis la défaite de Clinton en 2016, selon lequel il est de leur devoir moral de ne pas critiquer l’adversaire de Trump et de supprimer toute nouvelle qui pourrait leur profiter.

’Depuis près de quatre ans maintenant, les journalistes ont fait honte à leurs collègues et à eux-mêmes à cause de ce que j’appellerai le dilemme ’mais ses courriels’’, écrit Miller. ’Ceux qui ont rendu compte consciencieusement de l’enquête fédérale inopportune sur le serveur privé d’Hillary Clinton et la divulgation d’informations classifiées ont été exclus et écartés du club. Le fait de se concentrer autant sur ce qui était, à l’époque, un scandale considérable, a été considéré par de nombreux médias comme une gaffe. Ils pensent que leurs amis et collègues ont contribué à placer Trump à la Maison Blanche en se concentrant sur le scandale de Clinton, alors qu’ils auraient dû mettre en avant les faiblesses de Trump. C’est une erreur qu’aucun journaliste ne veut répéter.’

Une fois admis que les journalistes ont non seulement le droit mais le devoir de supprimer des informations qui sont à la fois factuelles et dignes d’intérêt afin de protéger un objectif politique, tout devient possible en termes de manipulation de propagande flagrante. Et nous avons vu la presse grand public poussée à s’aligner sur cette doctrine dans le sillage de l’élection de 2016.

Cette poussée n’a jamais fait la Une, mais elle était constante, énergique et extrêmement dominante dans les conversations que les journalistes grand public avaient entre eux, tant en public qu’en privé, à la suite de l’élection de 2016. Avant même que les votes ne soient exprimés, nous avons vu des gens comme Matt Yglesias de Vox et Scott Rosenberg, rédacteur en chef d’Axios, fustiger les journalistes des médias de masse pour s’être concentrés sur le scandale des courriels d’Hillary Clinton, et après que l’hystérie de Trump se soit déclenchée, cette attitude est devenue beaucoup plus agressive.

En 2017, nous avons vu des choses comme Jennifer Palmieri, proche de Clinton, se lamenter mélodramatiquement sur la fixation des médias sur les publications de WikiLeaks, en dépit des tentatives désespérées de la campagne Clinton pour les avertir qu’il s’agissait d’une opération russe (une affirmation qui, à ce jour, reste entièrement dépourvue de preuves). Des experts libéraux comme Joy ReidEric Boehlert et Peter Daou (avant sa conversion à gauche) n’ont cessé d’intimider la presse sur Twitter pour avoir osé couvrir les fuites.

La situation s’est encore aggravée lorsque des journalistes traditionnels, comme Amy Chozick du New York Times et Jeffrey Toobin de CNN, se sont livrés à des mea culpas humiliants pour dire à quel point ils regrettaient d’avoir permis au gouvernement russe de les utiliser comme des pions involontaires pour élire Donald Trump, en rapportant des faits dignes d’intérêt sur des documents totalement authentiques. C’était comme un croisement entre la scène de la confession/exécution de la Ferme des animaux et la scène de la marche expiatoire de Game of Thrones.

Petit à petit, la croyance selon laquelle la presse a l’obligation morale de supprimer les histoires dignes d’intérêt s’il y a une possibilité qu’elles profitent à des parties indésirables, étrangères ou nationales, est devenue l’orthodoxie dominante dans les cercles d’information grand public. À la mi-2018, nous avons vu des choses comme la journaliste de la BBC Annita McVeigh réprimander un invité pour avoir exprimé son scepticisme quant à la culpabilité du président syrien Bachar el-Assad dans l’incident de Douma, au motif que ’nous sommes dans une guerre de l’information avec la Russie’. Il est désormais considéré comme acquis que la gestion des récits fait partie du travail.

Là encore, il s’agit d’un phénomène nouveau. Les médias grand public ont toujours été des entreprises de propagande, mais ils s’appuyaient sur la manipulation, la distorsion, les demi-vérités, la couverture inégale et les affirmations gouvernementales répétées sans esprit critique ; il n’y avait pas de barrières d’information complètes dans tous les médias. On pouvait voir qu’ils accordaient une couverture insuffisante à des sujets importants, et que certains médias négligeaient des sujets gênants. Mais vous voyiez toujours quelqu’un sauter sur l’occasion d’être le premier à en parler, ne serait-ce que pour des raisons d’audience et de profit.

Ce n’est tout simplement pas comme ça que les choses fonctionnent aujourd’hui. Une histoire importante peut être révélée et n’être couverte que par des médias dont les partisans du courant dominant se moqueront et qu’ils rejetteront, comme RT ou Zero Hedge.

La façon dont les médias de masse ont commencé à ignorer tout simplement les grandes nouvelles qui dérangent les puissants, non seulement dans certains médias mais dans tous les grands médias, est extrêmement inquiétante. Cela signifie qu’à chaque fois qu’il y a une révélation gênante, les grandes institutions d’information font comme si elle n’existait pas.

Réfléchissez sérieusement à ce que cela signifie pendant un moment. Cela signifie que les lanceurs d’alerte et les journalistes d’investigation savent que, quels que soient les efforts qu’ils déploient ou les dangers qu’ils courent pour diffuser des informations cruciales au public, ce dernier ne les découvrira jamais, car tous les grands médias s’uniront pour les occulter.

Vous voulez parler d’une menace pour la presse ? Oubliez l’emprisonnement des journalistes et des lanceurs d’alerte, et pensez au fait que tous les médias avec une réelle influence s’unissent pour refuser de couvrir toute information importante qui est révélée. C’est une menace contre ce qu’est fondamentalement la presse. Plus qu’une menace. C’est la fin. La fin de la possibilité pour toute forme de journalisme d’avoir un impact significatif.

Le journaliste qui a travaillé sur le rapport Stundin dit avoir passé des mois à travailler sur cette histoire, et il s’attendait sûrement à ce que ses révélations soient couvertes par le reste de la presse occidentale. Les lanceurs d’alerte de l’OIAC s’attendaient sûrement à ce que leurs révélations reçoivent une attention suffisante pour faire la différence, sinon ils n’auraient pas divulgué ces documents au péril de leur vie. Le message envoyé aux lanceurs d’alerte et aux journalistes dans ces blackouts est le suivant : ne vous donnez pas la peine. Cela ne fera aucune différence, car personne ne verra jamais ce que vous révélez.

Et si c’est vrai, eh bien, que Dieu nous vienne en aide, je suppose.

 

Source originale: Le blog de Caitlin Johnstone

Traduction: Le Grand Soir