Je ne coopérerai pas avec ce grand jury, je ne trahirai pas mes principes : déclaration de Chelsea Manning

A peine libérée, Chelsea Manning est retournée en prison. Elle a en effet refusé de témoigner devant un grand jury dans l’affaire Julian Assange. Sans surprise. Juste avant de retourner derrière les verrous, la lanceuse d’alerte avait annoncé ses intentions dans un message que nous publions ci-dessous. (IGA)


Il y a deux mois, le gouvernement fédéral m’a convoqué devant un grand jury fédéral dans le district est de Virginie.

En règle générale, je m’oppose aux grands jurys. Les procureurs dirigent les grands jurys à huis clos et en secret, sans la présence d’un juge. Par conséquent, j’ai refusé de coopérer ou de répondre à toute question. En raison de mon refus de répondre aux questions, le juge [Claude] Hilton de la Cour de district a ordonné de me maintenir en détention pour outrage au tribunal jusqu’à la fin de la séance du grand jury.

Hier, le grand jury s’est terminé et j’ai quitté le centre de détention d’Alexandrie. J’ai reçu de très nombreuses preuves de solidarité et de soutien amour tout au long de cette épreuve.

J’ai reçu des milliers de lettres, dont des douzaines ou des centaines par jour. Cela signifie beaucoup pour moi et me permet d’aller de l’avant.

Les prisons sont une tache sombre au sein de notre société, avec plus de personnes confinées aux États-Unis que partout ailleurs dans le monde. Pendant mon séjour, j’ai passé 28 jours en cellule d’isolement – une expérience traumatisante que j’avais déjà vécue pendant un an auparavant.

Quelques mois seulement avant ma réincarcération, j’ai subi une opération chirurgicale de conversion sexuelle. Cela a rendu mon corps vulnérable aux blessures et aux infections, ce qui a entraîné des risques de complications pour lesquels je cherche maintenant un traitement.

Mon absence entrave gravement ma vie publique et privée. La loi exige que l’outrage civil ne soit utilisé que pour contraindre des témoins à témoigner.

Comme je ne peux pas être contraint, il s’agit plutôt d’une punition supplémentaire qui s’ajoute aux sept années que j’ai déjà passées en prison. La semaine dernière, j’ai rédigé à la main une déclaration dans laquelle j’indiquais que je n’accepterai jamais de témoigner devant un grand jury. Plusieurs des plus proches membres de ma famille, des amis et des collègues soutiennent ma décision. Nos déclarations ont été déposées au tribunal. Le gouvernement sait que je ne peux pas être contraint. Lorsque j’arriverai au palais de justice jeudi prochain, ce qui s’est passé la dernière fois se reproduira.

Je ne coopérerai pas avec ce grand jury ni avec aucun autre.

Au cours de la dernière décennie, j’ai accepté l’entière responsabilité de mes actes en 2010. Le fait d’être de nouveau en prison cette semaine ne change rien à cette situation. Les procureurs m’ont délibérément placé dans une situation impossible : soit je vais en prison, soit je tourne le dos à mes principes.

La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle que consisterait à trahir ma conscience ou mes principes.

Merci.

 

Source: Le Grand Soir