Irak et corruption : réponse au Sénat US

George Galloway, membre du Parlement britannique, nouvellement élu pour la circonscription de Bethnal Green and Bow s’est présenté le 18 mai 2005 devant la sous-commission du Sénat américain qui l’avait accusé de corruption dans le soi-disant scandale « Pétrole contre nourriture »

Extraits de son allocution:

« En fait, j’ai rencontré Saddam Hussein (en 1994 et 2002) exactement le même nombre de fois que Donald Rumsfeld l’a fait. La différence est que Rumsfeld l’a rencontré pour lui vendre des armes et lui donner des cartes pour mieux cibler ces armes. Je l’ai rencontré pour essayer de mettre un terme aux sanctions, aux souffrances et à la guerre, et la deuxième fois, pour le convaincre de laisser le Dr Hans Blix et les inspecteurs de l’Onu revenir dans le pays- un usage des rencontres avec Saddam Hussein bien meilleur que votre propre Secrétaire d’Etat en a fait…

« Vous trouverez, dans les archives officielles du Parlement, le Hansard, que du 15 mars 1990 à aujourd’hui, des preuves volumineuses que je détiens un meilleur record d’opposition à Saddam Hussein que vous ou qu’aucun autre membre des gouvernements britannique ou américain…..

« Maintenant, vous n’avez rien sur moi, Sénateur, sauf mon nom sur des listes de noms en provenance d’Irak, qui, pour la plupart, ont été établies après l’installation de votre gouvernement fantoche à Bagdad…. Vous avez mon nom sur ces listes qui vous ont été fournies par l’enquête Duelfer, qui lui ont été fournies par le voleur de banques reconnu et fraudeur et beni oui-oui, Ahmed Chalabi qui a joué un rôle décisif dans le désastre où se trouve votre pays en Irak, comme le reconnaît un certain nombre de personnes chez vous…

« Vous citez M. Taha Yassin Ramadhan… Je ne l’ai jamais rencontré…. Mais je sais qu’il est votre prisonnier, je crois dans la prison d’Abou Ghraib… Dans ces circonstances, sachant ce que le monde connaît la manière dont vous traitez les prisonniers à Abou Ghraib, à Bagram (en Afghanistan), à Guantanamo, y compris, je dois dire, des citoyens britanniques….je ne suis pas sûr quelle crédibilité on peut accorder à ce que vous avez pu soustraire à un prisonnier dans ces circonstances…

« L’existence de faux documents m’impliquant dans des activités commerciales avec le régime irakien est un fait prouvé. Il est avéré que ces documents fabriqués existaient et ont été distribués parmi des journaux d’extrême droite à Bagdad et dans le monde juste après la chute du régime irakien…

« Maintenant, Sénateur, j’ai donné mon cœur et mon âme pour lutter contre la politique que vous encouragiez. J’ai donné le fil de ma vie politique pour arrêter le massacre des Irakiens par les sanctions contre l’Irak qui ont tué un million d’Irakien, la plupart des enfants, la plupart sont morts avant même de savoir qu’ils étaient Irakiens, mais ils sont morts pour la simple raison qu’ils étaient Irakiens, ayant eu la malchance d’être nés à ce moment-là. J’ai donné mon cœur et mon âme pour vous empêcher de commettre le désastre que vous avez commis en envahissant l’Irak. Et j’ai dit au monde que votre plaidoyer pour la guerre n’était qu’un tissu de mensonges.

« J’ai dit au monde que l’Irak n’avait pas, contrairement à vos prétentions, d’armes de destruction massive. J’ai dit au monde, contrairement à ce que vous avanciez, que l’Irak n’avait aucun lien avec Al Qaeda. J’ai dit au monde, contrairement à vous, que l’Irak n’avait rien à voir avec les atrocités du 11 septembre. J’ai dit au monde, contrairement à vos allégations, que le peuple irakien opposerait une résistance à l’invasion américano-britannique de leur pays et que la chute de Bagdad ne serait pas le commencement de la fin, mais plutôt la fin du commencement.

Sénateur, tout ce que j’ai dit à propos de l’Irak s’est révélé juste et vous avez eu tort et 100 000 personnes ont payé de leur vie, 1600 soldats américains ont été envoyés à la mort pour un tissu de mensonges ; 15000 ont été blessés, beaucoup pour le restant de leur la vie, pour un tissu de mensonges.

Si le monde avait écouté Kofi Annan, dont vous avez demandé la démission, si le monde avait écouté Jacques Chirac que vous voulez dépeindre comme une espèce de traître corrompu, …vous ne connaîtriez pas le désastre que vous connaissez…

« Regardez le véritable scandale du Pétrole contre Nourriture. Examinez les 14 mois pendant lesquels vous étiez en charge à Bagdad, les 14 premiers mois quand 8,8 milliards de dollars de la richesse irakienne ont disparu. Regardez Halliburton et les autres multinationales américaines qui non seulement ont volé l’argent de l’Irak mais aussi l’argent du contribuable américain.

Jetez un coup d’œil au vrai scandale qui crève les journaux aujourd’hui, révélé dans les témoignages présentés devant votre commission. Les briseurs de sanctions, ce ne fut pas moi, ni les politiciens russes ou français. Les briseurs de sanctions ont été vos propres sociétés avec la connivence de votre propre gouvernement. »

Traduction : Xavière Jardez

Transcription intégrale : http://www.timesonline.co.uk/article/0,,3-1616578,00.html

Vidéo de l’intervention de George Galloway devant le Sénat américain :

http://news.bbc.co.uk/nolavconsole/shared/player/player.stm?title=Galloway%20delivers%20blistering%20attack%20on%20US%20Senate&clipurl=http://news.bbc.co.uk/media/avdb/news_web/video/9012da68000cfe0/nb/09012da68000d153_nb_16x9!asx&cs=news

OPINION

Scott Ritter :

« Les auditions du style McCarthy conduites par le Sénateur Coleman

ne sont que des écrans de fumée pour cacher un crime

d’une proportion horrible ».

« Tony Blair est un homme qui s’est montré plus soumis au président américain aux visées impérialistes qu’à la tradition britannique de respect de la règle de droit qui remonte à la Grande Charte. Il existe, cependant, au moins un politicien dont les citoyens de Grande Bretagne peuvent être fiers, indépendamment de ce que l’on pense de ses idées politiques. Cet homme a eu, dès 2002, le courage de se dresser contre Blair et Bush, d’appeler Blair « menteur » et de dire que tous les deux étaient comme des « loups » envers l’Irak. Pour avoir dit la vérité, on l’a châtié, on l’a exclus du Parti travailliste et on l’a sali en l’accusant sans preuve de corruption. Au même moment, le gouvernement US dissimulait le rôle qu’il avait joué dans l’enrichissement du gouvernement de Saddam Hussein par le biais de « pots-de-vin ». ….

« George Galloway, le politicien en question, a regardé droit dans les yeux la commission du Sénat américain sur la sécurité nationale et les affaires gouvernementales et son président Norm Coleman connu pour sa partialité partisane….Il est sorti victorieux de la session ….mais l’Amérique en général paraît incapable de comprendre la réalité horrible que l’audition de ce parlementaire souligne : que les auditions du style Mc Carthy conduites par le Sénateur Coleman ne sont que des écrans de fumée pour cacher un crime d’une proportion horrible.

« ….Il y a deux ans, j’écrivais que les accusations de corruption lancées contre Galloway venaient à point pour réduire au silence l’un des opposants les plus farouches de la guerre contre l’Irak. L’honorable membre du Parlement britannique a confronté, tête baissée, le repaire d’un corps politique conservateur US, sur une guerre et une occupation que beaucoup des deux côtés de l’Atlantique, politiciens et public ensemble, voudraient volontiers balayer. Aussi, M. Galloway, veuillez accepter de cet Américain trois hourra pour un travail bien fait ».

Traduction : Xavière Jardez

Source : www.guardian.co.uk/comment/story/0,3604,1489118,000.html