Gaz naturel : La Turquie fait le plein. Qu’est-ce que cela signifie pour les régions limitrophes ?

Dans l’ombre du débat animé qui fait rage en Europe sur le projet de gazoduc North Stream 2, des investissements dans le gaz naturel capables de transformer l’accès à l’énergie de l’Europe et la sécurité dans la région de la mer Noire sont en cours en Turquie. Consciente de l’importance potentielle de ces nouveaux corridors de gaz naturel, la Turquie s’est positionnée pour devenir un acteur important aux côtés, sinon aux dépens, de la Russie, qui a toujours été le principal fournisseur de gaz naturel de la Turquie et de l’Europe. Mais il reste à voir si cette diversification prochaine de l’approvisionnement en gaz naturel dans la région de la mer Noire constituera une victoire décisive pour la Turquie ou un gain pour la sécurité énergétique européenne. Cela dépendra du niveau auquel la Turquie reste indépendante de l’influence russe et si la Turquie elle-même suivra les règles de marché lorsqu’elle distribuera du gaz naturel provenant de Russie, d’Azerbaïdjan et éventuellement d’autres fournisseurs de la Caspienne vers l’Europe.

Géologie vs. Géographie

La géologie de la Turquie ne lui permet pas une indépendance vis à vis du gaz naturel. Le pays ne produit que 0,8 % du gaz naturel qu’il consomme. Il manque également des formations géologiques naturelles appropriées telles que des cavernes de sel qui pourraient fournir une grande capacité de stockage et ainsi isoler la Turquie des perturbations de son approvisionnement ou des hausses de prix. Cependant, ce qui manque à la Turquie en terme de géologie, elle le compense en termes géographiques, qui, si elle l’utilise bien, lui donnerait le potentiel de réduire la dépendance du pays à l’égard d’un seul fournisseur de gaz naturel, pour la transformer en une plaque tournante du gaz naturel pour l’Europe et faire du pays une force économique et géopolitique plus importante en Europe et en Asie.

La Turquie joue le jeu

Situés au carrefour d’une Asie riche en gaz naturel et d’une Europe pauvre en gaz naturel, les dirigeants turcs comprennent le rôle que leur pays peut jouer dans la région. Déjà alimentée par des gazoducs qui acheminent le combustible en provenance de Russie, d’Iran et d’Azerbaïdjan, la Turquie s’est engagée dans de nouveaux projets et gazoducs, notamment le gazoduc Turkish Stream et le gazoduc Trans-anatolien (TANAP), qui sont tous deux en cours de construction.

La Turquie a également été l’un des premiers pays à reconnaître le potentiel du gaz naturel liquéfié. Les deux terminaux d’importation de gaz naturel liquéfié du pays – le terminal de Marmara Ereglisi et le terminal d’Aliaga – sont opérationnels depuis 1994 et 2006, respectivement. Pour tirer parti de l’expansion rapide et de la globalisation du marché du gaz naturel liquéfié, la Turquie a également investi dans des unités flottantes de liquéfaction et de regazéification, dont la plus grande installation au monde, appelé Challenger, qui a ouvert ses portes en février 2018. L’investissement de la Turquie dans ces unités contribue à la flexibilité de l’offre et fournit une capacité d’importation supplémentaire. Il fournit également une capacité de stockage supplémentaire que le pays n’a pas été en mesure de construire par ailleurs.

L’introduction de nouvelles sources de gaz naturel en provenance d’Azerbaïdjan, de Géorgie, du Turkménistan, d’Israël, de Chypre, des États-Unis, de la Norvège ou du Qatar réduit la dépendance de la Turquie à l’égard d’un seul fournisseur – en particulier vis-à-vis de la Russie, qui a historiquement dominé les exportations de gaz vers la Turquie.

Pourtant, la Turquie ne cherche pas seulement à diversifier l’offre. La capacité de l’infrastructure du nouveau pays est supérieure à la demande actuelle et même projetée de la Turquie. Cela vaut même si l’on considère la demande croissante de gaz naturel en Turquie, qui a presque doublé, passant de 27 milliards de mètres cubes en 2005 au niveau record de 53,5 milliards de mètres cubes en 2017. La Turquie tente également de réduire la croissance de la demande afin d’isoler davantage son économie du gaz naturel importé. Au lieu de cela, elle se concentre sur la production de charbon et d’énergie éolienne, qui sont toutes deux disponibles au niveau national.

Ce changement est motivé en partie par le désir de réduire la forte saisonnalité et d’assurer la sécurité énergétique. Mais l’adoption d’une stratégie énergétique qui crée une surcapacité signale également une orientation vers l’extérieur dans la vision de la Turquie quant à son rôle énergétique futur. Grâce aux livraisons de gaz naturel provenant de fournisseurs très diversifiés, la Turquie espère dominer le marché en devenant une plaque tournante du gaz naturel pour l’Europe, en particulier pour l’Europe du Sud-Est, qui est moins reliée à l’infrastructure gazière de l’UE et reste fortement dépendante de la Russie (voir tableau 1).

Tableau 1. Dépendance à l’égard du gaz russe en Europe du Sud-Est (2015-2016)

PaysConsommation annuelle (bcm*)Production intérieure (bcm)Part du gaz russe (importations)Part du gaz russe (consommation totale)
Bulgarie (2016)3,30100%100%
Grèce (2016)3,890,00965%65%
Roumanie (2016)11,710,0310,00%10,00%
Serbie (2016)2,260,399100%82%
Hongrie (2015)91,895%80%

*bcm= milliard de mètres cubes

Si la Turquie devient une plaque tournante par l’intermédiaire de laquelle un ensemble diversifié de fournisseurs envoient leur gaz naturel vers l’Europe du Sud-Est et du Sud, le pays ne se contentera pas d’accumuler des avantages économiques qui comprennent des droits de transit et un gaz potentiellement moins cher pour la consommation intérieure. Il pourra également utiliser son statut de plaque tournante de l’énergie pour renforcer son poids géopolitique dans la région, vis-à-vis de la Russie et de l’Union européenne.

La Loi de l’équilibre : entre la Russie et l’Union européenne

À ce stade, la Russie est le partenaire de négociation le plus faible lorsqu’il s’agit de parler de transit de gaz naturel via la Turquie. La Russie a fait pression pour conserver sa part de marché en Europe et diversifier ses itinéraires de livraison de gaz naturel, en particulier pour contourner le transit ukrainien. Après l’échec du projet South Stream et les difficultés actuelles rencontrées par North Stream 2, Turkish Stream est devenu un élément important de cette stratégie. Même au plus fort des tensions entre les deux pays au sujet de la Syrie, la Russie a refusé d’annulerl’investissement en réaction au jet russe abattu par la Turquie en 2015. La Russie a également offert des prix plus bas pour la consommation intérieure de la Turquie. Récemment, les pays ont signé un accord en vertu duquel la Russie a accepté de réduire rétroactivement le prix du gaz livré à la Turquie en 2015 et 2016.

Mer Noire- Carte

La quête de la Turquie pour devenir une plaque tournante du gaz naturel pourrait également aider à réparer les relations complexes du pays avec l’Union européenne. Comme il est peu probable que la Turquie devienne membre de l’UE, son futur statut de plaque tournante gazière pourrait devenir un autre moyen de relier Ankara à l’Europe, jouant un rôle important en tant que partenaire commercial et énergétique dans le bassin de la mer Noire. Étant donné que le gaz qui transite par la Turquie sera probablement livré par la Grèce, le gaz pourrait même jouer un rôle dans le règlement de la question chypriote.

Approche du rapprochement

Mais la mesure dans laquelle la quête de la Turquie pour devenir une plaque tournante de l’énergie à succès – et la mesure dans laquelle elle profite à la Turquie et à l’Union européenne – dépend de multiples facteurs. Premièrement, l’avenir des relations entre Ankara et Moscou n’est pas clair. La Russie est bien connue pour utiliser le gaz naturel comme moyen de jouer à la politique de la carotte et du bâton. Et le gaz russe bon marché peut devenir un problème s’il ne peut être remplacé à court terme et à un prix comparable par du gaz provenant d’autres fournisseurs.

Deuxièmement, si la réconciliation russo-turque se déroule trop bien et que les pays coordonnent leurs objectifs géopolitiques, l’Europe du Sud-Est pourrait être exposée à une pression géopolitique encore plus forte, surtout si la région n’est pas en mesure de tirer parti des approvisionnements en gaz naturel en plus du transit turc. Cela serait particulièrement préoccupant si les pays de l’Europe du Sud-Est ne sont pas en mesure de faire avancer leurs propres projets de réseau et de diversification qui comprennent actuellement les interconnexions Grèce-Bulgarie, le terminal de gaz naturel liquéfié à Krrk, en Croatie, ou le Northern Gate, un nouveau gazoduc qui apporterait des approvisionnements supplémentaires en gaz naturel en provenance de Norvège. Dans le contexte du rapprochement turco-russe en cours, une Europe du Sud-Est qui dépend du gaz turc pourrait ne pas être mieux lotie qu’elle ne l’est aujourd’hui, dépendante du gaz russe.

Troisièmement, la géographie de la Turquie ne suffit pas à garantir que ses rêves de centre énergétique deviennent réalité. Il n’est pas encore garanti que la Turquie disposera d’un approvisionnement suffisant, en grande partie parce que l’ampleur des flux de gaz via le TANAP n’est pas encore clair. Il s’agit notamment des préoccupations relatives aux facteurs de surface qui pourraient perturber la livraison du gaz naturel, y compris les questions de sécurité concernant le transfert de gaz en provenance de l’Iran ou du Turkménistan, ou liées au conflit du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Une certaine incertitude entoure également le projet de gazoduc européen TAP, qui permettrait d’acheminer vers l’Europe les approvisionnements en gaz livré à la Turquie via TANAP. Pas plus tard que le 6 juin, le gouvernement italien a déclaré qu’il réexaminerait la question de savoir si le gazoduc devrait être autorisé à traverser le territoire du pays. Et même si aujourd’hui, le gouvernement italien soutient à nouveau le gazoduc, l’opposition italienne locale s’inquiète de son achèvement en temps voulu. Même lorsqu’il s’agit d’approvisionnements russes, il y a des limites à l’approvisionnement potentiel qui pourrait transiter par la Turquie. À ce stade, seuls deux des quatre pipelines du Turkish Stream, initialement prévus, sont en cours de construction.

En outre, une condition préalable majeure pour une plaque tournante de l’énergie est un marché libéralisé qui permet le libre-échange du gaz. Il est encourageant de constater que la Bourse turque de l’énergie à Istanbul (EPIAS) a commencé à tester un système d’échange de gaz naturel en ligne. Tout bien considéré, cependant, la Turquie n’a toujours pas de marché suffisamment libéralisé pour soutenir une plaque tournante qui fonctionne bien. Alors que la Turquie a promulgué des lois visant à soutenir son marché du gaz naturel, la compagnie BOTAS, propriété de l’État, continue de dominer le marché turc.

Faire le plein

La Turquie fait tout ce qu’il faut pour se positionner comme un acteur important qui pourrait influencer à la fois les fournisseurs asiatiques de gaz naturel et les clients européens. Pour l’instant du moins, cette influence inclut le plus grand et le plus puissant des fournisseurs de gaz naturel de l’Europe – la Russie. La Turquie réussit parce qu’elle engage de multiples fournisseurs qui peuvent fournir du gaz naturel relativement bon marché, en limitant l’utilisation du gaz naturel au niveau national pour qu’elle puisse en exporter davantage, et en construisant des options d’approvisionnement et des installations de stockage flexibles.

Grâce à ces politiques, la Turquie deviendrait un acteur important de la sécurité énergétique européenne. En particulier, les livraisons de gaz par l’intermédiaire de TANAP contribueront à diversifier le marché du gaz dans le sud-est de l’Europe, qui est tributaire du gaz russe. Mais l’association étroite que la Turquie a forgé avec la Russie pourrait également créer des risques si la Turquie tente d’utiliser le gaz comme outil politique contre l’Europe. Pour cette raison, l’Europe devrait continuer à se concentrer sur le développement de la connectivité du marché dans ses régions du Sud et du Sud-Est – avec la Turquie et au-delà.

Northern Gate. Le corridor norvégien

Anna MikulskaPh.D., est boursière non résidente en études énergétiques au Baker Institute’s Center for Energy Studies et boursière à l’Institut de recherche en politique étrangère. Ses recherches portent sur la géopolitique du gaz naturel au sein de l’UE, de l’ancien bloc soviétique et de la Russie. Mikulska est également chercheuse principale au Kleinman Center for Energy Policy de l’Université de Pennsylvanie, où elle enseigne des séminaires de deuxième cycle sur la politique énergétique et la géopolitique de l’énergie.

Marcin SienkiewiczPh.D., est chercheur à l’Institut d’études internationales de l’Université de Wrocław. Il enseigne également des séminaires de deuxième cycle sur la construction et l’exploitation de réseaux de gazoducs à l’Université des sciences et de la technologie de Wroclaw. Entre 2008 et 2010, il a été expert en matière d’énergie et de sécurité nationale au Bureau de la sécurité nationale polonaise et à la Chancellerie du Président de la République de Pologne. 

Note du Saker Francophone

Cet article est issu d’une série de 5, basé sur des sources comme l’Atlantic Council, un think tank atlantiste. Il est toujours intéressant de lire les points de vue qui y sont développés car même si certains jugements de valeur sont contestables, l’ensemble est assez équilibré dans le cadre de la russophobie endémique en Occident. Dans cet article la position et la main de la Russie sont volontairement sous-estimées pour valoriser celle de la Turquie, toujours membre, même vacillant, de l’OTAN.

Par Anna Mikulska et Marcin Sienkiewicz

Source War On The Rocks

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone