Explosion à Beyrouth : face aux accusations, les dénégations hypocrites d’Israël

Quand les responsables politiques israéliens témoignent leur solidarité avec le Liban, quand ils proposent une aide humanitaire, quand la mairie de Tel-Aviv est illuminée aux couleurs du pays du cèdre, le journaliste Gideon Levy peine à ignorer l’hypocrisie ambiante. Après tout, ce n’est pas comme si l’armée israélienne n’avait jamais fait trembler la terre au Liban ni menacer de réduire en cendres ses infrastructures… (IGA)


Tout l’Israël officiel s’est présenté comme choqué par la catastrophe qui a frappé son voisin, le Liban, hier. Presque tout le monde prend un visage triste. À l’exception de Richard Silverstein, qui tient le blog Tikkun Olam, personne n’a accusé Israël d’être à l’origine de la catastrophe. À l’exception de Moshe Feiglin, député et chef du parti Zehut qui appartient à la coalition du Likoud, et de quelques autres racistes [y a-t-il autre chose en Israël ?], personne n’a exprimé de joie satanique à ce sujet.

Déclarations de Feiglin : « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à D.ieu et à tous les génies et héros vraiment (!) qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour. Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth. Vous ne croyez pas vraiment qu’il s’agissait d’un entrepôt de carburant mal géré, n’est-ce pas ? Comprenez-vous que cet enfer était censé nous tomber dessus comme une pluie de missiles ?! J’ai une certaine expérience des explosifs. La plus grande explosion à laquelle j’ai participé était de 2,5 tonnes de TNT. Ce que nous avons vu hier au port de Beyrouth était bien plus grand. L’effet destructeur (sans le rayonnement) était comme une bombe nucléaire. Si c’était nous, et j’espère que c’était nous, alors nous devrions en être fiers, et avec cela nous créerons un équilibre de terreur. En évitant de dire que c’est nous, nous nous mettons du côté obscur de la moralité. Nous sommes tous autorisés à nous réjouir. »

Heureusement, l’ancien porte-parole de l’armée israélienne Avi Benayahu a chassé Feiglin de la course : « Avec de telles déclarations, vous n’appartenez pas au peuple juif », a déclaré Benayahu, l’homme de moralité juive, et cette tâche honteuse a été lavée.

Benayahu a raison : l’État juif n’a jamais causé de telles catastrophes, et lorsque nos ennemis sont tombés, il ne s’est jamais réjoui. Les Forces de défense israéliennes, dont Benayahu était la voix, n’ont jamais causé de destructions et de dévastations, certainement pas au Liban, certainement pas à Beyrouth. Qu’est-ce que Tsahal a à voir avec la destruction des infrastructures ? Avec une explosion dans le port de Beyrouth ? Pourquoi l’armée la plus morale du monde aurait-elle quelque chose à voir avec les bombardements de centres de population ? Et c’est ainsi que les dirigeants du pays se sont empressés d’offrir leur aide au pays des cèdres dévasté, un geste juif et israélien si typique, humain, haut et émouvant au point de nous tirer des larmes.

Il est vrai que l’armée de l’air israélienne fait fi de la souveraineté du Liban et vole dans ses cieux comme s’ils étaient les siens. Certes, Israël a dévasté le Liban à deux reprises pendant la guerre (1982 et 2006), mais on ne va pas tenir de comptes d’apothicaire. Le Président israélien a adressé une déclaration de condoléances au peuple libanais, le Premier ministre et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont déclaré qu’ils avaient « donné des instructions pour offrir une assistance humanitaire et médicale au Liban ».

Comme si toute cette bienfaisance ne suffisait pas, le maire de Tel Aviv a ordonné que le bâtiment de la municipalité soit illuminé des couleurs du drapeau libanais. Les mots sont incapables de décrire un geste si éthéré. Toute la haine passée a été mise de côté, et Israël est maintenant un ami dans le besoin de son voisin souffrant. C’était peut-être une bénédiction de Tu B’Av, la fête de l’amour, célébrée hier. Mais quand même, un vague souvenir menace de gâcher la fête à la gloire de notre bonté et de notre altruisme, que nous aimons tant ici.

N’est-ce pas ce même ministre de la Défense qui, la semaine dernière, a menacé ce même Liban de détruire ses infrastructures ? Le Premier ministre n’a-t-il pas également menacé le Liban ? Et à quoi ressemble la destruction des infrastructures au Liban ? Exactement à ce qui a été vu au Liban mardi. Le bruit du tonnerre a secoué la ville, une fumée noire s’est répandue au-dessus, des destructions et des ravages, du sang civil a coulé, 4 000 blessés aux portes de l’hôpital, comme l’a décrit avec horreur l’ambassadrice d’un pays européen à Beyrouth, qui avait auparavant servi en Israël. Elle a été blessée mardi dans l’explosion et était sous le choc.

La moitié d’Israël et l’ensemble de l’état-major de Tsahal savent comment réciter la célèbre doctrine Dahiya, objet de tous les louanges. Un politicien sur deux a menacé de la mettre en œuvre. C’est notre langage avec le Liban et Gaza. C’est la doctrine adoptée par le Carl von Clausewitz israélien, l’ancien chef d’état-major Gadi Eisenkot, l’espoir actuel de la gauche israélienne, alors qu’il était chef du commandement du Nord.

Et quelle est cette doctrine sophistiquée qui porte le nom de la banlieue sud de Beyrouth, bastion des masses populaires du Hezbollah décimées en 2006 ? C’est l’utilisation d’une force disproportionnée et impitoyable contre les infrastructures, semant la destruction et l’effusion d’autant de sang que possible. « Aplatir une fois pour toutes », pour donner une leçon à l’ennemi. L’armée israélienne a essayé cela plus d’une fois dans le passé, au Liban et à Gaza, et ce fut une réussite vertigineuse. Cela ressemble à ce qui a été vu à Beyrouth mardi.

Il ne s’est pas encore écoulé une semaine depuis qu’Israël a menacé de détruire les infrastructures du Liban si le Hezbollah osait venger le meurtre d’un de ses combattants dans une action militaire limitée à la frontière, mais Israël le destructeur devient Israël le miséricordieux. Accepteriez-vous l’aide humanitaire d’un tel pays ? Y a-t-il une démonstration d’hypocrisie plus écœurante * ?

Quand Israël a démoli Dahiya et d’autres quartiers de Beyrouth, le bâtiment de la municipalité de Tel Aviv n’était pas illuminé des couleurs du drapeau libanais. Quand Israël a tué des milliers de femmes et d’enfants innocents, vieux et jeunes, à Gaza pendant l’opération criminelle Plomb durci et l’opération Bordure protectrice, la municipalité n’a pas été éclairée aux couleurs du drapeau palestinien. Mais mercredi, nous étions tous si humains, si Libanais pour un moment. Jusqu’au prochain Dahiya.

 

Source: Les cris des peuples