Deux éminents intellectuels US dénoncent: « Les allégations de génocide au Xinjiang sont injustifiées »

Parmi les responsables du gouvernement US, c’est Mike Pompeo le premier qui a décrété que la Chine commettait un génocide au Xinjiang. On aurait pu croire que le délire antichinois allait descendre d’un cran avec l’arrivée à la Maison-Blanche de Joe Biden, présenté comme plus « raisonnable » que son prédécesseur. Mais l’accusation de génocide a été réitérée. Jeffrey Sachs et William Schabas ont donc signé un article dans le Project Syndicate, un réseau de 459 médias dans 150 pays. Ils soulignent ce que beaucoup ont déjà dénoncé: l’accusation, particulièrement grave, ne repose pas sur des bases solides. La particularité de cet article réside dans le profil de ses auteurs. Économiste de renommée mondiale, proche du camp Démocrate, Sachs a été conseiller de plusieurs secrétaires généraux des Nations Unies, dont Antonio Gutteres.  Schabas est professeur de droit, connu mondialement lui aussi. Spécialiste sur les questions de la torture, de la peine de mort et du génocide, il intervient régulièrement à l’ONU. (IGA)


 

L’administration du président américain Joe Biden a réitéré l’affirmation selon laquelle la Chine organise un génocide contre le peuple Ouïghour dans la région du Xinjiang. Mais elle n’a fourni aucune preuve et, à moins qu’elle ne le fasse, le département d’État devrait retirer cette accusation et soutenir une enquête de l’ONU sur la situation au Xinjiang.

NEW YORK/LONDRES – Le gouvernement américain a inutilement intensifié sa rhétorique contre la Chine en affirmant qu’un génocide est en cours contre le peuple Ouïghour dans la région du Xinjiang. Une accusation aussi grave a son importance, car le génocide est considéré à juste titre comme « le crime des crimes ». De nombreux experts appellent désormais au boycott des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, qu’ils qualifient de « Jeux olympiques du génocide« .

L’accusation de génocide a été lancée le dernier jour de l’administration de Donald Trump par le secrétaire d’État de l’époque, Michael Pompeo, qui ne cachait pas sa conviction que le mensonge était un outil de la politique étrangère américaine. Aujourd’hui, l’administration du président Joe Biden s’est ralliée à l’affirmation peu convaincante de Pompeo, même si les principaux juristes du département d’État partagent notre scepticisme à l’égard de cette accusation. Comme le HRP n’utilise jamais le terme, sauf une fois dans la préface du rapport et une autre fois dans le résumé du chapitre consacré à la Chine, les lecteurs doivent deviner les preuves. Une grande partie du rapport traite de questions telles que la liberté d’expression, la protection des réfugiés et les élections libres, qui ont peu de rapport avec l’accusation de génocide.

Il existe des accusations crédibles de violations des droits de l’homme à l’encontre des Ouïghours, mais elles ne constituent pas en soi un génocide. Et nous devons comprendre le contexte de la répression chinoise au Xinjiang, qui avait essentiellement la même motivation que l’incursion américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale après les attentats de septembre 2001 : mettre fin au terrorisme des groupes islamiques militants.

Comme l’a raconté l’homme d’affaires et écrivain Weijian Shan, basé à Hong Kong, la Chine a connu des attaques terroristes répétées au Xinjiang au cours des mêmes années où la réponse imparfaite de l’Amérique au 11 septembre a conduit à des violations répétées du droit international et à des effusions de sang massives. En effet, jusqu’à la fin de l’année 2020, les États-Unis ont classé le Mouvement islamique du Turkestan oriental ouïghour comme un groupe terroriste, ont combattu les combattants Ouïghours en Afghanistan et en ont retenu beaucoup comme prisonniers. En juillet 2020, les Nations unies ont constaté la présence de milliers de combattants Ouïghours en Afghanistan et en Syrie. L’accusation de génocide ne doit jamais être portée à la légère. Une utilisation inappropriée de ce terme peut aggraver les tensions géopolitiques et militaires et dévaloriser la mémoire historique de génocides tels que l’Holocauste, entravant ainsi la capacité à prévenir de futurs génocides. Il incombe au gouvernement américain de porter toute accusation de génocide de manière responsable, ce qu’il n’a pas fait ici.

Le génocide est défini en droit international par la convention des Nations unies sur le génocide (1948). Des décisions judiciaires ultérieures ont clarifié sa signification. La plupart des pays, y compris les États-Unis, ont intégré la définition de la convention dans leur législation nationale sans y apporter de modifications importantes. Au cours des dernières décennies, les principaux tribunaux de l’ONU ont confirmé que la définition exigeait la preuve, selon des critères très stricts, de la destruction physique intentionnelle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, et que l’un des cinq actes suivants devait être perpétré. De toute évidence, le meurtre figure en tête de liste. Le rapport du département d’État sur la Chine indique qu’il y a eu de « nombreux rapports » de meurtres, mais que « peu ou pas de détails étaient disponibles », et ne cite qu’un seul cas – celui d’un Ouïghour détenu depuis 2017 et mort de causes naturelles, selon les autorités. Le rapport n’explique même pas pourquoi l’explication officielle devrait être remise en question.

Techniquement, un génocide peut être prouvé, même sans preuve que des personnes ont été tuées. Mais comme les tribunaux exigent la preuve de l’intention de détruire physiquement le groupe, il est difficile d’établir cette preuve en l’absence de preuves de meurtres à grande échelle. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il n’existe pas de preuves directes de l’intention génocidaire, par exemple sous la forme de déclarations politiques, mais simplement des preuves circonstancielles, ce que les tribunaux internationaux appellent un « modèle de comportement« .

Les tribunaux internationaux ont déclaré à plusieurs reprises que lorsque les accusations de génocide ne sont fondées que sur des déductions tirées d’un modèle de comportement, les autres explications doivent être définitivement écartées. C’est pourquoi la Cour internationale de justice a rejeté en 2015 l’accusation de génocide portée contre la Serbie et la contre-accusation portée contre la Croatie, malgré les preuves d’un nettoyage ethnique brutal en Croatie.

Alors, qu’est-ce qui pourrait encore constituer une preuve de génocide en Chine ? Le rapport du Département d’État fait référence à l’internement massif de peut-être un million de Ouïghours. Si cela était prouvé, cela constituerait une violation flagrante des droits de l’homme, mais, encore une fois, ce n’est pas une preuve, en soi, d’une intention d’extermination.

Un autre des cinq actes de génocide reconnus est « l’imposition de mesures destinées à empêcher les naissances au sein du groupe ». Le rapport du département d’État fait référence aux politiques de contrôle des naissances notoirement agressives de la Chine. Jusqu’à récemment, la Chine appliquait strictement sa politique de l’enfant unique à la majorité de sa population, mais était plus libérale envers les minorités ethniques, notamment les Ouïghours.

Aujourd’hui, la politique de l’enfant unique n’est plus appliquée à la majorité des Chinois Han, mais des mesures plus strictes ont été imposées à la minorité musulmane du Xinjiang, dont les familles sont traditionnellement plus nombreuses que la moyenne chinoise. Le Xinjiang enregistre néanmoins un taux de croissance démographique global positif, la population ouïghoure ayant augmenté plus rapidement que la population non ouïghoure du Xinjiang entre 2010 et 2018.

L’accusation de génocide est alimentée par des « études » comme le rapport du Newlines Institute qui a récemment fait la une des journaux. Newlines est décrit comme un groupe de réflexion « non partisan » basé à Washington, DC. En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit du projet d’une minuscule université de Virginie comptant 153 étudiants, 8 professeurs à temps plein et un programme politique apparemment conservateur. D’autres grandes organisations de défense des droits de l’homme se sont abstenues d’utiliser ce terme.

Les experts de l’ONU demandent à juste titre que l’ONU enquête sur la situation au Xinjiang. Le gouvernement chinois, quant à lui, a récemment déclaré qu’il accueillerait favorablement une mission de l’ONU au Xinjiang basée sur « les échanges et la coopération », et non sur « la culpabilité avant preuve ».

À moins que le département d’État ne puisse étayer l’accusation de génocide, il devrait retirer cette accusation. Il devrait également soutenir une enquête menée par l’ONU sur la situation au Xinjiang. Le travail de l’ONU, et notamment des rapporteurs spéciaux sur les droits de l’homme, est essentiel pour promouvoir la lettre et l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Jeffrey SACHS et William SCHABAS
20 avril 2021.

 

Source originale: Project Syndicate

Traduit de l’anglais par Le Grand Soir