Crédit social en Chine : cassons les mythes orwelliens

Le système de crédit social déchaîne les passions et les fantasmes. Alors que tout le monde a en tête l’image d’un système de notation orwellien, la réalité est tout autre… et bien moins sensationnaliste.


 

Dans les débats portant sur les technologies numériques et les dangers qu’elles représentent, la République populaire de Chine est souvent perçue comme  » l’opposé négatif » du « nous ». Perception influencée par l’avancée de la Chine dans ce domaine : il est vrai que le régime de Pékin est pionnier dans la mise en place de la censure et de la surveillance à grande échelle, disposant de capacités de pointe autour de la reconnaissance faciale et de la surveillance des réseaux sociaux.

Plombée par cette image désastreuse , la Chine incarne en Europe l’exemple-type de la dystopie contemporaine. Si cette représentation peut faire les choux gras d’hommes politiques et de journalistes peu soucieux du détail, la réalité ne se résume pas à un « état orwellien » et son panoptique numérique contrôlant chacun des faits et gestes des individus. Ces raccourcis brouillent la compréhension des implications des technologies numériques sur le fonctionnement de l’État et proposent une vision biaisée de la vie en Chine contemporaine. Le dernier exemple en date est le nouveau documentaire, diffusé mardi 8 février sur la chaîne parlementaire LCP-AN, titré  » Ma femme a du crédit » .

Ce documentaire déroule le récit d’une Chine devenue « totalitaire » où la « 5G, les Big data, les doubles digitaux forment une immense toile de la surveillance totale » – toile grâce à laquelle « le Parti communiste peut lire sur le visage de ses citoyens chacun de leurs faits et gestes ». Mieux encore, le Parti aurait mis en place un système de notation, d’évaluation des citoyens en fonction de leur comportement : le fameux « système de crédit social » (SCS). Effet garanti lorsque le réalisateur demande à son épouse, Lulu, à peine sortie du lit, de « vérifier son score » et que le nombre 752 s’affiche sur l’écran.

Ce que signifie ce résultat, le documentaire ne l’explique pas vraiment. On nous informe qu’il s’agit d’un « score qui conditionne l’accès aux services publics » ou « qui permet à des commandes internet d’aboutir ». Nous n’aurons pas plus de détails, sinon que le projet « est inspiré des techniques financières américaines », qu’il est « inscrit dans le plan quinquennal » et recourt à des « contraintes contre les personnes non dignes de confiance ». Le procédé vise à impressionner le spectateur, et peu importe que le réalisateur prenne des libertés avec la réalité, peu importe que les traductions soient approximatives, voire trompeuses. « Ma femme a du crédit » est le dernier exemple en date de documentaire à charge, qui n’hésite pas à déformer les faits pour coller à une vision dystopique de la Chine.

Ce n’est pas la première fois que le crédit social est ainsi décrit dans des formats grand public. Il est vrai que cet objet d’étude est particulièrement complexe. Malgré les efforts des chercheurs comme Jeremy Daum ou Séverine Arsène , ce système reste associé à l’idée d’un « score universel attribué à l’ensemble des citoyens chinois » qui permet « d’évaluer leur comportement ». La réalité est tout autre, et surtout plus ennuyeuse : le système de crédit social est un outil bureaucratique, reposant avant tout sur des tableurs Excel, qui concerne plus les entreprises que les individus – ceux-ci ne représentent que 0,2 % des entités sanctionnées . Il n’y a pas de score donné aux citoyens, et personne ne se voit interdire l’accès aux hôpitaux pour avoir traversé au feu rouge.

Si on cherche à arrêter une définition rigoureuse, le « système de crédit social » est une « interface bureaucratique entre les systèmes juridique et réglementaire » (Jee, 2021). En tant que tel, le SCS sert deux fonctions principales : faciliter le partage l’information entre les administrations, et mettre en place un mécanisme de récompenses et de sanctions. Afin de faciliter le partage d’informations, l’État construit laborieusement des bases de données à disposition des administrations. Ces données sont issues tant de l’administration fiscale, du régulateur financier, que des départements en charge de la protection de l’environnement, etc. Elles concernent majoritairement les entreprises : licence, historique juridique, déclarations fiscales – 73 % des documents liés au crédit social concernent les entreprises. Pour ce qui est de la mise en place d’un mécanisme de récompenses et sanctions, le SCS permet de pénaliser une entreprise si elle est reconnue coupable par une administration compétente d’avoir enfreint les lois en vigueur. Elle est alors ajoutée sur liste noire et se voit appliquer des sanctions correspondantes. Ces sanctions incluent le plus souvent des restrictions pour l’accès aux financements ou aux marchés publics.

Loin de former un système monolithique notant les individus en fonction de leur comportement quotidien, le SCS punit principalement les enregistrements frauduleux d’entreprises, les chauffeurs Uber dont la licence est expirée, les ventes de médicaments non autorisés, etc. Pour les individus, les sanctions les plus sévères sont réservées aux personnes qui refusent de rembourser leurs dettes tout en ayant la capacité de le faire. Cela reste encore à nuancer : l’inscrip-tion sur cette liste ne s’effectue qu’après trois rappels à la loi.

Quid du score de Lulu dans le documentaire ? Ce score affiché est celui du crédit Sésame , qui n’est pas un mécanisme gouvernemental, mais un service d’Ant Group, lié au groupe Alibaba. Il fonctionne comme un système de fidélité, octroyant des avantages aux utilisateurs fréquents des produits de Ant. Pour cette raison, le crédit Sésame a été exclu du SCS par le gouvernement. Surtout, aucune sanction n’existe pour un utilisateur dont la note sera trop « basse ». On comprend mieux la réaction de Lulu, qui ne comprend pas trop pourquoi son mari s’intéresse à ce score, qui finalement n’a que peu d’utilité et que personne ne regarde tous les jours.

Personne ne nie les dangers posés par les technologies numériques. Mais faire croire que chaque citoyen chinois perd des points s’il achète du soda est tout bonnement faux. Or, nous sommes justement dans un moment où la juste compréhension d’un système complexe est cruciale pour guider nos réflexions sur les technologies numériques. À travers le SCS, c’est la question de l’informatisation de la bureaucratie chinoise qui est posée. Plus largement, la question du traitement des données, et de leur usage dans la société chinoise contemporaine qui, comme sujet sérieux de libertés publiques et individuelles, ne peut se construire sur une méconnaissance des faits.

 

Pierre Sel est Doctorant de l’Université de Vienne, spécialisé sur le système de crédit social. Co-fondateur du service d’étude et d’enquête sur la Chine, EastIsRed

 

Opinion parue sur le site Les Echos