Commissaires américains

Les plateformes de médias sociaux censurent agressivement tous ceux qui contestent le récit dominant sur l’Ukraine, le Parti démocrate au pouvoir, les guerres au Moyen-Orient et l’État inféodé aux intérêts privés.

La classe dirigeante, composée des élites traditionnelles qui dirigent le Parti républicain et le Parti démocrate, emploie des formes draconiennes de censure sur ses critiques de droite et de gauche dans un effort désespéré pour s’accrocher au pouvoir. Les élites traditionnelles ont été discréditées pour avoir fait passer une série d’agressions de la part des entreprises contre les travailleurs, de la désindustrialisation aux accords commerciaux. Elles ont été incapables d’endiguer la montée de l’inflation, la crise économique imminente et l’urgence écologique. Elles ont été incapables de mener des réformes sociales et politiques significatives pour améliorer la souffrance générale et ont refusé d’accepter la responsabilité de deux décennies de fiascos militaires au Moyen-Orient. Et maintenant, elles ont lancé un nouveau maccarthysme sophistiqué. Diffamation de personnalités. Algorithmes. Bannissement fantôme. L’exclusion.

La censure est le dernier recours des régimes désespérés et impopulaires. Elle apparaît comme par magie pour faire disparaître une crise. Elle réconforte les puissants avec le récit qu’ils veulent entendre, celui qui leur est renvoyé par les courtisans des médias, des agences gouvernementales, des groupes de réflexion et des universités. Le problème de Donald Trump est résolu en censurant Donald Trump. Le problème des critiques de gauche, comme moi, est résolu en nous censurant. Le résultat est un monde de faux-semblants.

YouTube a fait disparaître six ans de mon émission RT, « On Contact », alors qu’aucun épisode ne traitait de la Russie. La raison de la disparition de mon émission n’est pas un secret. Elle donnait la parole à des écrivains et des dissidents, dont Noam Chomsky et Cornel West, ainsi qu’à des militants d’Extinction Rébellion, de Black Lives Matter, de tiers partis et du mouvement abolitionniste des prisons. Il a dénoncé le parti démocrate pour sa soumission au pouvoir des grandes entreprises. Elle a dénoncé les crimes de l’État d’apartheid d’Israël. Elle a couvert Julian Assange dans de nombreux épisodes. Elle a donné une voix aux critiques militaires, dont beaucoup sont des vétérans, qui ont condamné les crimes de guerre des États-Unis.

L’importance de votre notoriété ou de votre audience n’a plus d’importance. Si vous défiez le pouvoir, vous risquez d’être censuré. L’ancien député britannique George Galloway a relaté une expérience similaire lors d’une table ronde organisée par Consortium News le 15 avril, à laquelle j’ai participé :

J’ai été menacé de restrictions de voyage si je continuais l’émission de télévision que je faisais depuis presque toute une décennie. J’ai été marqué du faux label « Média d’État russe », que je n’ai jamais eu, soit dit en passant, lorsque je présentais une émission sur les médias d’État russes. Ce label ne m’a été attribué qu’après que j’ai cessé de présenter une émission sur les médias d’État russes, parce que le gouvernement a fait en sorte que ce soit un crime pour moi de le faire.

Mes 417 000 abonnés sur Twitter augmentaient d’un millier par jour, comme un train fou, puis ils ont soudainement été mis hors service lorsque l’histoire d’Elon Musk est apparue. J’ai exprimé l’avis que tout oligarque qu’il est sans aucun doute, je préfère Elon Musk aux rois d’Arabie Saoudite, qui s’avèrent être actuellement les principaux actionnaires de la société Twitter. Dès que j’ai rejoint ce combat, mes chiffres se sont littéralement effondrés, avec des bannissements fantômes et tout le reste…

Tout cela se passe avant que les conséquences du crash économique provoqué par la politique occidentale et nos mal nommés dirigeants ne se fassent vraiment sentir. Lorsque les économies commenceront non seulement à ralentir, non seulement à hoqueter, non seulement à connaître des niveaux d’inflation jamais vus depuis des années, voire des décennies, mais à s’effondrer, comme cela pourrait arriver, l’État aura encore plus à supprimer, en particulier toute analyse alternative sur la façon dont nous en sommes arrivés là et sur ce que nous devons faire pour en sortir.

Scott Ritter, ancien inspecteur des armes de l’ONU en Irak et officier de renseignement du Marine Corp, a dénoncé le mensonge des armes de destruction massive avant l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Récemment, il a été banni de Twitter pour avoir proposé une contre-récit sur les dizaines de meurtres perpétrés à Boutcha, dans la banlieue ouest de Kiev. De nombreuses victimes de Boutcha ont été retrouvées avec des blessures par balle à la tête et les mains attachées dans le dos. Les observateurs internationaux et les témoins oculaires ont accusé la Russie d’être responsable de ces meurtres. L’analyse alternative de Ritter, qu’elle soit bonne ou mauvaise, a entraîné son silence.

Ritter a déploré l’interdiction de Twitter lors du forum : 

Il m’a fallu trois ans pour obtenir 4 000 followers sur Twitter, je pensais que c’était beaucoup. Puis cette histoire d’Ukraine est apparue. Ça a explosé. Lorsque j’ai été suspendu pour la première fois pour avoir remis en question le récit de Boutcha, mon compte venait de dépasser les 14 000 abonnés. Au moment où ma suspension a été levée, j’étais à 60 000. Quand ils m’ont à nouveau suspendu, j’étais proche des 100 000. C’était hors de contrôle, c’est pourquoi je suis convaincu que l’algorithme a dit : Il faut supprimer. Il faut supprimer. Et ils l’ont fait. L’excuse qu’ils ont donnée était absurde. J’étais abusif et je harcelais en disant ce que je pensais être la vérité. 

Je n’ai pas la même perception de l’Ukraine que celle que j’avais en Irak. En Irak, j’étais sur le terrain à faire le travail. Mais les techniques d’observation et d’évaluation auxquelles vous êtes formé en tant qu’officier de renseignement pour appliquer à tout ensemble donné s’appliquent à l’Ukraine aujourd’hui. En regardant simplement l’ensemble des données disponibles, vous ne pouvez pas vous empêcher de tirer la conclusion qu’il s’agissait de la police nationale ukrainienne, principalement parce que tous les éléments sont réunis. Vous avez le mobile. Ils n’aiment pas les collaborateurs russes. Comment je le sais ? Ils l’ont dit sur leur site web. Vous avez le commandant de la police nationale qui ordonne à ses hommes de tirer sur des gens à Boutcha le jour en question. Vous avez les preuves. Des cadavres dans la rue avec des brassards blancs et des paquets de nourriture russe. Est-ce que je peux me tromper ? Absolument. Pourrait-il y avoir des données dont je ne suis pas au courant ? Absolument. Mais elles ne sont pas là. En tant qu’officier de renseignement, je prends les données disponibles. J’accède aux données disponibles. Je fournis des évaluations basées sur ces données disponibles. Et Twitter a trouvé cela répréhensible.

Deux incidents cruciaux ont contribué à cette censure. Le premier a été la publication de documents classifiés par Julian Assange et WikiLeaks. Le second a été l’élection de Donald Trump. La classe dirigeante n’était pas préparée. L’exposition de leurs crimes de guerre, de leur corruption, de leur indifférence au sort de ceux qu’ils gouvernent et de l’extrême concentration des richesses a mis en lambeaux leur crédibilité. L’élection de Trump, à laquelle ils ne s’attendaient pas, leur a fait craindre d’être supplantés. L’establishment du parti républicain et celui du parti démocrate ont uni leurs forces pour exiger une censure de plus en plus forte des médias sociaux.

Même les critiques marginaux sont soudainement devenus dangereux. Il fallait les réduire au silence. Le Dr Jill Stein, candidate du Parti vert à la présidentielle de 2016, a perdu environ la moitié des abonnés de ses médias sociaux après avoir été mystérieusement mise hors ligne pendant 12 heures au cours de la campagne. Le dossier Steele discrédité, payé par la campagne d’Hillary Clinton, accusait Stein, ainsi que Trump, d’être un agent russe. La commission du renseignement du Sénat a passé trois ans à enquêter sur Mme Stein, publiant cinq rapports différents avant de la disculper.

Au cours du forum, Mme Stein a parlé de la menace qui pèse sur la liberté d’expression : 

Nous vivons un moment incroyablement périlleux. Ce n’est pas seulement la liberté de la presse et la liberté d’expression, mais c’est vraiment la démocratie dans toutes ses dimensions qui est menacée. Il y a maintenant toutes ces lois draconiennes contre la protestation. Trente-six d’entre elles ont été adoptées et prévoient une peine de dix ans de prison pour avoir manifesté sur un trottoir sans autorisation. Elles diffèrent d’un état à l’autre. Vous devez connaître les lois de votre état si vous manifestez. Dans certains États, les conducteurs ont le droit de vous tuer si vous êtes dans la rue dans le cadre d’une manifestation.

La première indication que nous étions non seulement marginalisés – on accepte le fait que si vous défiez le pouvoir établi et pratiquez le journalisme indépendant, vous serez marginalisés – mais censurés est survenue en novembre 2016. Craig Timberg, journaliste spécialisé dans les technologies pour le Washington Post, a publié un article intitulé « L’effort de propagande russe a contribué à la diffusion de « fake news » pendant l’élection, selon les experts. » Il qualifiait quelque 200 sites web, dont Truthdig où j’écrivais une chronique hebdomadaire, de « colporteurs habituels de la propagande russe. »

Des analystes anonymes, décrits comme « une collection de chercheurs ayant une formation en politique étrangère, militaire et technologique » de l’ »organisation » anonyme PropOrNot, ont porté ces accusations dans l’article. Le rapport de PropOrNot a dressé « la liste » des 200 sites incriminés, parmi lesquels WikiLeaks, Truthout, Black Agenda Report, Naked Capitalism, Counterpunch, AntiWar.com, LewRockwell.com et le Ron Paul Institute. Selon eux, tous ces sites ont été utilisés, volontairement ou involontairement, comme des relais russes. Aucune preuve n’a été apportée à l’appui de ces accusations, puisqu’il n’y en avait évidemment aucune. Le seul dénominateur commun était que tous critiquaient la direction du parti démocrate.

Quand nous avons contesté l’histoire, PropOrNot a tweeté : « Awww, wook at all the angwy Putinists, trying to change the subject – they’re so vewwy angwy !! » (Wegadez tous ces poutinistes en cowère qui essaient de changer de sujet – ils sont tellement twès en colère !)

Nous avons été mis sur une liste noire par des trolls anonymes qui ont envoyé des messages sur Twitter, supprimés par la suite, qui semblaient avoir été écrits par un joueur vivant dans le sous-sol de ses parents.

Timberg n’a contacté aucun d’entre nous au préalable. Lui et le journal ont refusé de révéler l’identité de ceux qui se cachent derrière PropOrNot. J’ai enseigné à l’école supérieure de journalisme de l’université de Columbia. Si l’un de mes étudiants avait remis l’histoire de Timberg comme devoir de classe, il aurait échoué. 

Les élites établies avaient désespérément besoin d’un récit pour expliquer la défaite d’Hillary Clinton et leur propre impopularité croissante. La Russie faisait l’affaire. Les fausses nouvelles, disaient-elles, avaient été insérées par les Russes dans les médias sociaux pour faire élire Trump. Tous les détracteurs, de gauche comme de droite, sont devenus des Agents russes. C’est alors que la fête a commencé.

Les aberrations que beaucoup d’entre nous trouvent répugnantes ont commencé à disparaître. En 2018, Facebook, Apple, YouTube et Spotify ont supprimé de leurs plateformes les podcasts, pages et chaînes du théoricien du complot Alex Jones et de son site Infowars. Le précédent était créé. Une fois qu’ils pouvaient le faire à Jones, ils pouvaient le faire à n’importe qui.

Twitter, Google, Facebook et Youtube ont utilisé l’accusation d’influence étrangère pour commencer à utiliser des algorithmes et des bannissements fantômes pour faire taire les critiques. Le prince saoudien Al Waleed bin Talal Al Saud, président de la Kingdom Holding Company, qui a rejeté la récente offre d’Elon Musk de racheter la plateforme de médias sociaux, possède une participation importante dans Twitter. Il est difficile de trouver un régime plus despotique que l’Arabie saoudite, ou plus hostile à la presse, mais je m’égare.

Des sites qui attiraient autrefois des dizaines ou des centaines de milliers d’adeptes ont soudainement vu leur nombre chuter. Le « Projet Hibou » de Google, conçu pour éradiquer les « fake news », a utilisé des « mises à jour algorithmiques pour favoriser des contenus faisant davantage autorité » et déclasser les contenus « offensants ». Le trafic de sites tels que Alternet a chuté de 63 %, Democracy Now de 36 %, Common Dreams de 37 %, Truthout de 25 %, The Intercept de 19 % et Counterpunch de 21 %. Le site World Socialist Web a vu son trafic chuter de deux tiers. Julian Assange et WikiLeaks ont été pratiquement effacés. Les rédacteurs de Mother Jones ont écrit en 2019 qu’ils ont subi une forte baisse de son audience sur Facebook, ce qui s’est traduit par une perte estimée à 600 000 dollars sur 18 mois. [Ndt : LGS a connu une chute de +/- 75% de visites en provenance de Google]

Les informaticiens de Truthdig, où j’avais une chronique hebdomadaire à l’époque, ont constaté que les résultats de recherches – avec des mots spécifiques tels que « impérialisme » tapés dans Google qui font apparaître des articles récents, y compris les miens – n’incluaient désormais pas mes articles. Les renvois au site à partir des affichages de mes articles sont passés de plus de 700 000 à moins de 200 000 sur une période de 12 mois.

Mais nous mettre à l’écart n’était pas suffisant, surtout avec la perte imminente du Congrès par les démocrates lors des élections de mi-mandat et les chiffres abyssaux de Joe Biden dans les sondages. Maintenant, nous devons être effacés. Des dizaines de sites, d’écrivains et de vidéastes moins connus disparaissent. Facebook, par exemple, a supprimé un événement « No Unite The Right 2-DC » lié à une page appelée « Resisters », qui semblait annoncer un contre-rallye pour l’anniversaire des violences de Charlottesville, en Virginie. Paul Jay, qui dirige un site appelé The Analysis, a publié le 7 février 2021 un essai vidéo intitulé « A Failed Coup Inside a Failed Coup« . YouTube a banni l’œuvre, affirmant qu’il s’agissait d’un « contenu qui avance de fausses affirmations selon lesquelles une fraude généralisée, des erreurs ou des dysfonctionnements ont modifié le résultat de l’élection présidentielle américaine n’est pas autorisé sur YouTube. » Tulsi Gabbard, après avoir posté le 13 mars que les États-Unis finançaient des laboratoires biologiques en Ukraine et avoir imputé l’invasion russe de l’Ukraine à la politique étrangère de Biden, a déclaré qu’elle avait été bannie sur Twitter. Le compte du podcast « Russians with Attitude » a été suspendu sur Twitter. Il couvrait la guerre de l’information en Ukraine et avait dénoncé la légende du fantôme de Kiev. Les plateformes de médias sociaux se sont montrées particulièrement sévères à l’égard de ceux qui remettent en cause la politique de Covid, bloquant des sites web et forçant les utilisateurs, les plateformes de médias sociaux ou les médias en ligne à supprimer des messages. 

Ces sites gagnent des milliards de dollars en vendant nos informations personnelles à des entreprises, des agences de publicité et des cabinets de relations publiques politiques. Ils savent tout de nous. Nous ne savons rien d’eux. Ils s’adaptent à nos penchants, nos peurs, nos habitudes et nos préjugés. Et ils feront taire nos voix si nous ne nous conformons pas. 

La censure n’arrêtera pas la marche de l’Amérique vers le fascisme chrétien. L’Allemagne de Weimar a tenté de contrecarrer le fascisme nazi en appliquant des lois rigoureuses sur les discours de haine. Dans les années 1920, elle a interdit le parti nazi. Les dirigeants nazis, dont Joseph Goebbels, ont été poursuivis pour discours de haine. Julius Streicher, qui dirigeait le tabloïd virulemment antisémite The Stormer (Der Stürmer), a été renvoyé de son poste d’enseignant, a reçu de nombreuses amendes et s’est vu confisquer ses journaux. Il a été traduit en justice à de nombreuses reprises pour diffamation et a purgé une série de peines de prison. 

Mais comme ceux qui purgent des peines pour l’assaut du Capitole le 6 janvier, ou comme Trump, la persécution des dirigeants nazis n’a fait que renforcer leur stature plus longtemps pendant que la classe dirigeante allemande ne s’attaquait pas à la misère économique et sociale. 

Il existe de nombreuses similitudes avec les années 1930, notamment le pouvoir des banques internationales prédatrices de consolider la richesse entre les mains de quelques oligarques et d’imposer des mesures d’austérité punitives à la classe ouvrière mondiale. 

« Plus que toute autre chose, les nazis étaient un mouvement de protestation nationaliste contre la mondialisation », note Benjamin Carter Hett dans « The Death of Democracy : Hitler’s Rise to Power and The Downfall of the Weimar Republic ».

Faire taire les critiques dans une société décadente et corrompue équivaut à couper l’oxygène d’un patient gravement malade. Cela accélère la mortalité au lieu de la retarder ou de la prévenir. La convergence d’une crise économique imminente, de la crainte d’une classe dirigeante en faillite d’être bientôt chassée du pouvoir, de la catastrophe écologique croissante et de l’incapacité à contrecarrer l’aventurisme militaire autodestructeur contre la Russie et la Chine, a préparé le terrain pour une implosion américaine.

Ceux d’entre nous qui la voient venir, et qui cherchent désespérément à l’empêcher, sont devenus l’ennemi.

 

Source originale: Chris Hedges

Traduit de l’anglais par Le Grand Soir

Illustration: Enough Said (Mr. Fish)