Cent minutes avec Lula

L’ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, emprisonné dans la ville de Curitiba, dans le sud du pays, n’est autorisé à recevoir des visites que deux personnes par semaine. Une heure. Jeudi après-midi, de quatre à cinq. Vous devez attendre votre tour. Et la liste de ceux qui souhaitent le voir est longue… Mais aujourd’hui, le 12 septembre, ce jour appartient à Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la paix, et à moi.

Lula est en prison et purge une peine de 12 ans et 1 mois de prison pour « corruption passive et blanchiment d’argent », mais il n’a pas été définitivement condamné (il peut toujours faire appel) et surtout, ses accusateurs n’ont pas réussi à prouver sa culpabilité. Tout a été une farce. Comme le confirment les révélations dévastatrices de « The Intercept », un magazine de recherche en ligne dirigé par Glenn Greenwald. Lula a été victime de l’arbitraire le plus absolu. Complot juridique complètement manipulé visant à ruiner sa popularité et à l’éliminer de la vie politique. Le tuer médiatiquement Empêcher qu’il se présente et remporte les élections présidentielles de 2018. Une sorte de « coup préventif »…

Ignacio Ramonet et Adolfo Pérez Esquivel devant la prison fédérale de Curitiba, 12 septembre 2019

En plus d’être jugé de manière absolument arbitraire et indécente, Lula a été définitivement lynché par les grands groupes de médias dominants – en particulier O Globo –, au service des intérêts des plus grands hommes d’affaires, avec une haine féroce et sans pitié contre le meilleur président de la République de l’histoire du Brésil, qui a sorti 40 millions de Brésiliens de la pauvreté et créé le programme « Faim zéro »… Ils ne le lui pardonnent pas… Lorsque son frère aîné, Genival « Vavá », le plus cher, est décédé, ils les ont laissé seulement assister aux funérailles, bien qu’il s’agisse d’un droit garanti par la loi. Et quand son petit-fils Arthur, le plus proche, âgé de 7 ans, est mort de méningite, ils ne lui ont permis de rester à ses côtés qu’une heure et demie (!)… Humiliations, vexations, misères vengeances…

Avant de nous diriger vers la prison, située à environ sept kilomètres du centre de Curitiba, nous avons rencontré un groupe de personnes proches de l’ancien président qui nous ont expliqué le contexte.

Ignacio Ramonet et Adolfo Pérez Esquivel avec les partisans de Lula

Roberto Baggio, dirigeant local du Mouvement des paysans sans terre (MST), nous explique comment s’est organisée la mobilisation permanente qu’ils ont baptisée « Vigil ». Des centaines de personnes du grand mouvement « Lula livre ! » campent en permanence devant le bâtiment de la prison, organisant des réunions, des débats, des conférences, des concerts… Et trois fois par jour – à 9 h, 14 h 30 et 19 h – ils émettent un son puissant : « Bom day ! » « Boa tard ! », « Boa noite, Monsieur le Président ! » « Pour que Lula nous entende, pour l’encourager », nous dit Roberto Baggio, et « pour lui transmette la voix du peuple… Au début, nous pensions que cela durerait cinq ou six jours et que la Cour suprême libérerait Lula… Mais maintenant nous sommes organisés pour une protestation populaire prolongée… »

Carlos Luiz Rocha est l’un des avocats de Lula. Vous le verrez presque tous les jours. Il nous dit que l’équipe juridique de l’ancien président remet en question l’impartialité du juge Sergio Moro, désormais récompensé par Bolsonaro au ministère de la Justice, et l’impartialité des avocats… « L’Intercept l’a prouvé », a-t-il déclaré : « Le procureur général Deltan Dallagnol l’a confirmé lui-même… Il m’a dit que dans le cas de Lula, la question juridique est un pur prétexte… le problème est politique. »

Rocha est relativement optimiste car, selon lui, à partir du 20 septembre, Lula aura déjà purgé une partie de la peine pour pouvoir sortir en « assignation à résidence »… « Il y a un autre élément important », nous dit-il, « alors que la popularité Bolsonaro est en forte baisse, les sondages montrent que celle de Lula est en train de remonter… Actuellement, plus de 53 % des citoyens pensent que Lula est innocent. La pression sociale devient de plus en plus forte en notre faveur… »

Notre amie Mônica Valente, secrétaire des relations internationales au sein du Parti des travailleurs (PT) et secrétaire générale du Forum de Sao Paulo nous a rejoint.

Ensemble, avec ces amis, nous nous dirigeons vers le lieu d’emprisonnement de Lula. Le rendez-vous avec l’ancien président est à 16 heures. Mais d’abord, nous allons saluer les groupes de la veillée et nous devons anticiper les formalités d’entrée dans le bâtiment de la prison. Ce n’est pas une prison ordinaire, mais le siège administratif de la police fédérale, dont les locaux ont été improvisés en cellule.

Le siège de la Police Fédérale á Curitiba oú se trouve la cellule de Lula

Nous irons voir Lula, Adolfo Pérez Esquivel et moi, accompagnés de l’avocat Carlos L. Rocha et de Mônica Valente. Bien que le personnel de la prison soit sympathique, il reste très strict. Les téléphones sont supprimés. La recherche est électronique et approfondie. Il est seulement permis de porter les livres et les lettres du détenu, et quand même… car Adolfo lui apporte 15 000 lettres de fans sur une clé USB et ils la confisquent pour la vérifier très attentivement… puis ils la rendront.

Lula est au quatrième étage. Nous n’allons pas le voir dans une salle spéciale réservée aux visiteurs, mais dans sa propre cellule où il est enfermé. Nous montons par un ascenseur jusqu’au troisième étage et atteignons le dernier à pied. Au bout d’un passage, à gauche, se trouve la porte. Il y a un garde armé assis devant nous. Cela ne ressemble pas à une prison – à l’exception des gardiens – il semble plutôt un espace de bureau administratif et anonyme. Nous avons été accompagnés par le geôlier en chef, Jorge Chastalo (c’est écrit sur sa chemise), grand, fort, blond, aux yeux bleu-vert, aux avant-bras tatoués. Un homme gentil et constructif qui entretient bien sûr une relation cordiale avec son prisonnier.

La cellule de la pièce est rectangulaire, on entre par un des petits côtés et nous la voyons dans toute sa profondeur. Comme les téléphones ont été confisqués, je ne peux pas prendre de photos et je note mentalement tout ce que j’observe. La cellule mesure environ six ou sept mètres de long et environ trois mètres et demi de large, soit environ 22 mètres carrés. Juste à droite, en entrant, se trouve la salle de bain avec douche et toilettes ; c’est une pièce séparée. À l’arrière-plan, à l’avant, il y a deux grandes fenêtres carrées avec des barres de métal horizontales peintes en blanc. Les auvents d’extérieur gris-argent laissent entrer la lumière naturelle, mais empêchent de voir l’extérieur. Dans le coin gauche se trouve le lit simple recouvert d’un couvre-lit noir et sur le sol un petit tapis. Sur le lit, coincé dans le mur, Il y a cinq superbes photographies couleur du petit Arthur, qui vient de mourir, et des autres petits-enfants de Lula avec leurs parents. Sur le côté, à droite, et sous l’une des fenêtres, se trouve une table de chevet en bois clair de style années 1950, avec deux tiroirs superposés, en rouge au-dessus. Au pied du lit, un meuble en bois supporte également un petit téléviseur noir à écran plat de 32 pouces. Sur le côté, également contre le mur de gauche, se trouvent une petite table basse et une cafetière. Attaché à celui-ci, un autre meuble haut et carré supporte une fontaine à eau, une bouteille verte émeraude comme celles des bureaux. La marque est « Prata da Serra ».

Dans l’autre coin en bas, à droite, se trouve le coin de la salle de sport, avec un banc recouvert de faux cuir noir pour les exercices, de caoutchouc élastique pour la musculation et un grand tapis de course. Ensuite, entre le lit et le tapis de course, un petit radiateur électrique sur roues, noir. Au sommet du mur arrière, au-dessus des fenêtres, se trouve un climatiseur blanc.

Au centre de la pièce, une table carrée de 1,20 mètre de côté, recouverte d’un caoutchouc bleu et blanc bleu, et quatre chaises confortables, avec accoudoirs, en noir. Une cinquième chaise ou fauteuil est disponible contre le mur droit. Enfin, la cloison qui sépare la pièce de la salle de bain est attachée à un grand placard à trois corps, en chêne clair et blanc, avec une petite étagère à droite qui sert de bibliothèque.

L’ensemble est modeste et austère, même spartiate, pour un homme qui a été pendant huit ans président de l’une des dix plus grandes puissances du monde… Mais très soigné, très propre, très organisé…

Avec sa chaleur habituelle, ses câlins chaleureux et ses paroles d’amitié et d’affection, Lula nous accueille avec sa voix caractéristique, enrouée et puissante. Il porte un maillot Adidas Corinthians, son équipe de football préférée de São Paulo, un pantalon de jogging gris clair de Nike et des tongs blanches Havaian. Il a l’air en très bonne santé, robuste, fort : « Je marche neuf kilomètres par jour » nous dit-il. Et dans un excellent état psychologique : « Nous attendrons des temps meilleurs pour être pessimistes – affirme-t-il – je n’ai jamais été dépressif depuis ma naissance ; et je ne le serai pas maintenant. »

Nous nous sommes assis autour de la table, il a fait face à la porte, dos aux fenêtres, Adolfo à sa droite, Mônica à l’avant, l’avocat Rocha un peu à l’écart entre Adolfo et Mônica et moi à sa gauche. Sur la table, il y a quatre tasses remplies de crayons de couleur et de stylos.

Ignacio Ramonet avec les livres offerts à Lula

Je vous donne les deux livres que je vous ai apportés, les éditions brésiliennes de Cent heures avec Fidel et Hugo Chavez, ma première vie. Il blague sur sa propre biographie qu’il écrit, notre ami Fernando Morais, pendant des années : « Je ne sais pas quand il l’achèvera… Tout a commencé quand j’ai quitté la présidence, en janvier 2011. Quelques jours plus tard, je suis allé à une réunion avec les cartoneros de Sao Paulo… C’était sous un pont, et là une fille m’a demandé si je savais ce que j’avais fait en faveur des cartoneros… J’ai été surpris et j’ai dit que nos programmes sociaux, en éducation, en santé, en logement, etc. Et elle m’a dit  : « Non, ce que tu nous as donné était : dignité… » Une fille… ! J’étais impressionné… et j’ai commenté avec Fernando… J’ai dit : « Regardez, Il serait bon de faire un livre avec ce que les gens pensent de ce que nous avons fait au gouvernement, ce que pensent les fonctionnaires, les commerçants, les hommes d’affaires, les ouvriers, les paysans, les enseignants… Demandez-leur de répondre aux questions… Faites un livre pas avec ce que je peux dire de ma présidence, mais avec ce que les gens disent eux-mêmes… » C’était le projet… (rires) mais Fernando s’est lancé dans un travail titanesque parce qu’il veut être exhaustif… Il n’a écrit que pour la période 1980-2002, c’est-à-dire avant d’arriver à la présidence… et c’est déjà un volume colossal… car pendant cette période de 22 ans, il s’est passé tellement de choses… Nous avons fondé la CUT (Centrale unique des travailleurs), le PT, le MST, nous avons lancé les campagnes « Direitas ja ! ». Et en faveur de la Constituante, nous transformons le pays… Le PT est devenu le premier parti au Brésil… Et je dois préciser que même aujourd’hui, dans ce pays, il n’y a qu’un seul parti véritablement organisé, le nôtre, le PT ».

Nous lui demandons son humeur. « La journée d’aujourd’hui est accomplie, nous dit-il, 522 jours après mon entrée dans cette prison, le samedi 7 avril 2017… Et hier était exactement l’anniversaire du jour où j’ai dû prendre la décision la plus difficile, écrire la lettre dans laquelle j’ai renoncé à être candidat à l’élection présidentielle de 2018… J’étais dans cette cellule, seul… à douter… parce que je réalisais que je cédais à ce que mes adversaires voulaient… m’empêcher d’être candidat… Ce fut une période difficile… des plus difficiles… et je me sentais complètement seul ici… Je pensais : c’est comme accoucher avec beaucoup de douleur et sans que personne ne vous tienne la main… »

Ignacio Ramonet et Pérez Esquivel, rendant hommage à Fidel et Chávez devant une fresque à Curitiba (Brésil)

« L’anniversaire de ma rencontre avec Fidel et Raoul, ce n’était pas prévu… On m’a alors presque donné l’ordre  : « Tu dois parler… » Mais la CUT ne voulait pas que je prenne la parole… je ne savais pas quoi faire… Aux environs de sept heures de l’après-midi, Fidel m’annonce que j’ai la parole… j’ai été obligé de la prendre, je me suis levé, je suis allé à la tribune… et j’ai commencé à parler… sans traduction… J’ai fait un long discours et j’ai fini par dire : « Fidel, je veux dire aux amis réunis ici que les États-Unis tentent par tous les moyens de nous convaincre que ils sont invincibles… Mais Cuba les a déjà vaincus, le Vietnam les a déjà vaincus, le Nicaragua les a déjà vaincus, et El Salvador les battra aussi… Il ne faut pas avoir peur d’eux ! » Il y a eu de forts applaudissements. Eh bien, la journée se termine, et je vais à la maison où je résidais à Laguito… Et quand j’arrive… qui m’attendait dans le salon de la maison ? Fidel et Raúl ! Nous deux attendaient là devant moi… Fidel a commencé à me demander où j’avais appris à parler comme ça… Je leur ai raconté ma vie… Et c’est comme ça que nous sommes devenus amis pour toujours… »

« Je dois dire, ajoute Lula, que Fidel a toujours été très respectueux, il ne m’a jamais donné de conseils qui n’étaient pas réalistes… Il ne m’a jamais demandé de faire des choses folles, il était… prudent… modéré… sage… un génie… »

Lula demande ensuite à Pérez Esquivel, président du Comité international en faveur de l’attribution du prix Nobel de la paix à l’ancien président brésilien, l’état d’avancement du projet. Adolfo donne des détails sur le grand mouvement mondial soutenant cette candidature et indique que le Prix est annoncé, en général, début octobre, c’est-à-dire dans moins d’un mois… Et que, selon ses sources, cette année sera pour un Latino-américain. Il a l’air optimiste.

Lula insiste sur le fait que le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, dirigé par Michelle Bachelet, est décisif. Il dit que c’est la « bataille la plus importante ». Bien qu’il ne le voie pas facilement. Il nous raconte une histoire : « Il y a quelques années, lorsque j’ai quitté la présidence, j’avais déjà été nominé pour le prix Nobel de la paix. Un jour, j’ai rencontré la reine épouse de Suède, Silvia, épouse du roi Carlos XVI Gustavo. Elle est la fille d’une Brésilienne, Alice Soares de Toledo, nous parlons donc en toute confiance. Et elle m’a dit : « Aussi longtemps que tu resteras un ami de Chavez, je ne pense pas que tu peux faire beaucoup de progrès… Éloigne-toi de Chavez et tu auras le prix Nobel de la paix … » C’était comme ça… »

Je lui demande comment il juge ces huit premiers mois du règne de Jair Bolsonaro. « Bolsonaro vend le pays, répond-il. Et je suis convaincu que tout ce qui se passe est piloté par Petrobras… En raison du super-réservoir de pétrole offshore pré-Sal, le plus grand au monde, avec des réserves fabuleuses, de très haute qualité… découvert en 2006 dans nos eaux territoriales… bien qu’elle soit à plus de six mille mètres de profondeur, leur richesse est telle qu’elle justifie tout… Je peux même affirmer que la renaissance de la quatrième flotte, par Washington, celle qui patrouille le long des côtes atlantiques de l’Amérique du Sud, a été décidé lors de la découverte du gisement Pre-Salt… C’est pourquoi nous avons créé le Conseil de sécurité Unasur avec l’Argentine, le Venezuela, l’Uruguay, l’Équateur, la Bolivie, etc. . C’est un élément déterminant.

Le Brésil, a poursuivi Lula, a toujours été un pays dominé par des élites volontairement soumises aux États-Unis… Ce n’est que lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, en 2003, que le Brésil a commencé à être un acteur libre… Nous sommes entrés dans le G-20, nous avons fondé les BRICS (avec Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), nous avons organisé – pour la première fois dans un pays émergent – les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de Football… Il n’y a jamais eu autant d’intégration régionale en Amérique latine… Par exemple, nos échanges au départ dans le Mercosur s’élevaient à 15 milliards de dollars. À la fin de mes deux mandats, ils s’élevaient à 50 milliards de dollars. Ils ne veulent pas que nous soyons des acteurs souverains, que nous ayons une souveraineté économique, financière, politique, industrielle et encore moins militaire… Ils ne veulent pas, par exemple, que le Brésil signe des accords avec la France sur les sous-marins nucléaires… Nous avions progressé dans ce sens, avec le président François Hollande, mais avec Bolsonaro, cela s’est effondré… Jusqu’à cette déclaration misérable, si horriblement anti-féministe, contre Brigitte l’épouse du président de la France Emmanuel Macron, il faut placer ça dans ce contexte… »

Le temps imparti se termine, nous parlons de beaucoup de ses amis qui exercent encore de très hautes responsabilités politiques dans divers pays ou dans des organisations internationales. Il nous prie de leur transmettre à tous ses souvenirs les plus affectueux et il apprécie votre solidarité.

Il insiste sur le point suivant : « Dis que je vais bien, comme tu peux le voir. Je sais pourquoi je suis en prison. Je sais très bien. Je n’ignore pas le nombre de jugements contre moi. Je ne pense pas qu’ils me libèrent. Si la Cour suprême déclare mon innocence, d’autres procès sont en cours contre moi pour que je ne parte jamais d’ici. Ils ne veulent pas de moi libre de ne prendre aucun risque… Cela ne me fait pas peur… Je suis prêt à être patient… Et pour ma part, j’ai de la chance… il y a cent ans, ils m’auraient pendu, ou fusillé, ou démembré… pour me faire payer n’importe quel moment de rébellion… je suis conscient de mon rôle… je n’abdiquerai pas… je connais ma responsabilité envers le peuple brésilien… je suis emprisonné, mais je ne le suis pas. Je ne me plains pas, je me sens plus libre que des millions de Brésiliens qui ne mangent pas, ne travaillent pas, n’ont pas de logement…

Je préfère être ici un innocent, coupable… À tous ceux qui croient en mon innocence, je dis : Ne me défendez pas seulement avec une foi aveugle… Lisez les révélations de « Intercept ». Il y a tout, argumenté, testé, prouvé. Défendez-moi avec des arguments… Développez un récit, une histoire… Qui ne fait pas de récit, dans le monde d’aujourd’hui, perd la guerre.

Je suis convaincu que les juges et les avocats qui ont organisé la manipulation pour m’emprisonner ne dorment pas avec la tranquillité d’esprit que j’ai. Ce sont eux qui n’ont pas la conscience tranquille. Je suis innocent Mais je ne reste pas les bras croisés. Ce qui a de l’importance, c’est le combat ».

 

Traduction : Danielle Bleitrach
Source : CubaDebate