Amérique Latine en Résistance: Castillo à la croisée des chemins

Éditorial / Tensions et dilemmes pour le nouveau gouvernement péruvien

 

Pedro Castillo a remporté le deuxième tour des élections présidentielles au Pérou avec une marge minime. L’enseignant et syndicaliste rural a fait irruption sur la scène à l’improviste et a semé la panique parmi les élites avec ses propositions de renégocier les contrats avec les multinationales de l’énergie et de tenir une assemblée constituante.

Une fois sa victoire consommée, les analystes ont prédit qu’il n’aurait pas une vie facile et qu’il ferait face à des défis de « gouvernance » difficiles, et il l’a été. Les élites, les médias et le congrès de l’opposition majoritaire sont en guerre constante contre le nouveau gouvernement. La grande question était : Castillo « modérerait-il » ses plans ou affronterait-il ses adversaires ? Jusqu’à présent, la tendance a été la première.

Dans l’épisode le plus récent et le plus significatif, Castillo a cédé à la pression des pouvoirs dominants qui ont exigé le remplacement du « radical » Guido Bellido, qui a présidé le Conseil des ministres. Bellido appartient au parti Pérou Libre, pour lequel Castillo s’est présenté à la présidence.
À sa place, le président a nommé Mirtha Vásquez, une politicienne progressiste, écologiste et féministe, actuellement membre du Frente Amplio.

Vásquez fait partie de la gauche péruvienne, est très actif dans la défense des droits de l’homme et de l’environnement, mais vient des classes politiques « traditionnelles ». En fait, elle a déjà été présidente du Congrès en 2020.

Mais la démission du Premier ministre, selon l’article 133 de la Constitution péruvienne, implique également la démission de l’ensemble du cabinet, ce qui a conduit à la nomination de nouveaux ministres de l’Intérieur, de l’Éducation, du Travail, de la Culture et de la Production, entre autres.

Or, s’agit-il d’un simple changement de cabinet ou implique-t-il l’assouplissement d’un gouvernement progressiste qui, pourtant, doit obtenir l’aval d’un Congrès hostile habitué à renverser des présidents avec divers arguments dont « l’incapacité morale » ?

En fait, le déclencheur de la crise a été que Bellido a menacé de nationaliser une entreprise liée à l’administration du gaz si elle ne renégociait pas la répartition des bénéfices avec l’État.
A la fin, un des drapeaux de la campagne. La déclaration a eu lieu peu de temps après que Castillo a fait une via.

Suite à cela, Vladimir Cerrón, président de Pérou Libre, a affirmé que Bellido est un homme politique cohérent avec ses idées, ses promesses de campagne et avec l’Assemblée constituante. « Le dilemme du président c’est de devoir choisir entre ce qui est conservateur et ce qui est révolutionnaire », a-t-il ajouté.

Les relations entre Castillo et Peru Libre sont devenues très tendues. Les dirigeants du groupe de gauche ont souligné le fait qu’en raison des pressions de la droite et des médias, il n’y a plus aucun membre du parti dans le cabinet ministériel. Bellido a en effet menacé de forcer la dissolution du parlement et de convoquer des élections anticipées, mais le président a une nouvelle fois choisi de ne pas contrarier ses opposants.

Les quelques mois de Castillo à la présidence nous rappellent d’autres antécédents. En 2011, alors que le progressisme balayait l’Amérique latine, le Pérou a donné sa voix à Ollanta Humala, un militaire radical qui s’était soulevé contre le gouvernement au début du siècle et avait promis de grands changements. Mais très vite, il perd le « radicalisme » et tombe dans d’interminables négociations politiques et financières, qui trahissent les revendications populaires.

Pendant ce temps, Castillo assure que son gouvernement restera déterminé à fournir du gaz bon marché à la population, après que le prix du carburant sur le marché international ait été volatil. De même, il a présenté la soi-disant « deuxième réforme agraire » qui permettra à l’État d’atteindre les agriculteurs à travers des moyens de communication, de la technologie et des conseils techniques.

Mais les deux grandes promesses de sa campagne (assemblée constituante et renégociation/nationalisation de l’exploration des ressources naturelles) restent en suspens.

De vieux débats ont refait surface au sein de la gauche. D’un côté, certains soutiennent que Castillo doit rester au pouvoir pour gagner du temps et apporter les changements qu’il recherche. De l’autre, ceux qui soutiennent que le président doit recourir à son soutien populaire pour affronter ses ennemis, et non pas gouverner avec un agenda qui n’a pas grand-chose à voir avec son programme.

Le cas du Pérou est paradigmatique et apporte des leçons alors que la gauche est bien placée pour remporter les élections au Chili, en Colombie et au Brésil. Les élites résisteront violemment même contre les plus petits changements. Trouver un arrangement serait opter pour une solution temporaire. Mais s’il n’y a pas de réponses aux besoins des grandes majorités, les nouveaux cycles progressifs s’épuiseront très vite.

 

Brèves

 

Équateur / Etat d’exception pendant 60 jours

 

Lasso a décrété « l’état d’exception » en Équateur. (El Universo)

Le président de l’Équateur, Guillermo Lasso, a décrété « l’état d’exception » dans tout le pays pour une durée de 60 jours afin que les forces armées et la police puissent «effectuer des contrôles d’armes, des inspections et des patrouilles 24 heures sur 24 » et cela dans le but de « lutter contre la criminalité » .

Dans le même sens, il a également annoncé la création d’une Unité de Défense Juridique pour protéger tout membre des forces publiques poursuivi en justice « pour avoir simplement rempli son devoir ». « Nous devons travailler dans une totale unité parce que dans les rues de l’Equateur il n’existe qu’un seul ennemi : le trafic de drogue », a ajouté Lasso.

Ces jours derniers, le président nouvellement investi a été mis sur la sellette parce que son nom apparait dans les Pandora Papers.

 

Venezuela / Début du procès d’Alex Saab

 

Le diplomate vénézuélien Alex Saab, extradé du Cap-Vert vers les États-Unis, a été présenté au tribunal du District Sud de la Floride, où le juge John O’Sullivan l’a inculpé de 8 chefs d’accusation, dont 7 pour blanchiment d’argent présumé et un pour complot en vue de commettre ce délit.

Saab — arrêté dans des conditions irrégulières en juin 2020 par les autorités du Cap Vert — a été inculpé par O’Sullivan depuis sa cellule de Miami où il est actuellement détenu par téléconférence.

Ses avocats ont demandé sa libération sous caution, mais la demande a été rejetée. Pour l’instant, la prochaine comparution aura lieu le 1er novembre.

 

Brasil / Bolsonaro pourrait faire face à des poursuites judiciaires pour mauvaise gestion de la pandémie

 

Bolsonaro a été contesté par sa géstion de la pandémie. (DW)

La Commission d’Investigation Parlementaire (CPI) fera valoir pas moins de 11 chefs d’accusation pour inculper le président, Jair Bolsonaro, pour sa mauvaise gestion de la santé publique pendant la pandémie.

A cela, Bolsonaro réplique qu’il « en a plus qu’assez » qu’on le questionne sur les plus de 600 000 morts dus au Covid dans son pays et sur les 21,5 millions et plus de personnes infectées.

Par ailleurs, le président a décidé de ne pas se faire vacciner. « Pourquoi me faire vacciner ? Ce serait comme jouer 10 reais à la loterie et gagner deux reais, ça n’a pas de sens », a-t-il ajouté pour s’expliquer.

Le taux de popularité de Bolsonaro est en chute libre suite à la hausse de près de 40% du prix de l’essence au cours des 12 derniers mois et après que l’inflation annoncée pour le mois de septembre est de 10,25 %

 

Paraguay / La fille d’un gouverneur du Paraguay assassinée

 

Quatre personnes ont été tuées à l’intérieur d’une fourgonnette alors qu’elles sortaient d’une soirée dans le département d’Amambay, au nord-est du Paraguay. Une des victimes est Haylee Carolina Acevedo (21 ans), fille du gouverneur local, Ronaldo Acevedo.

Haylee se trouvait à côté d’Osmar Vicente « Bebeto » lvárez (29 ans), membre présumé du Premier Commando de la Capitale, la plus importante organisation criminelle du Brésil, laquelle gère le trafic de drogue à travers le Paraguay.

L’attentat a plongé le pays sous le choc et les autorités poursuivent leur enquête.

 

Bolivie / Des mercenaires ont tenté d’attaquer Luís Arce

 

Arce a gagné les élections de octobre de 2020 (AP)

Le gouvernement bolivien a rendu public le fait que plusieurs des individus impliqués dans l’assassinat de l’ancien président d’Haïti, Jovenel Moïse, étaient présents à La Paz, quelques jours avant les élections d’octobre 2020, pour planifier l’assassinat de Luís Arce, candidat à l’époque et aujourd’hui président.

Selon les conclusions de l’enquête, la personne chargée d’établir le contact avec ces mercenaires était l’ancien ministre de la Défense du gouvernement de facto de Jeanine Añez, Fernando López, très proche du candidat de l’opposition d’alors, Luís Fernando Camacho, l’une des principales figures du coup d’État de 2019.

Pour cette opération, le versement de 125 000 $ aurait été convenu.

 

Interview

 

Nicaragua / Arlen Hernández: « La tranquillité du peuple est en jeu »

 

Le Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) et Daniel Ortega briguent leur réélection lors des prochaines élections législatives. Pour comprendre les enjeux de ce concours, nous nous sommes entretenus avec Arlen Hernández, journaliste à La Nueva Radio Ya.

Le peuple nicaraguayen est appelé à voter aux élections du 7 novembre. Quel est l’enjeu de ces élections ?

Le 7 novembre, le Nicaragua se rend à des élections législatives (4 processus en 1), où sont en jeu la paix et la stabilité de ce pays. Autrement dit, depuis la 2ème étape révolutionnaire (10 janvier 2007) l’avancée économique et sociale du Nicaragua est reconnue par le monde entier, même par ceux qui ne sont pas sandinistes ou qui sont de l’autre bord. Pour cette raison sont en jeu la tranquillité des gens ainsi que leur prospérité matérielle et spirituelle, que le Nicaragua continue d’être classé le premier pays en Amérique centrale en termes d’infrastructure routière, avec une couverture électrique à 99%. C’est également un pays qui est devenu indépendant énergétiquement: la dépendance au pétrole est passée de 75% à 25 %. De la même manière, l’alimentation en eau et le système d’assainissement ont progressé à plus de 60% au niveau national. Il y a aussi des subventions au transport, des programmes sociaux, un plan stratégique qui dépend exclusivement du Front sandiniste et qui vise à éliminer la pauvreté.

Au cours des derniers mois, nous avons vu comment les plans de « changement de régime » menés par Washington ont pris de l’ampleur, avec leur corrélation dans les médias grand public. Quelles sont les principales distorsions ou demi-vérités répandues sur cette élection ?

Les États-Unis cherchent des marionnettes, ils nous considèrent comme leur arrière-cour, et même s’ils disent qu’ils organisent des élections et changent de président, ils constituent toujours la même chose. Ils doivent apprendre à respecter le Nicaragua et un gouvernement qui défend la souveraineté et la dignité de la patrie. Au lieu de cela, ils essaient d’effacer l’histoire d’un trait de plume avec tout ce qu’il en a coûté au peuple nicaraguayen pour décider de comment il voulait vivre.

Rappelons-nous que les gringos ont tué Sandino en complicité avec la dictature somoziste et que dans une large mesure le peuple a choisi le Front sandiniste car ce sont eux qui honorent la mémoire de plus de 50 mille martyrs qui ont péri dans la guerre des années 1980. Actuellement, les résultats des sondages au niveau national, commune par commune, sont en faveur du Front sandiniste, à travers un paramètre appelé « permis citoyen » qui a à voir avec la légitimité, l’approbation, la confiance et où Daniel Ortega se place à 8 ou 9% au-dessus de son adversaire. Les gens n’oublient toujours pas qu’entre 1990 et 2006, il y a eu trois gouvernements néolibéraux qui ont renversé et démoli toutes les conquêtes de 1980 à 1990 et privatisé la nation entière.

En interne, quelles sont les critiques/revendications des mouvements de base du Sandinisme ? Selon vous, quelles priorités devrait avoir le gouvernement qui sera vainqueur ?

Comme dans tout pays, il faut créer plus d’emplois, faciliter les investissements privés et publics pour avoir plus de travail. Dans notre cas, rappelons-nous qu’en 2018, lors de la tentative de coup d’État, plus de 160 000 emplois nous ont été enlevés, beaucoup de travailleurs ont été licenciés pour ne pas s’être alignés sur ce que voulait la droite. Ceci, ajouté à la pandémie, a fait de l’emploi un grand défi pour le gouvernement. De même, continuer à défendre les conquêtes en cours est un autre défi, il ne s’agit pas seulement de réaliser des choses, il faut aussi continuer à les surveiller. Ils doivent également maintenir l’unité et travailler pour continuer à réaliser le Plan de développement humain. De même, la qualité et les soins médicaux doivent encore être améliorés même si 18 hôpitaux ont déjà été construits. Et tout cela doit se faire en gardant l’enthousiasme.

 

Maurice Bishop et Fidel Castro

 

Veines ouvertes / Assassinat de Maurice Bishop

 

Grenade, cette petite ile des Caraïbes, a fait la une des journaux en mars 1979 lors du triomphe révolutionnaire du Mouvement New Jewel.

Son leader était le jeune et charismatique Maurice Bishop qui occupa le poste de Premier ministre dans le fameux Gouvernement Populaire Révolutionnaire. Grenade établit alors des relations diplomatiques avec Cuba et avec d’autres pays socialistes et procéda en outre à des avancées progressistes dans l’éducation, la santé et les droits des femmes.

Pour les États-Unis, il était inacceptable de laisser exister un second « mauvais exemple » dans leur arrière-cour. Finalement, en octobre 1983, des désaccords internes amenèrent un coup d’Etat et l’assassinat de Bishop. Et peu de jours après, des forces spéciales des États-Unis envahirent l’île.

 

Quels sont les sujets qui vous intéressent le plus sur l’Amérique Latine ou ceux dont la couverture médiatique suscitent en vous plus de questions que de réponses? Envoyez-nous vos suggestions à [email protected] .

Les opinions exprimées sont celles des auteurs et ne correspondent pas forcément à celle des membres de l’équipe de rédaction d’Investig’Action.

Traduit par Ines Mahjoubi et Manuel Colinas Balbona.

 

Source : Investig’Action