Algérie : les caricaturistes et le hirak

Dans un article dithyrambique publié le 2 mai dernier dans les colonnes de l’Humanité, la journaliste Rosa Moussaoui a encensé certains caricaturistes algériens, les plus en vue dans l’effervescence « révolutionnaire » du moment.  « Crayon au poing, ils brisent tous les tabous, franchissent toutes les lignes rouges », nous dit-elle[1]. Et elle ne pouvait si bien dire. Ils en ont franchi des lignes rouges, mais pas uniquement celles auxquelles elle fait référence dans son panégyrique.

 

Situons tout d’abord le personnage de l’auteure de l’article. Rosa Moussaoui est reporter (souvent affublée de l’épithète « grand ») à l’Humanité. Très active depuis le début du mouvement de contestation, elle suit de sa prose les évènements politiques qui animent la scène politique algérienne. Prose qui trahit parfois un alignement idéologique tendancieux comme on peut s’en rendre compte à la lecture de ce titre : « En Kabylie, un peuple debout pour ressusciter le pays »[2]. D’ailleurs, n’avait-elle pas affiché son soutien au MAK (Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie) lors de la polémique entourant la participation de ce mouvement à la fête de l’Humanité en 2017[3]?

La « grand » reporter nous présente donc trois caricaturistes algériens qui, précise-t-elle, « tiennent la chronique d’une joyeuse révolution ». Il s’agit de Ali Dilem, Hicham Baba Ahmed, alias Le Hic, et Ghilas Aïnouche.

 

Ali Dilem Le Hic Ghilas Aïnouche

Moussaoui et ces trois dessinateurs ont un trait commun : celui de parler au nom du « peuple », tout en galvaudant ce noble concept.

Voici trois caricatures qui illustrent ce propos :

 

Ali Dilem
Le Hic
Ghilas Aïnouche

 

Premièrement, ils utilisent la notion de « peuple » comme s’il s’agissait d’un bloc monolithique, sphérique, uniforme et lisse.

Ensuite, ils se donnent la liberté de parler au nom de ce « peuple », comme s’ils en étaient les porte-paroles officiels, mandatés par je ne sais quelle institution fictive.

Finalement, ils utilisent la voix de ce « peuple » pour faire passer leurs idées personnelles ou l’idéologie de leur groupe d’appartenance.

Cette légèreté, voire frivolité, avec laquelle ces caricaturistes s’approprient la voix d’une nation soulèvent de nombreuses questions importantes concernant le hirak.

Qui compte le nombre de manifestants? Qui recense les messages scandés ou écrits sur les banderoles ou pancartes? À partir de quel nombre de slogans le message devient celui du peuple? Est-ce qu’un slogan prononcé le vendredi équivaut à celui scandé un autre jour de la semaine? Est-ce qu’un slogan véhiculé par les médias sociaux équivaut à celui porté à bout de bras dans la rue? Est-ce que le message d’une pancarte bien visible sur les escaliers de la Grande Poste à Alger est équivalent à un autre exhibé dans une petite ville de province?  Lorsque certaines chaînes de télévision affirment que le « peuple » veut ceci ou cela, sur quel travail scientifique se sont-elles basées?

Il est clair qu’au début du soulèvement populaire, il n’y avait aucune d’ambiguïté sur la demande du peuple : « Pas de 5e mandat ». L’adhésion de la population était unanime car la demande était simple, compréhensible et juste.

Mais à mesure que l’inflation des demandes a progressé, les réponses se sont multipliées et l’unicité des voies de sortie de crise a disparu.

Prenons pour exemple la position actuelle des citoyens vis-à-vis de l’institution militaire : la scission du hirak sur ce point est bien consommée. On n’est plus sur la longueur d’onde de l’unanimisme initial : « Djeich Chaab Khawa Khawa » (Armée Peuple Frères, Frères).

Que veut alors dire la notion de « peuple » à ce moment? Un groupe qui a un accès facile aux médias? Un groupe qui arrive à mobiliser plus de personnes sur le terrain? Un groupe qui produit plus de décibels dans les manifestations? Un groupe plus organisé et mieux formé pour véhiculer son idéologie? Un groupe qui a plus de moyens financiers?

Et ces questions se posent aussi pour les caricaturistes qui doivent, par honnêteté intellectuelle et éthique journalistique refléter le débat tel qu’il est vécu par les citoyens.

Pour bien comprendre l’orientation idéologique de ces caricaturistes qui parlent au nom d’un « certain peuple », il est essentiel et judicieux de nous intéresser à chacun d’eux.

Ali Dilem

Le plus influent d’entre eux est très certainement Ali Dilem. J’en veux pour preuve le nombre de câbles Wikileaks américains qui citent son nom : pas moins de dix!

Dans le câble 08ALGIERS504_a (daté du 5 mai 2008), on peut voir à quel point il est apprécié par les diplomates américains en poste à Alger : « Dans le cas de Liberté, la plupart des lecteurs aujourd’hui ne regarde pas la une du journal en premier, mais la dernière page pour savourer la caricature quotidienne de Dilem qui est souvent une critique caustique du gouvernement ».

Mais cette remarque ne relève pas uniquement de l’admiration candide. Des contacts ont bien eu lieu entre le caricaturiste et les fonctionnaires de l’ambassade américaine comme clairement mentionné dans le câble 09ALGIERS370_a (daté du 13 avril 2009) : « Le caricaturiste politique Ali Dilem nous a dit que les bureaux de vote qu’il a visité avec un journaliste français étaient presque vides. Dans un cas, il a rencontré un chômeur qui a déclaré qu’il votait parce qu’on lui avait demandé de présenter sa carte d’électeur afin d’obtenir un passeport ».

Un caricaturiste algérien qui « dit » des choses aux diplomates américains en poste à Alger durant des élections présidentielles algériennes? Comment peut-on appeler cela? Je vous laisse le soin d’y répondre.

Dilem fait partie de « Cartooning For Peace » (CFP – Caricature pour la paix), organisme qui se définit comme « un réseau international de dessinateurs de presse engagés qui combattent, avec humour, pour le respect des cultures et des libertés ». C’est sans doute pour cette raison qu’on l’a vu officier sur TV5 aux côtés de deux autres caricaturistes pour la paix : le Français Plantu (fondateur de CFP) et l’Israélien Kichka.

 

Plantu, Dilem, Nadia Khiari (alias Willis From Tunis) et Kichka: quatre membres de “Cartooning For Peace” au 66e Festival de Cannes.

C’est aussi dans ce cadre que Dilem s’est rendu en Israël avec ses deux compagnons de TV5. Dans la vidéo immortalisant la visite[4] on le voit rire à éclats devant un dessin de l’israélien Shay Charka (membre de CFP) véhiculant des stéréotypes négatifs et tendancieux sur les Palestiniens (voir ci-après). Précisons que Charka est un caricaturiste sioniste faisant partie d’une « armée » de dessinateurs israéliens qui luttent contre la campagne internationale BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions)[5].

 

-Papa, peux-tu fabriquer une fusée qui peut aller sur la lune?

-Y a-t-il des Israéliens sur la lune ?! Alors pourquoi? Pense de manière productive!

 

Ensuite, arrivé devant le mur des lamentations, il fait une déclaration stupéfiante qu’il est important de reporter au complet tellement elle représente la quintessence de la propagande sioniste :

« Pour quelqu’un qui a grandi dans la haine de l’autre, la haine du juif, en fait la haine de ce qu’il ne connait pas, de ce qu’il a ignoré et dans l’acceptation de tout ce qu’on lui foutait dans le crâne… Ça donne pas envie ici d’être terroriste, ça donne pas envie de haïr l’autre, ça donne pas envie de, de…Ça donne envie d’aimer, de connaitre… ».

No comment!

Vidéo de la visite

La vidéo se termine avec des notes mélodieuses de piano et une danse de notre illustre caricaturiste, bras dessus, bras dessous, avec un personnage portant une kippa qui doit connaitre et, surtout, aimer beaucoup de Palestiniens!

Une relation singulière relie nos caricaturistes à Charlie Hebdo comme nous allons le constater par la suite. À peine un mois après l’attentat contre ce journal satirique, Dilem a rejoint son équipe de dessinateurs. À la question : « Qu’aviez-vous pensé à l’époque de la publication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet ? », il répondit : « Je savais qu’ils s’exposaient à des réactions. Je savais qu’on ne pouvait pas s’amuser avec l’image du Prophète aux yeux de certains. Mais en tant que professionnel de la caricature, je me disais aussi que c’était un sujet comme un autre, et qu’il ne fallait pas s’arrêter à ce qui est considéré comme sacré […][6].

Dilem a reçu de nombreuses distinctions soulignant la qualité de son travail, mais c’est la France qui l’a le plus gâté. En 2010, il a reçu les insignes de Chevalier des Arts et Lettres à l’ambassade de France à Alger, des mains de Noëlle Lenoir, ancienne ministre des Affaires européennes et en présence de l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt[7].

 

Noëlle Lenoir et Ali Dilem

Rappelons que l’Ordre des Arts et des Lettres (qui comprend trois grades) est une décoration honorifique française qui, gérée par le ministère de la Culture, récompense « les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde ».

En 2017, notre caricaturiste a été promu au rang d’Officier des Arts et des Lettres par la présidence de la République française.

 

Ambassade de France à Alger : Bernard Émié, ambassadeur, et Ali Dilem

 

Dans un livre qu’il a consacré à Ali Dilem, son ami Mustapha Benfodil cite Mohamed Benchico, présenté comme le maître à penser du caricaturiste: « Dilem a une âme de justicier. Il ne dessine pas pour passer le temps mais pour faire mal, pour écorcher les crapules et les puissants »[8] .

Avec ce qu’on vient de voir sur le trajet de Dilem, une question se pose : qui sont les crapules et qui sont les puissants?

 

Le Hic

La caricature du Hic qui figure au début de cet article pose de nombreux problèmes. En effet, en plus de discourir au nom du peuple comme mentionné précédemment, l’auteur fait preuve d’une totale ignorance en matière de géostratégie, de techniques de déstabilisation des pays ou de révolutions non-violentes. Pourtant, ce ne sont pas les exemples qui manquent depuis quelques décennies. Mais, vous allez me dire, on ne peut pas demander à un caricaturiste de faire rire et d’être versé dans les sciences demandant un peu de sérieux. À moins, bien sûr, d’exceller dans l’art de la dissimulation et dans la dextérité du mensonge par omission.

Le plus grave, cependant, dans ce dessin, c’est son indécence. Le « digitus impudicus » ou doigt d’honneur est un geste obscène. Avec cette caricature, Le Hic a non seulement usurpé l’identité du peuple, mais lui fait faire des gestes grossiers et orduriers qui ne concernent que sa personne!

Ce n’est certainement pour des dessins de ce genre que Le Hic fut « élevé », en 2016, au rang de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres des mains de Bernard Émié, à la villa des Oliviers, résidence de l’ambassadeur de France à Alger[9].

Vidéo de l’événement

 

 

Ambassade de France à Alger : Bernard Émié, ambassadeur, et Hicham Baba Ahmed (Alias Le Hic)

 

Notons, que tout comme Dilem, Le Hic est membre de « Cartooning For Peace ». Cependant, il n’a pas collaboré avec Charlie Hebdo, mais reconnait avoir rencontré et travaillé avec Charb et Wolinski[10], deux dessinateurs vedettes du magazine humoristique français, qui ont perdu la vie lors des attentats de janvier 2015.

Petite précision: Bernard Émié, l’ambassadeur qui a décoré Dilem et Le Hic, a été nommé en 2017 par le président Emmanuel Macron à la tête de la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE), en remplacement d’un autre ancien ambassadeur de France en Algérie (2006-2008), M. Bernard Bajolet[11].

 

Ghilas Aïnouche

La palme de l’indécence, de l’impudeur et du mauvais goût revient sans aucun doute à Ghilas Aïnouche. Scatologie, obscénité, racisme, tout y passe! Comparé à ceux de Aïnouche, le dessin du Hic discuté auparavant passerait pour celui d’un enfant de chœur.

Il faut savoir qu’en humour, lorsque le talent fait défaut, on se focalise sur ce qui se trouve en dessous de la ceinture ou bien sur ce qui se passe dans les toilettes.

Lorsque la députée Naima Salhi, fidèle représentation de la décadence politique qu’a connue l’Algérie ces dernières années, a tenu des propos choquants sur les Kabyles et leur langue, une monumentale levée de boucliers s’en est suivie. Aïnouche, quant à lui, a choisi de réaliser plusieurs caricatures de la députée où les matières fécales sont à toutes les sauces! À donner la nausée!

 

Pour voir les caricatures scatologiques de Aïnouche

(à vos risques et périls!)

Sur ce sujet, Dilem s’est aussi laisser aller au dessin facile, mais comme produit biologique, il a préféré les crachats aux excréments.

 

 

Allons, « chevalier » ou plutôt « officier » des Arts (avec un A majuscule), un peu de retenue digne de votre rang! On peut exprimer notre mécontentement de manière plus civilisée! N’est-ce pas vous qui avez déclaré à votre ami Mustapha Belfodil : « Le danger pour nous, et je ne parle pas que pour la caricature, c’est que, à force de vouloir trop en faire, on en fait trop. Il faut que ce qui est irrespectueux, que ce qui est irrévérencieux, ne devienne pas vulgaire »[12]?

Et bien, nous y voilà : Dilem, Le Hic et Aïnouche se vautrent dans la vulgarité et ont l’air d’y prendre plaisir!

Non satisfait de ses trouvailles scatologiques, Aïnouche poursuit son périple dans les bas-fonds de la caricature en s’essayant à l’obscénité avec un dessin représentant un migrant africain dans le plus simple appareil, ne laissant aucun doute sur son anatomie masculine stéréotypée.

 

Pour voir les caricatures obscènes de Aïnouche

(à vos risques et périls!)

Cette obscénité n’est pas nouvelle dans le monde de la caricature algérienne. C’était une pratique usitée par le chroniqueur d’El Watan, Chawki Amari, qui fut, dans une autre vie, caricaturiste. Il avait raconté à Mustapha Belfodil, non sans une pointe de fierté, qu’il s’amusait à cacher des parties intimes masculines dans ses dessins. Pourquoi? Juste comme ça, pour le fun. Et d’ajouter : « Personne ne relevait ces petits détails, et le lendemain, je me marrais. J’étais vraiment un sale gosse »[13].

Dans le cas de Chawki Amari, il est intéressant de noter qu’il a été emprisonné, en 1996, pour une caricature jugée offensante pour l’emblème national [14]. Objet du délit? Le dessin représentait « deux passants qui regardent les drapeaux algériens déployés à l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance. « C’est pour le 5 juillet? », demande l’un. « Non, ils étendent le linge sale », répond son compagnon »[15].

 

Pour voir la caricature délictueuse de Chawki Amari

Mais même en ce temps-là, l’ambassade américaine d’Alger n’était pas très loin des journaux et de leurs caricaturistes.

Des documents d’époque montrent que l’organisme américain Cartoonists Rights Network International (CRNI) avait dénoncé son emprisonnement, ce qui est en soi louable. En effet, selon son site, la mission du CRNI est de « défendre la liberté créative et les droits de l’Homme des caricaturistes éditoriaux menacés dans le monde entier »[16].

Mais le CNRI précise aussi que « pendant son séjour en prison, l’organisme a également envoyé de l’argent à Chawki pour l’aider à payer ses frais légaux »[17].

En regardant de plus près les sponsors de CRNI, on y trouve aussi bien la NED (National Endowment for Democracy) et l’Open Society Foundations du milliardaire américain, George Soros[18], des commanditaires étasuniens très impliqués dans l’« exportation de la démocratie »[19].

Dans une interview accordée au Washington Post, la question suivante a été posée au directeur exécutif du CRNI, Robert Russell : « Avez-vous déjà travaillé en collaboration avec le Département d’État, des ambassadeurs ou d’autres agences / départements américains pour atteindre vos objectifs dans le monde entier? [] ». Ce à quoi il répondit : « Nous sommes toujours prêts à travailler avec un ambassadeur ou même un bureau au Département d’État [] »[20].

D’ailleurs, après cette affaire, certains câbles Wikileaks ont révélé une proximité entre l’ambassade américaine à Alger et Chawki Amari, El Watan (où il travaille actuellement avec Le Hic) ainsi que son ancien directeur Omar Belhouchet[21].

Mais ça, c’est une histoire qui mériterait qu’on y consacre plus de temps.

Revenons à Ghilas Aïnouche. Certaines de ses caricatures dénotent une affinité non dissimulée avec le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), affinité partagée avec Rosa Moussaoui qui a encensé le jeune caricaturiste dans son article.

 

Ferhat Mehenni : président du MAK

Abassi Madani : cofondateur du Front islamique du salut (FIS)

 

Cette sympathie pour la cause sécessioniste du MAK a été confirmée lors d’un voyage effectué par Aïnouche en 2017 aux États-Unis, invité par le Département d’État. Il y a défendu la liberté d’expression pour les militants du MAK « constamment harcelés et leurs passeports bloqués »[22].

Et le MAK le lui rend bien. Lorsque Aïnouche a été victime de violence policière lors d’une manifestation interdite, le président du MAK, Ferhat Mehenni, lui a personnellement téléphoné pour s’enquérir de sa santé et l’assurer de son soutien[23].

Il est indéniable qu’une des conséquences fâcheuses du hirak est la tension actuellement perceptible entre certains citoyens kabyles et le reste des Algériens. Le MAK, naguère imperceptible dans la vie politique du pays, a repris du poil de la bête avec ses idées toxiques. Ferhat Mehenni s’est même fait inviter à l’université de Tizi-Ouzou pour disserter, par vidéoconférence, rien de moins que du « combat kabyle face à l’Algérie »[24]. Jamais cette tension n’a été aussi exacerbée, très certainement instrumentalisée aux dépens de la cohésion de la nation algérienne. Le plan Yinon[25] pour l’Algérie serait-il activé via le MAK en cette période d’instabilité politique? Rappelons que, tout comme Dilem, Mehenni s’est rendu en Israël, s’y est entretenu avec des politiciens de haut rang de l’État hébreu et, dans une entrevue au Jérusalem Post, il n’a pas été avare de formules aplaventristes et provocatrices. Florilège : « Les Kabyles ont toujours eu de la sympathie pour Israël »; « Pendant la guerre de 1967, la Kabylie a applaudi à la défaite des Arabes »; « Les femmes kabyles ne portent pas de voile et les Kabyles vivant en France n’ont pas participé à la campagne de légalisation du voile dans les écoles »; « Liberté pour la Kabylie, éternité pour Israël »[26].

 

Entrevue de Ferhat Mehenni à la chaine israélienne Guysen TV lors de son séjour en Israël

Sur les médias sociaux, cette tension a généré une confrontation orageuse. Pourtant, le hirak n’était-il pas censé nous solidariser contre les politiciens véreux, les voleurs de la richesse de notre pays, les bradeurs de sa souveraineté et les liquidateurs de son unité?

La différenciation entre les Kabyles et le reste de la société algérienne a été poussée par Aïnouche à un niveau jamais atteint. Plus que du racisme, certaines caricatures sont la représentation d’un suprémacisme kabyle. Jugez-en.

 

 

 

Une question se pose là encore: avec quelle procuration, Aïnouche et Mehenni, se permettent-ils de parler au nom de tous les Kabyles?

Dilem s’est lui aussi essayé à la caricature raciste, ce qui lui a valu une volée de bois vert[27].

 

 

À l’instar de Dilem et Le Hic, Aïnouche a eu des contacts avec Charlie Hebdo et ses dessinateurs. Il a même été pigiste pour cet hebdomadaire. Dans une entrevue publiée après les attentats de Charlie Hebdo, il a déclaré : « Je ne vois pas comment l’on peut dire que Charlie Hebdo est islamophobe»[28].

Avec toutes ces frasques figurant sur son CV, parions que Aïnouche finira, comme ses ainés, par être invité à la villa des Oliviers pour une solennelle cérémonie où ses faits d’armes chevaleresques seront reconnus, récompensés et applaudis.

En guise de conclusion, mentionnons que toute caricature véhicule, à travers son écorce humoristique, des messages qui sont en phase avec l’orientation du caricaturiste ou du journal qui l’emploie. Il est impératif de retourner chaque caricature et d’en regarder le sceau sur le verso pour en connaitre le commanditaire, le destinataire, la base idéologique ou la vision politique. Ou pourra alors comprendre que la notion galvaudée de « peuple » figurant dans certaines caricatures n’est pas fortuite, bien au contraire.

En ces moments de soubresauts politiques et de tentative d’édification d’une nouvelle république algérienne, les caricaturistes devraient jouer l’apaisement au lieu de pousser à la confrontation.

Cette période nécessite un humour qui nous unit et non un humour qui nous divise, un humour qui construit des ponts et non un humour qui bâtit des murailles.

 


Références

  1. Rosa Moussaoui, « Rire des puissants pour les déboulonner » L’Humanité, 2 Mai 2019, https://www.humanite.fr/algerie-rire-des-puissants-pour-les-deboulonner-671661
  2. Rosa Moussaoui, « En Kabylie, un peuple debout pour ressusciter le pays » L’Humanité, 15 avril 2019, https://www.humanite.fr/algerie-en-kabylie-un-peuple-debout-pour-ressusciter-le-pays-670818
  3. Mohand Beloucif, « Notre mouvement est « pacifique et n’émarge pas aux extrêmes » », Le Matin d’Algérie, 1er novembre 2017, https://www.lematindalgerie.com/notre-mouvement-est-pacifique-et-nemarge-pas-aux-extremes
  4. Dailymotion, « Dilem, Kichka et Plantu à Jérusalem », https://www.dailymotion.com/video/xe9lzn
  5. The Times Of Israel, « Une armée de caricaturistes lutte contre le mouvement BDS », 13 juillet 2015,https://fr.timesofisrael.com/une-armee-de-caricaturistes-lutte-contre-le-mouvement-bds/
  6. Hassina Mechaï, Interview : « « Charlie Hebdo » – L’Afrique réagit – Dilem : « Ce n’est pas qu’un titre, c’est un esprit » », Le Point, 8 janvier 2015, https://www.lepoint.fr/culture/charlie-hebdo-l-afrique-reagit-dilem-ce-n-est-pas-qu-un-titre-c-est-un-esprit-08-01-2015-1894965_3.php
  7. Liberté, « Dilem : “Je suis fier d’être Algérien” – Il a été fait hier chevalier des arts et des lettres », 12 octobre 2010, https://www.djazairess.com/fr/liberte/144123
  8. Mustapha Benfodil, « Dilem Président », Editions INAS (Alger), 2008, p. 3
  9. Ambassade de France à Alger, « Décoration d’Ahmed Bedjaoui et Hicham Baba Ahmed », 16 mai 2016, https://dz.ambafrance.org/Decoration-d-Ahmed-Bedjaoui-et-Hicham-Baba-Ahmed
  10. Nejma Rondeleux. « Le Hic: « J’ai été triplement choqué: en tant qu’être humain, dessinateur et Algérien » », Huffington Post Maghreb, 8 janvier 2015, https://www.huffpostmaghreb.com/2015/01/08/le-hic-charlie-hebdo_n_6436212.html
  11. Amine Kadi, « Bernard Emié, de l’ambassade d’Alger à la DGSE », La Croix, 27 juin 2017, https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Bernard-Emie-lambassade-dAlger-DGSE-2017-06-27-1200858548
  12. Voir réf. 8, p. 7
  13. Ibid., p. 99
  14. José Garçon, « Crime de lèse-drapeau en Algérie – Pour un dessin « offensant », Alger maintient en prison le journaliste Chawki Amari », Libération, 13 juillet 1996, https://www.liberation.fr/planete/1996/07/13/crime-de-lese-drapeau-en-algeriepour-un-dessin-offensant-alger-maintient-en-prison-le-journaliste-ch_177216
  15. Ibid.
  16. Cartoonists Rights Network International, « Who we are – Our mission », https://cartoonistsrights.org/mission/
  17. Cartoonists Rights Network International, « Middle East/North Africa », http://archive.cartoonistsrights.org/cartoonists_rights_free_speech.php–id=33.html
  18. Cartoonists Rights Network International, « Foundation and corporate support », https://cartoonistsrights.org/category/cnri-gratefully-acknowledges-major-support-from/
  19. Pour plus de détails, lire : Ahmed Bensaada, « Huit ans après : la « printanisation » de l’Algérie », ahmedbensaada.com, 4 avril 2019, http://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=475:2019-04-04-22-50-13&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119
  20. Michael Cavna, « Crowdfund of the week: Free-speech cartoonists vs. legal and mortal threats », Washington Post, 2 avril 2015, https://www.washingtonpost.com/news/comic-riffs/wp/2015/04/02/crowd-fund-of-the-week-free-speech-cartoonists-vs-legal-and-mortal-threats/?utm_term=.0eae6ab200c1
  21. Lire, par exemple, le câble 08ALGIERS388_a: https://wikileaks.org/plusd/cables/08ALGIERS388_a.html ou le câble 08ALGIERS521_a : https://wikileaks.org/plusd/cables/08ALGIERS521_a.html
  22. KDirect.info, « Invité par le Département d’Etat américain à Washington, le dessinateur Ghilas Aïnouche a parlé aussi du MAK », 7 novembre 2017, http://archive.wikiwix.com/cache/?url=https%3A%2F%2Fk-direct.info%2F2017%2F11%2F07%2Finvite-par-le-departement-detat-americain-a-washington-le-dessinateur-ghilas-ainouche-a-parle-aussi-du-mak-k-direct%2F
  23. Siwel, « Ghilas Aïnouche agressé : le Président de l’Anavad s’enquiert de son état de santé », 23 juillet 2017, https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:QzrVanxcK3AJ:https://www.siwel.info/ghilas-ainouche-agresse-president-de-lanavad-sencquiert-de-etat-de-sante_49075.html+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=dz
  24. Hakim Megatli, « Université de Tizi Ouzou : Ferhat Mehenni a discouru sur le « combat kabyle face à l’Algérie », Algérie 1, 28 avril 2019, https://www.algerie1.com/actualite/universite-de-tizi-ouzou-ferhat-mehenni-a-discouru-sur-le-laquo-combat-kabyle-face-a-l-algerie-raquo
  25. Pour plus de détails sur le plan Yinon, lire : Ahmed Bensaada, « La géopolitique selon « Arab Idol », Reporters, 13 décembre 2014, http://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=300:la-geopolitique-selon-l-arab-idol-r&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119
  26. Sharon Udasin et Jan Koscinski, « Algeria’s Kabylie craves friendship with Israel », The Jerusalem Post, 27 mai 2012,https://www.jpost.com/Middle-East/Algerias-Kabylie-craves-friendship-with-Israel
  27. Dehbia Ak, « Ali Dilem accusé de « racisme anti-arabe » par des chroniqueurs d’une chaîne privée (VIDÉO) », ObservAlgérie, 19 janvier 2019, https://www.observalgerie.com/actualite-algerie/dilem-ali-une-nouvelle-caricature-secoue-les-medias-algeriens/
  28. Algérie Focus, « Ghilas Aïnouche, caricaturiste algérien : « Je ne vois pas comment l’on peut dire que Charlie Hebdo est islamophobe »», 8 janvier 2015, https://www.algerie-focus.com/2015/01/ghilas-ainouche-caricaturiste-algerien-je-ne-vois-pas-comment-lon-peut-dire-que-charlie-hebdo-est-islamophobe/#sthash.WSQngftu.uxfs