Airsoft et Vlaams Belang : Plus que du sport

 

Sur la page des jeunes du Vlaams Belang, après quelques posts sur leurs faits d’armes lors du Pukkelpop, on peut trouver des images de leur Université d’été à Cracovie. Une d’elle attire en particulier l’attention : une cinquantaine de jeunes, répliques d’Airsoft au poing. Loin de nous raconter seulement une après-midi sportive en Pologne, cette photo en dit beaucoup sur une extrême droite en pleine renaissance… 

 

Ils sont une cinquantaine, « Jeunes, Flamands et Rebelles » d’après leur page Facebook, et se définissent eux même comme une élite. Fin juillet, ils étaient en Pologne, du côté de Cracovie, pour leur université d’été : l’occasion de suivre des formations théoriques sur le nationalisme flamand et les thèses d’extrême droite. Mais aussi de faire des activités sportives, en particulier de l’Airsoft : Un jeu de tir grandeur nature, dont le réalisme -bien supérieur à celui qu’on trouve dans le Paintball- en fait une simulation prisée par les amateurs de sensations fortes, les militaires et les policiers. Né au Japon dans les années 1970 pour répondre aux restrictions sur les ventes d’armes à feu en offrant des répliques ultra-fidèles, il est aussi par nature la discipline par excellence pour toutes les personnes souhaitant s’offrir un entraînement paramilitaire de manière légale.

 

1 Capture d’écran du site web dédié à l’université d’été des Vlaams Belang jongeren

 

Et c’est bien ce dernier point qui suscite l’inquiétude. Dans le reportage de l’émission néerlandophone Pano sur Schild en Vrienden (1), on pouvait voir des photos de différents membres, dont le président, posant avec des armes à feu. Un président qui s’appelle Dries Van Langenhove et qui est aujourd’hui député fédéral, élu sur les listes du Vlaams Belang… 

 

2 Captures d’écran du salon de discussion en ligne de Schild en Vrienden

 

Le rapport 2018 de la Sûreté de l’Etat Belge (2), dans sa partie portant sur l’extrême droite met l’accent sur ce phénomène :  « En outre, une tendance à l’armement semble se dessiner au sein de l’extrême droite. Les responsables des groupements d’extrême droite incitent leurs militants à suivre des leçons de tir et à se procurer des armes, de manière légale ou non. L’objectif recherché : une confrontation sociétale jugée inévitable entre l’islam et le reste de l’Europe chrétienne à laquelle il faut se préparer. ». Mais si cette confrontation est d’abord envisagée contre l’Islam, elle l’est aussi contre tout ce qui incarne à leurs yeux la gauche et le progressisme : Syndicats, partis de gauche radicale, militants écologistes, droits des femmes, droits des minorités sexuelles (3) .…

 

 

Le cas du Pukkelpop l’illustre, des jeunes d’extrême droite y ont pris à partie Anuna De Wever, la leader du mouvement des grèves écolières pour le climat, la harcelant, la menaçant physiquement l’insultant de « putain verte », chantant « Mort à tous les juifs », l’intimidant physiquement, lui jetant de l’urine… Ces jeunes qui arboraient le drapeau flamingant, emblème de la collaboration, ont rapidement reçu la solidarité du Vlaams Belang et de la NV-A. Les jeunes du Vlaams Belang ont été jusqu’à organiser des actions de soutien devant le site du festival. Par le passé, plusieurs piquets de grève, à Gand notamment, ont fait l’objet d’intimidations physiques par cette mouvance. Dans la même ville, le siège historique de la FGTB a été la cible d’une opération commando visant à arracher le drapeau syndical qui ornait son fronton. Force est de constater que par le choix de ses cibles, cette dynamique d’intimidation vise à affaiblir tous les mouvements à même de rassembler la classe des travailleurs au sens large, au-delà de ses particularismes. Ceux qui sont justement la clé d’une stratégie efficace pour la gauche conséquente.

Ces faits en tête, l’organisation d’entraînements aux armes à feu factices devient d’autant plus inquiétante. On peut se demander quel scénario sordide servait de trame à l’entraînement des jeunes du Vlaams Belang aux armes à feu factices.
Massacre de réfugiés ? Chasse aux communistes ? Fusillade contre des LGBT ?

L’alt right belge poursuit la trajectoire classique de cette mouvance: Après s’être formés politiquement sur les réseaux sociaux, avoir mené des campagnes virtuelles de harcèlement, ils basculent progressivement dans le champ de la réalité… Anders Breivik défendait aussi sur les réseaux sociaux et dans son manifeste électronique des valeurs conservatrices et nationalistes face à la menace du “marxisme culturel”, du féminisme, du multiculturalisme, etc. Il ne s’en est pas tenu aux paroles: le 22 juillet 2011, il a assassiné 77 personnes dont 69 jeunes de gauche sur l’île d’Utoya en Norvège.


Aux USA, en Nouvelle Zélande, en Allemagne… Des dizaines de leurs homologues sont déjà passés à l’acte en tuant des centaines de personnes parce qu’ils étaient d’origine étrangère, de gauche ou LGBT. La Belgique n’a pas été épargnée : à Schaerbeek en 2002, à Anvers en 2006, le racisme a aussi tué.

Notre pays dispose d’un cadre légal qui permet de poursuivre une organisation qui se prépare idéologiquement et militairement à une guerre : « Sont aussi interdites : […] 2° la tenue de ou la participation à des exercices collectifs, avec ou sans armes, destinés à apprendre l’utilisation de la violence à des particuliers. » (4). Mais poursuivre en justice Schild en Vrienden ou les jeunes du Vlaams Belang ne suffira pas.

Ces courants se nourrissent d’un système économique basé sur la concurrence de chacun contre chacun, qui appauvrit l’immense majorité pour enrichir une infime minorité. Pour voiler cette réalité, il alimente toute une série d’idéologies destinée à faire diversion. Plus les contradictions du système capitaliste s’approfondiront, plus les courants d’extrême-droite gagneront en influence.


A nous de leur opposer un projet de société progressiste et rassembleur basé sur la solidarité, l’égalité et la diversité.

« Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester
Les yeux ronds. Agissez au lieu de bavarder.
Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde !
Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut
Pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt :
Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »

Bertolt Brecht, “La résistible ascension d’Arturo Ui”

 

Source : Investig’Action

Notes :

1) (cette large organisation d’extrême droite rassemblant autant des jeunes de la NV-A que du Vlaams Belang)

2) https://www.vsse.be/sites/default/files/1-ra-fr-2018.pdf

3)  Sur l’identité politique de l’extrême droite flamande, son racisme, son anti syndicalisme, son sexisme… https://www.solidaire.org/articles/l-origine-des-liens-entre-schild-vrienden-et-la-n-va-de-theo-francken

4) http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi_loi/arch_a1.pl?=&sql=%5C(text+contains+%5C(%27%27%5C)%5C)&rech=1&language=fr&tri=dd+AS+RANK&numero=1&table_name=loi&F=&cn=1934072930&caller=archive&fromtab=loi&la=F&ver_arch=005