Y a-t-il ou non des armes nucléaires en Corée ?

La question n'est pas : « Est-ce que la Corée du Nord a des armes nucléaires ? », mais bien : « Est-ce que les États-Unis en ont en Corée ? »

Et bien cela dépend à qui on le demande, et comment on pose la question.

Y a t-il ou non des armes nucléaires dans la péninsule coréenne ?

Selon la Corée du Nord, les États-uniens ont bel et bien des armes nucléaires en Corée, déployées secrètement sur le territoire de sa néo-colonie, la République de Corée, au Sud.1.

Et Pyongyang affirme que ces bombes doivent être éliminées, dans le cadre d'un accord global de dénucléarisation de la péninsule coréenne. Après tout, dénucléarisation ça veut dire se débarrasser de toutes les bombes atomiques, et pas seulement celles d'un seul côté. Autrement, "dénucléarisation" ne signifierait rien de plus qu'un désarmement unilatéral.

Mais selon les officiels US, les États-Unis n'ont pas d'armes nucléaires sur la péninsule coréenne. Il y en avait avant, mais elles ont été retirées il y a longtemps.

Vraiment ?

Les officiels US disent que oui, mais ensuite, ils jurent leurs grands Dieux que Saddam était assis au dessus d'une cache de vilaines armes, et que la décision d'envahir l'Irak a été prise bien longtemps après le moment où elle a réellement eu lieu…

Et si vous posez la question autrement, il n'est plus aussi évident que les États-Unis ne sont pas eux-mêmes assis au dessus de leur propre cache de vilaines armes, cachées quelque part en dessous du 38e parallèle.

Dans le dernier round des pourparler à 6, la Corée du Nord a plaidé pour ce que le New York Times appelle "un définition plus large" de la dénucléarisation, qui "exigerait le retrait de toutes les armes nucléaires de la péninsule coréenne"2.

Ça semble raisonnable.

Mais qu'en est-il de l'autre définition, celle qui est "moins large" que la "définition de Pyongyang" ? Est-elle aussi raisonnable ?

C'est la définition américaine, et si la définition nord-coréenne est "large", celle-là est ridiculement étroite. En fait, elle est tellement étroite que ce n'est pas une définition de dénucléarisation du tout.

Ce que c'est, c'est une définition du désarmement unilatéral de la Corée du Nord – la République Populaire de Corée se défaisant de tout ce qui se trouve entre la paix sur la péninsule, et le bruit des bottes anglo-US marchant sur Pyongyang bombardé.

Faites confiance au New York Times pour jouer brillamment son rôle de ministère de la propagande non-officiel, transformant ces propos insensés en "définition" par rapport à laquelle toutes les autres doivent être mesurées. […]

« Les États-Unis, qui nient avoir des armes nucléaires en Corée du Sud ont rejeté [la demande de retrait de leurs armes nucléaires en Corée du Sud], et ont insisté pour que les pourparlers se concentrent uniquement sur le programme nucléaire de la Corée du Nord. »3.

Relisons cela : Les USA affirment qu'ils n'ont aucune arme nucléaire à retirer, mais ils rejettent tout de même la demande de les retirer ?

Oui, c'est cela. Bien sûr le New York Times emballe les choses de manière à ce que cela ne semble pas aussi ridicule, mais c'est bien cela le sens profond de cette phrase.

Et s'il y avait le moindre doute : un officiel US a déclaré que le retrait des armes nucléaires US de la péninsule coréenne était "inacceptable pour l'administration Bush".

Alors, il y en a ou il n'y en a pas ?

Et même si on admettait que les États-Unis n'ont pas d'armes nucléaires en Corée, il y a toujours le fait que le Pentagone est parfaitement capable de viser la Corée du Nord de loin. […]

Une véritable dénucléarisation c'est plus que désarmer la Corée du Nord – cela doit également inclure la garantie que les États-Unis n'utilisent pas l'arme nucléaire pour menacer ou attaquer la DPRK. Sans cela la dénucléarisation est une farce.

Mais la seule chose dont veut bien discuter Washington, c'est l'abandon par la Corée du Nord de son programme nucléaire. Tout autre chose, dit-il, est inacceptable.

Donc, qu'est-ce qui est acceptable ?

La soumission.

Les pays faibles qui ne se trouvent pas dans l'orbite politique et économique américaine, qui n'agissent pas en tant qu'appendices subvenant aux besoins des investisseurs et des sociétés US, doit se soumettre.

Et s'ils ne le font pas, on doit leur dénier le droit à l'énergie nucléaire, que ce soit à usage pacifique, ou pour préserver la paix en se défendant contre la prédation US et le chantage nucléaire.

Dénucléarisation de la péninsule coréenne ?

Pas question. Ce que veut Washington, c'est la dénucléarisation de la seule Corée du Nord, de telle manière qu'il puisse faire ce qu'il fait actuellement à l'Irak, ce que les Nazis ont fait à la moitié de l'Europe, ce que les fascistes italiens ont fait à l'Éthiopie, et ce que les militaristes japonais ont fait à la Chine et à la Corée – mettre leur conquêtes dans des zones économiques plus vastes, zones à piller et à exploiter pour la prospérité chez eux de leurs propres financiers et industriels.

Appelez cela globalisation forcée aux moyens des armes et des bombes

Ou tout simplement, appelez cela capitalisme au stade de l'impérialisme.

Notes

1. Pyongyang Times, May 21, 2005, cited in “DPRK’s nuclear weapons are the only guarantee of peace on the Korean peninsula” LALKAR ONLINE, July, 2005; KCNA, June 7, 2005.

2. New York Times, July 28, 2005.

3. Ibid.

4. Washington Post, July 28, 2005.

Stephen Gowans

28 juillet 2005

gowans.blogspot.com

http://gowans.blogspot.com/2005/07/does-she-or-doesnt-she.html