Vivre en Palestine sans carte d'identité

Bonjour de Gaza

Je vous envoie un article de mes deux étudiantes qui parle de sans papiers palestiniens, des gens qui n'ont pas une carte d'identité nationale et qui sont obligés à rester chez eux

Ziad

Que sentez vous si on vous prive de votre droit à la citoyenneté?

Que pensez-vous de gens qui n'ont pas la carte d'identité dans leur propre pays?

Est-ce que les droits de l'homme garantissent ce droit là pour tout le monde ou pas?

Les palestiniens vivant en Palestine qui n'ont pas une carte d'identité sont nombreux soit à Gaza soit en Cisjordanie et dans cet article on essaye un peu de faire le point sur leur souffrance parce que c'est un problème très grave pour n'importe quel citoyen dans le monde entier et à notre avis c'est le moindre droit qu'on peut avoir dans un pays mais comme on dit toujours; en Palestine il y a toujours des exceptions…

Karmel, Asma, Yasser et Islam sont des exemples concrets des jeunes palestiniens, surtout des étudiants, qui vivent dans la bande de Gaza sans une carte d'identité et qui souffrent beaucoup de ce problème qui change beaucoup de choses dans leur vie et qui influence leurs décisions concernant leur avenir.

"L'identité c'est moi, mon existence, c'est ma liberté de se déplacer et de voyager"

Voici ce que l'identité représente pour Yasser Hegazy, un étudiant de média en 2eme année d'un père palestinien et une mère Egyptienne. La famille de Yasser a quitté l'Egypte en 1998 pour s'installer finalement à Gaza mais c'était pas le cas de Yasser lui-même qui avait l'intention de revenir en Egypte pour faire ses études universitaires d'aviation mais il ne savait pas qu'il va être obligé à changer tous ces plans et à choisir un autre domaine et bien sur à oublier ses rêves d'être pilote

" mon étude n'est pas mon choix c'est une contrainte que j'essaie de m'adapter avec ".

A part ça, il a raté plusieurs bourses et participations dans des festivals et des rencontres internationales qui peuvent lui donner la chance à connaître de nouveaux gens et de cultures différentes

"j'avais la chance de voyager en Tunisie pour représenter la Palestine dans une rencontre pour les jeunes mais j'ai pas pu partir, la carte d'identité est toujours

l'obstacle"

Le plus grave qu'il avait besoin de voyager pour se soigner hors la Palestine parce qu'il était malade mais ça aussi ne marchait pas

Et quand on lui a demandé de nous citer la situation qui l'a beaucoup touchée puisqu'il n'a pas une carte d'identité il nous a répondu avec beaucoup de tristesse qu'il n'a pas vu sa grande mère avant sa morte, il était très impressionné en disant que "ce petit papier m'empêche de voir ma grande mère que je l'aime beaucoup"

Les parents de Yasser étaient présents dans son témoignage :"au moins je suis parmi ma famille et mes amis mais maman n'a pas le droit de voir les siens et avec le temps sa peine augmente"

Et pour son père il a d'argent chez dans entreprise en Egypte mais il ne peut pas voyager pour le récupère.

En parlant du papier qu'on lui donnait avec ses semblables comme une carte temporaire il a dit que ça sert à rien mais en même temps avec cette carte on m'a donné l'espoir qu'il y a des gens qui s'intéressent à nous et à notre souffrance.

"J'ai toujours l'espoir que ça va régler un jour mais je n'ai qu'attendre, je n'ai pas un autre choix. Je suis prisonnier et je ne peux rien faire"

Et pour le rôle des médias concernant leur problème il a dit:

"je vois que les médias n'abordent pas notre problème sauf si les responsables acceptent et permettent de le faire et quand on lui demande qu'est ce qu'il va faire s'il devient un journaliste connu il a répondu en souriant " j'espère qu'on trouve la solution avant même d'avoir mon diplôme"

Karmel Salama est une jeune fille née en Algérie, son père était militant et prisonnier en 1967, après un an il a été libéré et il a quitté la Palestine sous la contrainte israélienne et bien sur quand il est rentré avec sa famille en 1998 après une longue nostalgie pour la patrie il se trouve sans sa carte d'identité.

Karmel avait 12 ans et après avoir terminé ses études scolaires elle avait l'envie de partir étudier le média soit en Egypte soit au Cuba mais c'était le premier choc pour elle …c'est impossible de voyager et à l'université Al- Aqsa elle a choisi le même domaine mais elle savait très bien que son envie de continuer ses études supérieurs va rester comme un rêve loin d'être réalisé puisqu'elle n'a pas la carte d'identité.

Et comme une jeune fille motivée et active elle était sélectionnée pour participer dans une rencontre en Italie pour l'échange culturel entre les jeunes de plusieurs pays européens

"Toute ma vie j'attends une chance comme celle-ci mais malheureusement je ne peux pas voyager"

Pour elle c'était pas la seule chance parce qu'il y avait un autre voyage pour faire la connaissance avec les palestiniens qui vivent dans les camps libanais

" j'ai pleuré des nuits et des jours mais tout simplement je suis impuissante"

Elle ajoute "quand on m'a donné la carte temporaire je ne me reviens pas surtout qu'on nous dit qu'on va pouvoir voyager une seule fois par cette carte et je me suis dit une fois mieux que jamais et ça sera sans doute le premier pas pour avoir la carte réelle et je commence à imaginer et à rêver mais malheureusement c'était une grande illusion et ça n'a pas avancé. Franchement avec le temps et la situation actuelle j'ai perd l'espoir que ce problème pourra être réglé"

Et pour son avis du média elle dit: " je trouve qu'on parle de ce problème mais personne n'écoute sinon on ne trouve que des paroles seulement des paroles.

Si j'ai le pouvoir je vais créer une association qui représente cette catégorie de la société palestinienne et on va consacrer les activités pour faire des manifestations et des grèves pour montrer notre souffrance et faire entendre notre voix aux responsables et surtout je vais proposer de faire un comité spéciale pour négocier avec ces responsables" .

Et à la fin, elle invite les citoyens du monde de s'imaginer sans une carte d'identité et sûrement on va comprendre leur souffrance.

Dans la partie suivante on demande à deux étudiants au département de français qui n'ont pas la carte d'identité de répondre à nos questions

Et voici les réponses de Asma Abu Teer en 3eme année

*Pourquoi tu n'as pas une carte d'identité?

Ma famille était en Algérie et en 1967 et on est venue à Gaza avec le retour de l'autorité palestinienne en 1994.

*Quelles sont les difficultés que tu trouves avec ta famille à cause de ce problème?

D'un part, je ne peux pas rentrer en Algérie ni moi ni ma famille et mon

père ne peut pas toucher son salaire de la retraite.

D'autre part, mes parents voudraient bien faire le pèlerinage mais ils y sont

privés à cause de la carte d'identité.

Moi, je suis privée de mon droit de continuer mes études ou travailler en

hors de Gaza. Et comme une étudiante de français, j'ai perdu plusieurs chances de voyager en France pour participer dans les sorties de mon département et développer mon niveau en français, ça me désespère beaucoup.

*Tu peux nous décrire tes sentiments en prenant une carte temporaire?

Au début, j'étais très contente parce qu'elle me donne l'espoir de sortir

et de voyager, mais malheureusement elle n'as pas aucune importance que

circuler dans la bande de Gaza.

*L'identité, qu'est ce qu'elle représente pour toi?

Pour moi, l'identité c'est mon caractère comme une palestinienne, parce que

sans elle je me sens que je n'ai rien de tout. Quand vous êtes sans identité et sans nationalité, alors, vous n'existez pas.

*Est-ce que tu as l'espoir que ce problème va être régler un jour ?

Oui, bien sûr il y a toujours un espoir. Peut être si un grand responsable

politique fait des efforts pour résoudre ce problème dont plusieurs palestiniens souffrent.

Et pour Islam Dheer en 3eme année

*Pourquoi tu n'as pas une carte d'identité?

j'étais en Egypt avec ma famille qui est immigré en 1967 et je suis venu à Gaza en 1998.

*Quels sont les difficultés que tu trouves avec ta famille à cause de ce problème?

Quand j'étais au lycée je ne pouvais pas continuer mes études scientifiques

parce qu'il n'y a pas de spécialités que j'aimais étudier à Gaza et je ne

pouvais pas sortir en hors de Gaza, alors, j'ai changé mes études

scientifiques aux études littéraires qui ont plusieurs domaines à Gaza.

et à l'université, car je suis étudiant au département de français, j'ai perdu plusieurs occasions pour voyager en France. Mais, je ne suis

pas désespéré parce que j'ai un principe que" le coup qui ne vous toue

pas, vous vous renforce".

Deuxièmement, la fille que je vaudrais me marier avec est hors de Gaza, alors, je ne pouvais pas l'épouser..

*Qu'est ce que tu t'es senti quand on t'a donné la carte temporaire?

Cette carte n'as pas aucune importance, pour moi elle ne m'aide pas dans

ma vie et elle ne fait rien de tout.

*l'identité, qu'est ce qu'elle représente pour toi?

L'identité, c'est ma vie et mon avenir. J'ai besoin d'elle maintenant parce

que j'aimerais bien continuer mes études en France. Donc, mon avenir s'attache à l'identité.

*Est ce que tu as l'espoir que ce problème va être réglé un jour ?

Moi, je vis avec l'espoir que je ne peux pas le perdre, car en ce moment là

je vais mourir. Alors, je vivrais de cet espoir en attendant qu'il se réalise!

Faire arriver les messages de ces jeunes est le moindre genre de solidarité qu'on peut faire pour qu'ils sachent qu'on est avec eux… l'identité est leur demande légitime qu'ils ne renoncent jamais et ils en ont tout le droit…

Après ces témoignages on ne peut que remercier Karmel,Asma , Islam et Yasser et souhaiter de tout cœur que leur souffrance termine le plus tôt possible

ASSAWRA, liste de diffusion dédiée à l'Intifada … http://www.aloufok.net