Un petit pas pour Dassault, un grand pas pour L’Humanité

Surréaliste, la fête du journal communiste L’Humanité, où je me trouvais ce week-end à Paris. Quand vous aviez, de stand en stand, fait le plein de tracts appelant à la lutte ouvrière pour le progrès social, la justice et la paix, vous aviez la possibilité de rassembler ce lourd paquet dans un sac plastique. Généreusement offert par… la société française d’armement Dassault, sponsor officiel de la Fête ! Oui, un des hommes les plus riches de France. Qui pour mieux vendre ses canons, fait main basse sur tous les éditeurs et tous les médias français qu’il peut. Avec censure à la clé. Un petit pas publicitaire pour Dassault, un grand pas vers la chute finale pour L'Humanité.

Malencontreuse coïncidence ? Non, quand vous ouvrez le programme officiel de la fête, la première page qui se présente à vos yeux, c’est une pub pleine page pour une autre multinationale de l'armement : EADS. Avec les symboles de toutes ses armes qui ont déjà assassiné aux quatre coins de la planète : l’hélico de combat Eurocopter, l’avion de combat Eurofighter, le système d’espionnage Gladio, le missile Meteor. Sans oublier l’Airbus A400M, qui peut transporter des centaines de soldats français au cœur de l’Afrique afin que les multinationales y gardent leur pouvoir de piller ses richesses…

Bref, on se serait cru par moments à un vulgaire Salon de l’armement, et on doute que les membres de base aient été consultés sur cette orientation. Triste pour un journal dont le fondateur Jean Jaurès disait à l’époque « Le capitalisme porte en lui la guerre, comme la nuée porte l’orage » !