Soutenez le G – 192: signez la pétition

Un appel urgent aux pays du G-20 : Traitez avec sérieux le Sommet du G-192 des Nations unies sur la crise économique. La Conférence (1-3 juin 2009) des Nations unies sur la crise financière et économique mondiale a besoin du taux de participation le plus élevé possible de la part de toutes les nations.



 


Signez la pétition on-line dès maintenant – http://www.iacenter.org/uneconconf 
 


S’appuyant sur la crise économique capitaliste mondiale qui ruine les existences de centaines de millions de personnes à travers le monde, le président de l’Assemblée générale des Nations unies, Miguel D’Escoto-Brockman, organise une Conférence urgente sur la crise financière et économique mondiale et son impact sur le développement. Cette conférence doit avoir lieu du 1er au 3 juin 2009 au siège des Nations unies, à New York.


Ce rassemblement international, parfois appelé le G-192 du fait que chaque nation membre des Nations unies y participera, compte virtuellement dix fois plus de nations participantes que le G-20. Pour la première fois, ce sommet des dirigeants mondiaux constituera une occasion, pour ceux qui représentent les peuples les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète, pour ceux qui souffrent le plus mais qui ont été tenus à l’écart des décisions qui ont provoqué cet échec du système, d’exprimer sur un pied d’égalité les besoins de leurs populations à la face du monde entier et de révéler les souffrances qu’ont entraînées les actes arbitraires et les excès des pays riches. Les puissantes  institutions financières qui, depuis longtemps, sont chargées de gérer les systèmes financiers et économiques nationaux et mondiaux, ont échoué dans leur tâche. Il est grand temps de donner à tous les autres une voix et une possibilité de choix.


Il est d’une importance extrême que les États-Unis et les autres nations du G-20 traitent cette conférence avec sérieux et qu’ils délèguent leurs chefs d’État afin qu’ils puissent écouter attentivement ce que les nations les plus touchées ont à leur dire. Faites savoir au président Barack Obama, à la secrétaire d’État Hillary Clinton, au vice-président Joe Biden, aux dirigeants du Congrès, aux gouvernements des pays du G-20, au président de l’Assemblée générale des Nations unies Miguel D’Escoto-Brockman, au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies, aux États membres des Nations unies et aux représentants des principaux médias, que vous soutenez cet appel urgent adressé par le lauréat 2008 des Droits de l’homme des Nations unies, Ramsey Clark, à tous les pays et, particulièrement, aux pays du G-20, afin qu’ils soutiennent pleinement la Conférence (1-3 juin 2009) des Nations unies sur la crise financière et économique mondiale et son impact sur le développement, y compris en participant à cette même conférence au niveau des chefs d’État. 


Les yeux du monde entier et ceux de nombreuses personnes ici même, aux États-Unis, seront braqués sur cette importante conférence des Nations unies.


En effet, le 31 mai 2009, de nombreux militants et mouvements sociaux des États-Unis et du monde entier tiendront un « Sommet économique des peuples » sous des chapiteaux dressés à la Dag Hammarskjold Plaza, 47e rue et 1ère avenue (juste en face de l’ONU). Pour plus de renseignements sur cet événement, consultez www.bailoutpeople.org


Texte de la pétition


Un appel urgent aux pays du G-20 : Traitez avec sérieux le Sommet du G-192 des Nations unies sur la crise économique.


La Conférence (1-3 juin 2009) des Nations unies sur la crise financière et économique mondiale a besoin du taux de participation le plus élevé possible de la part de toutes les nations.


Au président Barack Obama, à la secrétaire d’État Hillary Clinton, au vice-président Joe Biden, aux dirigeants du Congrès, aux gouvernements des pays du G-20, au président de l’Assemblée générale des Nations unies Miguel D’Escoto-Brockman, au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies, aux États membres des Nations unies et aux représentants des principaux médias :


Le président de l’Assemblée générale Miguel D’Escoto Brockman réunira une très importante  conférence, de très haut niveau, des Nations unies sur la crise financière et économique mondiale et son impact sur le développement. Cette conférence se tiendra au siège des Nations unies à New York, du 1er au 3 juin 2009. Ce rassemblement international, parfois appelé le G-192 du fait que chaque nation membre des Nations unies y participera, compte virtuellement dix fois plus de nations participantes que le G-20. Son but est de définir l’urgence et les réponses à long terme en vue de faire cesser et d’inverser la pire crise économique mondiale depuis la Grande Dépression des années 1930 et de faire en sorte qu’une telle tragédie humaine ne se reproduise plus jamais.


Pour la première fois, ce sommet des dirigeants mondiaux constituera une occasion, pour ceux qui représentent les peuples les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète, pour ceux qui souffrent le plus mais qui ont été tenus à l’écart des décisions qui ont provoqué cet échec du système, d’exprimer sur un pied d’égalité les besoins de leurs populations à la face du monde entier et de révéler les souffrances qu’ont entraînées les actes arbitraires et les excès des pays riches. Les puissantes  institutions financières qui, depuis longtemps, sont chargées de gérer les systèmes financiers et économiques nationaux et mondiaux, ont échoué dans leur tâche. Il est grand temps de donner à tous les autres une voix et une possibilité de choix.


Cette Conférence doit donner le signal de départ à un processus qui permettra une réévaluation et une réforme ou un remplacement des institutions et mesures qui ne sont pas parvenues à pallier les besoins urgents et croissants en investissements dans le capital humain, des pays en voie de développement de la planète entière. Les institutions et mesures actuelles ont totalement échoué dans leur mission consistant à relever les défis les plus fondamentaux du 21e siècle, défis censés protéger toutes les nations et tous les peuples des effondrements économiques dévastateurs aujourd’hui plus mortels et plus coûteux que jamais, y compris l’importante mission consistant à protéger notre mère la terre de la destruction prédatrice qui nous menace tous.


Si les Nations unies veulent assumer leurs responsabilités afin d’assurer la stabilité et la durabilité d’un ordre économique et financier international, toutes les nations du monde doivent participer, dans ce cas. Et c’est cela, le G-192.


Pour que cette Conférence soit un succès, je rallie la présente pétition demandant instamment à tous les pays, et particulièrement les pays les plus riches et les plus puissants membres du G-20, de lui accorder leur plein soutien et, partout où c’est possible, de déléguer leurs chefs de gouvernement pour qu’ils y soient présents. Aucun problème n’aura plus d’impact sur l’avenir de l’humanité, même pas la guerre qui, la plupart du temps, est la résultante d’un conflit économique. J’insiste pour que soient diffusés le plus largement possible les propositions, documents et initiatives de cette conférence internationale et pour qu’ils déclenchent un engagement de tous les instants en faveur de la mise sur pied d’institutions et de mesures économiques et financières à même d’assurer la libération du besoin pour tous.


Pétition lancée et signée par Ramsey Clark, lauréat 2008 des Droits de l’homme des Nations unies et fondateur du Centre international d’action.


Ajoutez votre signature dès maintenant sur http://www.iacenter.org/uneconconf


Traduit par Jean-Marie Flémal pour Investig’Action.