Pour avoir osé critiquer Israël, Desmond Tutu censuré aux Etats-Unis

Pour ne pas fâcher le lobby pro-Israël, l'université catholique de Minneapolis interdit à Desmond Tutu de venir parler sur son campus.

[IES News Service – Grégoire Seither – 04/10/2007]

Cris Toffolo, présidente du programme d'études "Justice et Paix" de

l'université catholique Saint-Thomas de Minneapolis/St.Paul était toute

fière d'avoir réussie à inviter l'archevêque sud-africain et célèbre

militant anti-apartheid Desmond Tutu, à venir parler devant ses étudiants.

Mais la direction de l'université, craignant qu'il puisse y avoir une

"controverse" décida de "se concerter avec la communauté juive de la ville"

– c'est à dire qu'elle décrocha son téléphone et posa la question à deux

personnes en tout et pour tout : l'attaché de presse du Minnesota Jewish

Community Relations Council et au rabbin de l'aumônerie juive sur le campus.

Ces deux personnes ayant déclaré que Tutu, de par ses critiques de la

politique d'Israël, avait apporté la preuve de son antisémitisme,

l'administration décida d'interdire l'accès du campus à l'archevêque

sud-africain.

Stupéfaits, les membres du conseil enseignant ont écouté le représentant du

conseil d'administration de l'université déclarer qu'ils craignaient que la

venu de Desmond Tutu "provoque la colère de la communauté juive locale" et

qu'il était donc hors de question d'inviter "un personnage aussi

controversé" à venir parler devant les étudiants. Doug Hennes,

vice-président de l'université justifie la décision : "Nous avons eu vent

d'un certain nombre de choses qu'il a dites et que certaines personnes

trouvent ces propos anti-sémites car opposées à la politique israélienne.

Nous ne l'accusons pas d'être anti-sémite. Mais il a comparé l'Etat d'Israël

à Hitler et nous estimons que ce genre d'équivalences morales sont

insultantes pour certains membres de la communauté juive."

Les organisations communautaires locales, tel le Jewish Community Relations

Council, mais également le mouvement d'extrème droite juif Zionist

Organization of America, ainsi que la Anti-Defamation League (dont le

fanatisme aveugle est de plus en plus embarrassant pour les militants

anti-racistes qui ont contribué à la fonder) se sont félicités de cette

décision.

Par contre, elle a provoqué la fureur de la part d'une grande partie des

milieux juifs de gauche aux Etats-unis, une communauté qui fut jadis très

impliqué dans la lutte anti-apartheid, tant aux US qu'en Afrique du Sud, et

pour qui Desmond Tutu est un héros.

Pour Marv Davidov, professeur adjoint au sein du programme d'études Justice

et Paix, le scandale est énorme : "En tant que juif j'ai été confronté au

vrai anti-sémitisme lors de mon enfance. Je suis profondément choqué qu'on

puisse salir un homme de la stature de Desmond Tutu en le traitant

d'anti-sémite et qu'on lui refuse le droit de venir parler devant nos

étudiants."

L'union des étudiants juifs progressistes de Minneapolis a publié un

communiqué dans lequel elle exprime clairement sa colère : "Nous sommes

outrés par les manoeuvres du lobby israélien pour réduire au silence par la

diffamation toute voix qui s'élève en critique de sa politique. Cette

censure est non seulement dommageable pour Israël, elle dessert également la

totalité des juifs de ce pays."

Mais les choses ne se sont pas arrêtées là : quand la direction de

l'université a appris que Cris Toffolo, avait contacté Desmond Tutu pour

l'informer de l'affaire et le prévenir qu'une campagne de dénigrement contre

lui était en cours à Minneapolis, le recteur de l'université lui a

immédiatement retiré le poste de présidente du département et l'a

rétrogradée au rang de simple professeur.