Pétition pour le maintien d'une liberté de débat à l'Université Libre de Bruxelles (ULB)

La communauté estudiantine se mobilise face aux mesures de contrôle et de filtrage récemment mises en place par les Autorités sur les activités organisées sur le campus et craint pour la liberté d'expression au sein de l'ULB.

http://www.gopetition.com/online/11376.html

C'est pourquoi :

le Cercle du Libre Examen de l'Université libre de Bruxelles et parmi les associations reconnues par l'ULB

pour les cercles socio culturels :

le Cercle des étudiants arabo-européen,

le Cercle international des Etudiants étrangers

la Turquoise (Cercle des Etudiants turcs de l'ULB)

pour les cercles politiques :

le Cercle des Etudiants socialistes

le Cercle des Etudiants libéraux

le groupe Ecolo-ULB

COMAC-ULB

L'interfactultaire Association des Cercles Etudiants – ACE

pour les Etudiants Administrateurs :

la Ligue des Etudiants et administrateurs – LEA

le Bureau des Etudiants administrateurs – BEA

l'AIESSEC-ULB

pour les Bureaux Etudiants (BE) :

le BE de la faculté de Psychologie

le BE de la faculté de Philosophie

le BE de la faculté de Sciences politiques

le BE de la faculté de Droit

le BE de la faculté de Médecine

le BE de la faculté des Sciences

vous invitent à signer la pétition suivante afin que soit maintenue la liberté de débattre à l'ULB.

Petition:

Parce que l’ULB a décidé que, désormais, chaque activité devra recevoir l’aval des Autorités.

Parce qu’ainsi, elle pourra autoriser ou interdire des activités, conférences, débats et ce, de façon arbitraire, sans aucune forme de procès.

Parce qu’il est anormal que dans une Université où l’on prône le rejet de tout dogme, les étudiants soient acculés à se soumettre au choix des autorités, et à perdre ainsi leur autonomie et leur indépendance.

Parce que ce filtre imposé par le corps rectoral constitue une entrave imposée au libre exercice du débat et à l’initiative étudiante et partant, une mort du débat et de la vie culturelle.

Parce que nous estimons que l’Université n’a pas pour rôle de prendre position sur des personnes, aussi polarisantes soient-elles, mais bien sur des idées.

Parce que le débat, certes possible « hors nos murs », l’est tout autant en leur sein.

Parce que choisir nos interlocuteurs, c’est s’abstenir de porter la contradiction, et donc douter de nos capacités à pouvoir assumer tout dialogue.

Parce que nous, contrairement à ceux qui pratiquent la licence de la pensée, nous faisons le choix, de faire confiance en notre principe et en sa méthode contradictoire, seule garante d’un débat équitable et emprunt de probité.

Parce que nous ne pouvons souffrir une lecture monolithique et hiérarchisante du principe du libre examen et que nous refusons une interprétation des valeurs envisagée comme vérité révélée.

Parce que les autorités n’ont pas pour prérogative de penser seules nos valeurs et le libre examen, a fortiori lorsque cette réflexion ambitionne de s’imposer par la voie d’expédients hiérarchiques.

Parce qu’enfin, nous ne voulons pas d’un libre examen orienté et hiérarchisé.

Nous signons, afin que soit maintenue une liberté du débat dans les murs de l’Université Libre de Bruxelles.