Pas de liberté de la presse sans liberté dans la presse!

Une petite signature pour Florence, “Fleur de Libé”, SVP

Florence Cousin, 48 ans depuis quelques jours, mère d’un enfant, journaliste à Libération (secrétaire de rédaction), auteure de livres pour enfants et d’innombrables articles, salariée au journal depuis 25 ans, militante syndicale depuis 24, amie de la Palestine, harcelée depuis 20 ans, harcèlement constaté et dénoncé dans un rapport de l’Inspection du Travail, en 2007, licenciée sans un sou d’indemnité pour ”incompétence professionnelle “ il y a trois semaines, 15 jours après l’expiration de sa protection statutaire, en grève de la faim depuis 20 jours, soutenue par l’intersyndicale SNJ-SUD-CGT du journal, et par les ouvriers des imprimeries (départ presse, photograveurs – SGLCE-CGT…) et de la distribution (un jour de grève avec arrêt de parution, nouveaux mouvements en préparation ou en cours), victime d’une omertà médiatique presque absolue… 
 
« Depuis près de trois semaines, la journaliste de Libération Florence Cousin poursuit une grève de la faim dans les locaux du journal fondé par Jean-Claude Vernier avec l’appui de Maurice Clavel puis de Jean-Paul Sartre.


Soutenue par l’intersyndicale SNJ-SUD-CGT du journal, par les travailleurs du Livre et de la Communication Ecrite (SGLCE-CGT), dont ceux des Messageries(NMPP), ainsi que par l’Union départementale CGT de Paris (UD CGT 75), qui multiplient actions et manifestations, allant jusqu’à la grève, et désormais par l’association Droits Devant!! animée par Jean-Claude Amara, Florence refuse un licenciement arbitraire, venant après plus de 20 ans de harcèlement lié à sa condition de femme, d’élue du personnel (harcèlement constaté par l’inspection du travail), et de rescapée d’une très grave maladie, vaincue à la force du poignet.


Comme nous le refusons tous, avec elle, elle refuse que pareille forfaiture puisse servir de précédent pour l’instauration, dans la presse française, d’un nouvel ordre social aux relents nauséabonds.


L’omertà médiatique, passant toutes les limites, qui fait régner un silence de plomb sur cette affaire depuis plus de deux semaines, vient malheureusement confirmer nos inquiétudes.


Nous nous associons à Florence dans son combat, souhaitant:
– que la vérité soit enfin établie sur cette affaire,
– que les versions de chaque partie soient rendues publiques dans des conditions normales, permettant à chacun de se faire une idée, en conscience…
– qu’une solution négociée, digne, soit rapidement trouvée, et que l’employeur revienne à la raison – ainsi qu’ aux valeurs d’origine d’un titre qui mérite toujours de porter le beau nom de Libération.


Comité de Soutien à Florence de Libé
Premiers signataires
Sadok Ben Mabrouk (Suresnes, 92)
Fabienne Beaudeau, cinéaste (Rosny sous-bois, 93)
Jean-Paul Cruse, journaliste indépendant, écrivain, Paris
Richard Delumbee, responsable syndical, Villetaneuse (93)
Jean-Paul Dheux (Ivry, 94), ex-CGT-Libé
Jean-Pierre Dupuis (militant CGT, retraité des NMPP, 75018 Paris)
Laura Laufer, critique de cinéma, Montreuil (93)
André Normand (Argenteuil, 95)
Michel Pinton (Paris 75007)
Dami Rimech (Aubervilliers, 93))
Mamoun Sarri (Aubervilliers, 93)
Fehd Sarri-Rimech (Aubervilliers, 93)
Hasna Tiraoui (Aubervilliers, 93)
Gilles Viali (75018 Paris)
Contact 0660630856