Nouvelle cure d’austérité: ce que vont subir les Grecs

  • 13 Mar 2012

Une vie infernale pour la classe ouvrière, pour l’ensemble des travailleurs, voilà ce que réserve le « front noir » de la coalition gouvernementale, de la Troika et de la ploutocratie. Leur accord sur les mesures qui ont été annoncées n’est que le début, préfigurant de mesures bien pire encore, qu’ils vont mettre en place avec leur nouveau accord d’ici juin 2012.

 

Le nouveau mémorandum de paupérisation des travailleurs voté le 12 février comprend entre autres les mesures suivantes :

1 – Salaires :

  • Diminution du salaire minimum de 22% (Accord collectif général nationale/NGCA ; accords profesionnels et de branche);
  • Diminution supplémentaire du salaire minimum pour tout nouvellement embauché de 10%, en plus de la diminution de 22%, à savoir une baisse de 32% ;
  • Suppression des conventions de branche ;
  • Gel des salaires jusqu'en 2015 ;
  • Les emplois à temps plein peuvent être transformés en emploi à temps partiel, sur décision du patron ;
  • Les augmentations automatiques de salaire basées sur l'ancienneté sont suspendues tant que le chômage ne descendra pas en-dessous de 10%, de fait elles sont bandonnées ;
  • Les conventions collectives auront une durée maximale de 3 ans ;
  • Toutes les conventions collectives qui s'appliquent aujourd'hui expireront une année après l'adoption du nouveau mémorandum ;
  • Révision de la nouvelle NGCA d'ici la fin juillet afin de s'aligner sur le salaire minimum des pays concurrents (Portugal, Turquie, Europe centrale et du sud-est) ;
  • Suppression du recours unilatéral à l'arbitrage prud'hommal ;

 

2 – Retraites – contributions sociales :

  • Baisse des pensions de 300 millions d'euros par an. Les nouvelles baisses toucheront à la fois les pensions de base et complémentaires ;
  • De nouvelles baisses dans les retraites de base de plusieurs fonds de pension qui vont s'appliquer rétrospectivement à partir du 1er janvier 2012 ;
  • Fusion de tous les fonds de pension complémentaires d'ici juin 2012 et le lancement de l’étude "un facteur de durabilité qui ajuste les bénéfices pour rapidement éliminer les déséquilibres futurs qui pourraient se produire " qui conduira à de nouvelles baisses des pensions complémentaires ainsi que des indemnisations de retraite;
  • Baisse de 2% des cotisations sociales patronales avec suppression des cotisations pour l'Organisme du logement ouvrier et des allocations sociales. Ces organisations vont fermer leurs portes ;
  • Nouvelle baisse des cotisations que les patrons vont payer pour l'IKA (le plus grand fonds de pension des travailleurs du privé) à partir du 1er janvier 2013 de 3% ;

 

3 – Employés du secteur public, des anciennes entreprises et banques publiques

  • La suppression des emplois stables dans les anciennes entreprises et banques publiques et baisse des salaires ;
  • Nouveaux licenciements de 15 000 fonctionnaires en 2012, à travers le dispositif de la « réserve de main d'oeuvre » ;
  • Réduction du nombre de travailleurs du secteur public, travaillant avec des contrats temporaires, par le non-renouvellement des contrats ;
  • Coupes de 636 millions d'euros des salaires des employés du secteur public payés selon une échelle de salaires spécifique d'ici la fin juillet 2012 ;
  • Nouvelles coupes dans les salaires du secteur public par la révision de l'échelle des salaires ;
  • Suppression de 150 000 postes de fonctionnaires d'ici 2015, et non-remplacement de 4 fonctionnaires sur 5 ;
  • Diminution du nombre général de nouvelles recrues dans les académies (armée, police) qui garantissait un emploi automatique dans le secteur public ;
  • Fermeture d'organisation et d'entités publiques d'ici juin 2012 ;

 

4 – Nouvelles mesures en 2012 :

  • Réduction des dépenses dans le secteur de la santé de 1,1 milliards d'euros ;
  • Coupes dans une série d'allocations sociales, en adoptant des critères de revenu ;
  • Baisse des allocations pour les familles avec plus de 3 enfants ;
  • Baisse des dépenses de fonctionnement et de consommation de l’État de 300 millions d'euros ;
  • Coupes dans plusieurs entités sous contrôle des ministères de l’Éducation et de la Culture de 200 millions d'euros ;
  • Baisse des dépenses sur les heures supplémentaires pour les médecins dans les hôpitaux de 50 millions d'euros ;
  • Diminution du budget des Programmes d'investissement public de 400 millions d'euros ;
  • Baisse des dépenses militaires pour la défense du pays ;
  • Un nouveau système fiscal en juin 2012 qui supprimera une série d'exemptions fiscales qui reste au bénéfice des travailleurs. D'importantes exonérations fiscales seront concédées au grand capital ;

 

Source: KKE