Ne pas hurler avec les loups

  • 16 Mar 2011

Durant des années, le mot CAPITALISME était devenu publiquement imprononçable, on lui préférait « économie de marché » ou toute autre expression de substitution.

Toutefois, avec la crise, la réalité s’est imposée et personne maintenant n’hésite à nommer le système à l’origine du désastre planétaire par son nom : CAPITALISME !

 

Quant à IMPERIALISME, il appartient toujours aux « gros mots » proscrits du discours politique.

 

Pourtant, il y a quelques années encore, on savait – du moins à gauche – appeler « un chat, un chat » et désigner les guerres coloniales de la France en Indochine ou en Algérie de guerres impérialistes.

 

Il en était de même de l’agression militaire des Etats-Unis au Vietnam ou de leurs entreprises subversives en Amérique latine (Cuba, Brésil, Chili, Salvador, Nicaragua, etc.).

 

Le mot IMPERIALISME n’est pas une invective. Dans des pays gouvernés par la logique capitaliste de maximalisation des profits, il désigne la propension des Etats à s’assurer la soumission de territoires étrangers dans le seul but de capter leurs marchés et de s’approprier leurs ressources naturelles.

 

Même si, à l’intention de leurs peuples, les gouvernements doivent habiller leur rapacité de motivations présentables. Du temps de Jules Ferry, c’était la « mission civilisatrice » de la France. Aujourd’hui, c’est la cause de « l’humanitaire » et son corollaire le « droit d’ingérence ».

 

LES EVENEMENTS DE LIBYE ET L'IMPERIALISME

 

Navire de guerre US.JPG

Navire en route vers la Libye : Le visage de l'impérialisme US

 

 

Avec les évènements de Libye, on assiste au même scénario que celui qui avait précédé l’invasion de l’Irak en 2003. Cette fois – semble-t-il – avec un succès accentué.

 

En effet, en Europe, et particulièrement en France, peu nombreux sont ceux, qui – à l’instar de Fidel Castro ou Hugo Chavez – ont vu tout de suite le parti que les puissances occidentales espéraient tirer de la situation.

 

Parmi ceux qui ne hurlent pas avec les loups – et ne réduisent pas leur capacité d’analyse à répéter ce que les médias veulent nous faire croire – ne figurent guère que quelques groupes minoritaires de l'extrême-gauche. Ceux qui n'ont pas rangé les ouvrages de Lénine et de Rosa Luxemburg au rayon des vieilleries.

 

On trouve notamment le collectif communiste Polex qui, dans un appel à signatures daté du 6 mars [1], déclare que si « le matraquage médiatique laisse peu de place à la réalité des faits », nous ne pouvons toutefois « rester silencieux face au danger de guerre qui menace la Méditerranée et le monde ».

 

L'appel ajoute : « C’est au seul peuple libyen de décider de son avenir, non aux puissances occidentales ou aux sociétés pétrolières multinationales. Toutes interventions armées, notamment le contrôle de l’espace aérien libyen par l’OTAN, les États-Unis ou les pays européens, a fortiori tout bombardement ou déploiement au sol, seraient des actes de guerre et d’occupation inacceptables ».

 

Enfin, il relève que ceux qui se proposent de s'ingérer « sous des prétextes hypocritement humanitaires, sont en fait les vecteurs de la vieille mentalité coloniale et impérialiste européenne, et jouent avec la paix du monde ».

 

Note:

(1): http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-non-a-l-intervention-etrangere-en-libye-un-appel-a-signatures-de-la-polex-68710092-comments.html#comment77909196

Source: Le petit blanquiste

 

Les articles publiés sur investigaction.net sont libres de droit. Vous pouvez les reprendre sur vos blogs ou sites sans oublier de mentionner la source et l'auteur.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter pour recevoir notre sélection une fois par semaine.

Vous pouvez nous faire aussi un don ou commander nos livres ou DVD afin de soutenir notre travail et les futurs projets d'Investig'Action.

Vous pouvez aussi nous écrire pour nous signaler des erreurs afin d'améliorer la qualité de l'info ou bien proposer vos articles.

Investig'Action