Mumia Abu Jamal à nouveau menacé d’exécution

Le 9 novembre 2010, la Cour d’Appel Fédérale de Philadelphie décidera pour Mumia Abu-Jamal, de son exécution ou de la prison à vie.

L’augmentation récente des condamnations et des mises à mort aux USA nous fait craindre pour sa vie.
 
Condamné à mort sans preuves pour le meurtre d’un officier de police en 1981, Mumia Abu-Jamal détient le triste record d’emprisonnement aux Etats Unis dans les couloirs de la mort : 29 ans.
 
Si son exécution a été plusieurs fois reportée, c’est que son histoire soulève de nombreuses questions. Ce journaliste noir était avant tout la parole du peuple noir en Pennsylvanie. Une enquête bâclée a accumulé les éléments défavorables, le jugement a été instruit à charge, les témoins mis sous pression… Autant de raisons pour être solidaire de Mumia.
 
La sympathie qu’a eu Mumia à l’égard du mouvement des Black Panthers et son investissement dans ce mouvement semblent justifier toutes les acrimonies et toutes les terribles représailles.
 

Mumia, le militant

 
Tout jeune afro-américain issu des classes sociales parmi les plus pauvres, Mumia s’engagea dans la lutte pour les libertés. Il participa notamment à la fondation de la section des Black Panthers à Philadelphie dont il fut le porte-parole.
 
Après de brillantes études, Mumia exerça son métier de journaliste au service des plus opprimés et des plus indigents.
 
« La voix des sans voix », comme le qualifiaient ses pairs, fut récompensé par de nombreux prix.
 
C’est là tout le fond de l’affaire Mumia : tirer un trait sur la grande résistance des noirs des USA pendant le 20ème siècle. Et faire disparaître un authentique représentant de ce combat contre la ségrégation.
 
Aujourd’hui, âgé de 56 ans, Mumia a passé plus de la moitié de sa vie dans le couloir de la mort d’une prison de Pennsylvanie.
 
Dans cet univers inhumain, il a écrit de nombreux livres dont le célèbre En direct du couloir de la mort.
 


L’affaire qui accuse la justice américaine
 

Ainsi donc, depuis 29 ans, Mumia Abu-Jamal, condamné à la peine capitale au terme d’un procès raciste et expéditif, vit dans l’enfer du couloir de la mort d’une prison de Pennsylvanie. Depuis 29 ans, la justice étasunienne fait obstacle à la manifestation de la vérité en refusant de prendre en compte les très nombreux faits et témoignages qui le disculperaient si l’on acceptait de mener les investigations et vérifications nécessaires. Depuis 29 ans, Mumia est ainsi privé de son droit élémentaire, légal et constitutionnel à défendre son innocence.
 
En mars 2008, la justice fédérale, sans autre examen au fond, confirme sa culpabilité mais suspend provisoirement sa condamnation à mort.
 
En avril 2009, la Cour Suprême des États-Unis rejette une fois pour toute le recours de sa défense demandant un nouveau procès, eu égard notamment au racisme qui a entaché le procès de bout en bout.
 
En janvier 2010, la Cour Suprême des États-Unis donne une suite favorable au recours de l’accusation (Ministère public de Pennsylvanie) en annulant la décision de mars 2008 et enjoint la justice fédérale de revoir sa décision en condamnant définitivement Mumia à mort.
 
Le 9 novembre prochain, la Cour d’Appel Fédérale de Philadelphie examinera à nouveau le dossier Mumia. L’enjeu de cette audience est de savoir si Mumia sera définitivement condamné à mort ou si sa condamnation sera commuée en prison à vie.

 
Vous pouvez soutenir Mumia Abu Jamal en signant la lettre internationale adressée à M. Barack Obama ici.
 
 
Source: Politiques Publiques