Les rebelles affament la population civile d’Alep

La situation humanitaire à Alep déjà alarmante s’est sensiblement détériorée depuis que les groupes armés ont lancé il y a une semaine, une campagne de blocus de la ville, empêchant la population d’accéder aux denrées alimentaires et sanitaires de base. Il semblerait que ce « hissar » sur Alep qui constitue un crime de guerre contre des populations civiles, soit lié à l’arrivée de djihadistes étrangers en renfort depuis le poste-frontière turco-syrien de Bab al Salam situé au Nord d’Alep entre la ville turque de Kilis et la ville syrienne d’A’zaz. A 2 min 38, on voit un calicot visiblement suspendu dans une rue d’Alep où il est indiqué que « Interdiction d’accès à la nourriture, aux médicaments, aux produits pour bébé, au lait, à la viande, au pain… ». Concernant la situation à Alep-même, voici le témoignage de Hussam, surnommé « Mister Aleppo », interviewé par Mimi Lahham :