Les équipements Volvo permettent la torture et facilitent l’occupation

Volvo s’enorgueillit d’être un exemple de solidité, de sûreté et de fiabilité. Après une inspection attentive des investissements en Israël de ce fabricant de véhicules, peut-être cela devrait également devenir un synonyme d’autorisation de torture.

La compagnie suédoise a une possession directe d'actions de 26,5% dans la compagnie israélienne Merkavim, constructeur du bus Mars Prisoner. Ce bus a été spécialement conçu pour que l'autorité pénitentiaire israélienne transporte avec plus de facilités des Palestiniens arrêtés dans la Cisjordanie occupée et la bande de Gaza vers l'intérieur des frontières internationalement reconnues d'Israël. Le reste de Merkavim appartient à Mayer's Cars and Trucks, qui est le représentant exclusif de Volvo en Israël.

 

 

Les preuves collectées par les travailleurs pour les droits de l'homme montrent que la torture est répandue dans les centres de détention israéliens. Bien que la Haute Cour du pays ait décidé, en 1999, que certaines méthodes d'interrogatoires doivent être proscrites, Amnesty International a découvert qu'Israël continue d'approuver la torture dans les cas où elle est jugée nécessaire. Une échappatoire importante dans la décision de la cour a indiqué que la torture était autorisée dans les cas où les forces de sécurité israéliennes devaient faire face à une menace imminente. Le procureur général israélien a été plus que disposé à évoquer cette échappatoire afin d'approuver l'utilisation de la torture, bien qu'Israël ait ratifié la convention des Nations Unies contre la torture. 

 

Chaque année Israël enferme en moyenne 700 enfants palestiniens, souvent pour des préjudices pas plus sérieux que celui d'avoir jeté des pierres. L'organisation Protection internationale des enfants – Section Palestine (DCI-PS) déclare que les mauvais traitements sont courants lorsque les détenus sont transportés vers les prisons. « Tous sont sujets à des menaces verbales et des insultes », d'après Rifat Kassis, directeur du bureau du DCI-PS de la ville de Ramallah en Cisjordanie. « Certains sont tabassés, reçoivent des coups de pieds, sont faits asseoir dans une position inconfortable.  Nous avons des enfants qui sont menottés et à qui on a bandé les yeux. Ce sont toutes des méthodes pour retenir des enfants d'une manière douloureuse ».

 

En septembre, trois enfants auraient reçu des chocs électriques par les interrogateurs israéliens dans la colonie juive Ariel en Cisjordanie. L'un des enfants avait seulement 14 ans. Une récente enquête du DCI-PS et d'autres groupes contre la torture a découvert que sur un échantillon de 100 enfants arrêtés par les forces israéliennes l'année passée, 69% ont été battus et ont reçu des coups de pieds et 12% ont été menacés de viol ou d'une autre forme d'agression sexuelle.

 

Kassis dit également qu'en emmenant les détenus de la Cisjordanie occupée vers Israël, les bus Merkavim facilitent les violations de la loi humanitaire internationale. Selon la quatrième convention de Genève de 1949, les personnes coupables d'infractions dans un territoire occupé ne peuvent être détenues qu'à l'intérieur de ce territoire.

 

Un représentant de Merkavim m'a dit que la société « ne souhaitait pas parler aux journalistes. » Selon son site internet, le bus Mars Prisoner est « la solution parfaite pour transporter des prisonniers sous escorte. Contenant six compartiments séparés, le bus permet une « surveillance totale pendant le délicat parcours à haut risque d'un établissement sûr à un autre ». Parmi ses caractéristiques il y a de larges fenêtres « où sont encastrées des vitres blindées pour empêcher les évasions » et « un système avancé d'interphone et de circuit TV fermé ».

 

Per-Martin Johansson, un porte-parole pour les bus Volvo, a déclaré que l'entreprise suédoise « ne pouvait pas contrôler » ce que font les compagnies affiliées. « Des véhicules pour le transport des prisonniers peuvent être trouvés dans chaque pays partout dans le monde », a-t-il ajouté. « Ces bus ne sont pas propres à Israël. On en a besoin dans chaque pays pour être sûr que les prisonniers ne s'échappent pas ».

 

La déclaration de Johansson contraste avec les normes hautement éthiques envers lesquelles Volvo s'est engagé. En 2003 le comité de direction de Volvo a approuvé un « code de conduite » pour la société déclarant que celle-ci soutient « les droits de l'homme internationalement proclamés et assure qu'elle n'est pas complice dans des abus des droits humains ».

 

Malgré ce code, Volvo a dû faire face à de nombreuses accusations selon lesquelles ses produits sont utilisés comme instruments de l'oppression israélienne. En avril de cette année, les forces israéliennes ont été photographiées manoeuvrant des bulldozers Volvo dans le village palestinien d'al-Walaja. Les forces travaillaient à l'énorme mur qu'Israël a continué à construire dans le territoire occupé en Cisjordanie, malgré un avis de 2004 rendu par la Cour Internationale de Justice déclarant ce projet illégal. L'utilisation des bulldozers Volvo pour la destruction de maisons palestiniennes à Jérusalem-Est ainsi qu'en Cisjordanie a été pareillement documentée, grâce au travail d'Adri Nieuwhof, un collaborateur d’Electronic Intifada, mettant en avant de précieuses preuves que Volvo profite de l'occupation.

 

En plus de ses bus pour détenus, Merkavim produit également le bus Mars Defender.  La société israélienne de transports publics Egged gère un parc de ces véhicules pour les services qu'ils fournissent aux colonies israéliennes en Cisjordanie. Tout comme le bus des détenus, le Mars Defender possède un châssis fabriqué par Volvo.

 

Mauricio Lazala, un chercheur pour le Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l'Homme à Londres, a déclaré que la plupart des sociétés comme Volvo devraient étudier l'impact des activités de leurs sociétés. « Cela est particulièrement important dans des zones de conflits » ajoute-t-il. « Dans les zones de conflits, certains abus peuvent être graves. Par conséquent, les sociétés devraient être doublement prudentes. »

 

Lors d'une session tenue à Londres ce mois-ci, le Tribunal Russell sur la Palestine – un corps d'enquête inspiré par feu Bertrand Russell, un intellectuel britannique et militant contre la guerre – a conclu qu'un certain nombres de sociétés privées « jouent un rôle décisif » en permettant à Israël de commettre des crimes contre l'humanité.

 

Bien que Volvo ne figurait pas parmi les sociétés identifiées par le tribunal, elle facilite certaines actions jugées « répréhensibles » par ce corps d'enquête. Ces actions comprennent l'apport de services aux colonies israéliennes et l'aide à la construction du « mur de l'apartheid » en Cisjordanie. Un rapport émis par le tribunal relève que les sociétés complices dans les violations israéliennes des droits de l'homme se sont elles-mêmes placées « du mauvais côté de l'opinion, de la morale et du droit internationaux ». Avec pour résultat qu'elles « ébranlent l'intégrité et la crédibilité mêmes du droit international et des institutions qui l'étayent », ajoute le rapport, qui est approuvé par l'ancien ministre du gouvernement sud-africain Ronnie Kasrils, le vétéran et diplomate français Stéphane Hessel, le prix Nobel de la paix Mairead Corigan Maguire et l'ancienne membre du Congrès américain Cynthia McKinney.

 

Frank Barat, le coordinateur du tribunal, a déclaré que bien que cela puisse être légalement difficile de poursuivre de telles sociétés, des campagnes publiques peuvent exercer une pression afin de changer leur comportement. « Ce que les gens peuvent faire c'est pousser leur gouvernement à se désinvestir de ces sociétés », a-t-il dit. « Si une société aide à construire le mur [en Cisjordanie] elle participe à un acte illégal, donc cela doit être sanctionné ».

 

Les tentatives de Volvo pour justifier ses investissements en Israël manquent de franchise. L'entreprise ne peut pas déclarer que les activités d'une filiale n'ont rien à voir avec son siège à Gothenburg ou que les bus de Merkavim ne sont en rien différents des autres bus pour détenus ailleurs dans le monde. Il est évident que ces véhicules ont été conçus spécifiquement pour rencontrer les « besoins » sadiques de l'occupation israélienne;  c'est en effet leur point fort.

 

Alimenter les services pénitentiaires d'Israël n'est pas analogue à aider les services pénitentiaires d'autres pays. Israël utilise délibérément l'emprisonnement de masse et la torture pour nier aux Palestiniens le droit de résister contre l'occupation. Addameer, un groupe de soutien aux prisonniers, a établi que 650 000 Palestiniens – un cinquième de la population vivant dans les territoires occupés – ont été incarcérés depuis que l'occupation  a commencé en 1967.

 

Quoique Volvo puisse dire, la vérité est que cette société est devenue une sous-traitante de l'occupation israélienne. Les conducteurs européens et américains doivent se sentir en sécurité lorsqu'ils se glissent sur le siège bien rembourré d'une voiture faite par Volvo. En Palestine, la même société facilite la torture d'enfants.

 

David Cronin est un journaliste basé à Bruxelles, il vient de publier Europe'Alliance with Israël – Aiding the occupation aux éditions Pluto Press

Traduit de l'anglais par Elise Broyard pour Investig'Action

Source originale: Electroni Intifada

Source de cet article: www.investigaction.net