Les USA attaquent un défenseur belge des Droits de l’Homme

Lettre ouverte à l’Union Européenne et au gouvernement belge

Le Bureau International des Droits de l’Homme – Action Colombie, OIDHACO a le plaisir de s’adresser à l’Union Européenne et au gouvernement belge pour manifester sa préoccupation devant les faits ayant affecté le citoyen belge Paul-Emile Dupret. En effet, le 19 août de cette année, le vol Air France 438 Paris-Mexico, à bord duquel voyageait Paul-Emile Dupret, n’a pu traverser l’espace aérien des Etats-Unis, ce qui provoqua une déviation et un retard importants du vol. Monsieur Dupret fut informé par l’équipage qu’il se trouvait sur la « no fly list » du gouvernement des Etats-Unis, incluant des personnes susceptibles de commettre des «actes terroristes ».

Paul-Emile Dupret a travaillé durant des années en faveur des Droits des peuples, des Droits de l’Homme et de la démocratie, au sein d’organisations non gouvernementales et du Parlement Européen. Plus particulièrement, son parcours de travail sur la Colombie fait de lui un défenseur des Droits de l’Homme reconnu tant en Europe comme en Colombie.

Connaissant son travail et son parcours, nous ne doutons pas des qualités éthiques, morales et humaines de Paul-Emile Dupret. En l’incluant sur une « no fly list », le gouvernement des Etats-Unis commet un acte arbitraire qui viole son droit au respect de la réputation. Ce gouvernement, en ne donnant pas d’explications sur les raisons de sa décision, viole le droit de Paul-Emile Dupret à interjeter un recours pour se défendre. Tout paraît indiquer qu’il s’agit pour les Etats-Unis de punir un délit d’opinion et de sanctionner une personne ayant des positions politiques contraires à leurs intérêts.

Dans l’ambiance actuelle de stigmatisation généralisée des défenseurs des Droits de l’Homme en Colombie, nous sommes inquiets du fait que cette assignation ait un rapport avec le travail, réalisé par Mr Dupret, de dénonciation des violations des Droits de l’Homme commises dans ce pays.

Nous nous permettons de solliciter au Parlement Européen, à la Commission Européenne et au Conseil de l’UE qu’ils se positionnent face à ce cas, et qu’ils utilisent toutes les voies possibles pour faire valoir le principe de réciprocité en demandant aux Etats-Unis l’exclusion immédiate de Monsieur Dupret de cette liste ainsi que celle de tous les citoyens européens pour lesquels il n’existe aucun antécédent pénal qui puisse justifier un traitement de « personne dangereuse » pour la sécurité de  cet Etat.

De la même manière, nous nous permettons de solliciter à l’Etat belge qu’il protège les droits fondamentaux du citoyen belge Paul-Emile Dupret en accord avec sa Constitution et le Droit International inaliénable en Belgique et aux Etats-Unis d’Amérique. Son inclusion dans cette liste lèse son droit au respect de la réputation, l’affecte personnellement et professionnellement et le met en danger lorsqu’il doit sortir du territoire national et traverser les frontières de pays tiers.

Très cordialement,

Emmanuel Raison

Coordinateur du Bureau International des Droits de l’Homme – Action Colombie OIDHACO

 

COMMENT SOUTENIR CETTE ACTION?

 

Paul-Emile Dupret, avocat défenseur des droits humains, membre fondateur du Comité pour le respect des droits humains « Daniel Gillard » est victime d’une stigmatisation de la part du gouvernement des Etats-Unis. Récemment, il s’est vu refuser le survol du territoire des Etats-Unis car so nom est repris de manière abusive sur une « no flight list » réservée aux terroristes.

Sa longue trajectoire et son travail inlassable en faveur des droits humains sont largement connus au sein des mouvements sociaux, des peuples indigènes, des communautés paysannes et des organisations non gouvernementales de Colombie et d’Amérique latine.

Le Bureau International des Droits humains Action Colombie (OIDH-ACO) a rédigé une « lettre ouverte à l’Union européenne et au gouvernement belge » que nous vous demandons de bien vouloir soutenir en envoyant votre nom complet, le cas échéant l’organisation que vous représentez et votre adresse postale avant le 30 octobre à l’adresse: [email protected]