Les Palestiniens ne se soumettront pas

L'opération militaire martyre menée par un jeune palestinien de 20 ans, à

Tel Aviv, appartenant au mouvement du Jihad Islamique, fut une bombe

extrêmement puissante dans une région enflammée. Elle suscita une situation

de panique et d'indécision dans la plupart des capitales arabes et

internationales.

Al-Quds al-Arabi, 19 avril 2006

C'est la sixième opération du genre, en moins d'un an. Son importance est

due à la réussite de son exécutant, et de son mouvement, à percer toutes les

défenses, les appareils de renseignements, et l'état de siège extrême dans

les milieux de l'armée et des forces sécuritaires israéliennes.

Le mur de séparation raciste ne protège pas la capitale israélienne, et la

nombreuse armée des agents traîtres a échoué à percer la cellule exécutante.

Plus important encore, ce jeune palestinien, simple, seul, affamé, est

capable de prendre la revanche pour ses martyrs, et de manière qui laisse un

impact aussi puissant, alors que toutes les mesures sécuritaires

israéliennes, dont sont fiers leurs responsables qui ne cessent de proclamer

l'efficacité et la précision, ont échoué.

Le gouvernement d'Ehud Olmert, en cours de formation, étudie la réponse

appropriée, et la façon appropriée, comme l'a dit son chef. Voyons, que

peut-il faire plus que n'ont fait tous les gouvernements précédents, au

cours des soixante années passées ?

Les forces de l'armée israélienne envahissent presque tous les jours les

villes de Cisjordanie et de Gaza, elles ont tué au cours des dix derniers

jours plus de 20 personnes, parmi elles des enfants, et ont arrêté des

centaines de militants palestiniens.

Il ne reste plus qu'un seul choix : occuper de nouveau la bande de Gaza et

le reste des villes de la Cisjordanie, et ce faisant, Israël apporte un

service énorme au peuple palestinien et au mouvement du Hamas, plus

particulièrement, car il mettra fin au phénomène illusoire qui s'appelle

Autorité, avec ses deux têtes, et sauve le gouvernement de Haniye de sa

crise actuelle, financière et politique.

Le gouvernement de Hamas ne peut dénoncer cette opération, car il sera,

très prochainement, forcé de faire appel à sa branche armée pour exécuter

une opération similaire en plein coeur des villes israéliennes, car les

pratiques et les positions israéliennes et américaines le poussent à cela.

Elles agissent pour faire échouer le gouvernement, par tous les moyens.

Lorsque les gouvernements échouent, les ministres retournent à leurs

fonctions, et nous ne pensons pas que le mouvement Hamas va prendre sa

retraite, s'il se trouve contraint de quitter le pouvoir à cause du blocus

et du refus qu'il affronte actuellement.

L'administration américaine est responsable de la détérioration de la

situation dans les territoires occupés, car elle n'a jamais eu un regard de

bienveillance envers les martyrs de Palestine, et notamment de ses enfants.

Elle n'a pas écouté les appels du président palestinien lui demandant

d'intervenir pour faire cesser la série d'assassinats menés par Israël. Elle

a mentionné la dénonciation par le président de l'opération mais lui a

dirigé une dénonciation des plus lourdes lorsque son délégué au conseil de

sécurité John Bolton a menacé d'utiliser le veto contre le projet d'un

communiqué, et non le projet d'une décision, au conseil de sécurité,

demandant à Israël de cesser son agression contre le peuple palestinien.

M. Abbas a peut-être obtenu la satisfaction de la Maison Blanche et de

quelques gouvernements européens lorsqu'il a décrit l'opération de Tel Aviv

par le terme d'abject, il l'a dénoncée par les termes les plus violents,

mais il a perdu beaucoup dans les milieux du peuple palestinien. Ce ne fut

pas une surprise lorsque plusieurs formations de la résistance lui ont

réclamé de s'excuser clairement pour le terme utilisé.

M. Abbas n'a sûrement pas été bien inspiré, car le terme d'abject qu'il a

utilisé pour décrire l'opération est absent de tous les dictionnaires

politiques, arabes ou étrangers. Nous ne nous rappelons pas un dirigeant

politique, grand ou petit, qui l'ait utilisé ou utilisé ses synonymes, dans

ce cadre ou un autre.

Le peuple palestinien n'a plus rien à perdre. Il ne vit pas dans

l'opulence pour craindre de la perdre à cause de la dernière opération, tout

comme les retraits israéliens des territoires occupés ne sont pas en train

de se mener pour que cette opération y mette un terme. Ce peuple est en

train de subir une guerre de famine injuste, pour le punir d'avoir cru au

mensonge de la démocratie américaine, et d'avoir choisi ceux qui

représentent réellement ses intérêts et ses ambitions nationales, en votant

dans des élections dont le monde entier a loué la probité.

Le gouvernement de Hamas quittera le pouvoir, tôt ou tard, à cause des

pressions américaines et arabes, ou à cause d'une nouvelle invasion

israélienne. Mais ceux qui appellent au blocus et qui affament le peuple

palestinien ont-ils un plan alternatif, un projet de paix réel qui donne au

peuple palestinien l'espoir d'un avenir meilleur ?

Personne ne soutient le meurtre de civils, quelle que soit leur identité.

Mais, et nos civils ? Ne sont-ils pas des humains ? Nos enfants ne

méritent-ils pas la vie, aussi ? Nos prisonniers qui remplissent les prisons

israéliennes ne méritent-ils pas un regard bienveillant sur leur tragédie,

due au comportement barbare des geôliers israéliens ?

La définition occidentale officielle du terrorisme considère qu'il s'agit

le fait de tuer des civils non participant aux opérations militaire. Si nous

appliquons cette définition sur "Israël", nous trouvons que c'est l'Etat qui

pratique le plus le terrorisme dans le monde. Il a tué, selon les

statistiques officielles israéliennes, près de 3600 civils palestiniens, le

quart étant des enfants de moins de 16 ans, contre 660 Israéliens, ce qui

signifie que les forces israéliennes ont tué 5 fois plus de Palestiniens que

toutes les opérations militaires menées par la résistance n'ont tué

d'Israéliens.

Nous nous étonnons de cette campagne occidentale contre les opérations

martyres, avec lesquelles nous ne sommes pas d'accord, comme si le meurtre

au cours de ces opérations constitue un crime suprême, inégalé et

incomparable avec d'autres crimes, comme si le fait d'assassiner les

Palestiniens par les obus des chars, des avions, ou par les balles des

soldats israéliens devient un meurtre autorisé et admis par les législations

terrestres ou divines et le traité des Nations-Unies.

Le message porté par cette opération aux dirigeants israéliens et au monde

occidental qui les soutiennent est clair, il dit en résumé que les

Israéliens ne jouiront pas de la sécurité tant que le peuple palestinien en

est privé.

Le fait d'affamer le peuple palestinien ne peut qu'allonger les rangs des

jeunes qui veulent suivre la voie de l'exécutant de la dernière opération de

Tel Aviv. L'ampleur de l'humiliation vécue par ce peuple, à cause de la

pratique des Israéliens et l'hypocrisie occidentale, américaine surtout, a

rendu vaine et sans valeur la vie de tous ces jeunes.

Les élèves du monde entier souhaitent devenir ingénieurs, médecins,

savants, artistes ou aviateurs, sauf les Palestiniens. La seule fonction qui

leur est laissée est d'aller en martyr, pour défendre leur dignité, ou pour

venger leurs frères, leurs pères qui furent tués par les balles des soldats

israéliens, ou qui sont enfermés depuis des années dans les prisons

israéliennes.

Le peuple palestinien ne se soumettra pas, ne se soumettra pas. Il a vécu

des conditions encore plus difficiles qu'aujourd'hui, il a mangé l'herbe de

la terre, il a raffiné la manière de vaincre la faim et de faire accepter la

pauvreté à ses enfants, et j'en fais partie, mais il est demeuré la tête

haute, attaché à ses constantes nationales entières.

Pour ces raisons, les campagnes pour affamer et encercler le peuple

palestinien, et le terrorisme mené par le monde contre lui actuellement ne

le fera pas plier, ni ne touchera sa fierté nationale.

Traduit par le Centre d'Information sur la Résistance en Palestine