Le quotidien français Le Figaro censure un message à caractère humanitaire !

Dans un communiqué, du 16 mai 2013, l’Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR) exprime sa consternation en apprenant que la rédaction du quotidien Le Figaro refuse de publier son annonce.

 
Annonce censurée par Le Figaro


 

Communiqué de presse

 

Engagé dans le combat difficile pour la résolution pacifique des conflits, notre Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR), une ONG basée à Genève, tente activement de venir en aide aux victimes de la terrible guerre qui sévit en Syrie.


Dans le cadre de nos projets humanitaires tournés vers ce pays déchiré par une guerre fratricide, nous avons décidé de publier une annonce dans le quotidien français "Le Figaro" invitant les parents des jeunes qui partent se battre en Syrie à prendre contact avec notre ONG pour les aider à retrouver leur enfant.


Nous travaillons en partenariat avec de nombreuses ONG syriennes et internationales ainsi qu’avec des médecins et des volontaires civils actifs notamment dans les camps de réfugiés syriens situés en Syrie et dans les pays limitrophes.


Dans notre annonce figure le numéro de contact de notre bureau de Genève mais aussi celui de Bruxelles. Notre antenne bruxelloise est particulièrement active sur ce thème. Elle collabore avec les pouvoirs publics et accompagne les parents dans leur douleur, cherche des pistes, des contacts sur le terrain permettant de retrouver nos jeunes.


Le 28 mai prochain, notre directeur bruxellois participe même à un débat aux côtés de Mme Joëlle Milquet, la ministre belge de l’intérieur sur ce thème.


L’éditeur du Figaro a accepté de publier notre annonce moyennant le versement de la somme de 4000 Euros.


Notre annonce devait paraître dans l’édition du Figaro du vendredi 17 mai. Mais nous venons d’apprendre avec consternation que la rédaction du Figaro s’y oppose "fermement".


Motif invoqué : les "récents événements".


Nous avons du mal à saisir en quoi les récents événements empêchent la publication de notre annonce. Au contraire, les "récents événements" (intensification des combats, actes de barbarie commis par les rebelles-éviscération, dépeçages, exécutions de masse, décapitations, épuration ethnico-religieuse…) devraient davantage inciter tout un chacun à préserver nos jeunes des affres d’une guerre où l’innocence est la première victime.


Nous comprenons le refus de la rédaction du Figaro comme un acte de censure aux conséquences graves, un acte inhumain de non-assistance à personnes en danger.


 

Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR) 
Genève, le 16 mai, 2013


 

 

Source : Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR)