Le drame du Darfour, deux explications

Le Darfour expliqué aux enfants dans PIF Gadget (le numéro 2), revue pour enfants proche du PCF et du journal l'Humanité.

Le Darfour est une grande province du Soudan, en Afrique. Depuis février 2003, elle connait une guerre terrible. Le gouvernement actuel a plutôt tendance à aggraver les injustices subies par la population noire soudanaise du Darfour. C'est une forme d'apartheid: cela veut dire que l'Etat instaure une ségrégation – des différences de trairement, des inégalités, des séparations – entre les hommes et les femmes en fonction de leurs origines. Les rebelles du mouvement pour la justice et l'égalité et du Mouvement pour la libération du Soudan ont pris les armes. De l'autre côté, l'armée gouvernementale est épaulée par les milices djandjawids, issues de tribus nomades, qui pillent, tuent, et brûlent des villages. Le conflit aurait déjà fait plus de 10000 morts et placé un million de personnes en situation d'errance. Or, les uns et les autres empêchent bien souvent les organisations humanitaires d'agir. L'Unicef a alerté l'opinion publique sur le sort de 500000 enfants sur place. Au jour où tu reçois ton journal, espérons que des accords ont permis de trouver la voie de la paix, mais ce drame reste l'un des plus importants de ces dernières années.

Ed Monde.

16 septembre 2004 réseau Voltaire

N°182 – France : 0,56 – ISSN : 1762-5157

REVOILÀ LES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE

IRAKIENNES

On ne retrouvera pas les armes de destruction massive irakiennes car elles viennent d'être utilisées. Des services secrets occidentaux (MI6 et CIA) auraient découvert qu'elles avaient été transférées vers un autre État de « l'Axe du Mal », la Syrie. De là, elles auraient été transportées au Soudan où le gouvernement les aurait utilisées pour commettre un génocide au Darfour, rapporte le quotidien atlantiste allemand Die Zeit. Peu importe donc que les inspecteurs onusiens d'Hans Blix aient montré que Saddam Hussein n'avait pas d'armes de destruction massive, et que les enquêteurs états-uniens du Groupe de surveillance de David Kay l'aient confirmé. Dès lors, on comprend mieux les déclarations de Colin Powell et Jack Straw selon lesquels « un génocide [a] eu lieu au Darfour ». L'essentiel est que Washington et Londres aient un prétexte pour intervenir au Soudan dont ils convoitent les champs pétroliers.