Le Mexique, capitalisme de copains

Denise Dresser est une célèbre universitaire et journaliste mexicaine. Elle a prononcé cette intervention Forum « Mexique devant la Crise « , face aux députés, sénateurs, chefs d’entreprise et fonctionnaires le 29 janvier dernier.
Le Mexique est un pays privilégié.

Il a une situation géographique extraordinaire et dispose de grandes richesses naturelles. Il est peuplé de millions personnes talentueuses et travailleuses.

Mais malgré cela, la question éternelle est encore : pourquoi ne se développe-t-il pas à la vitesse qui pourrait et devrait ? Pourquoi continuons-nous à discuter de ce sujet année après année, forum après forum ?

Je risque quelques réponses, et je vous demanderais de m’accompagner dans un exercice intellectuel, en se rappelant du célèbre livre de Madame Calderon de la Barca appelé « la vie au Mexique », écrit au XVIIème siècle, dans lequel elle tentait de décrire les principales caractéristiques du pays.

Si Madame Calderon de la Barca écrivait son célèbre livre aujourd’hui, elle devrait changer le titre à « Oligopolilandia ». Parce que depuis le premier moment où il foulerait le pays, il ferait face aux symptômes d’une économie politique dysfonctionnelle, avec des problèmes seulement aggravés par la crise.

Il atterrirait dans l´un des aéroports les plus chers du monde ; elle serait assiégée par des porteurs qui contrôlent le service ; il prendrait un taxi d’une compagnie qui s´est auto décrétée une augmentation de 30% pour ses tarifs.

A l’hôtel il y a 75% de chances qu’elle consomme une omelette vendue par un seul distributeur, et si elle se sentait malade de l’estomac et avait besoin d’aller à une pharmacie, elle découvrirait que les médicaments coûtent ici plus que dans les autres lieux qu’elle a visités.

Si elle appelait son époux par l´international pour se plaindre de cette situation, elle paierait l´un des tarifs téléphoniques les plus importants. Et si elle allumait la télévision pour se distraire de ce mauvais instant, elle découvrirait qu’il existe seulement deux chaînes.

Aujourd’hui le Mexique est un exemple classique de ce que le Nobel d’économie Joseph Stieglitz appelle « crony capitalism » : le capitalisme des copains, le capitalisme des complices, le capitalisme qui ne se base pas sur la concurrence mais à son blocage.

Cet échafaudage de privilèges et « positions dominantes » et nœuds syndicaux dans des secteurs cruciaux – télécommunications, services financiers, transport, énergie- qui emprisonnent l’économie et la rende inefficace. Un mélange de capitalisme d´État et de capitalisme oligarchique.

Aujourd’hui, le Mexique – plongé dans la crise- est encore loin d’accéder au capitalisme dynamique où l’État ne protège pas les privilèges, défend des chasses gardées, choisit des gagnants et permet la perpétuation d’un petit groupe d’oligarques avec le pouvoir d´interdire des réformes qui leur nuisent.

Aujourd’hui, le Mexique supporte les résultats des échecs d’efforts pour moderniser son économie durant les dernières 20 années.

Les réformes des années 80 et 90 ont entraîné la privatisation, la libéralisation commerciale.

Au lieu de transparence et de règles claires, a régné le caractère discrétionnaire entre les chefs d’entreprise qui ont profité des privatisations et aux fonctionnaires du gouvernement chargés de les contrôler.

Les déclarations d’Agustín Carstens mardi dernier, au sujet du besoin de combattre les monopoles en téléphonie, sont bienvenues.

Regrettablement, elles se font 18 années trop tard. Et là sont les résultats de réformes peut-être bien intentionnées, mais mal appliquées : une économie qui ne se développe pas suffisamment, une élite patronale qui ne se concurrence pas suffisamment, un modèle économique qui concentre la richesse et distribue mal celle qui existe.

Aujourd’hui, le Mexique est attrapé dans un réseau complexe de privilèges et vetos patronaux et positions dominantes sur le marché qui inhibent un terrain de jeu équilibré.

Un réseau décrit dans l’article célèbre de l’économiste Anne Kruege : « The Political Economy of the Rent-Seeking Society  » (« l’Économie Politique de la Société de Rente « ).

Un réseau qui opère sur la base des faveurs, des concessions et de la protection régulatrice que le gouvernement offre et des membres de la coupole patronale qui l´exigent comme condition pour investir.

Qui ? Quelqu’un comme le propriétaire d’un distributeur de maïs ou le concessionnaire d’une carrière privée ou l’acheteur d’une banque sauvée par le Fobaproa ou le principal actionnaire de Telmex ou l’opérateur d’une Afore.

Ces acteurs capturent des revenus grâce à l’exploitation ou la manipulation de l’environnement économique au lieu de produire des profits légitimes à travers l’innovation ou la création de richesse.

Et les consommateurs du Mexique contribuent à la fortune des bénéficiaires de rentes chaque fois qui payent leurs notes téléphoniques. La connexion à Internet. La quote-part sur la route. L´omelette à un prix fixe. La commission des Afores. La commission de la carte de crédit. Exemple après exemple de revenus extraits grâce à la manipulation de marché.

Et le système de rente accentue l’inégalité, produit des coûts sociaux, retarde le développement, diminue la productivité, augmente les coûts de transaction dans une économie qui – face à l’impératif de la compétitivité- a besoin de les diminuer.

Pour extraire des revenus, les « joueurs dominants » ont érigé des barrières hautes d’entrée pour de nouveaux joueurs, créant ainsi des cols de bouteille qui inhibent l’innovation et, par conséquent, l’augmentation de la productivité.

La concentration de la richesse et du pouvoir économique entre ces « joueurs dominants  » se traduit fréquemment en avantages injustes, en capture régulatrice et politiques publiques qui favorisent les intérêts particuliers.

Pire encore, elle convertit des représentants de l’intérêt public – beaucoup les députés et les sénateurs assis là- en employés d´intérêts retranchés. Il transforme le gouvernement en employé des personnes les plus puissantes du pays.

Cela emmène aux questions suivantes: Qui gouverne le Mexique ? Le Sénat ou Ricardo Salins Pliego quand il parvient à contrôler les ficelles du processus législatif ? Le Secrétariat de Communications et Transports ou l’Unefon ? La Commission Nationale Bancaire ou les banques qui se refusent aux obligations de transparence que la loi leur exige ? Le Secrétariat d´Éducation Publique ou Elba Esther Gordillo ? La Commission Fédérale de Concurrence ou de Carlos Slim ? Pemex ou Carlos Romarin Deschamps ? Vous ou une chaine d’intérêts que vous n´arrivez pas à contenir ?

Parce que devant les absences d’autorité, la capture régulatrice et les décisions de politique publique qui favorisent à une minorité, la réponse paraît évidente.

Le Mexique d´aujourd’hui souffre ce que certains appellent « des États dans l’État », ou ce que d’autres appellent « une économie sans un gouvernement capable de la réguler de manière efficace « . Cela – et non la chute de la production pétrolière- est ce qui condamne le Mexique à la sous-action chronique.

Une et autre fois, le débat sur comment promouvoir la croissance, comment favoriser l’investissement et comment produire l’emploi se retrouve complètement floue.

Le gouvernement croit que pour atteindre ces objectifs, il suffit de la tendre la main au secteur privé pour qu’il investisse dans n´importe quelle condition. Et le secteur privé, de son côté, pense que la panacée est qu’on lui permette de participer dans le secteur pétrolier, pour donner un exemple.

Mais cella est seulement une solution partielle à un problème plus profond. L’essence derrière de la médiocrité du Mexique se trouve dans sa structure économique et dans les règles du jeu qu’ils l’étayent.

Une structure trop « top heavy » ou lourde à la pointe de la pyramide ; une structure oligopolicée où quelques-uns se consacrent à l’extraction des revenus ; une structure de complicités et collusions que le gouvernement permet et dont il profite aussi.

Bien sûr, beaucoup des membres du gouvernement de Felipe Calderón, et beaucoup des présents dans ce forum, parleront de croissance comme une priorité centrale.

Mais ils le perçoivent plutôt comme une variable résiduelle. Il semblerait plutôt qu’ils cherchent – et fait mal comme citoyenne de le reconnaitre – assurer un degré minimum d’avance pour maintenir la paix sociale, mais sans altérer la corrélation de forces existante. Sans changer la structure économique de façon fondamentale.

Seulement ainsi on comprend le remboursement gouvernemental de 550 millions de dollars à Ricardo Salinas Pliego, pour des intérêts hypothétiquement mal perçus, la veille de la fin de la période de six ans de Vicente Fox.

Seulement ainsi peut se comprendre le regrettable communiqué du Secrétariat aux Communications et Transports il y a une année pour célébrer l’alliance entre Telemundo et Televisa, quand en réalité il révéla une soumission gouvernementale devant la possibilité d’une troisième chaîne.

Seulement ainsi peut se comprendre que personne ne bouge le petit doigt pour sanctionner TV Aztèque quand elle viole la loi en refusant de transmettre les spots de l’IFE ou elle s’approprie de la Colline du Chiquihuite.

Seulement ainsi peut se comprendre l’approbation de la dénommée « Loi Televisa » par la Chambre de Députés et celle de Sénateurs en 2006.

Seulement ainsi peut se comprendre l’ajournement ad infinitum au Sénat d’une nouvelle loi des médias pour promouvoir la concurrence dans ce secteur.

Seulement ainsi peut se comprendre que la réforme de Pemex ne touche pas l’affaire du syndicat.

Seulement ainsi peut se comprendre la possibilité d´ouvrir la porte à Carlos Slim à la télévision sans l’obliger à respecter les conditions de sa concession originale.

Symptômes d’un gouvernement inefficace. Signes d’un gouvernement courbé.

Échantillons d’un gouvernement contaminé.

Beaucoup de richesse, peu de bénéficiaires. Croissance au point mort, pays en léthargie. Intérêts retranchés, réformes diluées. Peu de concurrence, basse compétitivité. Pouvoir concentré, démocratie en échec. Un gouvernement qui au lieu de domestiquer les créatures qu’il a conçu, vit maintenant terrorisé par elles.

Quelles sont les conséquences du capitalisme mexicain ? Où les élites traditionnelles sont fortes, le gouvernement démocratique est peu efficace, les partis politiques tendent à être minimalistes.

Si vous voulez vraiment que le Mexique grandisse, vous devrez créer la capacité de contrôler et réformer au nom de l’intérêt public.

Vous devrez envoyer des signes sans équivoques de comment vous allez désactiver ces « centres de veto  » qui bloquent la croissance économique et la consolidation démocratique : Les monopoleurs abusifs, les syndicats rapaces, les chaines de télévision maîtres chanteur, les chefs d’entreprise privilégiés et leurs alliés du gouvernement.

En peu de mots, utiliser la capacité de l’État pour contenir ceux-là avec davantage de pouvoir dans le gouvernement, avec davantage de poids que l’électorat, avec davantage d’intérêts que l’intérêt public.

En peu de mots, utiliser la capacité de l´Etat pour contrôler ceux qui ont plus de pouvoir au gouvernement, plus de poids sur l´électorat, avec plus d´intérêts que l´intérêt public.

A être conscients de ce que tout pays intéressé à croître et à concurrencer doit faire pour l’obtenir.

A savoir que cela requiert une économie capable de produire des biens et services de telle manière que les travailleurs peuvent gagner de plus en plus.

Comprendre que sur cela se base l’expansion rapide de la connaissance et de l’innovation ; sur de nouvelles façons de faire les choses et les améliorer ; avec des techniques qui augmentent la productivité de manière constante.

L’investissement qui se canalise vers de nouveaux marchés et nouvelles occasions est le produit de la concurrence. Ce n’est pas une condition suffisante mais en effet c’est une condition nécessaire. Il ne suffira pas de libérer la croissance en elle-même, mais sans elle jamais ne se produira, par tant d’argent public qui soit injecté à l’économie au moyen de politiques anti cycliques.

Et. Comment commencer à impulser cela ? Avec une troisième chaîne de télévision ; avec la promotion de la concurrence en bande large à travers le réseau de la Commission Fédérale d’Électricité ; avec le renforcement des organes régulateurs, avec la sanction à ceux qui violent les termes de leur concession ; avec la relation de marchés fonctionnels, comment avec succès a déjà été obtenu avec les lignes aériennes à moindres coûts; avec des mesures qui commencent à démonter des cols de bouteille et à domestiquer ces « créatures de l’État ».

Cela a à voir avec l’inauguration d’un nouveau type de relation entre l’État, le marché et la société.

Parce que si la classe politique de ce pays n’arrive pas à changer les fondations du capitalisme développé, elle condamnera le Mexique à un sous développement chronique. Elle le condamnera à continuer à être un terrain fertile pour les mouvements populaires contre les institutions ; un pays qui boite de façon permanente à cause d´institutions politiques qui n’obtient pas à remodeler ; les monopoles qu’il n’arrive pas à démonter ; les structures corporatives qu’il n’arrive pas à démocratiser.

Il sera ce que Felipe Calderón appelle « un pays de gagnants » où gagnent toujours les derniers.

Un endroit où beaucoup des grandes fortunes patronales se construisent à partir de la protection politique, et non de l’innovation patronale.

Un endroit où la croissance des dernières années a été moindre que dans le reste de l’Amérique latine étant donné les cols de bouteille que les oligarchies ont conçus, et qui leurs amis du gouvernement les aident à défendre.

Ce consommateur sans voix, sans alternative, sans protection. Cet homme invisible. Cette femme sans face.

Cette personne qui paye – mois après mois tarifs téléphoniques plus chers que presque partout au monde.

Cette compagnie qui paye – mois après mois – des services de télécommunications qui élèvent ses frais d’opération et réduisent ses bénéfices.

Des milliers de personnes avec des commissions pour des services financiers qu’ils n’arrivent pas à comprendre, avec des encaissements inhabituels que personne ne peut expliquer, stoppés dans les queues des banques. Là échoués. Là menacés sans protection. Là sans options. Là dehors.

Victimes d’un système économique dysfonctionnel, institutionnalisé par une classe politique qui applaudit l’approbation de réformes qui n’attaquent pas le cœur du problème.

Présidents, secrétaires d’État, députés, sénateurs et chefs d’entreprise qui fêtent le consensus pour ne pas changer.

Bien que l´on remercie que ce forum accepte finalement l’ampleur de la crise, si d´ici ne surgissent pas des mesures concrètes pour regarder au-delà de la conjoncture, il révélera à nouveau notre incapacité de faire face honnêtement aux problèmes que le Mexique traîne depuis des décennies.

Il révélera la propension des présents ici à repousser des réformes isolées, à annoncer des mesures à courts termes, à éluder les distorsions du système économique, à orchestrer des politiques publiques à petits morceaux, pour arriver à des accords qui seulement offre un statu quo à perpétuité.

En attendant, la réalité guette à grands coups 327 mille limogés, la croissance négative, le poste 60 de 134 dans l’Indice Global de Compétitivité et une nation qui dit se réformer pendant qu´elle évite de le faire.

Le Mexique ne grandit pas de façon habituelle et il s´y exerce et se partage le pouvoir. Ni plus ni moins. Pour les règles discrétionnaires et politisées qui régissent la république mafieuse, l’économie « des complices ».

Par la survie des structures corporatives que le gouvernement a créées et continue à financer.

Par un modèle économique qui canalise les revenus du pétrole à trop de clients.

Par un système politique qui fonctionne très bien pour ses partis mais très mal pour ses citoyens. En créant ainsi un pays peuplé par des personnes obligées de diluer l’espoir ; à rétrécir les espérances ; à croiser la frontière au pas de 400 mille personnes par an à la recherche de la mobilité sociale qu’ils ne trouvent pas ici ; à vivre avec la main tendue en attendant la prochaine aumône du prochain politicien ; à manifester dans les rues parce qu´ils pensent que personne du gouvernement ne les écoute ; à se méfier des institutions ; à assister à la simple mort des rêves parce que le Mexique n’avance pas à la vitesse qu´il pourrait et devrait.