La mort d'une crapule

De l'écrivain Mario Benedetti:

En lisant les mots que j'ai reçu d'un écrivain,

écrits en grosses lettres majuscules,

j'ai pris connaissance du fait survenu.

Et j'ajoute mes propres mots :

«Il est inconcevable pour le Chili

que ce personnage soit mort de mort naturelle»

10 décembre 2006

Les crapules vivent longtemps, mais un jour elles finissent par mourir

Une notice nécrologique et fusent les hourras!

Venez, allons fêter ça!

Venez tous et toutes

Les innocents et innocentes

Les sinistrés qui crient la nuit

Celles qui rêvent le jour

Ceux qui soufrent dans leur corps

Celles qui abritent des fantômes

Ceux qui marchent pieds nus

Celles qui blasphèment et brûlent

Les misérables frigorifiés

Celles qui aimaient quelqu'un

Ceux qui n'oubliront jamais

Venez, allons fêter ça!

Venez tous et toutes

La petite crapule est morte

Son âme ténébreuse a cessé d'exister

Le voleur!

Le porc!

Il est mort pour toujours!

Hourra!

Que toutes et tous viennent

Venez, nous allons fêter ça!

Est-il vrai

que la mort

efface toujours tout?

Qu'elle purifie tout

un jour?

La mort

n'efface rien.

Il restera

toujours les cicatrices

Hourra!

Il est mort le salaud, le crétin

Venez, allons fêter ça!

Ne pleurons pas

Que pleurent ses semblables.

Qu'ils avalent leurs larmes en silence

Il est crevé le monstre national

Il est fini, pour toujours

Venez, allons fêter ça

Ne soyons pas tièdes

ne croyons pas

qu'il s'agit de n'importe quel mort

Venez, allons fêter ça

Allez, venez, pas de paresse!

N'oublions pas que ce mort

n'est pas n'importe qui.

C'est une petite crapule de merde.