La chasse aux sorcières s¹amplifie : Richard Labévière licencié de RFI

Richard Labévière, rédacteur en chef à Radio France Internationale (RFI), grand reporter et écrivain spécialiste du Proche et du Moyen Orient, vient d’être licencié au motif qu’il n’aurait pas demandé la permission de sa direction pour faire une interview de Bachar Al Assad le 8 juillet dernier, juste avant l’arrivée du président syrien en visite officielle en France!

17-08-2008

Un prétexte aberrant, toute personne connaissant un minimum le fonctionnement d’une radio comme RFI sait parfaitement qu’un rédacteur en chef est libre du choix de ses sujets d’interviews, et que l’interview de Richard Labévière a été diffusée dans le respect des procédures habituelles.

Le licenciement a été prononcé à la va-vite le 12 août dernier, et le président de RFI, Alain Pouzilhac semblait pressé de se débarrasser de son journaliste, au point de signer le 5 août, avant la tenue d’un conseil de discipline, une lettre de licenciement postdatée du…. 11 août !

Les ordres viennent visiblement d’en haut, puisque la directrice du "pôle audiovisuel français" n’est autre que Christine Okrent, épouse du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

Il est vrai que Richard Labévière était dans le collimateur depuis longtemps pour cause d’échine insuffisamment souple sur tous les problèmes liés au Proche-Orient et notamment à Israël. L’auteur de "Le grand retournement" (sur la politique de la France au Proche Orient) et de "Bernard Henri-Lévy ou la règle du Je" (avec Bruno Jeanmart), s’est toujours refusé à déformer l’information, à faire allégeance à Israël et à ses affidés (notamment la fine équipe menée par Pierre Ganz) au sein des journalistes. Il continuait à prononcer des gros mots tels que "occupation" et persistait à appeler la capitale d’Israël Tel Aviv… et non Jérusalem.

Toutes choses qui lui valurent la suppression de son émission matinale "Je propose", pourtant fort appréciée, en 2005, à la demande de l’ambassadeur d’Israël.

Mais apparemment, même une émission hebdomadaire de 40 minutes ("Géopolitique, le débat") était insupportable pour Israël et ses sbires. On ne veut voir qu’une tête : après les persécutions contre Daniel Mermet, dehors Bruno Guigue, dehors Siné, et maintenant dehors Labévière !

Mais pas si vite ! Même si les médias français sont étrangement silencieux (les médias arabes sont plus prolixes sur le licenciement impromptu de ce journaliste de réputation mondiale), la messe n’est pas dite : un préavis de grève est lancé par les syndicats de RFI pour la rentrée, et un référé prudhommal aura lieu le 22 septembre prochain.

En attendant, nous vous invitons à signer une pétition de soutien à Richard Labévière sur le site : http://www.ipetitions.com/petition/Labeviere2008/

Campagne de Soutien à Richard Labeviere

Abus de pouvoir et délits d’opinion : la presse française une nouvelle fois muselée et son pluralisme violemment attaqué dés lors qu’il est question des Proche et Moyen Orient. L’audiovisuel extérieur français (RFI, TV5 Monde et France24) dirigé par l’épouse du Ministre français des Affaires étrangères, Christine Okrent, et le publicitaire Alain de Pouzilhac reprennent en mains les options éditoriales de trois grands médias publics pour leur imposer une pensée et un discours uniques inconditionnellement pro-israélien. Le licenciement estival et précipité de Richard Labévière, rédacteur en chef à RFI et spécialiste des Proche et Moyen Orient, pour avoir interviewé le Président syrien Bachar el Assad, s’inscrit dans la logique d’une nouvelle atteinte au pluralisme journalistique, à la liberté d’expression, et aux Droits de l’homme en France, pays des principes de la philosophie des Lumières. Ne laissons pas l’arbitraire et le diktat idéologiques s’installer en France.

Signez la pétition

CAPJPO-EuroPalestine