La Colombie, alliée d’Israël, refuse la reconnaissance de l’Etat palestinien.

Aujourd’hui, 98 pays représentant les 4/5 de la population mondiale reconnaissent l’Etat palestinien. Parmi eux, quatorze sur les dix-neuf pays d’Amérique latine, dont l’Argentine, le Brésil, le Chili, le Venezuela. Par contre, la Colombie refuse cette reconnaissance.


 
 
La déclaration du président Santos est vue à Jérusalem comme une « victoire ». Le président colombien, Juan Manuel Santos, s’est exprimé devant le Congrès juif mondial à Bogota (30 mars) en ces termes : "Nous ne reconnaîtrons pas l'Etat palestinien, parce que pour nous c'est une question de principe. Nous apprécions hautement l'amitié et le courage du peuple juif", a souligné le leader colombien.

De quels principes parle-t-il ? La collaboration en matière de répression et d’action contre-insurrectionnelle ? L’armement colombien, dont Israël est le premier fournisseur ? Les principes d’expropriation d’une partie de la population au nom de la lutte contre le terrorisme ? Nous reviendrons sur les nombreux points communs entre ces deux pays dans un prochain article.

Pour le moment, nous tenons à vous informer de la manifestation qui aura lieu à Bruxelles le 8 avril devant l’Ambassade de Colombie à 17h. Cet évènement se réalise pour dénoncer la disparition d’une militante écologiste Sandra Viviana Cuellar Gallego. Disparu le 17 février dernier, elle se retrouve dans la longue liste des trente-deux mille cas !

La Colombie sous des apparences de démocratie est un des régimes les plus violents au monde. Aucune médiatisation ne dénonce la situation dans laquelle vivent des millions de Colombiens car contrairement à la Libye, l’Iran ou bien le Venezuela, les dirigeants colombiens sont des « amis » des Occidentaux.

Les Etats-Unis ont placé sept bases militaires dans ce pays pour une prétendue lutte contre le narco-terrorisme (comme en Afghanistan) et surtout pour la défense de leurs intérêts en Amérique du sud : exploitation des ressources naturelles, contrôle sur les deux océans… 
 
La France accueille l’ex-président comme professeur dans une école d’ingénieurs à Metz (ENIM). Alvaro Uribe est notamment responsable de la mort d’au moins 4.000 jeunes Colombiens trompés par des militaires qui leur avait promis un travail, emmenés, assassinés puis déguisés en guérilleros pour recevoir des récompenses. Il avait aussi l’habitude de traiter tous ses opposants de terroristes. Pour lui, les défenseurs des droits de l’homme en font partie et les professeurs critiques sont désignés « la branche intellectuelle du terrorisme ». C'est également sous son règne que la plus grande fosse commune d'Amérique latine a été découverte avec plus de 2.000 cadavres à côté … d'une caserne militaire !

Ici, vous pouvez signer la pétition contre cette nomination qui sera envoyée au Ministre de l'Education nationale : Un affront à la raison.

S’allier avec le peuple colombien, c’est aussi militer en faveur de la cause palestinienne, et lutter pour les droits de l’homme en général. Comme on peut souvent entendre chanter en Colombie : « El pueblo unido, jamás será vencido* ».

*Ensemble, le peuple ne sera jamais vaincu
 
Pour en savoir plus la Colombie :

Interview exclusive du président colombien : « Plutôt que de parler des véritables victimes »

Assassin, narcotrafiquant et … professeur d’université à Metz !

Trente bombes pour quoi ?

 

 
 
Source: investigaction.net