Je fais partie de ces gens qui vous haïssent

C’est un honneur pour moi d’avoir la chance de pouvoir vous parler. Mais je dois tout de suite vous dire que j’irai droit au but. Je ne suis pas ici pour vous divertir ni pour vous faire plaisir. La vérité fait parfois mal. Mais vous pouvez y faire face.

Je suis un Palestinien, un Arabe et un Musulman. Cela signifie que je fais partie de ces gens que le gouvernement des Etats-Unis a désignés comme ennemis.

www.info-palestine.net 3 décembre 2007

Un vrai terroriste est en liberté : l’Humanité et la Terre sont en danger !

J’appartiens au camp des « mauvais gars », qui sont punis, assassinés, torturés et même violés. Mais je suis également un Américain. J’appartiens au camp des « bons gars », qui assassinent, torturent et violent, qui sont engagés dans ce que le président G. Bush appelle une croisade contre mon peuple, les « terroristes ». Israël est un membre essentiel de ce camp. En fait, « l’American Political Action Committee » (AIPAC), un lobby sioniste juif à Washington, est le meneur de ce camp.

Mon épouse avec laquelle je suis marié depuis 43 ans est américaine. Mes 6 enfants et 11 petits enfants ne connaissent aucun autre pays sauf les Etats Unis d’Amérique. Deux de mes enfants ont servi à l’armée et ont été libérés avec les honneurs.

Pour le dire autrement. Je fais partie de ces gens qui vous haïssent. Mais ironiquement, je fais aussi partie des ces gens qui sont haïs non seulement par les Arabes et les Musulmans mais aussi par presque tout le reste du monde y compris les Européens. Les Etats-Unis sont haïs non seulement par les masses musulmanes mais également par les dirigeants arabes qui profitent du soutien militaire et politique de Washington. Oui, l’Amérique est haïe par ses « amis loyaux », le roi Abdullah d’Arabie Saoudite, le roi Abdallah II de Jordanie, le président Moubarak d’Egypte et Al-Malaki d’Irak parmi tant d’autres. Ils la haïssent car Washington les humilie, les méprise et les mène par le bout du nez. G. Bush ne leur a donné aucun autre choix. Soit vous êtes avec nous, soit avec les « terroristes », leurs propres gens. Ils ne veulent pas affronter la destinée de ceux qui s’opposent à l’empire américain. Contrairement à Saddam Hussein, ils ont choisi de vivre comme des lâches et des traitres au lieu de devenir des grands martyrs aimés et honorés par les arabes et les musulmans. Il reste que lorsque leur service ne sera plus nécessaire, leur maitre les jettera, les videra dans les égouts de l’histoire. L’Amérique n’a pas d’amis permanents, seulement des intérêts. Aujourd’hui, l’anti-américanisme mondial est devenu la norme et non l’exception.

Lors d’une visite de 2 jours dans ma ville de naissance, Jérusalem, alors que ma famille essayait d’entrer dans le Saint Sépulcre (l’église la plus sainte de la chrétienté), des Palestiniens m’ont ouvertement dit qu’ils me haïssaient ; qu’ils haïssent tous les américains ; que je suis l’un de ceux-là, un ennemi des Arabes et des Musulmans. Le fait que je défend depuis 47 ans la cause des Arabes et des Musulmans et surtout celui des Palestiniens, n’a fait aucune différence. Je les comprends.

Un jour auparavant, devant le Jourdain, au point d’entrée dans mon pays d’origine, la Palestine (Israël) , j’ai été traité par les autorités israéliennes assez différemment. Malgré le fait qu’aucun d’entre nous n’avait le profil d’un « terroriste » musulman (mon fils et moi ne portons pas de barbe et mon petit fils est trop jeune pour en avoir), malgré le fait que ma femme soit blonde, qu’elle soit d’un caractère discret et pacifique, que ma femme, ma fille et ma petite fille ne portaient pas de foulards et malgré le fait que nous détenions tous des passeports américains, nous avons dû attendre pendant 7 heures devant le guichet de contrôle des passeports avant que l’on nous permette d’entrer. Aux yeux des autorités israéliennes, nous sommes tous des Palestiniens et pas des Américains. Nous sommes potentiellement des terroristes.

Je ne blâme pas les Palestiniens, mes compatriotes, de me haïr. Le président Jimmy Carter avait décrit le gouvernement de Tel Aviv comme étant le pire régime d’occupation. Nelson Mandela et l’évêque Desmond Tutu parlent d’Israël en disant que c’est pire que l’ancien gouvernement sud-africain de l’apartheid. Et le gouvernement actuel d’Afrique du Sud est d’accord.

Les Palestiniens sont assassinés chaque jour en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. On les affame. Ils vivent tous dans une prison. Leurs terres et leurs maisons sont écrasées par les bulldozers. On déracine leurs oliviers et leurs agrumes. Il y a plus de 550 check-points dispersés dans la seule Cisjordanie. Un trajet entre deux villages qui ne prendrait normalement que 15 minutes, prend maintenant entre 5 à 7 heures. Des bébés palestiniens meurent aux check-points militaires alors que leurs mères étaient en route pour accoucher dans un hôpital. L’eau potable des Palestiniens est volée et détourné pour les piscines juives des colonies illégales construites sur leurs terres confisquées. Leur économie est en miettes. Le peu qu’il leur reste de leurs terres est un vrai enfer. Plus de 60% de leurs forces de travail est sans emploi. On voit des enfants palestiniens fouillant les ordures juives pour trouver de la nourriture. Et dernièrement, des étudiants palestiniens qui étaient rentrés chez eux pour une visite n’ont pas eu le droit de retourner dans leurs universités à l’étranger.

Il y a trois semaines, malgré les protestations des Nations Unies, de la communauté et des organisations des droits humains internationales, la nourriture, l’électricité et les combustibles pour Gaza ont été diminué de moitié par le gouvernement israélien, et ce, en tant que punition de masse parce que les Palestiniens avaient choisi pour les représenter le Hamas lors d’une élection décrite par le président Carter comme étant libre et démocratique. Le president Bush qui nous a raconté que son invasion de l’Afghanistan et de l’Irak a été animée par son désir de répandre la démocratie, désigne le mouvement de résistance islamique, le Hamas, comme une organisation terroriste avec laquelle les Etats-Unis ne traiteront pas. Même l’armée israélienne est en désaccord avec la déclaration de Bush. Selon un nouveau rapport le 11 novembre 2007 publié par le Ha’aretz (un journal israélien important) des parachutistes israéliens ont témoigné que « nous avions à tous les points de vue en face de nous une armée et non des gangs ».

Une grande partie des media américains contrôlés par les sionistes prétend qu’Israël n’est pas obligée d’un point de vue moral ou légal de subvenir aux besoins des Palestiniens qui sont assiégés, qui sont sous occupation et dont tous les points d’entrée par air, terre ou mer sont contrôlés par les forces israéliennes. Israël continue à dénier sa responsabilité vis-à-vis de la catastrophe humanitaire à laquelle font face les Palestiniens et ce, en violation de la loi internationale.

Et c’est donc sans surprise que ma famille et moi avons vu à la Porte de Damas des foules de Palestiniens qui n’avaient pas le droit d’aller prier à la mosquée Al-Aqsa ni à celle du Dôme du Rocher, foule criant, suppliant le président de l’Iran, Mahmoud Ahmadi Nejad, de tirer des missiles vers leur ville occupée par Israël, sans se soucier de leur propre sécurité. Ce n’est pas étonnant qu’après avoir éprouvé les conditions de vie intolérables des Palestiniens que mes enfants et mes petits enfants en ma compagnie, soient restés là impuissants en exprimant leur approbation et leur soutien malgré la nombreuse présence de soldats israéliens à la gâchette facile. Ce n’est pas étonnant que pendant la guerre d’agression de 1991 commandée par le père de Bush contre l’Irak, les Palestiniens de Cisjordanie aient dansé sur les toits de leurs maisons et applaudi les missiles de Saddam éclairant le ciel sur le chemin de Tel Aviv et de Haïfa. Ce n’est pas étonnant alors qu’après avoir été expulsés de force de plus de 550 villes et villages en 1948, et qu’après que les 22% restant de leurs terres aient été occupés par Israël en 1967, que les jeunes palestiniens, garçons et filles, n’aient trouvé aucune autre alternative que de se faire sauter au milieu des soldats israéliens. Les Palestiniens n’ont pas d’armée. Ils n’ont pas de tanks, d’avions de combat, d’hélicoptères Apache et pas d’armes de destruction massive…mais leur ennemi en a et les utilise.

Irak en tant que pays a été totalement détruit. Ses sept mille ans de civilisation ont été brisés. Ses infrastructures ont été complètement ruinées. Ses structures industrielles d’une valeur de 750 milliards de dollars ont été démontées et vendues comme ferraille aux pays voisins. Son eau, air et terre ont été empoisonnés ; ses ressources, volées. Depuis la déclaration de Bush « mission accomplie » sur le porte-avion ‘Lincoln’ dans le Golfe, des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont été assassinés, un coût en vies humaines qui rivalise avec le génocide rwandais. Le nombre total d’Iraquiens qui ont perdu la vie suite aux 2 guerres menées par le père Bush et son fils, y compris les 13 années de sanctions illégales imposées sur le pays, est estimé à 3.5 millions. Les veuves et les orphelins iraquiens se comptent par millions. 70% des enfants iraquiens souffrent de symptômes post-traumatiques à cause de la mort et des destructions aux quelles ils sont exposées chaque jour. Malgré le fait que les Iraquiens soient connus pour être fier, éduqués et travailleurs, des milliers de mères er d’enfants sont obligés de se prostituer pour survivre. Selon les Nations Unies, le nombre de réfugiés iraquiens y compris ceux qui sont déplacés en interne, atteint le chiffre de 4.4 millions dont 2 millions en Syrie.

Il y a un mois, lors d’une interview dans le programme « 60 minutes » sur CBS TV, un « commandant de terrain » a déclaré que l’armée avait le droit de bombarder et de tuer des civils si un combattant soupçonné d’être un Taliban se trouvait avec eux à condition que le nombre de civils soit inférieur à trente. Si le nombre de civils non armés était supérieur à ce chiffre, alors l’approbation du secrétaire de la défense des USA ou du Président était nécessaire. Je suis presque certain que ces deux hommes n’ont jamais dit non à l’assassinat de Musulmans ni à la destruction des pays musulmans.

Même le dirigeant afghan, Hameed Karzaï, une marionnette et un traître, a déclaré lors de ce même programme qu’il s’était plaint auprès du président des Etats-Unis et qu’il lui avait demandé « d’arrêter de nous bombarder ». Rappelez-vous que Karzaï est un homme de la Maison Blanche. Avant d’avoir été choisi par Bush et Cheney pour devenir président de l’Afghanistan, cet homme était employé par Unical, un géant du pétrole, ici, aux Etats Unis.

Vous avez sans doute souvent entendu cette question que posent les américains : « Pourquoi nous haïssent-ils ? »

Lors d’un discours au Congrès, George W. Bush répondit que « c’était parce qu’ils détestent nos libertés. On nous dit qu’ils nous haïssent parce que nous sommes riches. Ils nous envient car nous défendons la démocratie et la liberté. Ils nous en veulent car nous sommes la nation la plus puissante. Ils jalousent nos réussites et nos réalisations. Ce sont des loups solitaires comme Timothy McVeigh (qui a fait exploser lors d’un attentat un camion piégé à Oklahoma City le 19 avril 1995 faisant plus de 168 morts. Il était membre d’un groupe d’extrême droite anti-gouvernemental, le Patriot Movement). Ils sont intolérants et leur religion est primitive, irrationnelle et violente. » Ces déclarations sont assurément une insulte à l’intelligence du peuple américain.

Les Américains et surtout les Chrétiens Sionistes, ignorent que les Arabes chrétiens partagent l’opinion des Musulmans. Ils haïssent également l’Amérique.

« Pourquoi nous haïssent-ils ? » Les Américains auraient dû le savoir. Les Américains ont permis au lobby juif de détourner le gouvernement américain en faveur de la politique d’agression israélienne et d’expansionnisme. Aucun candidat républicain ou démocrate ne peut gagner sans l’aval et l’approbation de ce lobby. Nous avons déversé des milliards de dollars en aide pour assurer la supériorité militaire d’Israël sur toutes les armées arabes. Nous protégeons Israël aux Nations Unies malgré son refus d’appliquer les résolutions ONU et son irrespect de la loi internationale. Nous avons aussi permis à Israël d’être le seul état au Moyen Orient à posséder des armes nucléaires pointées sur toutes les principales villes arabes et musulmanes. De plus, cette guerre illégale et génocidaire a été engagée au nom de l’état sioniste afin d’empêcher l’Irak de devenir une menace et un défi à son pouvoir et sa domination militaire.

Israël a envahi le Liban en juillet 2006. Les F-15 et F-16 israélo/américains ont déversé plus des millions de bombes américaines à fragmentation sur la population civile. Les villes et villages libanais ont été bombardés jour et nuit. Les infrastructures y compris les grandes artères, les routes et les ponts au sud de Beyrouth ont été détruits. Les stocks de nourriture, d’eau et de combustibles ont été touchés. Les immeubles d’habitation, les écoles, hôpitaux, cliniques et maisons de culte ont été rasés. Un million de Libanais ont été obligés de fuir avec presque pas de nourriture ou d’eau. Il a fallu 33 jours de tueries et de destruction à l’armée israélienne décrite comme étant la quatrième plus puissante armée du monde, avant que les Etas Unis ne donnent leur accord à une résolution des Nations Unies pour un cessez-le-feu.

Il faut noter que les Américains qui se sont proposés pour aller au Liban pour aider n’étaient là que pour sauver les animaux qui avaient survécu.

Il y a 5 semaines, beaucoup d’habitants de la Californie du Sud qui avaient échappés au incendies mortels provoquant plus d’un demi million de personnes déplacées, ont pratiquement tout laissé derrière eux ne prenant que leurs animaux, chiens, chats et même leurs poissons.

L’amour des Américains pour les animaux n’est pas réservé aux seuls Américains. C’est universel et j’aime vraiment les animaux.

Je dois vous dire la vérité. Les Américains montrent un amour et une pitié peu commune envers les animaux. Les personnes cruelles envers les animaux sont punis et emprisonnés si déclarés coupables. Mais ce qui est vraiment dérangeant c’est le fait qu’une grande majorité de ces personnes ne montrent pas d’amour ni de pitié envers les êtres humains, hommes ou femmes. La mort et la destruction font partie intégrante de la culture occidentale et de son histoire.

Je suis ni psychiatre ni psychologue mais je sais qu’il y a quelque chose de « malade » dans cela. C’est écœurant et me donne envie de vomir.

Malgré la forte censure, les Américains ont vu la destruction de Bagdad, les images des assauts sur Falluja qui a été pratiquement rasée. Ils ont vu la dévastation de presque toute la ville. Ils ont vu les cadavres d’Iraquiens noircis par le napalm et les bombes au phosphore (qui sont illégales). Ils ont entendus les acclamations et les rires des soldats américains alors qu’ils faisaient tomber les mosquées et les minarets. Ils ont vu les « marines » tirer sur des civils non armés, blessés et inoffensifs qui s’étaient réfugiés dans les lieux de culte. Malgré le fait que le nombre de combattants actifs de la résistance iraquienne ne dépassent pas les 20.000… Le peu que les Américains ont vu suffirait à réclamer un procès style Nuremberg pour le président, le vice-président, la secrétaire à la défense, le secrétaire d’état et leurs conseillers ainsi que les généraux supérieurs au Pentagone. Les citoyens des Etats-Unis n’ont pas fait leur devoir. Ils sont restés silencieux et le silence équivaut à de la complicité. Ils ne sont pas prêts à consacrer une partie de leur temps perdu à regarder des programmes de TV stupides pour apprendre un peu sur les affaires du monde et les crimes graves contre l’humanité que leur gouvernement est en train de commettre.

Les Américains sont en général indifférents et sans cœur. Les Américains voient les guerres comme des films d’action, des jeux informatique, quelque chose d’excitant et de divertissant. Les tonnes de bombes et de missiles balistiques se déversant sur Bagdad étaient des feux d’artifice. Les victimes sont des nombres et leur assassinat, un dommage collatéral.

La question qui me pose problème c’est « combien de nations de plus doit-on envahir et détruire, combien de villes de plus doit-on brûler et dévaster, combien de millions de personnes de plus faudrait-il massacrer et combien de veuves et d’orphelins de plus doit-on abandonner sans soutien de famille, combien d’ Abu Ghraïb et de Guantanamo de plus faudrait-il construire, combien d’innocents allons nous torturer, combien de lois internationales et de conventions de plus notre pays va-t-il encore violer avant que la conscience des Américains ne s’éveille et ne devienne fonctionnelle ? »

Notre « Etat de l’Union » est sinistre et honteux. Mais c’est vrai qu’il y a des Américains, hommes et femmes, courageux, honorables et humains, des chrétiens, des juifs, des athées et d’autres qui protestent avec virulence contre la politique des Etats Unis. C’est vrai qu’il y a des Américains qui défient ceux qui bénéficient de la guerre. Malheureusement, ils ne sont qu’une minorité. Et on ne les voit que rarement sur les principaux réseaux de nouvelles.

Entretemps, Bush continue à prétendre que nous « ne torturons pas » et que le « waterboarding » (torture de l’eau) ne provoque pas de dommage permanent. Les sénateurs républicains et démocrates qui devraient faire l’expérience de cette technique même pendant une ou deux minutes, ont confirmé Mukasey en tant que procureur général, encore une victoire pour l’AIPAC et ce, malgré qu’il ait refusé de reconnaître le « waterboarding » en tant que torture. Mukasey, un juif sioniste, a condamné en tant que juge un érudit musulman aveugle et innocent à la prison à vie pour un crime qu’il n’a pas commis et c’est cet homme qui est maintenant le secrétaire du « Département américain de l’Injustice ». Sous le couvert de combattre le terrorisme, des efforts pour marginaliser les musulmans et intimider les non musulmans en leur parlant d’un ennemi imaginaire, le département de la police de Los Angeles vient d’annoncer un programme visant à « cartographier » les communautés musulmanes. La population musulmane dans le grand Los Angeles est estimée à un demi-million. Selon les sondages récents, 53% des Américains sont en faveur d’étendre la guerre anti-terroriste frauduleuse afin d’y inclure l’Iran.

Je ne suis pas venu ici pour solliciter votre soutien et éveiller votre sympathie pour les causes arabes et musulmanes. Les Américains blâment les autres mais ils ne peuvent pas échapper à leur propre responsabilité. Ils placent leur confiance dans les mains de criminels qui au lieu de prendre à cœur les intérêts légitimes de leur pays, prennent en compte les demandes d’Israël.

Les Arabes et les Musulmans survivront. Ils libéreront en fin de compte leurs terres, contrôleront leur destinée, protégeront leurs ressources et se rattraperont dans les domaines de la science et de la technologie. Tout montre que l’empire de Bush est en train de s’effondrer et qu’Israël, en tant qu’état apartheid, finalement disparaîtra. L’année 2007 a été la plus mortelle pour les troupes américaines en Irak mais aussi en Afghanistan.

Israël a été obligée de se retirer du Liban. Elle n’a atteint aucun de ses objectifs. Le Hezbollah est plus fort que jamais. Les manœuvres militaires de la semaine dernière ont montré sans doute possible que les combattants résistants libanais sont prêts à défendre leur pays.

La résistance iraquienne tout en étant confrontée à environ 160.00 troupes américaines et 180.000 mercenaires américains, a entraîné les Etats-Unis dans un bourbier. Bush a supplié les pays avoisinants, y compris l’Iran, de lui donner un coup de main. Des autocollants « Soutenez nos troupes » ont disparu et pas parce que les Américains sont en grande partie contre la guerre et la destruction mais ils veulent que cette guerre finisse parce qu’elle coûte cher et que leur argent est dépensé pour rien. Le coût réel selon les dernières estimations est de 3.5 trillions de dollars et les Américains ne sont pas en train de gagner.

Ce qui est vraiment tragique c’est que les Américains en général ne sont pas concernés par les garçons et les filles qui reviennent à la maison dans des boites au milieu de la nuit. Il n’y a pas de photos. La majorité d’entre eux sont des Noirs, des Latinos et des Blancs pauvres. Selon les chiffres officiels (qui sont aussi déformés) près de 4.000 de nos fils et filles américains sont morts en vain, morts pour Israël et les grosses compagnies. Les blessés et les mutilés sont environ 30.000. Ceux qui souffrent de dégâts cérébraux et de désordres post-traumatiques sont environ 48.000. Les soldats qui ne servent plus en première ligne sont abandonnés par le « Commandant en Chef » de l’armée américaine. On estime à 200.000 le nombre de vétérans qui ont été à un moment ou un autre sans abris l’année dernière. Les vétérans qui attendent leurs pensions d’invalidité est passé de 325.000 en 2002 à 600.000. Cooper, un Evangéliste nommé par Bush et le dirigeant de l’agence responsable des indemnités des vétérans, a déclaré que l’étude de la Bible « était plus important que faire mon boulot ». Les soins de santé pour les vétérans d’Irak couteront aux contribuables 650 milliards de dollars et cela continue à augmenter…

Je suis venu ici pour vous mettre en garde. Un ‘serial killer ‘, un assassin de masse et un criminel de guerre et son gang sont tous en liberté. Les Américains doivent se réveiller à la vérité. Le danger est grand.

George W. Bush parle d’une « Troisième Guerre Mondiale », d’un « holocauste nucléaire » qui risque de mettre fin à toute vie sur la terre telle que nous la connaissons. Bush a récemment déclaré : « Alors je vous dis que si vous voulez éviter une troisième guerre mondiale, vous devez aussi vouloir empêcher [les Iraniens] d’acquérir les connaissances nécessaires pour fabriquer une bombe nucléaire »…

Le NIE (US National Intelligence Estimate) qui coordonne les avis des 16 services secrets des USA, a refusé de céder aux demandes de Cheney qui voulait que les opinions discordantes au sujet du programme nucléaire iranien ne soient pas formulées.

Selon un rapport du 11 novembre 2007, Micah Brose, un enquêteur sous contrat privé travaillant pour les forces américaines en Irak, près de la frontière iranienne, a raconté à l’Observer que des officiels militaires mettent la pression sur les interrogateurs qui questionnent des ‘insurgés’ iraquiens pour qu’ils trouvent des preuves incriminantes contre l’Iran…

*Ali Baghdadi vit à Chicago ou il rédige l’Arab journal.

I7 novembre 2007 – Counterpunch.org

http://www.countercurrents.org/bagh…

traduction : Ana Cléja