Honduras : Libération ment à nouveau

Libération : Manuel Zelaya maintient son retour au Honduras
    
“Les nouvelles autorités honduriennes ont interdit son retour et assurent qu’il sera aussitôt arrêté mais le président destitué et extradé au Costa Rica, Manuel Zelaya, affirme toujours vouloir revenir dans son pays afin d’être rétabli dans ses fonctions. «Je suis très optimiste parce que tout le monde condamne le coup d’Etat», a-t-il déclaré samedi, fort d’un soutien sans faille de l’Organisation des Etats américains. Il compte revenir accompagné de «plusieurs présidents et membres de la communauté internationale». Si la présidente argentine Cristina Kirchner a démenti être du voyage, son homologue équatorien Rafael Correa et, peut-être, le président du Paraguay, Fernando Lugo, pourraient accompagner dans son retour au pays Zelaya.

Homme de droite qui a dérivé vers un populisme nationaliste inspiré du modèle autocratique de Hugo Chávez, Manuel Zelaya était au pouvoir depuis 2006. Il a été renversé par l’armée et les principaux corps constitués du pays pour avoir tenté d’organiser un référendum lui permettant de briguer un second mandat présidentiel, démarche déclarée illégale par la Cour suprême.”

COMMENTAIRE :
Libération ment une fois de plus, et plutôt qu´informer ses lecteurs s´enfonce dans son idéologie anti-ALBA (mobile identique a celui des putschistes et de  leur principal allié militaire formé a l´École des Amériques, Romeo Vasquez). En effet :

– il ne s’agissait pas d’un référendum, mais d’une simple consultation sans aucune portée contraignante, s’appuyant sur 400 000 signatures, et en pleine conformité avec l’article 2 de la Constitution ;

– dans l’hypothèse où le “oui” aurait été majoritaire, un référendum sur la convocation d’une assemblée constituante aurait pu avoir lieu le 29 novembre EN MÊME TEMPS que l’élection présidentielle prévue à cette date ;

– par définition, Zelaya n’aurait donc pas pu se représenter puisque les scrutins auront lieu dans le cadre de l’actuelle Constitution ;

– réduire une réforme constitutionnelle à la possibilité de réélection du président sortant est voir les choses par le très petit bout de la lorgnette. L’exemple  des réformes constitutionnelles dans la région montre qu’il s’agit de tout autre chose : permettre des transformations sociales en profondeur.

Lire le papier de Maurice Lemoine, rédacteur en chef du “Monde diplomatique” qui rétablit la vérité sur le prétendu “référendum” : .
 
(Analyse collective Mémoire des Luttes (France) et Collectif 13 avril (Belgique))

Blog http://www.vive-fr.org/blog/
www.vive.gob.ve (castellano)
http://www.vive-be.org/ (francais)