Gaza : témoignages, réactions, commentaires

Ayant reçu des centaines de messages sur la situation à Gaza, j’en ai rassemblé quelques brefs extraits en ce 1er janvier 2009. Témoignages émouvants, réactions instructives, commentaires éclairants. La première arme de la guerre étant l’ignorance ou plutôt la désinformation, se battre pour la paix, c’est faire circuler tout ceci le plus possible et en discuter.

Thèmes : Contre des cibles militaires ou pour punir la population civile ? Pour gagner les élections ? La faim. Qui a vraiment rompu la trêve ? Préparé de longue date. La définition du ghetto ? Mais d’où viennent les Gazaouis ? Uranium appauvri. Que veut vraiment Israël ? Médiamensonges. Boycott ? Que faire ? Des barils de colère dans le monde arabe. La colonisation un crime contre l’humanité.

« A un endroit où la foule était déjà rassemblée »

« Lors des attaques, j’étais dans la rue Omar al Mokhtar, l’une des principales avenues de la ville de Gaza. J’ai vu un dernier missile frapper dans la rue, à une distance de 150 mètres environ, à un endroit où la foule s’était déjà assemblée pour tenter d’extraire les cadavres des premières frappes. Les ambulances, les voitures, les camionnettes, tout ce qui pouvait rouler, était à l’œuvre pour conduire les blessés à l’hôpital. Je viens d’apprendre que parmi les civils tués aujourd’hui, il y a la mère de bons copains à moi dans le camp de Djabalyah. 
 Eva Bartlett (Canada) International Solidarity Movement »

“La morgue de l’hôpital Shifa est pleine. Des cadavres et des restes humains sont éparpillés un peu partout dans l’hôpital” 
 Dr. Haidar Eid, (Palestinien, Sud-Africain) Professeur à l’Université Al Aqsa, Gaza

27 décembre 08

Un petit Baghdad

Le Dc Haidar Eid, est maître de conférence en études culturelles à l’Université Al Aqsa. Lui aussi a vu les cadavres et les blessés samedi. Il a aussi vu les enfants dont les membres avaient été amputés.

“Choisir un moment comme celui ci (11h30) pour bombarder au coeur des villes, c’est terrible. Ce choix visait à causer le massacre le plus important possible” a-t-il résumé.

Abu Mussamad était à 200 m de l’hôpital quand on a entendu un bruit horrible. Trois importants centres de police qui ont été bombardés étaient situés près de l’hôpital. ” En quelques secondes, c’est devenu un petit Bagdad, des bombes partout, de la fumée, du feu, des personnes qui ne savaient pas où se cacher. La peur partout, et la rage et la haine” a-t-il dit.

Il s’est lui même précipité à l’école de ses filles, comme des dizaines de milliers d’autres parents dans la Bande de Gaza. De 11h25 jusqu’à 11h30 alors que 50 avions de combat bombardaient leurs cibles, des centaines de milliers d’enfants étaient dans les rues. Certains sortaient de la classe du groupe du matin, d’autres arrivaient pour la classe du groupe de l’après midi. ” Dans la cour de l’école j’ai vu 500 fillettes effrayées, pleurant. Elles ne me connaissaient pas, mais se sont accrochées à moi” a raconté Abu Muhammed.

28 décembre 08

http://www.planetenonviolence.org/Gaza,-Petit-Bagdad-Bombes,-Peur,-Rage-Amira-Hass_a1765.html?preaction=nl&id=2544564&idnl=43601&

« Quatre enfants qui jouaient, en morceaux devant leur père »

« Les chars avancent à partir de l’est de la bande de gaza ( Boureij) les avions espions filment tout. Toute la journée à bas hauteurs dans le ciel des camps. Surtout sur les mosquées et ong du Hamas. Leurs cibles se trouvent en plein centres fort peuplés. Les bateaux militaires bombardent tout au long de la plage de gaza. Bombardent les falaises afin de semer la peur chez les civils ayant ni eau ni électricité. Les F16 nous ont laissés “SDF” ÉPARPILLÉS PARTOUT. Les hôpitaux ne peuvent plus recevoir les souffrants de maladies chroniques.les forces de défense d’israël nous téléphonent pour nous demander d’évacuer et lancent des avis sur la radio afin de nous épargner la vie. que des enfants victimes des bombardement sur les mosquées. À Beitlahia quatres enfants de 4 à 12 ans qui jouaient dans la rue ont été faits en morceaux devant leur père.on nous écrase et tue à l’oeuf tout espoir de vivre”colonisés”.les tuyous de la résistance ne font qu’augmenter nos malheurs.310 morts et 1250 blessés »

Lettre reçue par Marianne Blume (Belgique) le 29 décembre

La terreur de ma famille

Le Dr. Eyad Al Serraj, un psychologue qui exerce à Gaza, décrit la terreur de sa famille :

« Le bombardement a duré au moins pendant 10 minutes. C’était comme un séisme au-dessus de la tête. Les fenêtres ont été secouées et ont été renversées. Mon fils de 10 ans était effrayé, il sautait d’un côté à un autre pour tenter de se cacher. Je l’ai pris et je l’ai serré contre ma poitrine en essayant de le sécuriser et le tranquilliser. Ma fille de 12 ans était terrifiée et s’est mise à rire hystériquement, sa réaction n’était pas normale. J’ai saisi sa main et je l’ai calmée en lui disant qu’elle était à l’abri. Mon épouse était terrorisée. Dans l’appartement, elle se pressait pour chercher quelque chose afin de se cacher. »

http://www.guardian.co.uk , Samedi 27 décembre 2008

Ce sont des civils qui sont visés

Ziad Medoukh est professeur de français à l’université de Gaza. Il a été empêché par les autorités israéliennes de se rendre en France alors qu’il bénéficie d’une bourse de l’État français. Joint par téléphone, l’universitaire, qui assistait aux obsèques de deux de ses cousins et de trois voisins tués par les bombardements israéliens, était sous le choc : « Ici, c’est l’enfer, la désolation, il y a des cadavres et des corps déchiquetés dans la rue. À travers une campagne médiatique relayée y compris par certains médias arabes, Israël a réussi à convaincre les pays arabes dit modérés, l’UE et de nombreux pays que ses frappes ne ciblent que le Hamas. Or, sur les 300 morts, hormis le chef de la police, il n’y a aucun responsable du Hamas ou des brigades Al-Qassam (milice armée du Hamas). Certes, 180 policiers qu’Israël assimile à des combattants ont été tués, mais il y a eu 120 civils, dont une majorité d’enfants et de femmes, qui ont péri », dit-il sur un ton excédé. « De plus, poursuit-il, tout le monde le sait : Gaza est une région étroite, surpeuplée, où plus d’un million et demi de personnes, entassées les unes sur les autres, vivent sur 360 km2. Les postes de police, les bureaux du Hamas y côtoient forcément les habitations et quand on vise l’un de ces bureaux ou poste de police, on tue forcément des civils ! Or les Israéliens savent très bien où se trouvent les bases militaires du Hamas.

29 décembre 08 – L’Humanité (France)

Des cibles légitimes ?

Un porte-parole de l’armée israélienne a prétendu que le Hamas savait qu’Israël attaquerait des sites tels que les postes de police, et qu’il faut le blâmer pour ne pas les avoir fait évacuer. Ehab al-Ghosein, porte-parole du ministère de l’Intérieur Hamas à Gaza, a déclaré à Electronic Intifada : « La plupart de ceux qui ont été tués aujourd’hui sont des membres du personnel de sécurité, et il y a d’autres tués qui sont des civils. Mais le rôle de ces forces de sécurité est un rôle purement civil. Elles sont affectées à la prévention de la sécurité des gens et à l’organisation de la circulation. » Les morts « ne sont pas des combattants » ajoute Al-Ghosein. « Nous considérons ces attaques comme un acte délibéré pour détruire la vie civile et tuer le plus de Palestiniens possible. »

28 décembre 08 –

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5627

Pour gagner les élections ?

Rappelons qu’en février 1996, le premier ministre d’alors, Shimon Pérès, avait lancé une offensive contre le Liban (« Raisins de la colère ») – restée célèbre pour le massacre de Cana, une centaine de réfugiés libanais tués – dans l’espoir de gagner les élections qui se préparaient. Résultat : Benyamin Netanyahou avait remporté le scrutin et était devenu premier ministre. Samedi soir, un millier de personnes ont manifesté à Tel-Aviv contre les attaques israéliennes.

Alain Gresh – 29 décembre 08

http://blog.mondediplo.net

La faim

Intervenant par liaison vidéo depuis Gaza, la commissaire générale de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Karen Koning AbuZayd, a indiqué qu’en huit ans passés à Gaza, elle avait pour la première fois, ces derniers jours, vu des gens mendier dans les rues ou fouiller les poubelles.

1er janvier 09

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article77088

« Plus de pain ! »

Ma souffrance à Gaza m’a obligé à rédiger ce rapport sur la faim de mon peuple. Je me suis arrêté à la boulangerie Al Shanty dans le centre de la ville de Gaza. C’est une des plus grandes boulangeries de toute la bande et elle fournit du pain à des dizaines de milliers de personnes. Des centaines de personnes se pressaient aux portes de la boulangerie sur une longue file dans laquelle elles attendaient pour acheter un sachet de pain. Abed Mas’od, 24 ans, est ouvrier dans la boulangerie Al Shanty. J’ai parlé avec lui pendant qu’il fabriquait du pain sans s’arrêter pour des milliers de personnes. Je suis parvenu à ce qu’il me fournisse l’information.

« Cela fait plusieurs jours que notre boulangerie n’a plus de pain et ce que nous avons maintenant ne durera seulement que 24 heures. De fait, hier nous sommes restés sans farine et avons arrêté de travailler. Nous utilisons maintenant des grains pour animaux (fourrage) et dans quelques heures il n’y en aura plus », a dit le boulanger.

Sameh A Habeeb, B.A. Bande de Gaza, Palestine

[email protected]

Qui a vraiment rompu la trêve ?

On dit que le Hamas est responsable, puisqu’il a rompu le cessez-le-feu, en reprenant les attaques à la roquette. En fait il ne l’a pas rompu, puisque les tirs ont recommencé à la fin d’une trêve de six mois qui n’a pas été renouvelée ni par Israël, ni par le Hamas. D’autre part Israël n’a jamais respecté cette trêve depuis sa signature le 18 juin, puisqu’il a continué a maintenir un blocus de la bande de Gaza, maintenant toute la population d’un million et demi de personnes dans une énorme prison à ciel ouvert, sans possibilité laissée aux organismes humanitaires, y compris aux Nations Unies, d’apporter à cette population en danger les services les plus élémentaires en soins médicaux, en nourriture et en eau potable. Un des cas des plus classiques de crime contre l’humanité. De plus, au cours de cette trêve de six mois, Israël ne s’est pas privé de pénétrer à son gré à l’intérieur de la bande de Gaza pour assassiner qui il jugeait bon, par exemple, le 4 novembre dernier.

On peut certes déplorer les lancements de roquettes par le Hamas et se demander ce qu’elles rapportent ; mais un peuple assiégé a-t-il, oui ou non, droit à l’auto-défense ? Et si cette méthode de défense ne plaît pas, en a-t-on une autre à lui offrir ?

Le père abbé Armand VEILLEUX

http://www.scourmont.be/Armand/writings/hypocrisie.htm

Regardez bien la date !

GAZA, 5 novembre 2008 – RIA Novosti. Une trêve entre Israël et le Hamas, négociée par le biais de l’Egypte, est entrée en vigueur le 19 juin dernier. Elle prévoit une levée progressive du blocus imposé par Israël au territoire de Gaza depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir en juin 2007 à la faveur d’un coup de force. Les Palestiniens doivent de leur côté cesser les tirs de roquettes et d’obus de mortiers sur le sud d’Israël.

Cette trêve observée depuis plus de quatre mois s’est retrouvée mercredi menacée de rupture à la suite d’une opération nocturne des troupes israéliennes dans la bande de Gaza et d’une riposte palestinienne, soit de tirs de roquettes et d’obus de mortiers sur le sud d’Israël. La trêve a été jusqu’ici observée par les deux parties au conflit. Elle expire en décembre prochain, et les autorités de l’enclave palestinienne ont plus d’une fois exprimé leur intérêt pour la prorogation de ce cessez-le-feu qui a permis d’arrêter les tirs de roquettes massifs contre le territoire d’Israël et les frappes israéliennes contre la bande de Gaza.

La nuit dernière, pour la première fois depuis l’instauration de la trêve, l’armée israélienne est entrée dans la bande de Gaza pour détruire un tunnel, destiné, selon les militaires, à enlever des soldats israéliens. Un activiste palestinien a été tué dans l’échange de tirs qui a suivi, et cinq autres sont morts, victimes de deux frappes aériennes. Côté israélien, quatre soldats ont été blessés plus ou moins gravement. (…)

En réponse, les commandos palestiniens ont tiré plus d’une quarantaine de roquettes sur le sud d’Israël, y compris sur la ville d’Ashkelon qui abrite 120.000 habitants. Ce pilonnage, le plus massif depuis l’instauration de la trêve, n’a fait ni victimes ni dégâts.”

GAZA, 5 novembre 2008 – RIA Novosti

Préparé de longue date

Citant des sources militaires, le quotidien “Haaretz”, rapporte que le ministre israélien de la guerre Ehud Barak a donné des instructions pour que l’armée israélienne se prépare pour cette opération – baptisée “Oferet yétsouka” (plomb durci) – il y a plus de six mois, même quand Israël commençait de négocier l’accord de cessez-le-feu avec le Hamas. Selon le journal israélien, le Premier ministre Ehud Olmert et le ministre de la guerre Ehud Barak se sont rencontrés le 18 décembre dans le quartier général de l’armée israélienne dans le centre de Tel Aviv pour approuver l’opération.

Toujours selon la même source, le plan d’attaque israélien comprenait une soigneuse collecte de renseignements, des discussions secrètes, des opérations de diversion notamment pour tromper et induire en erreur le public. Cette campagne de désinformation, avait pour but de prendre le Hamas par surprise, permettant de lui infliger de sévères pertes lors des frappes aériennes.

Mais encore, le quotidien israélien “Haaretz” révèle que les attaques israéliennes contre Gaza visent à annuler les échecs suite à la guerre de juillet 2006, opposant le Liban à l’entité sioniste.

28 décembre – Agence de Presse Internationale Catholique

http://www.kipa-apic.ch/meldungen/sep_show_fr.php?id=4749

La définition même du ghetto

Selon Wikipedia, il faut rappeler que la constitution d’un ghetto suppose quatre conditions:


-un espace imposé par le pouvoir à une catégorie de population,

-un lieu ethniquement homogène,

-la constitution d’une micro-société interne,

-une stigmatisation venant de l’extérieur.


Personne ne contestera que Gaza n’est donc qu’un gigantesque ghetto de 1,4 million d’habitants massés sur 360 km².

http://miltondassier.over-blog.com/categorie-10124651.html

Pourquoi la plupart des Gazaouis ne viennent pas de Gaza

Voici pourquoi Gaza existe : parce que les Palestiniens qui vivaient à Ashkelon et les champs environnants – Askalaan en arabe – ont été dépossédés de leurs terres en 1948 lorsqu’Israël a été créé et ils ont été échoué sur les plages de Gaza. Eux ou leurs enfants ou petits-enfants font partie du million et demi de réfugiés palestiniens entassés dans la fosse d’aisances de Gaza, 80% de leurs familles vivaient auparavant en Israël. C’est ça la vérité historique : la plupart des gens de Gaza ne viennent pas de Gaza.

Robert Fisk – The Independent 30 décembre 08

« Comme les pratiques d’atrocités collectives des nazis »

Le professeur Richard Falk, rapporteur spécial du Conseil des droits de l¹homme des Nations unies pour les Territoires palestiniens occupés et professeur émérite de droit international à l¹université de Princeton, a décrit en ces termes le siège israélien de Gaza l¹année dernière, alors qu¹il n¹était pas encore comparable en gravité à la situation actuelle :

« Est-ce une exagération irresponsable que d¹associer le traitement des Palestiniens aux pratiques d¹atrocités collectives des Nazis ? Je ne le crois pas. Les récents développements à Gaza sont particulièrement inquiétants parce qu¹ils expriment de façon frappante une intention délibérée de la part d¹Israël et de ses alliés de soumettre une communauté humaine toute entière à des conditions de la plus grande cruauté qui mettent en danger sa vie. La suggestion que ce schéma de conduite est un holocauste en train de se faire représente un appel assez désespéré aux gouvernements du monde et à l¹opinion publique internationale à ce qu¹ils agissent d¹urgence pour empêcher que ces tendances actuelles au génocide n¹aboutissent à une tragédie collective. »

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=7055&type=analyse&lesujet=Nettoyage%20ethnique

Uranium appauvri

La presse israélienne s’est vantée ce matin des exploits technologiques de son armée de l’air qui utilise des Smart Bombs GBU 39 à l’Uranium Appauvri pour bombarder leurs cibles dans la Bande de Gaza, un territoire de 360Km2 d’une densité de population de 3823h au Km2. ”

www.planetenonviolence.org

mercredi 31 décembre 2008

« Israël renforce le Hamas »

Extrait d’une interview d’Aude Signoles*, enseignante-chercheur à l’IISMM (Institut d’études sur l’islam et les sociétés du monde musulman) à la Réunion.

Q. On dit partout que la stratégie militaire israélienne ne fait finalement que renforcer le Hamas. Qu’en est-il vraiment ? Quel soutien obtient-il de la population ?

R. Les Israéliens pensent qu’en détériorant la situation économique et humanitaire des Palestiniens, ces derniers en voudront au Hamas et arrêteront de le soutenir. La situation humanitaire est catastrophique à Gaza. Or, le soutien des Palestiniens de Gaza au mouvement n’a jamais été aussi fort. La population rend responsable Israël de ses malheurs et non le Hamas, qu’elle estime être le seul parti capable de défendre leurs droits. La colère palestinienne est là et la majeure partie de la population soutient les tirs de roquettes même si elle paye un lourd tribut. De plus, le Fatah est complètement discrédité à Gaza car la population voit bien que la voie de la négociation avec les Israéliens ne marche pas du tout. La conférence d’Annapolis a suscité quelques espoirs de reprise des négociations mais n’a aboutit à rien. Aucun droit politique ne leur a été reconnu ni aucun Etat palestinien n’est en vue.

1er janvier 09 – http://www.saphirnews.com/Le-Hamas-face-a-Israel-quelles-chances-_a9641.html?preaction=nl&id=1868320&idnl=43684&

Que veut vraiment Israël ?

Qu’espère Israël ? Officiellement, la fin des tirs de roquettes sur son territoire à partir de Gaza. Cet objectif aurait pu certainement être atteint par la levée du blocus sur Gaza, dont le Hamas faisait une condition de la poursuite du cessez-le-feu.

Israël dit souhaiter vouloir éliminer le Hamas pour favoriser les Palestiniens modérés.

Le problème est que la meilleure aide à apporter à Mahmoud Abbas aurait été de lui donner des arguments pour convaincre son peuple que la voie stratégique qu’il a choisie, la négociation, la condamnation du terrorisme, la paix avec Israël, était payante. Lorsqu’il a succédé à Arafat en janvier 2005, Israël n’en a pas profité pour ouvrir avec lui des négociations ou pour procéder de manière négociée au retrait de Gaza.

Pascal Boniface in Le risque pour Israël est de reproduire son échec du Liban

31 décembre 2008 Rue 89

Médiamensonge du Figaro

« Jérusalem a soigné l’effet de surprise

Jérusalem, Marc Henry

L’annonce, jeudi, qu’une réunion sécuritaire exceptionnelle du gouvernement se tiendrait dimanche a contribué à tromper le Hamas. »

Depuis quand Jérusalem est-elle la capitale de l’Etat hébreu ? Solidarité anticipée avec les objectifs expansionnistes ?

« La France et l’U.E. ont les moyens »

La communauté internationale, dont la France et l’union européenne, premier partenaire économique de l’état d’Israël, a l’obligation et les moyens d’exiger d’Israël le respect des droits humains des populations palestiniennes, la fin de l’occupation et l’application du droit international en Israël/Palestine.

Communiqué du Fatah – France

27 décembre 08

Boycottez !

Nous exhortons les universitaires du monde entier à intensifier leur boycottage des institutions universitaires israéliennes, et à isoler les universités israéliennes dans les forums internationaux, les associations universitaires, et autres instances internationales. Les institutions universitaires israéliennes sont complices du système établi d’oppression pratiqué par l’Etat d’Israël, et leur silence en ce moment critique n’est que le plus bruyant indicateur de cette complicité.

Dr. Amjad Barham 
Président 
Fédération palestinienne des syndicats de professeurs et d’employés d’université (PFUUPE) 
Le 29 décembre 2008.

« Israël, un pro des médias »

Israël nous culpabilise, c’est un pro des médias. Résister contre la colonisation, serait faire injure aux victimes de l’Holocauste. Critiquer sa politique abjecte serait surfer sur l’antisémitisme. Les officines officiels et officieuses de l’état colonial et criminel en Belgique, dans le monde et en particulier en Amérique et en France déploient une énergie affolante pour maintenir une pression sur l’Europe, les mandataires et les gouvernements. Ainsi, leurs doubles appartenances (Occidentale et juif/sioniste) permet à ces derniers d’occuper via les intellectuels, philosophes, politiciens sionistes, sociétés, entreprises et lobbies atlantistes et sionistes, le devant de la scène tant officiel qu’officieuse. Cependant, malgré ce déploiement de force des associations sionistes, ces dernières perdent du terrain…Elles le savent.

Israël et les Etats-Unis, lors d’une enquête Européenne officielle, il y a deux ans, étaient considérées, comme les états menaçants le plus la paix…

Par Mouedden Mohsin

http://moueddenmohsin.blogspirit.com

Que faire ?

L’impunité dont jouit Israël n’est pas dû à sa force, mais plutôt à nos divisions, querelles et manque de stratégie et de vision politique, sur le long terme. Nous pouvons agir, même si certains pourraient vous faire croire l’inverse. Nous avons notre destin entre les mains. Ne soyons pas fatalistes. A nous d’en être conscient pour agir et construire.

Pour briser à jamais l’impunité d’Israël, voici quelques actions qui peuvent à court et à long terme aboutir :

1er pouvoir : les citoyens – 2ème pouvoir : le politique – 3ème pouvoir : l’économique – 4ème pouvoir : les médias.

Axe économique financer les projets palestiniens via des ONG sûrs, effectuer des dons récurrents, financer des activités et projets durables. (3ème pouvoir)

Axe économique et citoyen : Boycotter les produits israéliens (dattes de ramadan, les agrumes Jaffa etc…). Cibler quelques produits phares et non pas une tonne de produit qui serait irréaliste à long terme (1er et 3ème pouvoirs)

Axe économique, citoyen : Voyager en Palestine pour participer à un « tourisme équitable », à savoir le partage des frais du séjour avec les familles palestiniennes. Des associations organisent parfois ce type de « séjour » engagé. (1er et 3ème pouvoirs)

Axe politique : écrire à vos députés, échevins, Ministres, gouvernement, représentant en demandant de stopper immédiatement les bombardements, de permettre la fin de l’embargo et de militer pour une Palestine libre et indépendante, en demandant des actes concrets. (2ème pouvoir)

Axe citoyen et politique : Se rappeler lors des prochaines élections (régionales et européennes) de juin 2009 des partis qui ont soutenu Israël ou n’ont eu qu’à gérer « les affaires », en adoptant une attitude attentiste qui directement profite à l’état sioniste. (1er et 2ème pouvoirs)

Axe politique : envoyer des courriers/courriels à l’Union Européenne, à l’Ambassade des Etats-Unis, Nations Unis et aux Ambassades et Etats arabes (2ème pouvoir)

Axe citoyen : se rassembler, manifester, prier, veiller, jeûner, marcher dans la dignité. (1er pouvoir)

Axe citoyen : en parler autour de soi, sa famille, ses proches, amis, relations, travail, écrire aux palestiniens via des sites palestiniens, facebook etc…(1er pouvoir)

Axe citoyen : réaliser des films, CD, docs, fictions, court-métrage lié à la situation à Gaza et en Palestine de manière générale (4ème pouvoir)

Axe citoyen : organiser des conférences, concerts engagés, activités culturelles, artistiques, des débats, émissions, colloques, rencontres pour sensibiliser sur la question du drame palestinien et des bombardements Israélien. (1er pouvoir et 4ème pouvoirs)

Axe citoyen : porter un vêtement, une écharpe, un pin’s, un foulard « palestinien » afin de visibiliser notre présence (1er pouvoir)

Axe médiatique : contacter les médias, les journalistes, la presse (4ème pouvoir) lorsque ces derniers (trop souvent) ont une attitude mièvre, neutre, mettant sur le même pied, bourreau et victime. Mais également être pro-actif, rédiger des billets, articles, chroniques, participer à des émissions, solliciter les journalistes… (4ème pouvoir)

Par Mouedden Mohsin

http://moueddenmohsin.blogspirit.com

« Manifestez ! »

Cette agression que subit en ce moment le Peuple Palestinien n’aurait jamais pu survenir sans la complicité de régimes arabes qui n’hésitèrent pas à contribuer fortement au blocus. Elle n’aurait pas eu lieu sans la couverture médiatique et le soutien financier de plusieurs rois, émirs et sultans arabes à tous les protecteurs de l’Entité Sioniste.

Le Parti Communiste Libanais interpelle plus particulièrement les forces et les courants de la gauche arabe en les appelant à descendre dans la rue en vue d’exprimer leur solidarité avec la Cause Palestinienne, leur indignation contre le massacre que subit en ce moment le Peuple Palestinien et leur condamnation de la complicité arabe avec l’Occupation.

Le Parti Communiste Libanais interpelle également toutes les forces de gauche et progressistes à travers le monde ; il les appelle à intervenir auprès de leurs gouvernements et à faire pression pour que cesse immédiatement cette pratique criminelle de l’Entité Sioniste. »

29 décembre 08 –

COMMUNIQUE DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI COMMUNISTE LIBANAIS

Des barils de colère

« Depuis 1948, année de sa création, l’Etat d’Israël est parvenu, de fait, à venir à bout de toutes les menaces qui ont pesé sur son existence. Mais combien de temps cela peut-il encore durer? Les trois cent millions d’humains qui entourent Israël sont des barils de colère. Trois cent millions d’êtres qui n’en peuvent plus de l’humiliation à travers le déni et le mépris que subissent leurs frères palestiniens. »

30 décembre 08 –Aujourd’hui, le Maroc

Rachid Benzinehttp://www.aujourdhui.ma/chroniques-details66059.html

La colonisation est un crime contre l’humanité

Paris, le 31 décembre 2008

La Colonisation est un Crime Contre l’Humanité, nul ne peut justifier ce Crime, où que ce soit!

Nous sommes à la veille d’une nouvelle année de l’ère chrétienne.

Le christianisme se pose en religion de paix et d’amour venue transformer le message d’un Dieu Jaloux, zélé, vengeur et violent [le message dit de l’Ancien Testament], en un message simple d’un Dieu d’Amour [le message dit du Nouveau Testament].

Force est de constater qu’aujourd’hui cette position est indubitablement fallacieuse.

Aujourd’hui, au Zimbabwe et en Palestine, pour ne citer que ces deux cas récents, sans oublier les autres tels que Haïti ou Cuba, des peuples sont punis depuis des années simplement parce qu’ils ont élu les représentants d’entre eux qui se sont engagés à leurs côtés pour les libérer de la Colonisation et de la désintégration et du pillage associés.

On n’entend pas la voix des Églises dénoncer la démonisation des sauveurs de ces peuples,

On se demande bien si aujourd’hui l’Église prendrait la défense de Jésus-Christ.

Gilbert Léonard

« Gaza n’est pas un cas particulier »

Je suis convaincue que ce qui se joue en Palestine aujourd’hui n’est pas un cas particulier lié seulement à la barbarie sioniste mais qu’avec l’extension de la crise on va s’apercevoir de l’étendu du recours aux solutions mises en oeuvre dans la bande de Gaza. Déjà on s’est habitué aux cris des suppliciés à Guantanamo. Gaza est un blocus parmi d’autres. Et l’extermination de villes entières a déjà eu lieu à Falloujah. Il faut bien comprendre vers quoi on nous guide parce que nous sommes devant la véritable définition du fascisme: il ne s’agit pas de simple barbarie gratuite mais bien de la défense d’intérêts puissants qui de plus en plus ne peuvent se maintenir que par l’assassinat et la torture.

1er janvier 09 – Danielle Bleitrach

http://socio13.wordpress.com/