« Fiction RTBF » : vos réactions, mes commentaires, des perspectives…

Vos réactions à mon mail « Pourquoi j’approuve le canular de la RTBF »… Lien avec l'article =

http://www.investigaction.net/articles.php?dateaccess=2006-12-17%2018:43:34&log=articles

Exceptionnellement, voici les réactions à notre courrier sur la fiction de la RTBF, transcrites telles quelles.

1. Réactions en français.

2. Réactions en néerlandais (avec nos excuses car nous manquons de temps pour les traduire).

3. Mon petit commentaire de conclusion et de perspectives.

1. VOS REACTIONS EN FRANCAIS :

(N.B. Nous ne reprenons pas ici les mails de simples remerciements, félicitations, encouragements à poursuivre)

C´est vrai, ça, c´est un autre aspect sous lequel cette mauvaise blague de la RTBF peut-être considérée.

Pour ma part j´avais complètement désapprouvé, vu le danger qu´à l´avenir éventuellement

plus personne ne réagira quand p. ex. la RTBF avertirait la population de quitter le pays le

plus vite possible à cause d´un problème dangereux dans une centrale nucléaire belge,

p.ex. ou devant l´approche d’un cyclone etc.

Mais je comprends fort bien ton point de vue et tu as sûrement raison!

Joseph

Je partage (en tant que Flamand) entièrement votre point de vue. Ce qui manquait dans l'émission, c'était une enquête chez la population flamande et wallone même, une analyse socio-économique braquée sur l'appartenance sociale de ceux qui prônent la scission. Mais cela n'est pas étonnant: le débat politique en Belgique est mené par des politiciens qui défendent les points de vues des classes dominantes. Celles-ci s'en foutent complètement de ce que veulent ceux qui produisent leurs richesses. Ainsi, à plusieurs reprises il est apparu que plus ou moins 75% de la population flamande ne veut rien savoir du séparatisme. Est-ce que la population Wallonne est consciente de cela? A suivre l'émission, j'ai eu l'impression que les politiciens bourgeois francophones étaitent aussi heureux que leurs contreparties flamands avec ce type d'émission car il n'a pas duré longtemps avant que la querelle tournait autour des … communes à facilités! Et ça tandis ! qu'à VW, on jette des êtres humains dans la poubelle …

Mark

Nos hommes politiques se sont rendus ridicules à dénoncer la chose, comme s'ils y avaient cru.

Jean

J'ai beaucoup apprécié votre analyse concernant la polémique autour de l'émission

petite divergence quant à l'appellation de votre article: je crois que le mot "canular" est inappropprié, car il est souvent associé à l'idée de blague, de plaisanterie dont le seul objectif est d'amuser

je crois que l'objectif de cette émission était tout-à-fait différent: il voulait faire réagir.

Didier

Je suis totalement d'accord sur le fond, mais je ne suis pas du tout d'accord sur la forme utilisée. j'ai regardé le vrai JT, je vais à la cuisine , je reviens et hop flash spécial, je suis pas une idiote, je sais lire la presse, je sais la lire entre les lignes, je comprends les enjeux, en clair suis pas conne, et j'ai pas besoin que le service public me sorte un "reportage pédagogique" pour débiles mentaux. Qu’on arrête de prendre les gens pour des crétins, le politique le fait déjà, c'est suffisant…..

Saïda

Pourquoi écrivez-vous 'approuver' ? S"il est vrai que cet événement (disons comme ça) aura peut-être des conséquences salutaires, il cause aussi d"énormes dégâts : la crédibilité des journalistes RTBF en sera davantage encore entachée. Et même si on peut leur reprocher certaines inféodations, négligences ou bourdes, ils sont quand même mieux que beaucoup d'autres. (Je n'ai pas de TV et n"ai donc rien vu de la chose, mais je suis une accro de la 1e en radio et c"est là-dessus que je fonde cette opinion.)

Moi, donc, je n'approuve pas. Je donne un cours de recherche documentaire à (entre autres) de futurs journalistes, à qui j"essaye d"inculquer la notion de rigueur. Si des pros se laissent aller à ce genre d"amalgame info/fiction, pourquoi mes étudiants s"attacheraient-ils à une éthique plus exigeante et plus austère ? A mes yeux, les dégâts de cette émission passent nettement ses avantages. Je pensais jusqu"ici qu"il fallait éduquer le public au décodage – ce que vous faites ! et je vous salue pour cela – mais je n"imaginais pas la formation déontologique des journalistes si médiocre. Voilà que c"est révélé au grand jour… mais malgré ces pros, pas par eux ! Je n"approuve donc pas, je déplore. Et en conséquence, je redoublerai de conviction dans mon enseignement.

Cordialement,

Marie, citoyenne et professeure

Je suis content que vous parliez de la problématique des médias et c'est aussi surtout dans ce sens que je trouve l'émission de la rtbf pertinente. Bien que pas grand monde ne parle de cette problématique, on entend des personnes dire "oui mais la prochaine fois on ne croira pas à ce qui se dit à la tv"… Et bien je trouve ça très bien que les gens se posent la question de la vérité à la tv qui est loin d'être proche de la vérité justement. Merci pour vos réflexions et analyses.

Jonas

C'est drôle et c'est pas drôle. mon père a dû être transféré à l'hôpital

parce qu'il y a cru. risque d'y passer. avait déjà un hématome, un

problème de moral. ça ne s'arrange pas. sais pas s'il faut rire!

quatre-vingt ans de singeries belgo-machin, ça marque des personnes!

mais en un sens, il existe un risque de séparation et il l'a bien

compris. s'agit pas de plonger la tête dans le sable.

en ce sens, la rtbf est allée dans le bon sens. il faut cesser de

prendre tout cela au sérieux. mais en même temps, les choses sont assez

sérieuses.

Les médias en général. les médias, la télévision sont l'opium du peuple.

et c'est aussi une bonne manière de mettre les gens au parfum. des

médias plus intelligents, capables d'humour, et donc d'amour, c'est un

enjeu de la communication et de la liberté de pensée… mais c'est

difficile. en l'occurrence, je trouve que c'était une bonne idée, mais

je n'ai pas vu le j.t.. en question. chanterais peut-être une autre

chanson si je l'avais vu. la rtbf aurait peut-être pu prévenir… elle

l'a fait, mais bon… peut-être ce n'était pas clair pour tout le monde.

Je pense qu'il existe un schisme dans la société entre deux conceptions radicalement différentes de la politique et de la situation…

pas l'apanage des milieux engagés politiquement de partager la

conception la plus moderne, démocratique! pas non plus l'apanage des

milieux dirigeants, élitistes, dirais-je, de témoigner d'une bêtise qui

commence à poser un sérieux problème, par contre!

J'adresse un mail de félicitations à la rtbf. des Belges moins cons, le

pied. espère que mon gentil papa s'en tirera…

sinon ça pourrait faire le jeu des Flamands, des séparatistes.

Paul

J'approuve bien ce canular pour les mêmes raisons que toi, et j'aurai appris qu'un gros monsieur de la politique de l'Union européenne le très médiatisé Louis Michel était au Kenya au moment des faits et avait décidé de prendre l'avion pour Bruxelles….

Joseph, Sénégalais

Bien d’accord avec toi ! Ce qui m’a le plus interpellée, c’est la crédulité des gens. Quand Orson Welles a fait son émission radio, je me souviens qu’on rigolait en disant que les Américains étaient naïfs…

Corinne

Ton analyse est excellente. Par ailleurs, il faut déplorer le manque de discernement de bien des téléspectateurs dont l’âge mental se situe … bien bas – qui n’ont pas compris qu’il s’agissait d’un canular (bien ficelé il est vrai).

Annie

Mon avis personnel est qu'ils y sont allés un peu trop fort et qu'ils ont de ce fait peut-être raté la cible et déplacé le débat de la division de la Belgique vers la déontologie du journalisme…

mais personnellement j'encouragerai toujours les actes de bravoure démocratique tels que celui-ci

j'ai donc signé la pétition pour soutenir la RTBF

Jack

La connerie de la réaction politique nous prouve peut-être que notre télévision nationale, nulle depuis 30 ans, ne l'est que par le fait d'une castration politique.

Et par conséquent, que le désastre du non-financemement de la culture en général serait bien le fait d'une grande conspiration….

David

Génial! Je suis tout à fait d'accord avec vous. Quel courage admirable, quelle indépendance informative: bravo pour la RTBF. Et je suis sûre que le public belge n'est pas si idiot que les politiciens veulent le faire croire. C'est plutôt eux qui nous scandalisent avec ses propos et ses actions. Voudraient-ils imposer encore plus de censure? En tout cas, ils ne sont pas à l'hauteur des citoyens belges; cet peuple merite des dirigéants plus honnêtes.

M.

Je ne suis pas d'accord avec toi. L'enfoiré de Philippot ne travaille qu'en étroite collaboration avec les pubards (il est d'ailleurs président de la RMB). Tout ce qu'il fait à la RTBF ne va que dans ce sens => faire sauter le plafond du financement de la RTBF par la pub, alignement du contenu des programmes sur celui de la pub (afin de gommer tout "contraste" entre info et fiction et décliner l'ensemble sur le mode du "divertissement"), multiplication des chaines afin de "cerner" des publics cible pour les annonceurs, partenariats privilégiés (notamment avec Belgacom) etc etc.

Dans cette optique le "canular" était parfait. Monsieur Philippot a toutes les raisons de se réjouir => explosion de l'audimat, tous ses (vrais) partenaires se frottent les mains, on les imagines en train de sabrer le champagne en petit comité => Belgacom enregistre une augmentation de 20% des appels sur son réseau, les pubards ouvrent leur tiroir caisse en se frottant la panse, la RTBF devient une chaîne "sulfureuse" propre à attirer les annonceurs, quant à la direction de la RTBF elle se permet de noyer le poisson en se refaisant une image "indépendante" (vierge) du politique, alors qu'elle n'a jamais été aussi dépendante du vrai pouvoir (financier).

Le tout en montant une opération de marketing digne des grands maîtres propagandistes => démagogie absolue, il n'y a pas de sujet qui fasse davantage consensus des deux côtés de la frontière linguistique que l'anti-séparatisme. De plus, comme le font remarquer en choeur aussi bien les journalistes véreux que les pubards en général, l'interprétation du "code de déontologie" n'est pas une "science exacte", en d'autre terme sabotons le sens et remplaçons-le par le doute, relativisons les valeurs et semons la confusion, c'est ce qu'il convient le mieux pour pouvoir inculquer les nouvelles valeurs néo-libérales (qui elles se passent de toute morale). Le débat divise ? c'est idéal, il n'y a pas de vérité et on peut prolonger le "débat" pendant un temps record (tout en veillant soigneusement à écarter toute vélléité de le ramener à la seule réalité "sonnante et trébuchante" qui est à l'origine de cette affaire).

Bref, gardons-nous bien d'analyser cette opération en s'enlisant dans des considérations de "sujet" qui de toute façon est traité en permanence depuis la nuit des temps (ce débat ne permet d'ailleurs guère l'action et nous écarte des vraies préoccupations qui devraient être les nôtres), mais bien sur les motivations (à qui profite le crime). Dans ce sens on verra que la façon dont la RTBF prétend innover le sera sur le mode de la fiction, du spectaculaire et de l'émotion, ce qui, comme je le souligne, convient bien mieux aux pubards qu'aux citoyens à la recherche d'info réelle et de qualité. L'info, qui a besoin de rigueur et d'analyse, se passe volontiers du spectaculaire, et est handicapée par l'émotion et le mélange des genres (fiction-réalité). Tout cela inaugure donc une nouvelle phase de démantèlement du service public et sa dérive vers la télé poubelle (jeux, fast-food-info, démagogie, réality-show, pub).

Ne nous réjouissons pas, très peu de citoyens auront pu saisir cette occasion pour s'interroger sur les "médiamensonges", car le vrai débat a été écarté d'emblée. D'une façon très "didactique" la direction a amplement "expliqué" aux citoyens le "but" de la manoeuvre, et la majorité aura trouvé que l'explication était crédible. Il suffit d'ailleurs pour ce faire d'utiliser l'argument "massue" qu'utilisent en permanence les pubards: "il ne faut pas prendre les gens pour des cons", pour se rallier la majorité (et la manipuler encore mieux). Le vrai débat a été écarté et c'est (uniquement) celui du pouvoir et de la place qu'ont pris les pubards et les annonceurs au sein de service public. A ce niveau, il ne faut pas se tromper par une trop courte analyse, il n'était pas nécessaire (au contraire) de truffer de pub les contours de cette émission, c'est le changement en profondeur (notamment dans le discours) qu'il faut remarquer, les pubards investissent sur le long terme.

En conclusion, ce fut une superbe démonstration de la thèse qui veut que nous jetions la télé à la poubelle, c'est d'ailleurs ce que j'ai fait depuis longtemps (je n'ai donc pas vu l'émission). Mais je me dis tout de même que cette arme de distraction massive doit conserver notre attention et que le sabotage du service public ne peut avoir aucun effet positif. Aussi devons-nous sans doute continuer à militer pour que cette saloperie de Philippot (et consorts) en soit viré au plus vite.

Bien à toi,

P (R.A.P. – Résistance à l'Agression Publicitaire)

"Il est inacceptable de faire croire que quelque chose de faux est vrai. Cela contribue à décrédibiliser la presse et à se tirer une balle dans le pied. La prochaine fois que quelque chose d'exceptionnel sera annoncé, ne se demandera-t-on si on nous dit vraiment la vérité" .

dans http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&art_id=320398

Rien que cette phrase est drôlissime et montre toute la pertinence de la démarche reteubienne.

Xavier

Je suis en effet assez étonné du ramdam que ce reportage a soulevé… D'autant que ce genre de fictions est relativement fréquent en Belgique mais on en fait pas des reportages…Explications:

Le monde politique s'offusque du fait que la RTBF a fait croire un tas de balivernes aux gens mais oublie qu'à chaque campagne électorale, ce dit monde en fait autant et là on ne crie pas au scandale…

En outre, laisser penser que toute la population a cru en ce reportage, c'est aussi faire injure au discernement du citoyen…

S.

Lecteur assidu de ce billet, souvent en accord, parfois en opposition nette, mais de la "confrontation des idées naîtra la lumière…", enfin, inch'Allah.. j'ai signé la pétition en ligne de soutient à la RTBF : "Bravo aux journalistes de la RTBF, aucune sanction, de quelque sorte que ce soit ! On ne peut se célébrer de la mort de Pinochet en transposant la censure sous nos latitudes…

Mais, chers concitoyens, ne lapidez pas trop vite le « monde politique », vous l'avez élu !

Et de toute façon, une large partie de l'opinion flamande ne demande t'elle pas l'autonomie, voir l'indépendance de la Flandre? L'évolution socio-politique du pays depuis les premières revendications des partis dits démocratiques flamands univoque, l'évolution inéluctable aurait dit Charles Darwin, quelque jugement que l'on porte sur son bien fondé !

Alors, soyons vigilants et prets à affronter l'évolution de la société..

Consacrons notre énergie à intégrer harmonieusement Bruxelles et la Wallonie dans l'Union Européenne en évitant un scénario à la Yougoslave… Mais ils avaient des « amis bien intentionnés », en avons-nous ???"

Pierre

La réaction excessivement 'outrée' des hommes politiques francophones

m'a étonné, leur défense de dire qu'on a miné la crédibilité de la RTBF est

ridicule, puisque qu'elle n'a jamais été vraiment crédible (Timisoara, et tant

d'autres), cela mine leur crédibilité et leur sens de l'humour, "un homme

sans humour n'est pas à prendre au sérieux" si je puis dire !

Peter

Bonjour , je "sur-abonde" dans ton sens , et je rajouterais que si

autants de Belges ont eu mal au ventre et ont étés " choqués" , je

suis étonné que ce chock n'intervienne qu' aprés cette simulation ,

alors que depuis vingt ans , a chaque rentrée parlementaire le gouvernement

flamand "démonte" , morceaux après morceaux , la Belgique , et ce sous

nos yeux !? Si autant de belges ont eu peur , où étaient-ils ces

dernières années ? personellement je suis scandalisé depuis longtemps ,

par la mollesse des acteurs politiques francophones face aux "exigences"

unilaterales flamandes. Ceci dit , je ne crois pas que du côté flamand,

il existe encore beaucoups de fans de la Belgique , le travail de

sape effectué depuis de nombreuses années au niveau de l'opinion au

nord ( lieux communs , petites phrases , fausses évidences …) a

remarquablement fonctionné , jusqu'à toucher l'opinion francophone ( il

est admis que la séparation est inévitable , et qu'on ne peut rien y

faire !?).Si on tiens a la Belgique , alors on se doit de se battre un

minimum pour elle , et je trouve que cette émission de la RTBF était

pour le moins nécessaire ……….

Paolo

Nous sommes une grosse majorité à penser que c'est une très bonne chose de donner un choc au peuple Belge.

Juste un simple témoignage, nous habitons le Brabant wallon, nous nous sommes réunis et nous nous sommes dis : Comment va-ton faire demain ?

Nous habitons à Braine l'alleud et nous sommes obligé de passer par une zone flamande

Pour pouvoir aller à Bruxelles pour travailler

Mais oui nous vous avouons que nous avons bien compris que les médias peuvent nous faire croire ce qu’ils veulent par leurs mensonges

C'est une bonne leçon pour nous de chercher et de bien voir les choses.

Les politiques pris dans le choc c'est une très bonne chose, enfin ils ont reçus la gifle de leurs vie.

Didier R se dit: je suis au chômage

Laurette aussi.

Le premier Ministre se voit fini, plus de job!

Merci à la RTBF

N.

Pas tous les separatismes sont comme ça, je pence que l'on ne peut pas comparé le probleme belge au probleme corse, basque et irlandais car ce dernier prouve que ce sont les loyalistes soutenus par les anglais qui font des troubles et créent des problemes.

P. Corse

Assez d'accord sur les points positifs..

Mais quand je vois au JT que le president de l'union wallonne des entreprises est ravi de cette emission car elle a enfin! mis sur la table en wallonie le debat de la séparation, je me dit que le coup était vraiment très très fort, vu le bond de ce débat à l'agenda médiatico-politico-public..

V.

Eh bien, chapeau!

Et on pourrait aussi dire, si les Flamands se séparent des Wallons, les Wallons pourraient se débarasser du Hainaut par ex. Et que devient le principe de solidarité et de mutualisation… Ras-le-bol de cette société hyper individualiste où on détricote les acquis sociaux et les services publiques…

Enfin mon grand-père était nééerlandophone, il m'a suffisamment parlé de ce transfert de richesses du Sud vers le Nord. Mais pourquoi parler de transfert??????????? Va-t-on aussi en arriver à parler de cette façon au sein des familles, cette cellule de vie en société où la solidarité est aussi mise à mal (il suffit de voir les problèmes engendrés par les différences salariales entre les époux…).

Anne-Marie

C’est une excellente idée d avoir choqué le public car ça prouve que les wallons tienne a la Belgique

il y a eu plus de 20.000 personnes qui ont réagi! bien sur je trouve qu il aurai

fallu inscrire en dessous que c’était une fiction des le départ car les

personnes âgées en ont souffert mais en mm temps quand tu regarde un film

réaliste personne te dit que c est une fiction!! et puis on aurai jamais su

quel impact ça aurai eu sur les belges non?

d un autre coté les politiques réagissent de façon attendue : il critique la

rtbf en allant dans le sens du peuple alors qu il faudrait prendre l idée

très au sérieux et en parler c est la preuve que la scission est trop

taboue!! les politiques se cachent com d hab derrière un masque en suivant

la population et en la réconfortant dans l idee que la rtbf a eu tort comme

ca il détourne le véritable sujet!!

G.

Comment bien savoir si "un fédéraliste" parle vrai ?

Vos arguments ( "vos fainéants du sud et du nord !) ressemblent en partie à ceux d 'OTTAWA …moins le fric public dépensé illégalement après 1995 et leur frousse fédéralistique.

Des fédérats se taisent désormais : ceux de l'ex-URRS, ceux de la Yougoslavie enfin démantibulée …

Pauvre Tchétchénie !

JASMIN, Québec

Une amie m'a demandé ce que je pensais de la pétition de soutien à la RTBF pour son "coup d'état" du 13 décembre…

Je pense que cette pétition, c'est : "S'il vous plait, dites aux ministres que c'est génial ce qu'on a fait, parce que sinon on va se faire taper sur les doigts."

Je pense que d'un point de vue du principe, il y en a qui ont été tout à fait inconséquents dans leur prétendue incapacité à voir l'ampleur des conséquences, ou même de mauvaise foi car je suis persuadé que certains, au moins, savaient ce qui se passerait mais ont choisi de l'ignorer et prèfèrent raconter qu'ils ne se sont pas vraiment rendu compte, et que ceux là méritent de se faire taper sur les doigts. Et donc, qu'ils aillent se faire f***** avec cette pétition !

Je pense que ce qui c'est passé est une forme de manipulation perverse, dans laquelle le pervers s'octroie le droit de savoir ce qui est bon pour l'autre et prend plaisir à jouer avec l'autre et avec les émotions de l'autre, sans se préoccuper des conséquences pour cet autre ni voir ce dernier comme un individu qui aimerait être respecté comme tel.

Je pense que beaucoup de gens, dont moi, peuvent, dans le meilleur des cas, avoir le sentiment qu'on leur a fait perdre des ressources, du temps et de l'argent qu'ils souhaitaient éventuellement consacrer à une autre chose qu'ils avaient _le droit_ d'estimer plus importante.

Je pense que beaucoup de gens peuvent, à juste titre, se sentir en colère pour avoir été roulé dans la farine par un organe qui est supposé être "de confiance, même si nous savons que celui ci ne nous donnera jamais qu'une information partielle et partiale. à ce titre, cet épisode constitue une mise en garde qui nous montre ce que l'info de la RTBF est vraiment.

La RTBF s'est posée et se pose un peu trop souvent là, en donneuse de leçon dont l'objet est de détenir la vérité et d'éduquer le petit peuple à l'information et à une citoyenneté responsable et bien pensante. La RTBF vient de nous montrer qu'elle n'est pas "LA" vérité, et nous savons maintenant qu'elle ne nous informe qu'en fonction de ses propres croyances et le genre de manipulation médiatique à laquelle elle nous a donné d'assister est un démonstration de plus que l'information médiatique est conçue pour distraire le citoyen des vrais grands problèmes de société.

Il faudra probablement encore longtemps pour que la RTBF accepte de nous dire la vérité sur ce qui pourrait faire changer le comportement politique de la population sur les thèmes vraiment important. Je pense par exemple à une information sur les preuves accablantes et maintenant clairement et scientifiquement établies des manipulations de l'information relative aux attentats du onze septembre et que les grands média s'obstinent à cacher(*) (probablement plus parce que les journalistes, eux même,sont trop désinformés pour oser s'y intéresser, que pour réellement nous mentir, d'ailleurs.)

Mais je pense aussi que dans l'absolu, indépendamment du foutage de gueule que ça a été, indépendament du préjudice éventuel subit par des personnes qui en auraient subi un, personne ne peut dire si ce "coup d'état" de la RTBF aura des conséquences positives ou négatives. Ceci devrait probablement inviter à un peu de retenue quand à une éventuelle sanction car il n'est probablement pas souhaitable de casser dans la société les ressorts qui peuvent la faire évoluer.

(*) D'ailleurs, si le journal auquel je l'ai envoyé, publie ce mot, je parie que ce paragraphe y sera coupé.

Philippe

Michel Collon, vous écrivez :

« 7. Résumons. La Flandre a profité des transferts financiers entre régions pendant cent ans où elle était moins développée. A présent que la crise économique et les délocalisations frappent davantage le Sud, elle veut mettre fin à ces transferts. Mais soyons plus précis : ce sont les partis traditionnels flamands qui intoxiquent l'opinion par des discours racistes sur «les fainéants du Sud». D'abord, ils font tout simplement jeu des fascistes du Vlaams Belang en copiant son discours sous une forme «respectable». Mais surtout, ensuite, ils déclencheront la chasse aux «fainéants du Nord», qui ne voudront pas devenir des esclaves salariés. Et on sera tous perdants. »

Il n'y a jamais eu des transferts sud / nord. Depuis 1830, la Flandre a toujours contribué plus que sa part dans les caisses de l'état,même dans la période de famine,entre 1840 et 1860.

Aux environs des années 1900,un haut fourneau apporta moins d'impôts au pays qu'une ferme.

Quant aux transferts des dernières décennies,la Flandre comme la Wallonie ont reçu des parts dûes et réparties suivant une clé instaurée par le gouvernement de l'époque.

Seulement la Flandre les a investies, afin d'assurer son avenir,tandis que la Wallonie les a jetées par les fenêtres,en batissant à Ronquières et à d'autres Strépi ! ! !

Vous savez mieux que moi,qu'en matière de bonne gestion, les bonzes allons ont encore beaucoup à apprendre ! ! !

Rafaël

Flamand à 200% mais Wallophile quant même.

2. REACTIONS EN NEERLANDAIS

Beste Michel, ik heb de uitzending spijtig genoeg niet gezien. Wel de reacties erop.

Ik ga grotendeels akkoord met uw analyse. Toch heb ik wel wat déontologische vragen. Kan dit zomaar; een groot publiek "bij de neus" nemen (al is het voor "de goede zaak"? Maar zoals je schrijft; het is meteen een waarschuwing van wat de media met ons doen en kunnen geloven…

Ik wil ook niet huilen met de wolven het Vlaamse bos maar moet je toch ook niet wat kritiek leveren dat deze uitzending in dienst staat van de PS politiek?

FRans

Un extrait du De Standaard du 11 december 2006. Il s'agit d'une interview avec le professeur economie (KUL) et ancien sénateur VLD Paul De Grauwe qui vient de publier un livre sous le titre "Waar gaat het naartoe met onze economie? (Lannoo 2006, 242 pp. 19,95 •).

"Question: Met uw boek wil u de angst voor de globalisering wegnemen. Zo toont u onder meer aan dat de flobalisering niet onvermijdelijk moet leiden tot een afbraak van de sociale zekerheid.

Réponse: Kijk naar de feiten: de meest competitieve landen, in de rangschikking van het World Economic Forum, zijn landen die ook veel uitgeven aan hun sociale zekerheid: de Scandinavische landen.

Hoe dat komt? Een goed sociaal zekerheidssysteem zorgt ervoor dat mensen zich veilig voelen en maakt ze dus ook gelukkiger. Daardoor worden ze productiever. Maar je moet je sociale zekerheid ook verstandig organiseren: geef mensen die door onheil getroffen zijn voldoende steun, maar zorg er ook voor dat ze snel terug ,,geactiveerd'' worden.

Als je dat niet doet, zal je je uitkeringen moeten verlagen, omdat er veel te veel mensen niet actief zijn. Dat bevordert je concurrentiekracht niet. We moeten dus onze sociale zekerheid niet afbouwen, maar we moeten ze wel verstandiger organiseren.

In landen zoals Frankrijk en Italië hebben de vakbonden nog altijd een antikapitalistische reflex. In de Scandinavische landen daarentegen zie je dat de vakbonden niet mordicus elke job willen verdedigen. Ze werken soms zelfs mee aan de uitstoot, en spelen daardoor helemaal mee in dat mechanisme van creatieve destructie.

Question: Hebt u er veel hoop op dat we in België onze sociale zekerheid snel verstandiger zullen gaan organiseren?

Réponse: Je zit hier met het probleem van de Franstalige socialisten, die er niet van willen weten. Als we in Vlaanderen ons eigen beleid zouden kunnen uitstippelen, zouden we misschien verder geraken. "

Faut-il encore faire un dessin?

Jan

Met zeer veel interesse heb ik jouw stuk over de mediarel rond de RTBf-reportage over de eenzijdige onafhankelijkheidsverklaring van Vlaanderen gelezen. (…) Journalisten moeten er zich voor hoeden fictie en non-fictie door elkaar te halen. Dat is een niet onbelangrijke opmerking bij deze rel. Maar jij hebt overschot van gelijk om erop te wijzen dat deze stelregel de voorbije decennia systematisch door de media en hun beroepsjournalisten met voeten wordt getreden en dat de medialeugens zelden of nooit uit de lucht zijn. Zich nu zorgen maken over een RTBf-reportage die trouwens op het scherm is verschenen met de vermelding 'ceci est une fiction', is huichelachtig, hypocriet. Een echte jezuïetenstreek, overigens een bekende specialiteit van de Vlaamse elite…

Ook over de grond van de zaak heb je gelijk. In Vlaanderen hebben de politici van alle partijen een nieuwe fetisj: 'goed bestuur'. Met deze nietszeggende term wordt alles toegedekt. Racistische en discriminerende maatregelen tegen asielzoekers en migranten, zoals de recente 'wooncode'? 'Goed bestuur' heet dat. Een nieuwe staatshervorming met een hallucinante overdracht van bevoegdheden van de federale staat naar de gewesten (zelfs de NMBS en het departement ontwikkelingssamenwerking of justitie ontsnappen er niet aan)? Waarom? 'Om goed te besturen'… Om voor wie 'goed te besturen'? Voor het eigen bedrijfsleven uiteraard, voor het aantrekken van buitenlandse investeerders, die hier zo wat over ongebreidelde vrijheden beschikken. Het is opvallend hoe het in Vlaams-nationalistische kringen vandaag de dag wemelt van captains of industry, financiers en andere kopstukken van de kapitalistische elite. 'Goed bestuur' is voor hen bestemd. Voor het 'eigen volk' zal het in de toekomst nog meer neoliberalisme en nog minder sociale politiek worden.

Het is ijzingwekkend vast te stellen dat er in Vlaanderen nauwelijks nog weerwerk wordt geboden. Wallonië is voor de meeste Vlamingen 'het buitenland'. En het is ontstellend dat maar zeer weinig Vlaamse journalisten inzien hoe sterk de nationalistische kanker de Vlaamse maatschappij heeft aangevreten. Slechts weinig Vlaamse persmuskieten beseffen in welke mate Vlaams-nationalisten wegen op alle politieke partijen, die voor 'goed bestuur' zijn. Even de som maken: de VLD, die de premier van dit land levert, wordt geleid door een voorzitter die uit onversneden Vlaams-nationalistische hoek komt. Bart Somers is een ex-Volksunieman, nationalistische hardliner en donkerblauwe, zeer dogmatische liberaal. De sociaal-democratische SPa zit in een kartel met de Vlaams-nationalisten van Spirit, een overblijfsel van de oude Volksunie en een niet ongevaarlijk, rechts clubje nationalisten. De christen-democratie zit eveneens in een kartel met rabiate Vlaams-nationalisten (NVA – ook al een restant van de Volksunie in zijn ergste 'bloed-en-bodemversie). Het Vlaams Blok/Belang is eveneens een afscheuring van de Volksunie, racistisch, fascistisch, separatistisch (en helaas ook republikeins) en behaalt bijna een miljoen stemmen in Vlaanderen. Deze stroming bepaalt met andere woorden de agenda van de 'politique politicienne', vergiftigt het ideologische klimaat in Vlaanderen en leidt arbeiders, bedienden, loontrekkenden, die absoluut geen baat hebben bij het nationalisme met zijn separatistische en confederalistische tendenzen, om de tuin.

Opmerkelijk is trouwens dat de krachten die hier tegenin gaan (een niet onbelangrijk deel van de christelijke arbeidersbeweging (ACW) en van de socialistische vakbond) zelden of nooit in de Vlaamse media aan bod komen, meer nog regelmatig door de media in een verdacht daglicht worden gesteld. (In Wallonië was het ook niet lang koek en ei, maar tijdens de beweging tegen het generatiepact is in Vlaanderen de socialistische vakbond unisono door politiek en media aangevallen, zoals we dat nog maar zelden gezien hebben. De meest gehate man in Vlaanderen (althans het Vlaanderen van de media en de politiek) heette toen Xavier Verboven.

De arbeidersbeweging, altermondialisten (een belachelijk woord, ik weet het) en linkse krachten overal in het land, moeten echt alerter zijn. Het Vlaams nationalisme is al lang geen monopolie meer van extreem-rechts in Vlaanderen. Het zit overal.

Wim

3. COMMENTAIRES DE MICHEL COLLON:

Beaucoup de réactions, évidemment, à mon courrier sur la “fiction” de la RTBF.

Je m’attendais à recevoir plus de critiques et de rejets (étais-je trop influencé par les médias?). En fait, il y en a eu très très peu. Sans doute, mes lecteurs sont-ils déjà davantage sensibilisés à la problématique des médiamensonges et du “testons nos médias”.

Mais ailleurs aussi, j’ai l’impression que l’opinion a évolué assez vite. D’abord fâchés d’avoir été piégés, avec parfois des conséquences néfastes, beaucoup ont ensuite estimé que l’électrochoc pouvait être salutaire. Une large majorité refuse l’éclatement de la Belgique et souhaite ne plus être exclue du débat politico-médiatique. Il faut espérer que viennent de larges initiatives pour que cette majorité puisse s’exprimer. Et pour qu’on se reparle en brisant cette absurde “frontière” politique, médiatique et aussi culturelle. Mais combien de Wallons, combien de Flamands ne sont pas en mesure de citer, par exemple, les principaux acteurs, chanteurs, caricaturistes de l’autre moitié du pays ? Les artistes qui, aux élections d’octobre, ont remarquablement mobilisé – des deux côtés du “Mur” – contre l’extrême droite, auront aussi un rôle à jouer contre ce nationalisme étroit et dangereux.

Car un pays “multiple”, c’est une richesse, pas du tout une tare! Pourquoi notre art et notre culture sont-ils originaux et appréciés? Parce que la Belgique est un pays – métis, un pays – carrefour, un pays d’enrichissements mutuels, et souvent aussi un pays de solidarités sociales. Les partisans de la “pureté (ethnique?)” et du “chacun chez soi” sont dangereux, y compris pour leur propre communauté.

Sur la question “Que vaut notre info? “Comment peut-on manipuler l’opinion ?”, cette démonstration de la RTBF fera date également. Depuis quinze ans, je mène un travail parallèle d’analyse des médiamensonges et des phénomènes de désinformation. Partout où je suis invité à parler, je cite cette phrase d’Ernesto Cardenal, prêtre et ministre du Nicaragua sandiniste, agressé dans les années 80 sur les plans économique, militaire, mais aussi médiatique : " Quand je vois ce que disent les médias sur mon pays que je connais bien, je me dis que je ne dois rien croire de ce qu'ils disent sur d'autres pays que je ne connais pas ! ".

Eh bien, la RTBF a été beaucoup plus loin que Cardenal ! Elle a démontré elle-même qu’une télé peut également piéger, et assez facilement, ses propres spectateurs sur leur propre pays. J’espère que cela permettra d’ouvrir un grand débat sur la qualité de notre info en général. Et je comprends que certains politiciens n’y tiennent pas du tout!

Cette “fiction” de la RTBF (j’ai eu tort d’employer le terme “canular”) pose 3 questions essentielles : 1. Qu’est-ce qui l’a rendue possible ? 2. Les procédés employés pour piéger le spectateur (je pense notamment aux “images d’illustration”) sont-ils employés aussi, plus discrètement, dans le reste de notre info ? 3. Que pouvons-nous faire ? Le temps me manque pour approfondir maintenant ces questions, mais j’y reviendrai.

Je cite souvent aussi cet ancien journaliste de la RTBF, Gérard de Selys : “Nous sommes tous des journalistes”. Oui, l’info est chose trop importante pour la laisser aux mains des seuls intérêts dominants. L’info sera ce que nous en ferons.

En ce sens, je prépare pour bientôt une initiative dans la perspective “test-médias”. Et j’appelle ceux qui en auront la possibilité à donner un coup de main car ce sera un grand projet. Les personnes intéressées peuvent se signaler et je les recontacterai, mais pas tout de suite, je dois d’abord terminer un bouquin.

Mais sans attendre, chacun peut déjà participer à l’info critique et alternative. Par exemple, avec le DVD du récent film Bruxelles-Caracas où Vanessa Stojilkovic révèle un Venezuela passionnant et caché par les médias.

Ce documentaire “tous publics” permet : 1. De montrer autour de soi que l’info de nos médias occidentaux sur le Venezuela exprime quasi toujours le point de vue de la minorité riche du Venezuela. 2. De comprendre ce qui se passe vraiment en Amérique latine et pourquoi Chavez est soutenu dans tout le continent.

Coïncidence amusante : dans ce film, une femme de Caracas exprime ainsi le changement survenu là-bas dans les mentalités : “L’union fait la force.” Soit exactement la devise nationale de la Belgique!

N'est-il pas temps de regarder du côté de ces peuples qui bougent et qui prennent leur sort – et leur info – en mains?

Merci à vous tous qui avez réagi nombreux à mon courrier. Vous m’écrivez très souvent; vos réflexions et remarques me sont très utiles et m’encouragent à poursuivre ce travail d’info alternative et indépendante.

MICHEL COLLON

Médias et médiamensonges: voir aussi: